Bien-être & Santé

Corona : en première ligne, les femmes !

Alors que le discours politique se veut martial, la réalité de la lutte contre la pandémie s’incarne non pas dans de virils guerriers mais dans des professions majoritairement féminines. Ces dernières sont pourtant souvent invisibles, et toujours très mal payées…

D'après - Mediapart du 17 avril. Photo : Georges Gonon-Guillermas / Hans Lucas via AFP.

«Ce qui fait tenir la société, c’est d’abord une bande de femmes, parce que les femmes sont majoritaires dans les équipes  soignantes  –  même si nous saluons aussi avec autant de gratitude les hommes – parce que les femmes sont majoritaires aux caisses des supermarchés, parce que les femmes sont majoritaires dans les équipes qui nettoient les établissements qui travaillent encore, et qu’elles sont souvent majoritaires dans la fonction publique qui tient encore. »

…Ces métiers sont regroupés dans le domaine qu’on appelle le « care » (ou soin, sollicitude en français) …

« Au départ, l’éthique du care s’intéresse au sentiment d’attention et au souci des autres, explique Sandra Laugier, professeure de philosophie à la Sorbonne, même si ce n’est pas réservé aux femmes, socialement, ce sont surtout elles qui se retrouvent en situation de s’occuper des autres – des enfants, des malades, des personnes âgées… –, et de développer ces capacités. L’autre dimension du care renvoie à une activité. Et donc à un travail. Il  ne s’agit pas simplement d’un sentiment mais aussi d’un domaine d’activité de la vie sociale qui permet à la société de se maintenir en temps normal, qui rend la vie quotidienne possible, mais qu’on ne voit pas, qu’on tient pour acquis. Là, d’un coup, ces métiers deviennent visibles, le concept du care se matérialise. Et les gens deviennent reconnaissants. »

Témoignages (les prénoms sont modifiés) :

« quand tu te fais contrôler par la police, ils te disent “courage” ; au drive, ils te font des courses spéciales parce que tu es soignante ; la boulangerie nous offre les chocolatines ; tu as presque des gens qui t’applaudissent quand tu vas au supermarché », s’étonne Sabrina, infirmière en Ehpad.

Maëlys, aide-soignante dans une clinique :

« … La mairie nous a amené des boissons, des pizzas ; un magasin du coin nous a aussi livré à chacune des chocolatsHeureusement qu’on a tous ces petits gestes-là, parce que ce n’est pas notre direction qui nous soutient. En tant qu’aides-soignantes, on a toujours été dénigrées, on est là pour le pipi caca. Mais là, c’est encore pire, les cheffes ne viennent pas nous voir, comme si on avait la peste. » Maëlys, à temps partiel à 80%, travaille les week-ends, avec 13 ans d'ancienneté, touche 1 040 €/mois.

Alix, infirmière libérale :

« …on ne fait pas que du soin. On devient un membre de la famille de nos patients, on fait aussi office d’assistante sociale, de réparatrice télé, de femme de ménage, de plombière… C’est tout un accompagnement. Ça n’a l’air de rien, mais pour certains patients, ça représente tout »

Élodie, infirmière libérale, se déplace parfois à des kilomètres de chez elle pour effectuer des injections rémunérées 7 € brut.

Delphine, aide-soignante de nuit en Ehpad.

« On ne fait pas ça pour l’argent, sinon on ferait autre chose.  Mais notre métier a une valeur particulière en ce moment, il prend tout son sens. Les personnes âgées comptent sur nous. »

Sandra Laugier constate :

«… Le domaine de la vie domestique n’a jamais été considéré comme important politiquement, il s’agit d’un lieu de travail gratuit. Or, là on s’aperçoit que c’est bien celui-là qui permet l’essentiel. Tout ce qui fait qu’on vit a toujours été assuré par les femmes, tout ce qu’on ne voit pas ou ne veut pas voir d’habitude apparaît au grand jour. Alors que le discours politique reste dominé par les hommes. La structure genrée de la société devient très visible. Le fait qu’on parle plus de ce travail  du care, majoritairement féminin, qu’il apparaisse plus, ne change finalement rien aux structures de domination. »

Cécile Andrzejewski :

"Alors, à quand une allocution télévisée, à 20 heures, de travailleuses du care ?"

Grâce à eux la pharmacie-herboristerie familiale reprend vie après 45 longues années

Nicolas Bastide d'Izard ne pourra jamais leur dire assez merci pour leur travail durant 7 mois, une expertise à tout épreuve quelque soit le corps de métier, un savoir-faire et une rigueur exemplaire.


Grâce à eux la pharmacie-herboristerie familiale reprend vie après 45 longues années !


MERCI à Cyril, Gérald, Fred, Lionel, Didier, Philippe, Sandrine, Nicolas, Solange et Vincent.
La boutique Odlys remercie aussi le cabinet d'architecte Parisien Baste&Batlle pour l'accompagnement administratif.
Vive l'artisanat, vive le local !


Rendez-vous dès lundi 9H30 à la boutique Odlys, au 4 rue Marcel Icard à Poussan (34) 

Un étui à savon Unique comme cadeau Original, utile, pas cher et Durable dans le temps...

Cet étui à savon ne vous quittera plus
ZERO DECHET (fini le Gel douche et son emballage. Avec lui on passe au savon de 100g maxi).
 

Economique: Combien de Gel douche achetés avant d'user un savon...Il est garanti 5 ans.
 
Vous pouvez vous déplacer avec lui : (il ne salit pas votre trousse de toilette et il passe avec son savon en cabine avion, c'est un solide).
 
Très facile pour son utilisation (vous le pendez ou vous le voulez, même dans la nature). Vous n'avez qu'à pousser le savon par l'arrière de l'étui pour le faire sortir soit complètement ou partiellement si vous utilisez un gant ou une rosette..
 
Son touché est très agréable et antidérapant (vous pouvez le poser à plat).
 
Le savon sèche naturellement en position verticale et ne colle pas à la paroi intérieure (après la douche,l'eau s'écoule doucement et l'ouverture du bas permet à l'air de rentrer et faire sécher votre savon à l'intérieur avant la prochaine utilisation)
 
A ce jour toutes les personnes qui l'utilisent sont ravies et ne veulent plus revenir au Gel douche...savon222Capture
 
savonCaptureCet étui à savon est assemblé par des personnes en situation de handicap.
Son inventeur est un Sétois, André Vicente qui a déposé logo, marque et brevet après 2 ans de recherche, pour redorer le SAVON par rapport au Gel douche et Protéger notre Planète avec un Etui à Savon et son Zéro Déchet....
(Lancement National Sept.2019, inscription au concours LEPINE pour 2020)


André précise : "Plus de 600 clients l'utilisent à ce jour et en sont ravis. J'ai signé à ce jour avec 2 grosses sociétés "Gaiia,fabricant de savon (12000 savons vendus par mois) et Omniphar (8000 articles vendus par jour)" qui mettrons mes étuis sur leur site début d'année 2020..."
 
Alors,  mettez-le sous le sapin et offrez et/ou achetez cet étui à savon Unique (pour savon de 100g maxi) comme cadeau Original, utile, pas cher et durable dans le temps...
 
Lien sur le site Marchand:  www.letuiasavon.fr  
Achetez le moins cher sur le site avec Mon Code Promo:  cac799

Atelier "De l'image à l'estime de soi"

Aucune description de photo disponible.Atelier DANSE ESSENCE® de médiation corporelle ou « Mouvement créatif intuitif » complétée par une approche symbolique (écriture spontanée, dessin, collages) pour favoriser l'émergence et le rayonnement de son "essence de femme"!

Ce mois-ci, créer un espace propice à poser un regard bienveillant sur soi-même, à s'ouvrir à la beauté, au parfum unique de son être...par l'accueil et le plaisir de son corps en mouvement ♥

Aucun pré-requis nécessaire (handicap bienvenue, me contacter au préalable). Prévoir une tenue souple et confortable ainsi qu'une bouteille d'eau (boisson chaude offerte). Le matériel est fourni.
Atelier de 3h : 45 euros

SUR RESERVATION :
http://www.danseessence.com/agenda.html
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

*Rachel VINCENT*
Art-danse-thérapeute diplômée d'Etat
Master Psychanalyse
WWW.DANSEESSENCE.COM

Bien-être et santé

Pour figurer dans les bonnes adresses de Thau-infos, faire connaître votre activité, présenter vos offre commerciale et plus généralement relayer vos informations dans les  rubriques de Thau-infos ou plus largement dans le département voire plus loin encore, via nos autres journaux numériques, contacter Jean-Marie Philipon (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Semaine Nationale du Cancer : Accompagnateur en santé

Dans le cadre de la semaine nationale du cancer du 19 au 25 mars 2018, présentation du beau métier :

Au sein de l’Institut du Cancer de Montpellier à Val d'Aurelle, l’E.R.I (Espace de Rencontres et d'Information) est un espace convivial d'écoute, d'information et d'orientation, accessible sans rendez-vous. Un espace comme l’ERI est devenu, au fil du temps, incontournable pour accompagner au mieux le patient et son entourage. Les patients et leurs proches y sont reçus gratuitement en toute confidentialité par Mélanie, l’accompagnatrice en santé.  

 Accompagnatrice (teur) en santé, un métier à l’écoute des patients

Être malade recouvre une réalité complexe qui ne se réduit pas seulement au soin, c’est tout le quotidien qui est bouleversé. Cette nouvelle réalité nécessite une prise en charge multidisciplinaire. Ce constat a conduit la Ligue contre le cancer et ses partenaires à créer en 2001 un nouveau métier : Accompagnateur en santé.

L’accompagnateur en santé prend en charge les personnes malades de façon complémentaire des médecins et des autres professionnels de santé. Il créé du lien. Il est le relais entre la personne malade, l’entourage et les différents interlocuteurs dans et hors du centre.

L’accompagnateur en santé répond aux nombreuses questions et propose une information personnalisée sur le parcours de soin, les traitements et leurs effets secondaires mais aussi toutes autres thématiques liées à la maladie ou à la vie après le traitement. Certaines brochures qu’il propose sont en libre-service, d’autres sont distribuées au cas par cas. En fonction des besoins des visiteurs, il les redirige vers les professionnels compétents.

L’accompagnateur en santé fait preuve d’hospitalité et propose un accueil convivial et une écoute empathique et bienveillante, en respectant les silences, le rythme et les émotions de chacun. Il est capable de tout entendre et de recevoir tout type d’émotions, même l’agressivité. Souvent, par son écoute bienveillante, il désamorce des situations difficiles. Il sait trouver la juste position dans la relation d’aide.

«Les patients et proches parlent souvent de sas de décompression. Ils viennent à l’ERI, posent leur bagage émotionnel, leur trop plein d’angoisse, et repartent soulagés.» Mélanie Accardo, de l'E.R.I. à l'Institut du Cancer de Montpellier.

L’accompagnateur en santé possède des capacités de remise en question, il est capable d’autocritique et se nourrit de réflexions philosophiques au fil de ses rencontres. L’accompagnateur en santé n’a pas accès au dossier médical. Il accueille et écoute le patient en tant que personne, sans a priori, avec son histoire, son humeur, ses qualités et ses problématiques du moment.

«Je me souviens d’une dame rencontrée il y a quelques années. Elle était dans un état d’angoisse très élevé. Cette dame avait pour habitude de recueillir les oiseaux blessés qu’elle rencontrait et en avait plusieurs chez elle alors qu’elle venait d’être hospitalisée. Elle n’avait aucun proche pour prendre son relais et avait très peur qu’ils dépérissent sans ses soins. Elle venait donc chercher de l’information auprès de moi : Que faire pour ces oiseaux ? A qui les confier ? Ce n’était évidemment pas une question à laquelle je savais répondre. Ensemble nous avons appelé le zoo de Lunaret qui nous a aidées à trouver une association départementale qui recueille les animaux sauvages en difficulté. Elle est venue me voir encore plusieurs fois ensuite, mais elle a pu se concentrer sur elle-même et sa maladie plus sereinement» dit Mélanie Accardo, de l'E.R.I. à l'IC.M.

L’accompagnateur en santé a généralement suivi une formation universitaire, en sciences humaines et sociales. Pour avoir toute légitimité dans son travail d’information et d’écoute, il bénéficie d’une formation à l’écoute mais aussi d’une formation continue. Il bénéficie également d’un tutorat médical et psychologique. L’accompagnateur en santé fait vivre et évoluer l’ERI qu’il anime au fil du temps : il organise aussi des conférences, des ateliers et groupes de parole en collaboration avec les équipes de psychologues et les médecins.

Le métier d’accompagnateur en santé représente l’importance du respect de la singularité de chacun pour offrir une prise en charge de qualité, il souligne l’importance qu’il faut accorder à la temporalité du soin, au regard de l’histoire de chacun.

Quel beau métier ! Félicitations et remerciements à Mélanie Accardo. Annick Pratlong

Odlys

 odlysP1320328

Une boutique pas comme les autres.
Vitalité, minceur, stress, troubles du sommeil, cholesterol, rhumatismes, troubles de la circulation, ménopause, etc.
Chez ODLYS, vous découvrirez des gammes de produits naturels afin de préserver votre capital-santé et votre bien-être.
Nous reprenons les savoirs oubliés sur ce que la nature a de plus beau à nous offrir.
La connaissance sur les plantes médicinales et la rigueur qu'elles imposent, nous les cultivons depuis plus de 40 ans de père en fils...

Cabinet de Chiropraxie

La Chiropraxie détecte, prévient et prend en charge les troubles de l’appareil locomoteur du corps humain et leurs conséquences. Elle se définit comme une profession de la santé, complémentaire, non méicamenteuse et conservatrice. La chiropraxie tient compte du contexte bio-psycho-social afin de prendre en charge le patient dans sa globaliteé. Le chiropracteur utilise un arsenal thérapeutique propre à la discipline, afin d’apporter des corrections adaptées et confortables à chaque patient...

Françoise Debelle

Sprawling on the GrassVoyageuse, après ses études à Montpellier, Françoise Debelle a vécu à l’étranger, où elle a travaillé comme psychologue clinicienne auprès d’enfants, d’adolescents avec des difficultés parfois importantes. En libéral, elle a exercé aussi avec des adultes. De retour à Sète, sa "ville de cœur", elle a repris les chemins de l’université pour se former à la relaxation...