1er séminaire « projet de territoire » ce vendredi

 

C2D

"Les élus du territoire poursuivent avec énergie et détermination leurs travaux autour du projet de territoire." Précise Sète Agglopôle.

Après une première série de rencontres début juin, les élus des 14 communes ont poursuivi leurs travaux lors d’un 1er séminaire qui s’est déroulé ce vendredi 22 juin.

En ce début d’année, François Commeinhes, Président de Sète agglopôle méditerranée, a proposé aux 14 communes de l’agglopôle et au Conseil de développement de s’engager dans une démarche de co-construction d’un projet de territoire. Ainsi, 14 rencontres ont eu lieu avec les Conseils municipaux, en présence de Jean-Guy Majourel, Président du Conseil de développement. A l’issue de celles-ci, les maires ont nommé un représentant pour faire partie d’un groupe de travail spécialement composé pour l’élaboration collective du projet de territoire. Ce groupe étant complété de 5 membres du conseil de développement, représentatifs de la société civile.

Une première rencontre a eu lieu le 29 mai dernier pour une première réunion opérationnelle où une méthode de travail a été élaborée, essentiellement basée sur une collaboration active et participative.

Le lendemain, sous l’impulsion du Conseil de développement, Sonia Lavadinho, anthropologue et géographe de renommée internationale est intervenue à Sète devant une centaine de personnes, élus municipaux, communautaires et un public d’anonymes. Cette conférence était orientée vers les défis que nous devrons relever collectivement sur les nouveaux moteurs de l’économie, les stratégies territoriales à adopter pour garantir notre attractivité, tout en prenant en compte la transition économique, écologique et comportementale qui s’impose à nous.

Un 3e temps fut alors consacré à des travaux en ateliers, animés par Mme Lavadinho au cours desquels les membres du groupe dédié au projet de territoire ont lancé les jalons de ce que pourrait être notre territoire à l’horizon 20 ans.

Puis est arrivé le temps du 1er séminaire où le groupe a approfondi les réflexions, en s’enrichissant des premières étapes franchies quelques semaines auparavant. Ce vendredi, ensemble, ils ont commencé à dégager des idées maîtresses.

Chaque élu présentera donc, dans sa commune, les idées qui ont été dégagées. Lors du prochain séminaire, celle-ci seront débattues et à nouveau approfondies.

« La force de ce groupe », précise l’un d’entre eux, « est que nous sortons de nos problématiques communales pour penser un périmètre élargi à l’échelle de notre territoire, prendre de la hauteur pour voir plus loin ensemble. Ce n’est pas un exercice facile mais cette démarche novatrice est riche car elle est basée sur vraie une liberté d’expression, de pensée. Nous pensons « collectif », à la manière d’une équipe sportive qui ensemble veut atteindre un cap ambitieux, pour les générations futures ».

"Le groupe formé de 20 membres progresse, sans aucun doute, avec dynamisme et enthousiasme pour faire naître un projet de territoire. « Chacun est ici animé d’une volonté grandissante d’amener notre territoire à entrer dans les vingt années à venir, en étant fort de nos nombreux atouts," confiait François Commeinhes, en marge de ce séminaire. "Nous voulons le meilleur pour les habitants, dans toutes nos communes. L’énergie qui se dégage de ces séances de travail en est ici la preuve. "

 

* * * * * * *

Qu’est-ce qu’un projet de territoire ?

Un projet de territoire peut être considéré comme un guide de l’action publique. Il est fondé sur un diagnostic de l’existant, la définition d’orientations et de priorisations d’actions à mener sur le territoire, à l’horizon 20 ans.

Avec l'APAVH, la douce Molly est à l'adoption

CHIENimage5C’est une drôle d’histoire que celle de Molly… Sa maîtresse est décédée il y a quelques semaines et elle n’avait rien prévu pour ses animaux : 4 chiens et 2 chats. Sa voisine, qui a adopté un chien à l’association, nous a contactés pour la prise en charge de tous ces poilus ! Elle ne voulait pas que les 2 Yorks, l’autre femelle Labrador de couleur sable et Molly, partent en fourrière. A la veile de l’été, 4 chiens d’un coup c’était beaucoup, sans compter que nous étions déjà engagés pour d’autres chiens en détresse. Nous avons fait appel à Catherine du refuge des 4 pattes qui a accepté de prendre les York mais aussi à Valérie de JSMC qui a choisi la labrador sable. Restait Molly. Ces 4 chiens ont toujours vécu en compagnie de leur maîtresse, dans une maison avec un jardin dont ils ne sont jamais sortis, ne côtoyant que  très peu de monde… Si tous les 4 sont un peu craintifs, Molly est de loin la plus mal à l’aise avec les personnes qu’elle ne connaît pas. Nous avons eu du mal à la faire monter dans la voiture, puis à l’en faire descendre une fois arrivés!...

» associations