Les Conseillers régionaux Socialistes, Républicains et Citoyens reviennent sur leurs actions

Ce mardi 12 juin, au Saint Clair, à Sète afin de présenter l'actualité Régionale et de préciser les orientations de la Région, Les Conseillers régionaux Socialistes, Républicains et Citoyens, avaient invité la presse à un temps d’échanges consacré surtout au bilan de l’action Régionale et aux futures orientations.

Il faut savoir que les élus-e-s du groupe Socialiste, Républicain et Citoyen (SRC) rencontrent régulièrement les citoyen-ne-s, conformément aux engagements de campagne, afin de rendre compte de leur mandat et des principaux projets engagés par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée. Pour Carole Delga les élus régionaux doivent être sur le terrain pour se rapprocher des citoyens.

 
 
regP1060900
 
 
 

L’année en cours est pour la Région chargée en engagements au service du transport, de l’économie, de la formation professionnelle, de l’alimentation et en réalisations de la Région dans le département de l’Hérault. Pour Christian Assaf, André Lubrano, Dolores Roqué, René Moréno, "l’action de la majorité régionale témoigne de ce travail au service de l’intérêt général. Les actions et dispositifs concrets mis en place visent à proposer des réponses politiques pertinentes aux besoins de leurs concitoyen-ne-s."

Cette réunion après une première année de mandat du Président Macron allait leur permettre aussi de tirer un certain bilan. Pour les Conseillers Régionaux, il y a équilibre dans ce territoire avec un siège à Toulouse mais une vie délibérative à Montpellier. Sète y est un élément majeur avec son activité, son environnement, ses sites, son tourisme, son port.

André Lubrano insistait sur le fait que la Présidente, Carole Delga agissait pour Sète et le Bassin de Thau conformément à ses engagements. * Les 2 dernières commissions permanentes de la Région depuis le début de l’année 2018 (en février et en avril) ont voté 6 776 746 euros de crédits pour Sète ce qui permet de financer l’IUT, les lycées, les établissement d’apprentissage, le CRAC, les aides à la réalisation de logements sociaux, la scène nationale, le CEPRALMAR, des aides au développement des entreprises, la contribution à l’achat du « petit matériel » pour les clubs sportifs, la participation à l’organisation de manifestations sportives ou culturelles…

 Mais ce fut aussi, entre-autres, d'autres financements: 

-         Scène nationale de Sète : 210 000 euros,
-          Travaux au Lycée Charles de Gaule à Sète : 2 900 000 euros
-          Fonctionnement CFA : 1 200 000 euros
-          Fonctionnement des formations sanitaire et social au Centre Hospitalier de Sète : 684 179 euros
-          Programme d’action du CEPRALMAR : 430 785 euros.

André Lubrano revenait sur le développement du port, la création d'un nouveau quai, les efforts pour le ferroutage, le développement du Canal du Rhône pour soulager les routes mais aussi sur l'embellissement de la ville, sur ses lycées, ses ponts, le futur pôle multimodal. Sans oublier que la Région, outre l'Arago de Sète et le FC Sète, vient en aide sur le département à de nombreux petits clubs.

"Nous accompagnons aussi la Culture, les Musées, et participons à de multiples financements, sportifs (Piscine Fonquerne par exemple), pour le tourisme, pour développer l'emploi et l'économie et même l'assainissement dont nous sommes les 1ers financeurs sur le Bassin de Thau. A sète, avec une nouvelle capitainerie flottante, de nouvelles digues, la réfection du quai maillol, 10 millions d'euros engagés sur le Pont Sadi Carnot, nous préparons l'avenir" Précisait-il.

 regP1060907
 

Le Plan Régional sur l'alimentation était ensuite présenté, un plan qui doit répondre à une demande sociétale, et qui avec l'aide d'un comité de pilotage doit promouvoir la qualité alimentaire, avec un objectif pour 2020, 40% de Bio ou de qualité certifiée pour les repas des lycéens.

"Notre Région est la 1ère Région Bio avec 440 000 ha concernés, nous devons donner un coup de pouce au monde agricole et à l'agro-alimentaire."

"Mais notre démarche est participative et par exemple, nous serons présents, bientôt, un samedi, aux Halles de Sète, pour écouter, questionner...Les Sétois. Une démarche qui prendra en compte les observations et qui se veut démocratique..."

 

regP1060903

 

Autre point abordé, celui de l'apprentissage avec le projet de réforme du gouvernement qui pourrait faire disparaître les CFA en sous-effectifs, soit 17 sur 24 dans l'Hérault.

Nous voulons être une région pilote en matière de formation professionnelle. Il en va de l'équité territoriale. Rien ne doit disparaître. Il n'y a pas que les meilleurs qui doivent suivre et donc nous soutiendrons du mieux possible les apprentis et les chefs d'entreprise concernés. Sur l'Hérault 560 apprentis seraient impactés sur 7400, par cette réforme" Précisait Dolores Roqué. D'autres sujets étaient abordés comme celui de l'environnement, le tourisme, les transports, le logement social, la défense et la valorisation de la conchyliculture, le transport de containers sur le canal du Rhône, l'accueil des paquebots...

Pour Christian Assaf, la Région rend un service public même si elle ne lève pas d'impôts. Pourtant elle semble éloignée des citoyens alors qu'elle est un peu partout, des lycées jusqu'au ferroviaire, du port jusqu'au sport. Il souhaite donc "vulgariser, présenter, expliquer".

"Nous avons une vision d'équité du territoire sans ostracisme. Nous désirons défendre les services publics de proximtié alors que d'autres sont contre. Même si nos dotations entre l'Etat et l'Europe baissent (moins 120 000€). Nous devons le faire et rendre aussi ce service public, car si ce n'est pas avec nous, ce sera avec des élus avec lesquels il fera bien moins bon vivre ici" concluait Christian Assaf.

 

 




 
 

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations