La Mission Locale d’Insertion des Jeunes

L’agglopôle, qui fait des 16/25 ans du territoire une de ses priorités, a accordé pour 2018 une subvention de 560 000 € à la Mission Locale d’Insertion des Jeunes du bassin de Thau.

mliCapture

La structure (30 salariés), rayonne sur tout le territoire (14 communes) et s’attache à constituer un réseau d’acteurs intervenant dans ce domaine :

  • 4 antennes sur l’agglopôle (Frontignan, Marseillan, Mèze et Sète) + l’antenne « Garantie Jeunes » créée en 2016 et le siège administratif sétois
  • 13 permanences mensuelles assurées dans les communes

L’objectif est d’apporter des réponses aux jeunes de 16-25 ans déscolarisés ayant terminé leur scolarité, présents sur le territoire. La MLIJ les accueille, les accompagne dans leur parcours vers l’emploi et la formation mais répond aussi aux problématiques de logement, santé et mobilité. Elle joue également un rôle d’expertise et d’observation du territoire (études sur le logement, la santé, la mobilité, etc.).

La MLIJ a suivi 4 500 jeunes en 2017. Elle se met aussi au service des entreprises du territoire et leur propose gratuitement de les accompagner dans leur besoin en personnel : expertise sur les dispositifs d’aide à l’embauche des jeunes, repérage de candidats, mises en relation, soutien logistique au recrutement, suivi des jeunes dans l’emploi.

L’agglopôle soutient également en partenariat avec la MLIJ, des chantiers d’insertion et jeunes d’implication, en collaboration avec les partenaires institutionnels économiques.

Si vous croisez un chien ou un chat errant, ne détournez pas le regard

CHIENCapture

"Alors la mort dans l’âme, sur les conseils du vétérinaire et en concertation avec la famille d’accueil, nous avons pris la décision d’abréger ses souffrances. Véronique et son fils Ange ont décidé que cette petite misère aurait quand même un nom, Glimm car « glimmer of hope » signifie lueur d'espoir… Alors voilà maintenant Glimm est au paradis des chiens.Mais que de souffrances. Cette petite chienne a été vue errante des semaines auparavant par des habitants du village, elle était à ce moment là sur ses 4 pattes, courant la campagne, mais personne ne s’en est inquiété. Un chien comme elle tout le monde s’en fout. Cela n’émeut et ne touche personne. Ce n’est qu’un chien de chasse. Personne ne lui a donné à boire, ni même de quoi manger. Glimm est morte lentement mais sûrement. Elle est morte de faim, de soif, de fatigue. Glimm est morte de notre indifférence à tous. Enfin presque tous...

» associations