Le Frescati

 

 

Le Frescati
(maison Aprile)
6 Rue Honoré Euzet,
34200 Sète

04 67 74 38 49
www.patisserie-aprile.fr

page facebook

L’image contient peut-être : une personne ou plus
L’image contient peut-être : dessert et nourriture

  Artisan Pâtissier de France

 

La Maison Aprile est la pâtisserie incontournable à Sète depuis des générations. Serge et Michèle Aprile sont des artisans dans la pure tradition sétoise de gentillesse et de savoir-faire. Leur gâteau emblématique est le fameux Frescati, un entremets issu de la tradition pâtissière française qui continue d'être un des produits les plus demandés le dimanche ou pour les grandes occasions. Le Frescati est devenu le nom du magasin que Serge et Michèle Aprile viennent de moderniser entièrement rue Honoré Euzet

Serge Aprile incarne la quatrième génération de pâtissiers-confiseurs, il maintient cette recette plus que centenaire du Frescati, observant rigoureusement les indications laissées au crayon noir par Gaston Bladier, le grand-père paternel de son épouse Michèle, dans un petit carnet à la couverture toute usée. Tout en gardant sa présentation d'origine, il le propose aujourd'hui en portions individuelles. Alors n'hésitez pas, Sétois et visiteurs, redécouvrez et savourez un dessert appartenant à la tradition gastronomique de l'île singulière.

Outre le Frescati, les gourmands peuvent découvrir de nombreuses patisseries traditionnelles (omelettes norvégiennes, vacherins glacés, mousses bavaroises, petites pâtisseries individuelles...), des glaces et chocolats maison et quelques autres spécialités comme le Pastissou de Cette avec une formule magique tenue secrète dans sa recette... ou encore " le coussin ", confiseries de pâte d'amande et de chocolat, le nougat noir maison, les noisettes Sétoises, les Tendres Calhassas de Sant Clar, etc.

 

Le Frescati

le frescati dans sa boite

Cet entremets est issu de la grande tradition pâtissière Française. Il doit son nom à l'interprétation méridionale d'un célèbre gâteau fort à la mode dans la seconde moitié du XIXe siècle : le Frascati (d'ailleurs parfois appelé Frescati à partir de 1865). Sa recette a subi depuis quelques modifications. Une première génoise aux fruits confits cuits dans un moule à savarin abricoté et décoré, se dote en 1890 de deux à trois génoises montées en colonnes, glacées au kirch et garnies de crème à la vanille, le tout posé sur un fond de pâte sablée. Cette deuxième préparation la rapproche de son apparence actuelle. La dernière touche finale est donnée à peu près à la même époque, en le cuisant dans un moule à manqué, masqué de meringue et passé rapidement au four.
Ce dessert est introduit à Sète vers 1890 par Amédée Fourniol qui l'a pratiqué lors de son apprentissage et son long Tour de France. Son talent s'impose tout de suite, faisant la renommée de son commerce, une véritable petite entreprise familiale située en plein centre ville, au 3 rue Gambetta. Remarquant que cette pâtisserie à la faculté de se conserver plusieurs jours hors froid, dans un coin d'ombre au courant d'air frais, grâce à l'emploi d'une meringue à l'italienne, alors que les étés sétois sont torrides, il l'adapte au goût de la population par adjonction de rhum, de raisins secs et d'un glaçage au café, des parfums un tant soit peu virils. Le succès est immédiat, ce gâteau d'apparat séduit la petite bourgeoisie, les nombreux commerçants et négociants en vins aisés, qui l'apprécient lors des banquets solennels, au Casino-Kursaal de la plage, lors des repas familiaux et notamment ceux préparés pour célébrer la fête de la ville, la Saint-Louis.

 

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations