Bon à savoir

Perquisition à LFI: procès sous tension pour Mélenchon et cinq proches

class="htitle txt36 txtblack mb2 ">AFP/

Le procès de Jean-Luc Mélenchon et cinq de ses proches pour les incidents ayant émaillé la perquisition au siège de LFI en octobre s'ouvre jeudi à Bobigny dans un climat électrique, alimenté par les accusations "d'instrumentalisation" de la justice.

Depuis plusieurs semaines, le chef de file des Insoumis dénonce un "procès politique" dont il s'estime victime dans cette affaire, affirmant ne plus "croire en la justice" et qualifiant les magistrats de "menteurs".

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a répliqué en fustigeant des propos "inacceptables" et en l'accusant d'être dans "l'invective", "le fantasme" et "le complot". "La justice n'est pas instrumentalisée à des fins politiques", a-t-elle assuré.

M. Mélenchon et ses cinq co-prévenus --dont les députés Alexis Corbière et Bastien Lachaud et l'eurodéputé Manuel Bompard-- doivent comparaître à Bobigny pour "actes d'intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l'autorité publique, rébellion et provocation".

Leur procès prévu sur deux jours doit débuter à 9H30 à Bobigny, où l'affaire a été dépaysée "dans un souci d'impartialité", selon le parquet général de Paris. Ils encourent jusqu'à 10 ans de prison, une amende de 150.000 euros et 5 ans inéligibilité.

Le 16 octobre 2018, M. Mélenchon s'était opposé avec virulence à la perquisition menée au siège de son parti à Paris dans le cadre de deux enquêtes du parquet de Paris: sur les comptes de la campagne présidentielle de 2017 et sur les conditions d'emploi d'assistants d'eurodéputés de la France insoumise - confiées depuis à des juges d'instruction.

Ce jour-là, le leader du parti, filmant en direct sur Facebook la perquisition de son domicile, avait d'abord dénoncé une "énorme opération de police politique". Il s'était ensuite rendu avec des proches au siège du mouvement, où une autre perquisition avait viré à la confrontation.

En savoir plus : https://www.afp.com/fr/infos/334/

La PMA pour toutes mardi sur la scène de l'Assemblée, gros temps en vue

 AFP/

Attention, terrain miné: le projet de loi bioéthique arrive mardi à l'Assemblée, promettant des débats intenses sur la mesure phare d'extension de la PMA à toutes les femmes, vivement combattue à droite, mais aussi d'autres sujets complexes qui bousculent les lignes partisanes.

Six ans après les débats enflammés sur le mariage pour tous, place à la première grande réforme sociétale du quinquennat Macron, avec l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires.

Outre cette mesure emblématique, qui avait été plusieurs fois repoussée, le texte de 32 articles prévoit une délicate réforme de la filiation et de l'accès aux origines, et aborde nombre de sujets sensibles comme l'autoconservation des ovocytes ou la recherche sur les cellules souches embryonnaires.

Autant de thèmes qui suscitent des questionnements chez les députés de tous bords, en quête d'équilibre entre ce qui est possible techniquement et ce qui est souhaitable éthiquement.

Depuis des mois, la majorité plaide pour un débat non "hystérisé" lors du marathon parlementaire qui se poursuivra jusqu'au 9 octobre.

"C’est le texte de tous les dangers mais il a été très bien préparé", entre états généraux de la bioéthique et avis du Comité consultatif national d'éthique, a affirmé cette semaine le chef de l'Etat, devant les parlementaires de la majorité.

Mais le ton monte hors des murs du Palais Bourbon: une manifestation de protestation est programmée le 6 octobre, à laquelle certains élus LR ou RN n'excluent pas de participer aux côtés de La Manif pour Tous.

L'épiscopat catholique a d'abord affirmé qu'il était du "devoir" des citoyens de manifester, avant qu'un porte-parole ne tempère ces propos. Les associations LGBT craignent, elles, de revivre le climat de "violence" de 2013.

Aller plus loin : https://www.afp.com/fr/infos/334/

« Des livres et des hommes : naissance de la bibliothèque de l’École de médecine »

En 2020, la Faculté de médecine fête ses 800 ans. Pour débuter les célébrations de cet évènement, l’Université de Montpellier dévoile au public les ouvrages les plus précieux de la bibliothèque historique de médecine lors d’une exposition exceptionnelle intitulée : « Des livres et des hommes : naissance de la bibliothèque de l’École de médecine de Montpellier ».

Le vernissage se déroulera vendredi 20 septembre 2019 à 18h dans l’atrium du bâtiment historique de la Faculté de médecine.

 

Une longue tradition humaniste

De Henri Haguenot au collectionneur Xavier Atger en passant par Chaptal, Prunelle ou Barthez, la richesse de la bibliothèque de médecine de Montpellier est aussi celle des grands humanistes qui l’ont constituée à partir de la seconde moitié du 18e siècle. Dons personnels, legs, achats ou confiscations révolutionnaires, cette collection encyclopédique témoigne d’une volonté marquée de mettre à disposition des médecins, des étudiants mais aussi du grand public, « les meilleurs ouvrages écrits sur chaque matière » (Prunelle).

Un fonds patrimonial exceptionnel Manuscrits médiévaux et modernes, incunables, livres, revues, thèses… Cette exposition est l’occasion de découvrir les pièces rares et d’une grande diversité contenues dans ces collections : le Chansonnier de Montpellier, le Psaultier de Charlemagne, le Traité du vin d’Arnaud de Villeneuve, des œuvres d’Hippocrate et Galien, et les Liliacées de Redouté…

Autant de trésors que le public pourra découvrir. Un rappel indispensable d’une vision humaniste et encyclopédique du savoir dont ces œuvres sont encore aujourd’hui les magnifiques témoins.

« Des livres et des hommes : naissance de la bibliothèque de l’École de médecine », du 21 septembre au 9 novembre. Bâtiment historique de la Faculté de médecine, 2 rue de l’école de médecine

Du mardi au samedi de 13h à 17h30.

PACTE : Simplifier la création d'entreprise

De la création à la transmission, les entreprises font face à trop d'obligations qui rendent complexes chaque étape de leur développement. Le Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) lève ces obstacles et simplifie notamment la création d’entreprise.

Création d'entreprises - Registre des entreprises - Annonces judiciaires légales - Conjoint du chef d'entreprise - Stage de préparation à l'installation (entreprises artisanales) - Retour au sommaire PACTE

Création d’entreprise

un problème

  • Seulement 39 % des entreprises ont été créées en ligne en 2016 hors microentreprises.
  • Les délais sont trop longs, notamment en raison de l’absence de dématérialisation totale du processus.
  • La procédure de création est complexe et peu lisible. Les formalités d’entreprise sont actuellement réalisées auprès de 7 réseaux de centres de formalités. Ils sont gérés par les chambres de commerce et d'industrie (CCI), les chambres de métiers et de l'artisanat (CMA), les chambres d'agriculture, les greffes des tribunaux de commerce ou de grande instance, les Urssaf, les services des impôts des entreprises et la chambre nationale de la batellerie artisanale.

une solution

Une plateforme en ligne unique remplaçant les 7 réseaux de centres de formalités des entreprises

Une plateforme en ligne remplacera les 7 réseaux de centres de formalités. Elle sera l’unique interface pour les formalités d’entreprise, quelles que soient son activité et sa forme juridique. Le créateur n’éprouvera ainsi plus de difficultés pour identifier le bon interlocuteur. Il verra sa charge administrative réduite grâce à la dématérialisation intégrale des formalités. Il n’existera plus de disparités dans le traitement des dossiers. Une assistance à l’accomplissement des formalités pour aider les entrepreneurs éloignés du numérique sera maintenue dans les centres de formalités actuels.

Mise en place progressive à horizon 2021

Une transition progressive vers une unique plateforme sera assurée pour permettre aux 7 réseaux gestionnaires de ces centres de formalités de s’adapter. Ainsi, de 2021 à 2023, le guichet unique pourra coexister avec les réseaux actuels.


Registre des entreprises

un problème

  • La multiplicité des registres génère de la complexité et de l'inefficacité. Aujourd’hui, il existe de multiples registres qui recueillent et diffusent les informations des entreprises. Les entrepreneurs ne savent pas à qui s’adresser : les démarches ne sont pas harmonisées et ne peuvent pas se faire en ligne.
  • 800 000 entreprises sont immatriculées dans plusieurs registres. Les coûts supplémentaires induits pourraient être évités.

une solution

Un registre général dématérialisé centralisant les informations des entreprises

Un registre général centralisera et diffusera les informations relatives aux entreprises : il regroupera les informations contenues dans le registre national du commerce et des sociétés, dans le répertoire national des métiers et dans le registre des actifs agricoles. Ces informations seront accessibles sur une plateforme en ligne unique.

Des coûts réduits et des démarches simplifiées

Le rapprochement entre les registres permettra de simplifier les démarches et de réduire les coûts à la création pour les entrepreneurs. Le registre général supprimera les coûts redondants liés à la double immatriculation.

Mise en place progressive à horizon 2021

Une transition progressive sera assurée pour regrouper les registres. Celle-ci se fera en adéquation avec la création de la plateforme unique pour la création d’entreprise.


Annonces judiciaires et légales

un problème

  • 200 €, c’est le coût moyen pour la publication d’une annonce judiciaire et légale au moment de la création d’entreprise sous forme de société.
  • Seule la presse imprimée est habilitée à publier des annonces judiciaires et légales.

une solution

Un dispositif modernisé et simplifié

Les services de presse en ligne seront habilités à publier des annonces judiciaires et légales pour s’adapter aux nouveaux usages en matière d’information. Les journaux qui publient quasi-exclusivement des annonces sans produire un contenu d’information locale suffisant seront exclus du dispositif. Ainsi, les publications habilitées, qu’elles soient imprimées ou numériques, ne pourront consacrer plus de 50 % de leur contenu à la publicité ou aux annonces.

Un outil pour réduire les délais de paiement

Une publication systématique des décisions de sanctions émises par la DGCCRF sur les délais de paiement sera réalisée dans les journaux d'annonces légales. Le "name & shame" sera ainsi renforcé pour réduire les délais et retards de paiement.

Des coûts réduits pour les entreprises

Une tarification au forfait sera instaurée pour les annonces relatives à la création d’entreprise afin d’en réduire le coût. Cette tarification au forfait sera également mise en place pour les autres types d’annonces relatives à la vie des entreprises, chaque fois que cela sera possible. Par ailleurs, cette tarification diminuera progressivement sur une période de 5 ans afin de baisser le coût pour les entreprises, tout en laissant du temps aux éditeurs de presse pour adapter leur modèle économique.


Conjoint du chef d'entreprise

un problème

  • 30 % des chefs d'entreprise travaillent avec leur conjoint, à temps partiel ou à temps plein.
  • Près d'1/3 de ces conjoints ne sont protégés par aucun des trois statuts déjà existants (collaborateur, salarié, associé).
  • C'est une situation à risque pour les entrepreneurs et précaire pour leur conjoint. Les entrepreneurs font face à des risques pénaux et financiers et leur conjoint, très majoritairement des femmes, ne disposent d’aucune protection sociale.

une solution

Obligation de déclaration de l’activité du conjoint travaillant au sein de l’entreprise

Un chef d’entreprise sera obligé de déclarer l’activité du conjoint au moment de la création d’activité ou après lorsque l’activité du conjoint est ultérieure à la création. Cette obligation s’ajoutera à celle de choisir entre le statut de conjoint collaborateur, conjoint associé ou conjoint salarié. À défaut de choix du statut, c’est celui de conjoint salarié, à savoir le statut le plus protecteur, qui sera mis en œuvre.

Ainsi, tous les conjoints dont l’activité aura été déclarée seront désormais protégés et couverts par un statut.

Les risques pénaux et financiers ne seront encourus par le chef d’entreprise que lorsqu’il aura délibérément dissimulé l’activité de son conjoint en déclarant que celui-ci ne travaillait pas.


Stage de préparation à l’installation (entreprises artisanales)

un problème

  • 400 €, c’est le coût moyen que représente le stage de préparation à l’installation pour un artisan en comptant son prix et le manque à gagner.
  • 30 jours, c’est le retard moyen que crée le stage de préparation à l’installation sur le début d’activité d'une entreprise artisanale.

une solution

L’obligation de suivre le stage de préparation à l’installation est supprimée

Le stage de préparation à l’installation, d’un coût fixé à 194 €, sera rendu facultatif. La suppression de l’obligation permettra de réduire les coûts et les délais de la création d’entreprise artisanale.
Un créateur pourra commencer son activité à sa convenance et choisir d’être accompagné au moment où il considère en avoir le plus besoin.
Cette mesure rétablira l’égalité entre les artisans et les autres travailleurs indépendants. En effet, le stage d’initiation à la gestion (SIG) dispensée par les chambres de commerce et d’industrie au bénéfice des commerçants est lui aussi facultatif.

Mentions obligatoires d'une facture : tout savoir !

La facture répond à un certain nombre d'obligations. Quelles sont les mentions obligatoires ? Quelles sanctions pour les contrevenants ? Revue de détail.

 

La forme de la facture

Une facture est une note détaillée de services réalisés ou de marchandises vendues. Elle doit répondre à un certain nombre d'obligation concernant la forme :

  • être rédigée en langue française
  • être établie en 2 exemplaires, dont l'original pour le client
  • comporter un certain nombre d'indications détaillées ci-dessous.

Factures dans une monnaie et langue étrangères

Une entreprise établie en France peut également sous certaines conditions  :

  • facturer dans une monnaie étrangère sous réserve que la devise étrangère soit reconnue internationalement et convertible (dollar ou livre sterling par exemple) et que la réintégration dans la comptabilité de l'entreprise se fasse en euros.
  • rédiger la facture dans une langue étrangère (dans ce cas, l'Administration peut exiger la traduction certifiée par un traducteur juré, pour contrôle).

 Lire aussi : Entreprises, combien de temps devez-vous conserver vos documents ?

Factures : les mentions obligatoires

La date de la facture

Date à laquelle la facture est émise.

Le numéro de la facture

Numéro unique pour chaque facture et basé sur une séquence chronologique et continue, sans « trou », une facture ne pouvant être supprimée. La numérotation peut éventuellement se faire par séries distinctes (par exemple avec un préfixe par année), si les conditions d'exercice le justifient.

La date de la vente ou de la prestation de service

Date où est effectuée (ou achevée) la livraison des biens ou la prestation de service.

L'identité du vendeur ou du prestataire de services

Dénomination sociale (ou nom et prénom pour un entrepreneur individuel), adresse du siège social, adresse de facturation (si différente), numéro de Siren ou Siret, code NAF, forme juridique et capital social (pour les sociétés), numéro RCS et ville du greffe d'immatriculation (pour les commerçants), numéro au répertoire des métiers et département d'immatriculation (pour les artisans).

L'identité de l'acheteur ou du client

Dénomination sociale (ou nom pour un particulier), adresse du client (sauf opposition pour un particulier),adresse de facturation si différente, adresse de livraison.

Numéro du bon de commande

Lorsqu'il a été préalablement établi par l'acheteur.

Numéro d'identification à la TVA

Numéro d'identification à la TVA du vendeur et du client professionnel (seulement ci dernier est redevable de la TVA). Ces mentions ne sont pas obligatoires pour les factures dont le montant hors taxes est inférieur ou égal à 150 €.

La désignation et le décompte des produits et services rendus

  • Nature, marque, référence des produits. Matériaux fournis et main d'oeuvre pour les prestations.
  • Dénomination précise, quantité, prix unitaire hors taxes et taux de TVA ajoutée, remises et autres rabais éventuels.

Le prix catalogue

Prix unitaire hors TVA des produits vendus ou taux horaire hors TVA des services fournis.

Le taux de TVA légalement applicable

Notamment si différents taux de TVA s'appliquent, ils doivent apparaître de manière claire par lignes.

Réduction de prix

Rabais, ristourne, remise à la date de vente ou de la prestation de service, à l'exclusion des opérations d'escompte non prévues sur la facture.

Somme totale à payer hors taxe (HT) et toutes taxes comprises (TTC)

Concernant le paiement

La date ou délai de paiement, les taux de pénalités en cas de non paiement à la date de règlement inscrite sur la facture et le montant de l'indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement en cas de retard de paiement (40 €).

Factures : les mentions particulières

D'autres mentions doivent être inscrites sur la facture selon les cas particuliers suivants :

  • Le vendeur ou prestataire est membre d'un centre de gestion ou d'une association agréée

Ajouter la mention : « Membre d'une association agréée, le règlement par chèque et par carte bancaire est accepté ».

  • Le vendeur a un régime de franchise de TVA

Ajouter la mention « TVA non applicable, art. 293 B du Code général des impôts ».

  • Le sous traitant ne déclare plus la TVA c'est L'entreprise principale qui la déclare (autoliquidation de la TVA)

Mention « auto-liquidation de la TVA ». Indiquer qu'il s'agit d'un « montant hors taxe ».

  • Les artisans ou les micro-entrepreneurs exerçant une activité artisanale pour laquelle une assurance professionnelle est obligatoire

Mention de l'assurance souscrite au titre de l'activité.

Lire aussi :  Tout savoir sur les numéros d'identification des entreprises

Factures électroniques

La facture peut être émise par voie électronique sous réserve que l'acheteur formalise son acceptation. Le contenu d'une facture dématérialisée doit correspondre à celui d'une facture papier comportant strictement les mêmes mentions obligatoires.

Dans le cadre des marchés publics, la facturation électronique est obligatoire pour les grandes entreprises et les PME, et le sera bientôt pour les TPE à partir du 1er janvier 2020.

En savoir plus sur la facturation électronique dans le cadre des marchés publics

Quelles pénalités pour les infractions aux règles de facturation ?

Les entreprises ne respectant pas les règles de facturation s'exposent à une amende fiscale de 15 € par mention manquante ou inexacte.Toutefois le montant de l'amende ne peut excéder le quart du montant de la facture.

Au 1er octobre 2019, tout manquement à l'obligation de facturation entre professionnels sera puni d'une amende administrative. Les amendes encourues iront de 75 000 € pour une personne physique et 375 000 € pour une personne morale. Cette amende pourra être doublée en cas de réitération de la faute dans un délai de 2 ans à compter de la 1ère sanction.

Factures : délais de conservation

Les factures doivent être conservées pendant 10 ans, en leur qualité de pièces comptables. Elles peuvent être conservées sous format papier ou électronique.

Lire aussi : Marchés publics : la facture électronique comment ça fonctionne ?

Les défis de la voiture à hydrogène

 Honda/ Clarity (hybride hydrogène)

L’hydrogène peut être produit pour stocker l’électricité des sources intermittentes (solaire, éolien) ou absorber les excédents de la production nucléaire en période de basse consommation. Pour restituer cette énergie emmagasinée, l’hydrogène peut servir de carburant primaire ou alimenter une pile à combustible pour redonner de l’électricité. Il joue alors le rôle de régulateur et de vecteur d’énergie.


Le Japon, qui a décidé de miser très tôt sur l’hydrogène, développe à cette fin un réseau de plusieurs centaines de stations de recharge et soutient la recherche pour développer les piles à combustibles dans le secteur automobile. Dans l’archipel nippon, Toyota avec sa Mirai ou Honda avec sa Clarity, ont démontré l’intérêt des véhicules à hydrogène : agrément de conduite, ravitaillement rapide, autonomie de plusieurs centaines de kilomètres, zéro pollution avec la vapeur d’eau comme seul rejet.


Depuis, d’autres constructeurs s’intéressent à ce créneau encore étroit mais porteur : Hyundai, Kia, BMW, Mercedes, Lexus, Tata Motors… Selon le Conseil de l’Hydrogène, entre 10 et 15 millions de voitures et environ un demi-million de camions rouleront à l’hydrogène à l’horizon 2030. Les industriels de l’hydrogène mettent en avant le fait que les piles à combustible nécessitent beaucoup moins de métaux rares pour leur fabrication que les batteries. La Corée, l’Allemagne et la Californie suivent l’exemple du Japon et sont engagées dans le développement à grande échelle de réseaux de stations de recharge d’hydrogène. La Californie affiche à elle-seule un objectif de 5 millions de voitures à hydrogène pour 2030.

» Lire la suite

Un salarié français sur deux se dit "épuisé" par son travail Un salarié français sur deux se dit "épuisé" par son travail

Les Français sont par ailleurs nombreux à se dire satisfaits de leur qualité de vie au travail, malgré des rythmes qui s'intensifient.


Construction, Worker, Concrete
Les salariés français se disent de plus en plus épuisés par leur travail, mais ils sont également plus satisfaits de leur qualité de vie au sein des entreprises. C'est ce qu'indique la onzième édition du baromètre santé et qualité de vie au travail de l'Ifop pour Malakoff-Médéric Humanis, publiée mercredi 18 septembre.
 
Ainsi, 46 % des salariés du privé interrogées estiment que leur rythme de travail s'est intensifié par rapport à l'année précédente.

30 % des salariés estiment ne pas avoir le temps de bien faire leur travail et 35 % pensent qu'on leur demande de travailler trop.

Aller plus loin : https://actu.orange.fr/france/un-salarie-francais-sur-deux-se-dit-epuise-par-son-travail-magic-CNT000001jiNgs.html

Ajaccio : explosion dans une station d'épuration, des personnes intoxiquées

Un incident s'est produit mercredi matin à la station d'épuration des Sanguinaires à Ajaccio (Corse-du-Sud). L'air est irrespirable, selon la police.

Au moins huit personnes ont été intoxiquées.

Tout un quartier d'Ajaccio est en alerte. En fin de matinée ce mercredi 18 septembre, une fuite massive lors du remplissage d'une cuve de chlore s'est produite à la station d'épuration des Sanguinaires, rapporte Corse Matin. Les deux employées de Kyrnolia, la société gestionnaire du site, ont été hospitalisées.

Au moins huit personnes ont été intoxiquées par les émanations de gaz, selon la municipalité d'Ajaccio. Elles sont prises en charge par le SAMU. Les secours sont actuellement sur les lieux. Sur Twitter, la ville indique également que "la cuve de chlore a explosé" et appelle à "éviter le secteur". La route des Sanguinaires (D111) a été fermée. Un périmètre de sécurité a été mis en place.

Source Ville d'Ajaccio : Il est demandé aux riverains de rester confinés dans les bâtiments.  Respectez strictement les consignes des forces de l’ordre. Evitez le secteur pour faciliter le travail des services de secours.

Psychiatrie : un rapport dénonce la prise en charge "catastrophique" des patients

Un rapport présenté ce mercredi 18 septembre réclame une "véritable politique nationale de santé mentale" afin d'alléger la charge confiée au ministère de la Santé.

"Sortir la psychiatrie de l'hôpital". Tel est la recommandation centrale du rapport dévoilé par les députées Martine Wonner (LREM) et Caroline Fiat (La France insoumise), sur l'état.

Face à la  "prise en charge catastrophique" des patients en santé mentale, le document recommande de redéployer "80%" du personnel de cette filière "au bord de l'implosion" vers la ville "à l'horizon 2030".Les constats négatifs dressés par le rapport sont multiples : "Retard au diagnostic beaucoup trop important", "sur-occupation des lits" de psychiatrie représentant un "fléau pour les patients comme pour les soignants", recours croissant "à l'hospitalisation sans consentement"... L'organisation territoriale de la psychiatrie est "tout à la fois inefficiente et inefficace", estiment les deux élues, rapporteures d'une mission d'information sur le sujet. Ancienne psychiatre devenue députée, Martine Wonner estime que "la psychiatrie aujourd'hui, c'est comme si des patients en cardiologie arrivaient en état d'infarctus". "Si la souffrance était traitée dès l'apparition des signaux faibles, 90% des patients n'auraient pas à être hospitalisés", ajoute t-elle dans un tweet.

Centres "saturés", les urgences en pâtissent...

Aller plus loin : https://actu.orange.fr/france/

Dans l'Hérault, 2 concerts au profit de la Fondation du Patrimoine

Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, la délégation régionale Occitanie Méditerranée de la Fondation du patrimoine organise deux concerts de musique classique :

 pitraCB183CA956564AF0AE7F03C3468CC138

Le vendredi 20 septembre à 19h30 au Théâtre Municipal de Béziers 

Avec le Quintet Occitania (cordes), Bernard Soustrot (trompette), Philippe Mouratoglou (guitare), Ariane Wohlhuter (soprano), Marie Cubaynes (Mezzo).
Les bénéfices de la soirée serviront à financer une partie des travaux de restauration de la Maison Chappaz, que vous pourrez visiter lors de ces Journées du Patrimoine.

Tarif unique : 25€

Le Dimanche 22 septembre à 17h00 à l’Opéra Comédie de Montpellier 

Tarif unique : 22€, billetterie de l’Opéra Comédie

Concert en partenariat avec la Fondation du patrimoine au profit de la restauration des peintures du grand foyer : Niels Gade (1817-1890) Souvenirs d’Ossian opus 1, Robert Schumann (1810-1856) Symphonie n° 4 en ré mineur opus 120

Opéra Comédie 11 boulevard Victor Hugo, 34000 Montpellier 34000 Montpellier Hérault

Le bénéfice de ces concerts sera intégralement reversé aux projets de restauration de l’Hôtel Chappaz de Béziers et des décors peints du grand foyer de l’Opéra Comédie.

pitraaaaaaCapture