Les élus du bassin de Thau s’élèvent contre l’arrêté préfectoral du 9 janvier 2020 qui suspend la commercialisation des coquillages de la lagune

Commercialisation des coquillages : les élus du bassin de Thau expriment leur soutien aux professionnelsOysters, Dish, Food, Seafood, Restaurant
 
Les élus du bassin de Thau s’élèvent contre l’arrêté préfectoral du 9 janvier 2020 qui suspend la commercialisation des coquillages de la lagune.  
 
La commercialisation des coquillages du bassin de Thau est suspendue depuis le 9 janvier 2020 par un arrêté préfectoral. Cet arrêté fait suite à deux cas de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) survenus entre le 6 et 22 décembre 2019.  
 
Pour les élus du territoire, cette fermeture administrative prise au nom du principe de précaution est injustifiée. En effet, une grande partie de la production concernée par l’interdiction a déjà été vendue et consommée pendant les fêtes de fin d’année et aucun événement climatique ou incident technique n’est venu perturber le fonctionnement des réseaux d’assainissement.  
 
Les élus du territoire expriment donc leur soutien à l’égard des professionnels et dénoncent cette mesure fortement pénalisante pour l’ensemble de la profession.  
 
Estimant que cette décision de la préfecture impacte gravement l’activité économique locale et porte atteinte à l’image du territoire, les élus expriment leur totale solidarité avec les professionnels de la pêche et de la conchyliculture du bassin de Thau.
 
 
 
 
 
André LUBRANO, conseiller régional de la Région Occitanie, Christophe MORGO, vice-président du Conseil départemental de l’Hérault,   Audrey IMBERT, conseillère départementale, François COMMEINHES, président de Sète agglopôle Méditerranée et maire de Sète, Yves MICHEL, président du Syndicat mixte du bassin de Thau et maire de Marseillan, Henry FRICOU, maire de Mèze,  Eliane ROSAY, maire de Bouzigues, Alain VIDAL, maire de Loupian