ASSOCIATIONS & Partis

L'agenda de la LPO pour le mois de février

- Samedi 2 :
> « La galerie éphémère« , ateliers pédagogiques en parallèle d’expositions et performances d’artistes, sur le site naturel protégé de Villeneuve-lès-Maguelone
>« Des Loutres dans nos étangs?« , conférence et sortie de terrain dans le cadre des Journées Mondiales des Zones Humides à la Maison de la Nature de Lattes

– Lundi 4 : « Quelles plantations pour les oiseaux?« , échange dans le cadre des rencontres du « Groupe Local LPO Biterrois » à Béziers

- Mardi 5 : « Tout sur les chauves-souris« , conférence à la bibliothèque de Balaruc-les-bains

- Samedi 9 : « Rencontre des Refuges LPO » sur le thème, entre autres, des abris à chauves-souris, à Soubès

- Samedi 16 : « La Réserve Nationale du Bagnas« , sortie d’observation avec l’association ADENA à Agde

- Jeudi 21 : « Les oiseaux nocturnes de la haute vallée« , conférence dans le cadre des rencontres mensuelles du Groupe Local LPO « Haute Vallée de l’Orb » à Bédarieux

- Samedi 23 et Dimanche 24 : « Week-end de prospection dans l’Escandorgues« , réservé aux membres du « Groupe Jeunes Naturalistes LPO », à Ceilhes et Rocozels

- Dimanche 24 : « A l’affût du Cincle plongeur« , sortie de terrain organisée par les bénévoles du Groupe Local LPO Haute Vallée de l’Orb à Bédarieux

Retrouvez le détail de ces actions et l’agenda complet sur:  herault.lpo.fr/agenda

Le Collectif "Une marina : Pour qui? Pour quoi? s'adresse à Carole Delga

Suite à la réunion publique au sujet du projet de marina à Sète À Sète, le 30 janvier 2019

lettre adresséesà la Présidente de la Région Occitanie

 

"Madame la présidente de la région Occitanie,"

"Cette lettre fait suite à la réunion publique qui s’est déroulée à Sète le 23 janvier 2019 au sujet du projet de marina pour méga-yachts, porté par la Région Occitanie et le Port de Sète. Le collectif « Une marina : pour qui ? pour quoi ? » a initialement organisé cette réunion afin de poursuivre un dialogue qui nous semblait avoir été initié au sujet de ce projet. Depuis son déplacement au bassin Orsetti, il nous semblait en effet que vous aviez entendu les préoccupations des habitants, et qu’il était dès lors possible de poursuivre les discussions dans un climat plus apaisé. Depuis, la Région et le port de Sète ont poursuivi la menée de ce projet et y ont même donné un coup d’accélérateur ce début d’année en commençant les premiers travaux.

Nous avons alors à ce moment-là ressenti une grande déception, voyant que finalement, le processus se poursuivait sans aucune information et sans aucune forme de dialogue. Nous avons osé croire que cette réunion publique du 23 janvier serait comprise par vous comme un appel à rétablir ce dialogue. Dans la lettre d’invitation qui vous était adressée, nous étions allés jusqu’à vous proposer de préparer ensemble cette réunion. Cette attente a été bien déçue, mais nous tenions quand même à vous exprimer les enseignements que nous tirons de cette réunion. Tout d’abord, nous pensons que vous avez fait une erreur stratégique en nous proposant comme seuls interlocuteurs non pas des responsables politiques, mais des directeurs de services.

Une erreur stratégique car cela n’a fait qu’accentuer les frustrations des habitants qui étaient venus exprimer des questions d’ordre politique, de choix politiques, et qui avaient pour seules réponses des éléments techniques. À propos de ces éléments techniques, aucun n’a répondu à nos questions et attentes, nous n’avons rien appris de nouveau ce soir-là. M. Carmes n’a pas répondu aux inquiétudes concernant les impacts économiques et environnementaux de ce choix de développement. Pire, les réponses semblaient improvisées et manquaient d’éléments solides, de chiffres précis. Certains éléments semblaient contradictoires, à l’image de la réponse à l’appel d’offre d’IGY Marina que nous avons étudié avec attention.

À ce propos, comment la Région peut-elle s’engager avec un partenaire sensé être un leader de son domaine mais qui tient à préciser « Nous attirons l’attention du Port de Sète sur l’approximation des chiffres cités. En effet les variations sont très importantes » dans sa réponse à l’appel d’offre ? Une annotation bien déconcertante qui laisse présager une activité qui ne serait pas au rendez-vous... et qui vous empêcherait de responsabiliser IGY si c’était le cas, puisque les contrats seront conclus sur la base d’éléments chiffrés déjà mis en doute par IGY lui-même ! Ainsi, même sur des questions technico-financières, aucun élément sérieux, aucune prévision de fonctionnement pour la première année. Le seul chiffre certain est celui relatif à l’engagement d’argent public sur ce projet.Nombreux sont les participants à cette réunion qui ont exprimé cette impression d’un projet mal ficelé, hasardeux, pas sérieux.

Ce sentiment se comprend aisément au vu de la très faible information que vous avez communiqué, le manque de transparence, de données et d’études précises. À ce propos, vous trouverez jointe à cette lettre un courrier de demande officielle de documents administratifs relatifs à ce projet, adressée également au président du Port de Sète. Les enseignements les plus importants que nous retirons de cette réunion restent ceux d’ordre démocratique. Malgré les nombreuses oppositions exprimées, les représentants de la Région ont affirmé qu’il n’est pas possible de repenser le projet ou de le remettre en question.

Nous considérons qu’ilest inacceptable qu’après une telle opposition des habitants, qui doit amener à reconnaître que ce projet divise, l’avancée du projet continue en toute opacité et sans créer les conditions d’un dialogue. De manière plus générale, pas de réponse apportée à notre demande de participer aux décisions concernant le port qui fait partie intégrante de notre territoire : pas d'être informés, ni seulement consultés, mais avoir un réel pouvoir de décision bien en amont des choix effectués par la Région. La seule réponse des représentants présents étaient : "nous aussi on apprend"...

Si la démocratie participative est bien un élément de discours récurrent, les pratiques ne suivent pas, les modes de décision ne se renouvellent pas. Ainsi, nous considérons que vous vous rendez responsables de cette situation de conflit. Nous l'avons dit mercredi dernier, tant que les projets nous serons imposés sans tenir compte des attentes et besoins des habitants, nous n'aurons pas d'autres choix que de nous mobiliser.

Ce ne sont pas les outils démocratiques qui manquent pour répondre à ces demandes de participation, des outils simples et efficaces, si vous souhaitez vraiment apprendre, si vous en avez surtout la volonté politique.Il est inacceptable qu’alors que les demandes de participation démocratique se font particulièrement vives, à travers le mouvement des gilets jaunes, les projets continuent à être imposés aux habitants.

Les nombreuses frustrations et déceptions que vous avez fait naître ne sont pas à prendre à la légère, particulièrement en cette période.Espérant que vous aurez à cœur de répondre positivement à cette demande légitime de documents administratifs, Bien cordialement,"

Le Collectif "Une marina : Pour qui? Pour quoi?

Loupian : dans le cadre de sa 21E FOIRE LANGUEDOCIENNE

La Commune de Loupian lance un appel à bénévoles et s’adresse à tous pour être acteur de cette manifestation. Si vous souhaitez participer à cette fête traditionnelle nous vous invitons à nous rejoindre pour une réunion d'information et de mise en place du projet au centre Nelson Mandela le vendredi 8 février 2019 à 18h30.
Pour tous renseignements contactez le 04.67.43.82.07L’image contient peut-être : texte

Un site sur les addictions : sos-addictions

L’addiction se caractérise par l’impossibilité répétée de contrôler un comportement et la poursuite de ce comportement en dépit de la connaissance de ses conséquences négatives. La notion de conduite addictive comprend à la fois les addictions aux substances psychoactives (alcool, tabac, drogues illicites) mais également les addictions comportementales, sans substances psychoactives (jeu, par exemple).
Les addictions posent, en France comme à l’échelle européenne et dans le reste du monde, un problème de santé publique majeur, dont les impacts sont multiples, sanitaires, médicaux et sociaux.
La consommation de substances psychoactives est responsable en France de plus de 100 000 décès évitables par accidents et par maladies, dont près de 40 000 par cancers. Les conduites addictives interviennent ainsi dans environ 30 % avant 65 ans (également appelée mortalité prématurée).

 

 

 
 

Les savoir-faire et technique de construction en pierre sèche à l'honneur

Les savoir-faire et technique de construction en pierre sèche ont été inscrits sur la Liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO, le 28 novembre 2018 marquant l’aboutissement de plusieurs années d’efforts conjoints entre huit pays (Chypre, Croatie, France, Grèce, Italie, Slovénie et Suisse). Cette candidature transnationale a été portée par la Société scientifique internationale pour l'étude pluridisciplinaire de la pierre sèche (SPS).capi capiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa1178699710

Cette inscription est une marque de reconnaissance envers une technique « représentative d’une relation harmonieuse entre les êtres humains et la nature »,qui a « façonné des paysages multiples et fort variés, permettant le développement de différents types d’habitats, d’agriculture et d’élevage » et joue « un rôle essentiel pour empêcher les glissements de terrain, inondations et avalanches, lutter contre l’érosion et la désertification des terres, améliorer la biodiversité et créer des conditions microclimatiques adéquates pour l’agriculture »

La FFPPS salue et exprime sa gratitude à toutes les personnes qui ont participé à cette candidature. Elle se dissocie néanmoins de la présentation qui est faite de cette technique dans ce dossier. En effet, la construction en pierre sèche ne se fait pas « en empilant les pierres les unes sur les autres », mais au contraire en croisant les joints dans toutes les dimensions. Par ailleurs, cette technique n'appelle aucun matériau de remplissage ou liant pour assurer la résistance de l'ouvrage.

La FFPPS réaffirme les règles de l’art rédigées collégialement en 2008 dans le Guide de bonnes pratiques de construction de murs de soutènement en pierre sèche, complétées en 2016 par les Règles professionnelles, comme exigences constructives. Les valeurs, la pertinence et la singularité de cette technique sont uniques face à d’autres systèmes constructifs standardisés ou aux ouvrages d’imitation (mur béton à parement pierres, ou mortier dissimulé derrière les pierres). La FFPPS sera aux côtés de la SPS et de toutes les personnes qui le souhaitent le 16 février prochain à Saumane (Vaucluse) pour célébrer cette reconnaissance en présence de l'Ambassadeur de France auprès de l'UNESCO et du ministère français de la Culture qui accompagne ce dossier depuis 2011. Plus d'informations :

 

- Communiqué du ministère de la culture français 

 

 

Association Républicaine d'Anciens Combattants (ARAC)

L’A.R.A.C. fut fondée en Novembre 1917 durant la première Guerre mondiale dans le sang et la boue pour défendre les intérêts des soldats, et depuis plus d’un siècle elle continue à défendre les intérêts des anciens Combattants et victimes de guerre.

Henri Barbusse son premier Président et des proches lui fixèrent quatre objectifs:

  • obtenir, puis défendre et étendre les droits à réparation des anciens combattants.
  • Rassembler les hommes et les femmes dans l’action contre la guerre, pour la paix et la solidarité entre les peuples
  • Cultiver la mémoire de l’histoire dans un esprit de vérité.
  • Promouvoir les idéaux républicains de liberté, d’égalité et de fraternité et lutter contre le fascisme.

Guerre à la guerre, ce sont les mots que l’on pouvait lire sur le premier insigne de l’Association Républicaine des Anciens Combattants lors de sa fondation et depuis, ils constituent encore l’un de ses principaux mots d’ordre.

Sur le même thème en avril 2018 l’ ARAC lance des états généraux de la Paix, et recueille un énorme succès avec les marches pour la Paix, dans de nombreux départements.

Le Comité Départemental de l’Hérault, pour entretenir le souvenir et garder en mémoire le sacrifice de nos soldats, vous invitent à rejoindre l’A.R.A.C. 34 Comme Combattant pour la Paix, ainsi avec les anciens combattants de l’ARAC tous ensembles luttons contre les guerres

Notre Comité Départemental est à votre disposition pour répondre à vos problèmes.Vous êtes anciens combattants, ou combattants « OPEX opérations extérieures, ou combattants en Algérie entre 62 et 64 et vous avez des difficultés pour obtenir votre carte d’ancien combattant.
Vous êtes veuve d’ancien combattant et vous connaissez un problème de reconversion de votre pension, une seule adresse :

 

A.R.A.C Départementale
16 impasse Mathieu Alicotis
34450 Vias

 

Le secrétaire général ARAC 34 : Jean Gaillard
email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Le Président ARAC 34 : Joel Pichon

Les voeux d'Eddy Dorléans, de la Section Locale du PS Balarucois

Eddy Dorléans, Secrétaire de la Section Locale du PS Balarucois a prononcé la semaine dernière les voeux pour l'année 2019 de ce parti.. "Je vous remercie de répondre présent chaque année à cette invitation, c’est une tradition qui perdure et où nous sommes heureux de vous accueillir dans notre belle cité thermale. Dans cette salle sont réunis des militants, des sympathisants, des amis, peut-être même des curieux venus écouter le discours du Secrétaire de la Section Socialiste de Balaruc.

Ce discours traduira, je l’espère, la volonté et le sens de la responsabilité qui me guide dans mon engagement politique et citoyen. Il est de tradition, avant de se fixer les objectifs de cette nouvelle année fraîchement débutée, de faire le bilan des 12 mois qui, aujourd’hui, sont derrière nous. Je commencerai ce chemin, dans un passé pas si lointain, par des mots qui ne sont pas les miens « chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse » Cette citation nous la devons à Albert CAMUS et, effectivement, ces quelques mots sont criants d’une triste vérité.

Ma génération sait que celle qui nous succédera arrivera probablement trop tard si rien ne change. Ma génération sait aussi que celles et ceux actuellement aux responsabilités ont hérité d’une situation calamiteuse qu’ils n’ont pas réussi à enrayer.Ces difficultés, ces défis nous sont apparus en 2018 comme jamais. De là à dire que 2018 peut se résumer en 1 mot, 1 petit mot de 5 lettres dont la définition du dictionnaire est la suivante : « Forte manifestation d’un sentiment, d’un état d’esprit. ». 2018, à mes yeux, se résume par le mot "CRISE". CRISE sociale, CRISE écologique, CRISE migratoire … Une CRISE de confiance s’installe.

A l’énumération de cette introduction, je peux vous paraître pessimiste dans ma pensée pourtant dans mes actions je suis optimiste et déterminé. Du  haut de mes 28 ans je suis bien réaliste sur le monde qui nous entoure. Prenons la CRISE MIGRATOIRE : nous sommes en Méditerranée et en 2018 près de 2 300 migrants sont morts dans cette Mer qui, pour nous, est synonyme de plaisirs et d’insouciance … Qu’on fait les autorités françaises pour y remédier si ce n’est tergiverser pour savoir s’il fallait accueillir ou non l’Aquarius ? Là où la France, Pays des droits de l’Homme, doit tendre la main à ceux qui doivent échapper à la tyrannie de leur Pays, elle referme ses bras et laisse la droite et l’extrême droite agiter les chiffons de l’invasion … Là ou la France doit permettre à ces enfants, ces femmes et ces hommes de venir sur notre territoire afin de se ressourcer elle leur tourne le dos les laissant à la merci des passeurs … Avec cette attitude le Gouvernement français laisse apparaître chez nos concitoyens un sentiment de peur, comme dans de nombreux pays européens, ce sentiment amène les populations à un repli identitaire et à la xénophobie … Le Brexit et le visage de l’Europe d’aujourd’hui en sont les tristes exemples ! Cette attitude fait aussi le jeu d’une droite conservatrice et d’une extrême droite tombant dans le populisme.

Souvenons-nous de la phrase de Michel ROCARD  « La France ne peut accueillir toute la misère du monde » certains oublient la seconde partie, que je vous rappelle « mais elle doit en prendre fidèlement sa part » Le populisme naît aussi dans le terreau des difficultés d’une CRISE SOCIALE qui n’en finit pas, et en 2018 cette crise sociale s’est trouvé un emblème, un étendard … le fameux gilet jaune. Il y aurait tant à dire et tant a déjà été dit. Depuis le 17 novembre 2018, des dizaines, des centaines de milliers de personnes vêtues de gilets jaunes se réunissent partout en France et chaque samedi depuis cette date notre pays voit se succéder des rassemblements, des manifestations, des défilés. Le Président de la République, le Premier Ministre, les Ministres concernés ou bien encore les Parlementaires LREM me semblent dépassés par cette crise profonde, certes héritée de décennies de désillusions. Car, quand vous supprimez l’ISF pour une infime partie de la population et qu’en même temps vous réduisez de 5 € les APL pour de nombreux bénéficiaires ou augmentez les CSG pour les retraités,  Où est la justice sociale ? Où est l’effort de ces fameux premiers de cordées ? Quand d’un côté vous êtes maladroits avec les mots utilisés pour parler aux plus fragiles et qu’en même temps vous dressez des louanges aux grands groupes industriels dont bons nombres ne payent pas leur impôt en France ou est le respect ? Le sentiment d’injustice ne fait que croître. « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres », ces mots résument parfaitement la situation actuelle où certains groupuscules réactionnaires, extrémistes essaient de récupérer ce mouvement populaire et légitime et ce vieux Monde, âgé de quelques milliards d’années connait aujourd’hui les maltraitances et l’égoïsme de l’être humain.

Et nous voilà maintenant dans cette CRISE ECOLOGIQUE bien installée. Le combat pour notre planète doit être au-delà de n’importe quel autre combat … Il doit être le combat de nos vies dans l’intérêt de cette fameuse génération qui vient ! Que dirons-nous à nos enfants, à nos petits-enfants quand ils nous demanderont à quoi ressemblait la Terre avant ? Quand ils nous demanderont, après avoir vu un animal à la télé ou dans un livre, si nous avons connu cette espèce ? Oserons-nous les regarder dans les yeux et admettre, face à ces regards innocents et pourtant pleins de questionnement, que nous sommes responsables du monde sans « âme-verte » que nous leurs laissons ? Il n’y a pas de solutions miracles, il n’y a que dans un combat collectif et non punitif que nous trouverons les réponses qui doivent nous guider vers ce qui ressemblera le plus à une solution pour du long terme. Le temps des grands discours amenant la larme au coin de l’œil mais sans rien voir venir est terminé. ; la démission de Nicolas HULOT à la rentrée dernière nous est apparue comme une énième sonnette d’alarme. Il y a et il aura des décisions parfois impopulaires, loin des intérêts industriels, mais pour l’intérêt général à prendre mais surtout à mettre en place.

Alors vous l’avez vu, j’ai essayé de vous brosser rapidement le tableau, parfois sombre je l’admets de cette année 2018. Une année de conscience collective, de drame humain, de triste réalité … Mais dans ce brouillard il y a un événement qui nous a montré que la France peut, quand elle le veut vraiment, se dresser, s’unir et « combattre ». Cet événement mondial est bien évidement la victoire de la France en coupe du monde … Cette fameuse génération qui prend ces responsabilités, cette jeune génération que personne ne voyait venir et qui pourtant, avec la volonté et fi  du " qu’en dira-t-on ", a montré ce qu’elle valait ! Peut-être un parallèle à faire avec la classe politique et son renouvellement qui tarde à se faire dans nos partis politiques …

Nous voilà donc arrivés en 2019 mes chers amis ! 2019 sera une année importante pour l’avenir car, dans quelques semaines, les élections européennes arriveront. Il nous faudra répondre à ces grandes questions : - Quelle Europe voulons-nous pour les années à venir ? - Quelle Europe devons-nous mettre en place pour les générations futures ? L’Europe que je souhaite est une Europe solidaire, ouverte, écologique et humaniste. Je ne veux pas de cette Europe actuelle ou le conservatisme, le populisme, l’individualisme construit son nid … Ce n’est pas ça la définition du vieux continent. Chacun doit y trouver sa place, il n’y a pas de places pour la stigmatisation, le repli, le déni ! Bien que le fonctionnement actuel marche ce n’est pas en la démantelant de toute part que nous y arriverons. Nous devons la recentrer sur ces missions essentielles et sur les principales attentes des peuples européens : l’emploi, l’économie, l’écologie et la sécurité.

Les socialistes auront l’occasion de revenir sur ces questions d’ici peu. A titre personnel je souhaite que le Parti Socialiste fasse partie d’une alliance à gauche pouvant représenter nos valeurs sans nous effacer ; pour ma part, je mettrai l’énergie qui est la mienne dans ce scrutin parce que plus que jamais l’avenir doit se construire aujourd’hui ! Et aujourd’hui vous assistez aux vœux de la section locale du Parti Socialiste, il faut donc aussi parler du local. Ce que je vais faire avec plaisir. Vous avez tous vu récemment que Balaruc les Bains a été en 2018 encore la première Station Thermale de France, titre oh combien chargé en responsabilité. Il serait égoïste et totalement déplacé d’attribuer cette récompense à une personne. Cet honneur est une victoire collective, celle de l’ensemble des collaborateurs des thermes et de son équipe de Direction, des élus siégeant au sein du Conseil d’Administration, mais aussi de toutes celles et tous ceux qui, par leur activité, gravitent autour des Thermes : le tissu associatif, qu’il soit sportif, culturel ou encore festif et l’ensemble des commerçants Balarucois.

Je voudrais m’arrêter un instant sur le tissu associatif de la ville de Balaruc-les-Bains. En effet, quelle richesse pour une commune d’avoir un éventail aussi large où chacun amène son maillon à la chaîne des succès. Le monde associatif doit être cité en exemple par tous, élus ou représentants politiques. Lorsque l'on fait partie d’une Association sa réussite et celle des manifestations organisées ne peut se faire que parce que le collectif prime ! Le collectif voilà peut-être le mot qui pourrait nous guider en 2019 ; car dans tous les combats qui nous attendent le collectif pour l’intérêt général devra primer - que ce soit dans les combats écologiques, dans le combat européen et dans le combat contre les inégalités. Le collectif devra primer sur tout !

Je crois profondément qu’il est temps, pour ma génération, de prendre ses responsabilités, d’aller au combat, de montrer que, nous aussi, nous avons des propositions et des solutions. Nous nous tromperons parfois mais notre âge est un avantage, je le disais au début de mon propos, il nous permet de remonter à cheval plus vite pour tenter d’autres chemins... Alors rassurez vous le " jeunisme " cela ne veut pas dire mettre les plus anciens dehors cela veut dire tout simplement, mais en le rappelant souvent et très souvent peut être, qu’il faut compter avec nous, car le pacte commun se construit ensemble. J’ai commencé mon discours avec des mots qui n’étaient pas les miens, je le terminerai donc avec des mots qui ne sont pas les miens. Vous constaterez ainsi ma constance … Victor HUGO écrivait : « Ceux qui vivent sont ceux qui luttent » Mes chers amis je vous souhaite une belle année 2019 et une santé de fer pour écrire les quelques 342 pages blanches qui s’offrent à nous et que, collectivement, nous luttions pour un monde meilleur avec la génération qui vient " Eddy Dorléans

Maraude pour les sans abri le 1er février


Il fait très froid et les sans abri ont besoin d'aide. Ils ne mangent pas tous les jours et ont besoin de tout. Allons leur apporter un vrai repas,l comme à la maison et tout ce qu'il faut pour qu'ils tiennent coup.

Sur Sète...

Le collectif les Amoureux de La vie, Solidarité SDF Sète, apporte, chaque semaine, et cela depuis décembre 2012, des repas aux sans abri. Selon la saison, une soupe, une salade, des fruits, des vêtements, des couvertures, des chaussettes, tout pour leur apporter un plus qu'ils ne trouvent pas dehors et leur permettre de survivre dignement.

Tout ce que nous donnons c'est ce que nous apportons, alors chacun apporte un petit quelque chose, selon ses moyens.
C'est le moment de faire vos placards et de regarder ce que vous pouvez donner au lieu de jeter :)


Attention horaire hivernal, début de maraude 18h30. Point de départ devant le Virgil's à Sète, rue Général de Gaulle.

Nuit internationale de la Chouette

Conférence-débat

Villeveyrac

Le 1er Mars 2019 de 18 h 00 à 20 h 00

Effraie Des Clochers, Séance

Le 2 mars 2019 et durant tout le mois, nous célèbrerons ensemble la 13e édition de la Nuit de la Chouette. Depuis maintenant plus de 20 ans, la LPO organise tous les deux ans cet évènement exceptionnel pour connaître les chouettes et hiboux mais également leurs compagnons de la vie nocturne.

Fêtons tous ensemble la 13ème Nuit de la Chouette !

LPO Hérault

Responsable : Justine Lorain, Volontaire en Service Civique

Gratuit

Public concerné : Tout public

Accessible aux personnes handicapées : PMR

Renseignements :

LPO - Hérault
15, Rue du Faucon crécerellette
Les Cigales, Route de Loupian
Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage
34560 VILLEVEYRAC
04.67.78.76.24

Réservation :

Par téléphone : 06 18 40 42 29