L'hôpital public de retour dans la rue, "le coeur brisé"

 AFP /

Trois mois après le "plan d'urgence" du gouvernement, les personnels hospitaliers ont manifesté vendredi leur amour du service public, mais aussi leur colère, syndicats et collectifs estimant que les mesures annoncées à l'automne ne répondent pas à leurs revendications.

"Nous avons le coeur brisé": Saint-Valentin oblige, les collectifs Inter-Hôpitaux et Inter-Urgences, à l'origine de cette nouvelle mobilisation, avaient demandé aux soignants d'"apporter une fleur blanche" pour "témoigner (leur) amour à l'hôpital public".

A Paris, quelques milliers de soignants - plus de 10.000, selon la CGT - ont défilé dans l'après-midi de l'hôpital Necker (XVe arrondissement) à celui de la Pitié-Salpêtrière.

Coeurs peints sur le visage et ballons roses à la main, l'ambiance animée tranchait avec la gravité des témoignages. Comme celui de Florian, 55 ans, aide-soignant à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, racontant sa "course quotidienne pour répondre aux sonnettes des patients", avec seulement "une infirmière pour deux étages et deux aides-soignants pour 28 patients".