Des valeurs humaines importantes qui rendent la vie des villages agréable

Tout d’abord, merci à la personne qui, ayant trouvé les radiographies de Monique Joly, correspondante d’Agde-Infos-Bessan, est venue les rapporter chez elle, discrètement et sans se faire connaître. Un fait qui, ajouté à plusieurs autres en l’espace de peu de temps, l’incite à parler de la solidarité qu’on n’étale pas mais qui existe naturellement entre voisins et entre habitants des villages, et bien sûr en premier lieu à Bessan.

La solidarité et l’entraide sont des valeurs importantes à conserver dans les villages : ces petites aides quotidiennes qui n’ont l’air de rien, rentrer la poubelle d’une personne âgée, proposer de faire ses commissions ou de l’emmener au marché, lui prêter trois œufs ou un peu d’huile, s’inquiéter si son voisin agit de façon inhabituelle ou ne répond pas lorsqu’on l’appelle, prendre quelques minutes pour écouter un autre qui se sent seul… tous ces traits d’humanité font partie de la vie du village.

C’est vrai dans le vieux village, dans ce qu’on appelle « le centre historique », là où les gens vivent très près les uns des autres, si près que l’on ne peut rien ignorer de ses voisins, de leur vie et de leurs soucis. C’est moins vrai dans les quartiers périphériques, où la densité des habitations est plus faible et où, isolés par leur jardin et leurs portails, les habitants se côtoient moins. Mais les relations entre eux persistent, preuve en est le succès chaque année de la fête des voisins, et il faut espérer qu’elles perdureront longtemps pour que l’esprit d’entraide ne devienne pas un vain mot.

Cela paraît anodin, mais si l’on n’avait pas ces voisins, ces amis, ces personnes attentives à ce qui se passe autour d’elles, qui, loin de la « solidarité planifiée », celle qui passe à la télévision à grand renfort d’émotion organisée et d’effets de manches, alors la vie deviendrait froide et inhumaine comme peut l’être celle de certains quartiers citadins où l’on ne connaît pas ses voisins de paliers.

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations