Bar des Sciences au Dôme en février

Tous les mois au Dôme se déroulent depuis plusieurs années des débats citoyens qui contribuent au dialogue entre sciences et sociétés. Le Bar des Sciences sous l'égide de l'Université de Montpellier est un lieu privilégié qui favorise les échanges entre les spécialistes d’un sujet donné et le grand public avec pour objectif de diffuser la culture scientifique.

Ce mois-ci, après le thème des "pesticides et abeilles" abordé en janvier, la problématique "La lutte biologique peut-elle sauver le monde ?" sera au cœur des échanges, le jeudi 8 février 2018 à 20h30.

Méthode de lutte contre les nuisibles, animal ou plante, au moyen d’organismes vivants antagonistes appelés agents de lutte biologique, la lutte biologique peut être utilisée volontairement, en agriculture, entre autres, en remplacement des pesticides conventionnels. La protection de l’environnement s’imposant de plus en plus comme une préoccupation mondiale majeure, elle pourrait représenter une alternative viable à la lutte chimique.

Ce débat sciences-société sera animé par :

• Fabrice Chandre, Chercheur à l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement), et notamment dans l’unité mixte de recherche Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle (Laboratoire MIVEGEC). Il est par ailleurs Directeur du CNEV (Centre National d’Expertise dédié aux Vecteurs)

• Mylène Ogliastro, Chercheure en virologie à l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique), et notamment au laboratoire Diversité, Génomes et Interactions Microorganismes-Insectes (DGIMI).

Prochaine rencontre jeudi 15 mars " L'intelligence artificielle plus forte que le cerveau ? " dans le cadre de la Semaine du cerveau,  manifestation nationale qui se tiendra du 12 au 18 mars.

Brasserie le Dôme 2, Avenue Georges Clémenceau – 34000 Montpellier
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Pour aller plus loin, découvrir le site du Service culture scientifique

Si vous croisez un chien ou un chat errant, ne détournez pas le regard

CHIENCapture

"Alors la mort dans l’âme, sur les conseils du vétérinaire et en concertation avec la famille d’accueil, nous avons pris la décision d’abréger ses souffrances. Véronique et son fils Ange ont décidé que cette petite misère aurait quand même un nom, Glimm car « glimmer of hope » signifie lueur d'espoir… Alors voilà maintenant Glimm est au paradis des chiens.Mais que de souffrances. Cette petite chienne a été vue errante des semaines auparavant par des habitants du village, elle était à ce moment là sur ses 4 pattes, courant la campagne, mais personne ne s’en est inquiété. Un chien comme elle tout le monde s’en fout. Cela n’émeut et ne touche personne. Ce n’est qu’un chien de chasse. Personne ne lui a donné à boire, ni même de quoi manger. Glimm est morte lentement mais sûrement. Elle est morte de faim, de soif, de fatigue. Glimm est morte de notre indifférence à tous. Enfin presque tous...

» associations