Bon à savoir

Airbus met un point final à son géant des airs l'A380

Faute de commandesAéronefs, Ciel, En Volant, Bleu

 AFP

Airbus a annoncé jeudi la fin de la production de l'A380, son emblématique géant des airs entré en service en 2007, en bout de course faute de commandes et qu'il cessera de livrer en 2021.

Boudé par les compagnies, le programme avait été maintenu en vie depuis ces trois dernières années grâce à un ralentissement du rythme de production passé à un exemplaire par mois en 2018, contre un total de 27 sur l'ensemble de l'année 2015.

 

En savoir plus : https://www.afp.com/fr/infos/334/

Embellie sur le front du chômage

Le gouvernement se réjouit

 AFP

La France a connu une embellie fin 2018 sur le front du chômage, passé sous le seuil des 9%, un effet des réformes selon le gouvernement, même si cette baisse est le miroir de la croissance et reste fragile.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, qui commente de temps à autre les chiffres malgré ce qu'elle avait dit au début du quinquennat, s'est immédiatement réjouie jeudi matin de cette "très bonne nouvelle".

En savoir plus : https://www.afp.com/fr/infos/334/

Le 15 février ce sera la Journée internationale du Syndrome d'Angelman

 
Journée internationale du Syndrome d'Angelman

La première édition de cette journée internationale a eu lieu en 2012. Mais qui connaît le syndrôme d'Angelman ?

Une maladie méconnue

Le Syndrome d’Angelman est une maladie d'origine génétique se caractérisant par un trouble sévère du développement neurologique. On doit au pédiatre Britannique Harry Angelman, la première caractérisation des symptômes du syndrome qui porte aujourd’hui son nom, en 1965.

La maladie d'Angelman est caractérisée par une déficience mentale sévère, ainsi que par une apparence et un comportement caractéristiques. Depuis 1965, les connaissances cliniques ont nettement progressé et permis de repérer de mieux mettre en évidence les constantes de ce syndrome.

Une journée de sensibilisation voulue par les associations

Chaque  association  mène  des  actions  individuelles  en vue d'objectifs communs.

  • le soutien des familles et des personnes atteintes par la maladie, grâce à l’échange d'informations, la solidarité et les conseils en matière de prise en charge.
  • la sensibilisation du grand public et des professionnels de santé.
  • le financement de la recherche médicale et scientifique.

Enfin, dernier objectif et non des moindres, cette journée doit aussi permettre la reconnaissance des personnes porteuses du  syndrome d'Angelman comme des citoyens à part entière.

Un champion parmi les anges

Sébastien Loeb, le nonuple champion du monde des rallyes est parrain de l'AFSA, l'Association Française du Syndrôme d'Angelman.

"Les sportifs de haut niveau sont solidaires des personnes handicapées parce qu’ils savent reconnaître la différence et qu’ils comprennent le sens du mot combat. Pour l’AFSA et pour toutes les familles qui souffrent au quotidien pour leur enfant, le soutien de Sébastien Loeb est plus qu'un honneur, c’est une reconnaissance." Denise Laporte, Présidente de l’AFSA

Un site à visiter : www.angelman-afsa.org

Le 15 février ce sera la Journée internationale du cancer de l’enfant

 
Journée internationale du cancer de l’enfant

Le cancer chez l’enfant est la deuxième cause de mortalité dans les pays développés.

Cette journée internationale vise à mieux faire connaître cette réalité et promouvoir les actions de prévention, mes aussi les soins et la recherche.

Les enjeux du Plan cancer 2014-2019

Les cancers pédiatriques font partie intégrante de ce plan gouvernemental, aussi bien au niveau de la recherche que pour la prise en charge des enfants malades et de leurs familles.

En France, 1 700 nouveaux cas dénombrés chaque année

« Les cancers chez l’enfant restent, encore aujourd’hui, souvent synonymes d’isolement et de rupture du lien social et scolaire. Si, la Ligue contre le cancer soutient les orientations prises dans le cadre du Plan cancer 2014-2019, il est de notre devoir d’exiger la mise en œuvre de solutions concrètes pour aider les enfants et leurs familles, avant, pendant et après la maladie »

Pr Jacqueline Godet, présidente de la Ligue contre le cancer.

Une loi pour le droit à l'oubli

Bonne nouvelle, on guérit du cancer. De plus en plus. Mais la société n'a pas encore adapté son comportement à cette nouvelle donne et les anciens malades souffrent toujours de discriminations. Accès à l’assurance, à lemprunt, discriminations à l'embauche... les anciens enfants malades doivent pouvoir bénéficier du droit à l’oubli et concrètement ne plus devoir mentionner cette maladie dans les déclarations d’assurance.

Un site à visiter : www.ligue-cancer.net

BARTABAS, au Château d’O

BARTABAS, fondateur du théâtre Zingaro, fera escale à Montpellier pour présenter sa dernière création, Ex Anima, programmée du 23 avril au 19 mai 2019 au Domaine départemental de Bayssan à Béziers.

 rendez-vous

Jeudi 21 février 2019 à 12h00

Au Château d’O

982 avenue des moulins 34090 Montpellier

Situé dans le Domaine d’O - Accès par le Rond-point du Château d'O

 

 Le Théâtre équestre Zingaro, une renommée internationale

Ecuyer d’exception, Bartabas fonde sa compagnie le Théâtre Équestre Zingaro en 1984 ets’installe au Fort d’Aubervilliers cinq ans plus tard. Ses créationssont à chaque fois des évènements qui marquent leur époque et triomphent partout de New York à Tokyo, d’Istanbul à Hong-Kong, de Moscou à Mexico. Il fonde en 2003 l’Académie équestre de Versailles, un corps de ballet sans autre exemple au monde, qui se produit dans le manège de la grande Écurie royale. Il travaille également pour le cinéma et de nombreux ouvrages ont été publiés sur son parcours artistique et humain.

 Ex Anima, l’événement de l’année 2019 !

Pour démarrer sa tournée en France, Bartabas a choisi de retourner à Béziers dans l'Hérault, trois ans après sa création On achève bien les Anges (Elégies), qui avait séduit plus de 20 000 spectateurs en 2016.

Puissant, émouvant, inédit,  le nouveau spectacle de Bartabas célèbre les chevaux comme les véritables acteurs du théâtre équestre Zingaro. Seuls sur scène, ils réalisent comme d’eux-mêmes une dizaine de scènes, sans que personne ne semble les diriger. Une prouesse qui rend chaque représentation unique ! Au souffle envoûtant des flûtes irlandaises, indiennes et asiatiques, répond celui puissant et sonore de ces 38 chevaux d’exception.

Les billets pour Ex Anima sont d’ores et déjà disponibles dans les points de vente habituels (Fnac, Tickemaster, Digitick), et sur www.heraultculture.fr, à partir de 21 euros.

KINSHASA Chroniques est prolongée jusqu'au 2 juin 2019

En raison de son succès, l’exposition 
KINSHASA
Chroniques

est prolongée jusqu'au 2 juin 2019
 
Exposition coproduite par le Musée International des Arts Modestes et la Cité de l’architecture & du patrimoine
  
Le MIAM accueille à Sète des artistes du continent africain. Ils vivent et travaillent principalement à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo.
 
L’exposition Kinshasa Chroniques propose une approche de la capitale congolaise, troisième ville d’Afrique, née du regard d’artistes dont la pratique est ancrée dans une expérience intime de l’espace urbain. Soixante-dix créateurs—individus, binômes, collectifs—y disent par la plastique, par le verbe, par le son, Kinshasa telle qu’elles et ils la voient, la vivent, la questionnent, l’imaginent, l’espèrent, la contestent. La focale est éminemment contemporaine : photographes, vidéastes, performeurs, slameurs, rapeurs, peintres, bédéistes, ils et elles sont presque tous nés après 1980. En cela, l’exposition fait écho à la démographie de Kinshasa, dont la très grande majorité des habitants a moins de quarante ans. Engagés, à la recherche de manières nouvelles de dire et d’imaginer la ville, tant formellement qu’éthiquement et politiquement, les concepteurs que l’on rencontre ici mettent radicalement à mal clichés et images faciles.
 
Sur fond de déambulation—une traversée de Kinshasa qui mène les visiteurs de quartier en quartier—, l’exposition s’articule autour de neuf chroniques. Ces chroniques peuvent être abordées comme on aborderait la ville elle-même, de manière linéaire ou, selon l’intérêt et l’envie de chacun, en faisant des sauts, des impasses, des allers et retours. Performance, sport, paraître, musique, capital, esprit, débrouille, futur, mémoire : si les thématiques sont diverses, elles n’ont pas pour autant l’objectif d’offrir une vision englobante de Kinshasa. Il s’agit plutôt de suggérer des pistes, ou encore des points d’entrée, pour penser l’espace urbain kinois – pistes et points d’entrée inspirés par le travail des artistes eux-mêmes. L’objectif n’est pas non plus de présenter un panorama des arts contemporains à Kinshasa : l’exposition ne se veut en rien un survol. Plusieurs générations d’artistes sont à l’oeuvre dans la ville aujourd’hui, qui chacune mériterait une ou plusieurs expositions. A quelques exceptions près, qui ensemble confirment la règle, les créateurs en présence ici appartiennent à la plus jeune de ces générations. Si certains ont déjà exposé hors Congo, la plupart sont encore peu connus au-delà du milieu des arts kinois. C’est une importante lacune que Kinshasa Chroniques vise à combler.
 
 
 
Un objectif, encore : dialoguer via les formes, les thématiques, la scénographie avec d’autres lieux et initiatives qui se sont donné pour but d’exprimer la richesse, la complexité de la scène artistique congolaise. Biennale Picha de Lubumbashi qui, en 2017, célébrait sa cinquième édition ; ateliers, expositions, masters class organisés par le collectif kinois Eza Possibles et par Kin ArtStudio, espace fondé à Kinshasa par le plasticien Vitshois Mwilambwe Bondo ; festivals consacrés à la performance, eux aussi à Kinshasa—depuis 2015, les rencontres internationales de performeurs KinAct et en 2007 les Scénos urbaines ; Afropolis : Stadt, Medien, Kunst (Rautenstrauch-Joest Museum, Cologne, 2010-2011), exposition qui consacrait une importante section à Kinshasa ; Kinshasa ville des images (Museum für Kunst und Kulturgeschichte, Dortmund, 2012) ; Beauté Congo (Fondation Cartier pour l’art contemporain, 2015) ; Urban Now : City Life in Congo (WIELS, Bruxelles, 2016) ; Congo Art Works (Garage Museum of Contemporary Art, Moscou, 2017) ; Kinshasa 2050, rendez-vous annuel lancé par l’Institut français de Kinshasa en 2017… Kinshasa Chroniques s’inscrit dans la continuité de ces précédents et d’autres encore, et par-là souhaite contribuer à l’écriture plurielle d’une histoire de l’art urbain congolais. Dans l’optique, toujours, de dialoguer, les approches proposées dans l’exposition sont celles non pas d’un commissaire individuel, mais d’un collectif de praticiens dont les membres sont issus de domaines divers. Performance, architecture, urbanisme, histoire de l’art, science politique se rejoignent et s’interrogent mutuellement. La visée est non pas de dire la ville de Kinshasa, d’énoncer une ou des vérités la concernant, mais de l’écouter, d’apprendre d’elle.
 
C’est que les oeuvres regroupées dans Kinshasa Chroniques narrent une ville qui a passablement à enseigner à ses consoeurs d’Europe et d’Amérique du Nord. En matière de formes et de pratiques artistiques et en tant qu’espace de vie. Polycentralité, polyfonctionnalité, contigüité, densité, vitalité du commerce de quartier, économie circulaire : ces caractéristiques offrent un terreau de réflexion positif pour faire évoluer les villes au « Nord » vers plus de dynamisme social, de proximité, de fluidité fonctionnelle et de décentralisation de la production urbaine. Avec ses quelque treize millions d’habitants et 85% de sa surface auto-planifiée et auto-construite, Kinshasa peut, en effet, être perçue comme le révélateur d’une nouvelle façon de produire la ville.
 
La vie à Kinshasa est souvent très dure. Il ne s’agit pas de faire l’impasse là-dessus. Mais de désespoir non plus il n’est pas question ici. Et pour cause. Les portraits-catastrophe de Kinshasa, et du Congo plus largement, que véhiculent les médias au « Nord » trouvent peu d’écho dans la production artistique de la ville. Infrastructure dévastée, chômage endémique, militarisation de l’espace, violence quotidienne— ces sujets, ces obstacles, sont bien évidemment traités, mais aussi, et souvent simultanément, la poésie, l’espoir. Kinshasa, vue par ses artistes aujourd’hui, est un espace de possibles. C’est à ces possibles qu’est consacrée cette exposition.
 
Musée International des Arts Modestes
23 quai Maréchal de Lattre de Tassigny - 34200 Sète - France

+33 (0)4 99 04 76 44
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - www.miam.org
facebook.com/
museeinterationaldesartsmodestes
twitter.com/miamsete

Heures d’ouvertures
- du 1er octobre au 31 mars : du mardi au dimanche de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00.
Visites guidées sur réservations.
Fermetures annuelles : 1er mai, 1er novembre, 25 décembre et 1er janvier

Tarifs
- Adultes : 5,60 euros
- Groupes de plus de 10 personnes : 3, 60 euros
- Etudiants, 10-18 ans : 2,60 euros
- Groupes scolaires non sétois : 25 euros
-1.2.3 Musées* : 3,60 euros
*Sur présentation d’une entrée adulte à l’Espace Georges Brassens ou au Musée de la mer (validité du ticket 2 jours) le MIAM appliquera aux visiteurs un tarif préférentiel.

Gratuit pour les moins de 10 ans, demandeurs d’emploi, groupes scolaires sétois, et le premier dimanche du mois 
 

La Gaule Bessanaise et ses actions auprès des jeunes

L’assemblée générale de la Gaule Bessanaise s’est déroulée autour des membres du bureau, Laurent, Antoine, Nilsan et Sylviane, et en présence du maire Stéphane Pépin-Bonet.

L’équipe dirigeante actuelle, installée depuis à peine une année, a souhaité d’abord remercier le précédent bureau pour son aide, tant pour le passage de relais que pour le moment phare de l’association, la pêche à la truite, qui enchante depuis plus d’un quart de siècle enfants et parents le dernier jour de la fête locale.

Les projets, dans le but de se développer, de promouvoir la pêche et de mieux faire connaître les milieux aquatiques, ont été au centre des discussions. Il est ainsi prévu de renouveler sa participation aux échanges intergénérationnels de la Semaine Bleue, qui ont permis de s’adresser aux enfants et de constater l’intérêt qu’ils ont montré pour les explications sur la pêche et les poissons. D’autres projets en direction des jeunes se sont également fait jour, comme la réparation de la barque, des interventions dans les écoles, et des sorties avec des clubs de pêche voisins.

Le maire a remercié les bénévoles de l’association, les félicitant pour leurs initiatives en faveur des jeunes qui représentent l’avenir ; il a également annoncé que la ville allait se porter acquérir du terrain jouxtant la base de loisirs de la Guinguette, afin de développer les activités liées de l’Hérault si proche du village… Une nouvelle très bien accueillie par les participants, qui souhaitent rappeler aux Bessanais que la nature et l’environnement passent aussi par le respect du fleuve, sa connaissance et son entretien.

Ouvertures / fermetures de classes dans l'Hérault suite au CTSD

Selon le SNUipp34 :

"Le CTSD a eu lieu ce mercredi après-midi au Rectorat, le DASEN a acté les ouvertures et fermetures de postes pour la rentrée 2019 dans les écoles du département...

Par rapport au projet initial du DASEN, nos interventions et les mobilisations ont permis de faire annuler des fermetures et d’obtenir des évolutions :


- Ouvertures supplémentaires à Montpellier (Voltaire et Baudelaire) et à Vendargues (les Asphodeles).
- Annulation des fermetures prévues à Colombières sur Orb, à Frontignan (les Terres Blanches), Gabian, des postes PMC à St Pons de Thomières et Bédarieux."

En savoir plus sur : http://34.snuipp.fr/spip.php?article2918

L'avant-dernière visite Regards Croisés avec la MID

Rendez-vous Samedi pour l'avant-dernière visite Regards Croisés avec la MID!
Inscriptions à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Aucune description de photo disponible.

Avis de rappels de produits

Info consommateurs

13/02/2018 - Avis de rappel d'hoverboard smoltboard 8.0 classic de marque SMOLT&CO
Risque de départ de feu

12/02/2019 - Avis de rappel de MUFFINS de marque Valpibio
Traces de protéines de lait dans le produit : allergène non étiqueté

12/02/2019 - Avis de rappel de bouilloire électrique de marque ELECTRIC KETTLE
Risque de départ de feu

11/02/2019 - Avis de rappels d'autocuiseurs

11/02/2019 - Avis de rappel de bicyclettes des marques Trek et Diamant
Risque de chute liée à la rupture de la courroie

Montagne : croisement serré en pente

Sur une route de montagne, pour éviter un démarrage en pente, le véhicule qui descend est tenu de laisser la priorité à celui qui monte. Seule exception : un véhicule lourd est prioritaire sur un véhicule léger.

L’image contient peut-être : texte