Voeux du Député Christophe Euzet

Mes chers concitoyens,

Le 18 juin dernier, vous m’avez fait l’immense honneur de me donner mandat pour vous représenter à l’Assemblée Nationale. Mon investissement est, je vous l’assure, à la hauteur de la confiance que vous m’avez accordée. Et c’est une expression qui a du sens pour moi. Vous l’avez fait parce que vous aviez compris que le vent qui se levait dépassait les querelles de clochers. Que le mouvement qui se dessinait allait aspirer le pays tout entier par sa vigueur. Que ceux qui allaient devoir le porter le feraient pour la France, pour les françaises et les français, pour nous tous et non pour eux-mêmes. 

Depuis six mois, nous avons voté des lois, autorisé et ratifié des ordonnances, lancé sous l’autorité du chef de l’Etat des réformes dans tous les domaines : le contrôle renforcé des élus,  la facilitation de la création d’emplois, la politique du logement, la vie des étudiants, une loi de finances ambitieuse, une loi de financement de la sécurité sociale qui l’est tout autant… Le rythme de travail est, de l’aveu de tous, sans précédent : mais programme pour l’année qui vient est encore plus chargé : asile, immigration, réforme de la justice, modernisation et démocratisation des institutions, de la formation professionnelle…  Nous faisons le maximum pour redresser le pays. Nous le faisons de notre mieux pour restaurer son image, rétablir sa puissance économique, redonner vie à sa fraternité tout en rendant à la parole publique fermeté et crédibilité.

Depuis six mois, nous nous employons,  avec une équipe enthousiaste et dynamique, implantée sur  nos vingt-deux communes et déterminée à contribuer activement au changement qu’a entrepris le chef de l’Etat, à jouer à plein le rôle désormais dévolu aux représentants de la Nation dans la circonscription : fini le temps de la réserve parlementaire et celui de la course aux mandats. Le député est aujourd’hui le facilitateur qui met en relation, avec ses collaborateurs, les problématiques locales et les décideurs de l’Etat au niveau des préfectures et des ministères. Il travaille les lois à Paris et porte au cœur des chancelleries les enjeux des territoires sur lesquels il a été élu. Nous ne prétendons pas à la perfection. Elle n’existe pas en politique. Nous ne prétendons pas davantage séduire tout un chacun : le monde est divers et les avis variés. Mais nous revendiquons d’ores et déjà un travail acharné. Et je vous le dis sans nuance : cela ne fait que commencer. Notre pays est sur la voie d’une transformation profonde et nous sommes, mon équipe et moi même, impliqués au premier chef :  

En 2018, plus que jamais, nous avons besoin de vous. De votre envie, de vos projets, de votre implication. De votre engagement. Un pays ne pas se redresser comme il le devrait s’il n’est composé que de téléspectateurs critiques et de commentateurs cyniques sur les réseaux sociaux. Il n’y a de démocraties véritables que celles qui engagent leurs citoyens dans une action réelle et dans une participation active au quotidien ! Le mouvement qui s’est dessiné ne fait que débuter. Au-delà des clivages politiques, il appellera dans les mois et les années qui viennent à la mobilisation de tous les talents. Pour accompagner le renouveau dont notre pays a tant besoin, il faudra rassembler toutes les énergies. Engagez-vous dans des démarches citoyennes, contribuez à donner vous-mêmes l’impulsion que vous appelez de vos vœux. Pour notre bien collectif. Pour notre bonheur individuel. Pour celui de nos enfants. Pour l’avenir de nos territoires et de notre beau pays.

Que 2018 soit l’année de la reconquête pour tous et du bonheur retrouvé pour chacun. Recevez, mes chers concitoyens, mes vœux les plus sincères. Je suis à vos côtés, avec toute ma détermination et mes sentiments les meilleurs.

Christophe Euzet

Député de la 7ème circonscription de l’Hérault

 

Si vous croisez un chien ou un chat errant, ne détournez pas le regard

CHIENCapture

"Alors la mort dans l’âme, sur les conseils du vétérinaire et en concertation avec la famille d’accueil, nous avons pris la décision d’abréger ses souffrances. Véronique et son fils Ange ont décidé que cette petite misère aurait quand même un nom, Glimm car « glimmer of hope » signifie lueur d'espoir… Alors voilà maintenant Glimm est au paradis des chiens.Mais que de souffrances. Cette petite chienne a été vue errante des semaines auparavant par des habitants du village, elle était à ce moment là sur ses 4 pattes, courant la campagne, mais personne ne s’en est inquiété. Un chien comme elle tout le monde s’en fout. Cela n’émeut et ne touche personne. Ce n’est qu’un chien de chasse. Personne ne lui a donné à boire, ni même de quoi manger. Glimm est morte lentement mais sûrement. Elle est morte de faim, de soif, de fatigue. Glimm est morte de notre indifférence à tous. Enfin presque tous...

» associations