agglo bassin de Thau

Thau Agglo s'équipe en véhicules de service électriques

Ce mercredi matin, au siège de Thau Agglo, en présence de Francis Veaute, Vice Président de Thau Agglo délégué Délégué à la gestion des espaces naturels et de Magali Ferrier, Vice Présidente déléguée à la politique sportive avait lieu l'inauguration des véhicules de service dits "propres" et des bornes de recharge électriques Thau agglo qui a été reconnu par le Ministère du développement durable, Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV).

 

De nombreux partenaires de cette opération dont des représentants de Renault entouraient les élus pour donner des éclairages sur ce projet qui s'inscrit dans une politique globale pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour développer de nouveaux moyens de mobilité moins polluants sur le territoire de l'agglo. En effet dans le cadre du plan Climat énergie territorial, Thau agglo souhaite contribuer à la réduction des gaz à effet de serre. Sur son territoire, les déplacements sont le premier poste d'émissions de gaz à effet de serre (30% du bilan). Ils sont donc devenus la cible prioritaire d'une politique de réduction de la consommation d'énergie. En ce sens, Thau a agglo a fait le choix d'intégrer à sa flotte de véhicules de service, des voitures dites «propres» (électriques, hybrides...). L'objectif est de choisir des modes de déplacements moins polluants et moins consommateurs d'énergie tout en conservant le confort d'utilisation. D'ailleurs, Francis Veaute précisait que Thau Agglo s'engageait à acheter bientôt des bus électriques sur des fonds spéciaux avec une aide estimée à 80%.

 

A long terme, cela représentera une économie de 500 000€.

 

Ainsi, 8 Renault Zoé 100% électriques équipent à présent le pool véhicule de Thau agglo. Les Zoé en quelques chiffres… Pas de surcoût de location avec les 8 ZOE par rapport à l’ancien marché 130 km d’autonomie de batterie : 115 km en saison froide à 170 km en saison tempérée en parcours périurbain 34 km de trajet journalier moyen soit une autonomie largement suffisante pour couvrir les trajets quotidiens Zéro émission de CO2, d’oxyde d’azote et de particules Aucun bruit de moteur Des coûts d’utilisation inférieurs par rapport à une voiture équipée d’un moteur essence ou diesel : 1,44 €/100 km contre 5€ à 6€ les 100kms pour un diesel (-70% de coût de carburant par rapport à un thermique) -35% en moyenne en coût d’entretien (pas de courroie de distribution, de pot échappement, de filtre et de vidanges. L'usage de voiture électrique favorise la conduite plus souple et donc diminue le risque d’accidents.

 

Concomitamment, un dispositif de bornes de recharges électriques (13 bornes en tout) est mis en place sur le site du siège de Thau agglo : 12 bornes de recharge lente pour les véhicules de service. 1 borne de recharge rapide (gratuite) pour les visiteurs. Parallèlement, Thau agglo a décidé d'équiper son territoire de bornes de recharges publiques pour tous (avec chacune deux points de charges) afin de répondre au besoin d'autonomie des particuliers désireux de faire l'acquisition de véhicules électriques. Elles seront installées d'ici décembre 2017 sur les 8 villes de l'agglo qui assurera leur entretien. Il est prévu qu'en 2017, il y ait plus de 100 bornes dans l'Hérault et près de 1247 dans la Région, mais chaque utilisateur peut recharger les batteries chez lui, aussi. A noter que pour ceux-ci, munis de badges, dans les parking publics, les places seront gratuites et d'autres seront réservées pour la mise en charge que l'on pourra programmer à l'avance pour ne pas attendre.

Si tous les constructeurs automobiles se mettent à l'électrique, pour les ZOE il faut compter environ 21 000€ selon les options (ABS ...) mais l'on peut y enlever 6000€ de bonus écologique et éventuellement cumuler avec d'autres primes. La première borne dite rapide (1 h pour recharger, 22 KWA) sera inaugurée à Balaruc-le-Vieux le 10 décembre. Ensuite, 4 le seront à Sète (Ultra rapides certainement, 20 mn, près du Théâtre Molière, de la piscine Fonquerne, de la Médiathèque François Mitterrand et près du Quai d'Alger) , 2 à Frontignan et Marseillan, 1 à Balaruc-les-bains, 1 à Balaruc-le-Vieux, 1 à Vic-la-Gardiole et 1 à Gigean.

Le coût en investissement pour ces 13 bornes publiques est de 64.500 € HT pour Thau agglo. Elles sont subventionnées à hauteur de 50 % en investissement par L'ADEME. Thau agglo et les villes pourront recharger gratuitement leurs véhicules de service. Pour la population, il en coûtera entre 1.5€ et 3€ suivant si l'utilisateur est abonné ou non. Le paiement pourra s'effectuer par smartphone ou par Bad.

Si comme à Gigean avec les scooters de "La Poste" des organismes ou des structures s'engagent dans cette voie c'est que la voiture électrique, même si elle ne représente actuellement qu'un faible pourcentage au niveau des ventes, va devenir une nécessité et en outre procurera de nouvelles sensations à ses conducteurs : avec Thau Agglo, l'électrique est en route, sachant que plus il y aura d'utilisateurs, plus les prix baisseront.

Un téléservice à Thau agglo pour simplifier nos échanges

Depuis le 7 novembre 2016, dans le cadre de la simplification des relations entre l’administration et les citoyens, une ordonnance prévoit la possibilité de saisir les collectivités locales par voie électronique.
Que vous soyez un particulier, un professionnel ou une association, vous avez désormais la possibilité de nous contacter via notre portail Thau agglo pour demander de l’information ou envoyer un dossier lié à une démarche administrative.
Ce télé-service pour les administrés est désormais la seule et unique voie de saisine par voie électronique des services de Thau agglo, et se substitue à toute autre voie électronique par laquelle les usagers pouvaient saisir les services de Thau agglo jusqu’à présent. Il est accessible à cette adresse : http://saisine.thau-agglo.fr.
A l’issue de votre demande, vous recevez par mail avant la réponse de l’administration :

  • un accusé d’enregistrement (attestant la réception de votre demande par l’administration)
  • un accusé de réception (attestant que votre demande va être instruite par le service concerné)

 

Mon Appart’éco-Malin

Vous l’avez peut-être déjà vu, place Aristide Briand, le mobil home « Mon Appart’éco-Malin » vous accueille pour vous donner gratuitement des conseils afin de faire des économies d’énergie et d’eau à votre domicile. Il était présent ce samedi 17 septembre lors de la journée éco-mobilité, de quoi faire d’une pierre deux coups et de s’informer également sur les modes de déplacements alternatifs à la voiture. Thau Agglo, en partenariat avec la Ville de Sète, a décidé de mener une action spécifique à destination de ses habitants pour les accompagner dans une gestion économe de leurs logements et les sensibiliser aux éco-gestes.

En partenariat avec URO Habitat, EDF, l’ADEME et l’Association Gammes, le module « Mon Appart’éo-Malin » sera présent jusqu’au vendredi 23 septembre 2016, au pied du kiosque Franke. Il est ouvert tous les jours de 10h à 17h (sauf les samedis et dimanches). Mon Appart’éco-Malin est un module qui illustre un logement pédagogique sur les économies d’énergie et d’eau, sur la réduction et le tri des déchets et sur la qualité de l’air intérieur. L’animatrice des lieux vous conseille dans chacun de vos gestes : ainsi, vous apprendrez que 1°C de plus dans votre appartement, c’est 7% du montant de votre facture en plus ; qu’un lavage à 30° consomme deux fois moins d’électricité qu’un lavage à 60° mais encore qu’en buvant de l’eau du robinet plutôt que de l’eau minérale c’est environ 140 euros d’économie sur une année… Alors, n’hésitez à passer par là, c’est l’occasion rêvée pour parfaire son éducation et consommer futé à son domicile !

Programme des médiathèques de Thau agglo

Du 24 août au 6 septembre 2016

5 septembre : reprise des horaires d'hiver des médiathèque

MEDIATHEQUE MITTERRAND

Les Automn'Halles 2016
À l'occasion de la 7ème édition du festival du livre, l'Espagne et sa littérature sont à l'honneur.

Exposition "España en Partage"
Œuvres de Jean-Jacques François autour de Don Quichotte de Cervantès et de la corrida.
Vernissage le jeudi 1er septembre, à 18h.  Du 1er septembre au 1er octobre.

MEDIATHEQUE MALRAUX

MULTIMEDIA

Appli Mini
Du bout des doigts
Du coloriage minutieux aux effets de style : une sélection d'applications originales pour colorier du bout des doigts, sans s'en mettre partout. A partir de 6 ans.
Le samedi 3 septembre à 11h.

JEUX

Pauses jeux
En partenariat avec la ludothèque L’Île aux jeux (Ville de Sète). À partir de 4 ans.
Le samedi 3 septembre, de 14h à 17h.

JEUNESSE

Matinée des bébés
L'espace Jeunesse se transforme en zone d'exploration et de découvertes pour les tout-petits, leurs parents et les nounous. Jeux, jouets, livres et histoires…
De 0 à 3 ans. A partir du 5 septembre.
Tous les lundis, de 9h à 12h.

MEDIATHEQUE MONTAIGNE

CINEMA

On se fait une toile
Vidéo projection

Les matinales
Diffusions en partenariat avec le Foyer APEI ''Pays de Thau''. > Le samedi 27 août, à 10h.

JEUX

Pauses jeux
Aux horaires d'été de la ludothèque :
Les mardis, jeudis, vendredis et samedis de 10h à 12h
Reprise des horaires d'hiver le mardi 6 septembre.

Une réunion publique pour l’aménagement du boulevard Verdun / Blanc

vendredi 1er avril -  18h30 - à l'IUT de Sète

Thau agglo s’engage dans un projet de réaménagement du boulevard Verdun / Blanc à Sète, afin de créer une ligne de transport en commun en site propre, plus simplement appelée « couloir de bus ».
Cet axe court de la gare jusqu’au secteur Fonquerne, en passant par le Boulevard de Verdun.
Si ce projet va permettre de fiabiliser les temps de parcours de bus sur cet axe, il va également être l’occasion de requalifier urbainement cette zone, d’améliorer la qualité de vie et de redonner une place aux modes doux (piétons, vélos...).
Les habitants sont conviés à une réunion publique d'information, vendredi 1er avril, à 18h30, qui se tiendra à l’IUT de Sète (à côté de la piscine Fonquerne), 131 Chemin des Poules d'Eau.

Une Commission Aquaculture/Pêche/Conchyliculture a été installée à Thau agglo

François Commeinhes, Président de Thau agglo, et Yves Michel, Vice-président délégué au développement économique et à l'attractivité du territoire, ont souhaité adosser à la commission "Développement économique " de Thau agglo, un comité thématique ouvert à des experts sur les filières de l'aquaculture, de la pêche et de la conchyliculture, afin d'étayer les réflexions des élus communautaires sur des filières aux poids économiques importants, mais à la réglementation et à la gouvernance souvent complexes. Yves Michel a rappelé que l'objectif de ce comité est d'inviter les organisations professionnelles présentes, chacun dans leurs activités, à partager des projets et des actions pouvant être entreprises par Thau agglo dans son champ de compétence "développement économique".

Ainsi, est mise en place une commission « Aquaculture/Pêche/Conchyliculture » rassemblant des élus de la commission développement économique qui le souhaitent et des professionnels experts de ces activités : des représentants de la Prud'homie Sète – Môle, la Prud'homie Thau – Ingril, la C.R.P.M.E.M, la SA.THO.AN, l'AMOP et le C.R.C.M. Dans un second temps, cette commission pourra être élargie à d'autres acteurs de la filière comme les mareyeurs.

Lors de l’installation de cette commission le 26 novembre, chacun a pu exprimer les sujets d'actualités ou de prospective, importants pour ces filières :

  • des programmes de réensemencement de certaines espèces de coquillages et mollusques pour soutenir les petits métiers de l'Etang ;
  • des projets de qualification des produits de la pêche et de la conchyliculture, comme la mise en oeuvre d'un Label Rouge ou d'une IGP ;
  • le développement de vente de coquillages à la Criée de Sète ;
  • la création d'une écloserie méditerranéenne...

Le complexe OÏKOS ouvert aux visiteurs

Ce samedi matin puis jusqu'à 16 h 30, Sète Agglopôle Méditerranée organisait une journée portes ouvertes à Villeveyrac, au complexe OÏKOS. C'était l'occasion de répondre à toutes les questions que vous vous posez sur le tri sur le territoire.kossP1220594

 

 C'est là que sont réceptionnés et traités les déchets recyclables que les habitants du territoire trient au quotidien dans leur bac individuel ou leur point tri. En 2018, ce sont près de 7000 tonnes de déchets qui sont passées par ces installations et entre les mains des agents de tri dans le but de séparer les différents matériaux recyclables (carton, papier, plastiques, métaux,...) dirigés ensuite vers les usines de valorisation.

 Rien de mieux que de se rendre sur place pour les habitants du territoire de Thau pour découvrir dans le détail les différentes étapes de ce processus quasi-industriel et de se rendre compte de l'utilité des gestes de tri de tout un chacun.

Accueillis par les ambassadeurs du tri, les visiteurs (en groupe) avaient la possibilité de découvrir l'ensemble des installations du site, outre le centre de tri proprement dit, à savoir la plate-forme de compostage des déchets verts, ainsi que la zone dédiée au stockage des ordures ménagères.


 Et les Ambassadeurs pouvaient alors répondre à leurs questions :

Par exemple, « Où vont les emballages après votre geste de tri ? Quels sont les étapes de leur transformation? Comment sont ils réutilisés?... » Et une exposition vous montrait concrètement le devenir de vos déchets recyclables. En contrebas du site, le local administratif à énergie positive d'Oïkos n'était pas ouvert.

 Le complexe Oïkos regroupe l’ensemble des équipements nécessaires à la première étape de la gestion des déchets :

  • C'est aussi le lieu où est réalisée la première étape de la chaîne de valorisation des déchets recyclables.

  • Les casiers de l’Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux accueillent les déchets ultimes (contenu des sacs noirs et des bacs marron, déchets encombrants des déchetteries…)

  • La plateforme de compostage accueille les déchets verts valorisés en compost 100% naturel.

     

 

 Le centre de tri - une usine entièrement automatisée

 Pionnière dans la mise en place du tri sélectif domestique,   le centre de tri Oïkos a été construit en 1997.

Le centre de tri réceptionne les déchets ménagers recyclables. Transportés sur une bande automatisée, ils font l’objet d’un tri automatique puis manuel, et sont compactés avant d’être expédiés aux industriels du recyclage.

  L’usine, qui traite chaque jour plusieurs dizaines de tonnes d’emballages ménagers recyclables triées par leshabitants du pourtour de l’Etang de Thau, s'est modernisé pour s’adapter à la montée en puissance du tri sélectif et améliorer les conditions de travail de ses opérateurs de tri. Son procédé de traitement repose désormais sur un tri automatisé (avec des machines dernière génération, comme le tri optique), et dans des conditions de travail beaucoup plus ergonomiques (cabines climatisées, insonorisées, dépoussiérées).

Et pour les déchets non recyclables, ils sont compactés sur place.

Aorès un second casier arrivant à saturation, un 3ème casier prévu pour prendre la relève. Ce changement devrait être effectué en juin 2019.
"Sète Agglopôle privilégie la valorisation énergétique à l'UVE de Sète, mais compte tenu des tonnages, cela nécessite un autre exutoire, d'où la décharge d'OÏKOS".

Ce nouveau casier sera opérationnel en juin 2019 et sera autorisé pour 27 ans, à raison de 14 000 tonnes/an.kossP1220605

 Sète agglopôle Méditerranée a démarré en novembre 2018 les travaux de construction de ce nouveau casier (3e) de l’Installation de Stockage de déchets Non dangereux d’Oïkos sur des terrains achetés par SAM qui étaient principalement en friches et un peu marécageux. La géométrie du nouveau casier a été pensée de manière à épargner les rayons de protection des espèces protégées sur le secteur (pie grièche, lézards...).

Des mesures compensatoires sont et ont été prises pour respecter l'environnement et les animaux avec par exemple avec  le déplacement de nids, et surtout l'évitement de zones définies par les naturalistes.

plani22Capture

En 2017-2018, sur le site, les tonnages enfouis étaient de l’ordre de 10 000 t, répartis principalement entre ordures ménagères et encombrants du nord bassin de Thau. L’arrêté préfectoral d’autorisation de réaliser et d’exploiter ce 3e casier date du 28 sept. 2018.

Ce 3ème casier aura une capacité journalière max. autorisée : 90 tonnes/jour pour un  volume total net (déchets) : 381 000 m3. Le volume total brut (déchets + terres de recouvrement) sera lui de  420 000 m3 et le tonnage total déchets (densité 1,03 t/m3), hors terres de recouvrement : 392 000 tonnes

- Le tonnage autorisé annuel sera de16 000 t/an jusqu’en 2025, de 14 000 t/an au-delà pour une durée de vie de 27 ans.

la cote du fond de casier (sur barrière passive) :sera de 6 m NGF pour un profondeur d'environ 8m.

La surface totale de la zone d’exploitation sera de 25 000 m² pour une surface totale du projet de 57 500 m².

Toutes les dispositions de protection de l'environnement sont prises, notamment son confinement par les couches argileuses sous-jacentes, qui présentent l'imperméabilité requise, avec en plus des géomembranes et géotextiles.  Le fond de casier présentant une perméabilité inférieure à 10-9 m/s sur épaisseur >1m une barrière de sécurité active composée de bas en haut de géotextile anti-poinçonnant <800 g/m², géomembrane PEHD épaisseur 2 mm, géotextile anti-poinçonnant >800 g/m², et en fond de casier, couche de drainage de 50 cm constituée d’un réseau de drains complété de matériaux roulés 20/40 mm viendra s'ajouter à une couche d'argile de 1 m d'épaisseur et compactée au fond du casier.

Ce dernier sera équipé de pompes pour absorber les lixiviats et les eaux de pluie.

plani33Capture

  • Pour ce 3e casier, le projet comprend donc  un bassin lixiviats de 5000 m3, un bassin pluvial de 5400 m3, et une plateforme d’exploitation de 900 m².

 Par rapport au plan initial, quelques modifications de géométrie ont donc été apportées : la fin des travaux du 3e casier est évaluée à fin juin 2019, réhabilitation du casier actuel comprise.

Une fois recouvert avec de la terre sauvage  récupérée lors du creusement actuel  (avec toutes les mesures requises) le 2ème casier sera enherber. La terre et l'argile récupérées durant les travaux restent sur le site pour être réutilisées ensuite.

C'est l'entreprise SPIE Batignolles qui s'occupe des travaux qui vont bon train en ce moment.

En fin d'exploitation le futur casier devrait être recouvert d'argile et de terre végétale avec peut-être des panneaux photovoltaïques.

  D'ailleurs Sète Agglopôle  y pense déjà pour traiter les 2 premiers casiers.

 Le montant global de l’opération avoisine 4.6 M€TTC (montant actualisé fév. 2019, en attente accostage avenant travaux) :

 Le marché actuel comprenant 50 % de la réhabilitation du casier actuel, un avenant est à prévoir pour les 50 % restants et les aléas rencontrés sur le chantier (débordement déchets du 1er casier réhabilité, nature des matériaux impliquant une modification de profil en travers,…).trouP1190599

 

C'est dans le centre de tri où est réalisée la première étape de la chaîne de valorisation des déchets recyclables. Les casiers de l’Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux n'accueillant que les déchets ultimes


  • On y trouve la plateforme de compostage accueillant les déchets verts valorisés en compost 100% naturels et revendus aux particuliers et aux professionnels.
     Le centre de tri réceptionne les déchets ménagers recyclables. Transportés sur une bande automatisée, ils font l’objet d’un tri automatique puis manuel, et sont compactés avant d’être expédiés aux industriels du recyclage.

L’usine, qui traite chaque jour plusieurs tonnes d’emballages ménagers recyclables triées par les habitants du pourtour de l’Etang de Thau s’adapte peu à peu à la montée en puissance du tri sélectif.

Son procédé de traitement repose sur un tri automatisé (avec des machines  comme le tri optique), et manuelles dans des conditions de travail beaucoup plus ergonomiques (cabines climatisées, insonorisées, dépoussiérées).

 Et pour les déchets non recyclables, ils sont compactés sur place.

Il faut savoir que le verre récupéré sur le territoire part directement vers Béziers pour être recyclé tandis que les meubles sont transportés à une usine de Pignan pour être traités.

 Pour voir la vidéo de 2011 du temps de la CCNBT : http://www.youtube.com/watch?v=3DMQ3JN1lM8

Quant au siège administratif d'Oïkos, c'est un éco-bâtiment exemplaire.

 

 

 

 

 

Conseil communautaire du 15 octobre

Jeudi 15 Octobre, à 18 heures, le conseil communautaire présidé par F. Commeinhes s’est tenu au siège de Thau agglo à Frontignan.    

La séance a été ouverte par une communication du président qui a souhaité faire un point sur la commission départementale de coopération intercommunale qui s’est déroulée le 5 Octobre en préfecture, à laquelle ont assisté outre le président, P. Bouldoire, A. de Rinaldo et F. Liberti. Il rappelle qu’ils se sont opposés à la proposition de M. le Préfet qui, s’appuyant sur la Loi NOTRe, souhaite la fusion dès 2017 de notre intercommunalité avec la communauté de communes du Nord du bassin de Thau. Ce projet ne semble nullement tenir compte de la motion votée sept mois plus tôt par les élus de Thau agglo. Cette motion votée à l’unanimité préconise de conduire impérativement une réflexion avec sérénité et d’en fixer l’application en 2020, date de renouvellement des mandats en cours.

Mme Glaude, élue frontignanaise, a été désignée secrétaire de séance. 

Sur proposition du président, ce sont trente-sept délibérations traitant successivement de l’habitat, du développement économique, de l’aménagement du territoire, de la politique contractuelle de coopération, du développement durable, du traitement des déchets, de la gestion de l’eau, des infrastructures, des ressources humaines, des finances, de la mutualisation des moyens et services et de la mobilité qui ont été débattues. Trente-trois ont été votées à l’unanimité. Seulement quatre dossiers ont donné lieu à débat.

Mme Aubert a été la seule élue à voter contre le projet de concertation relatif à l’aménagement de l’entrée Est de Sète et à s’abstenir de voter l’instauration du périmètre d’étude de ce même projet. Il s’agit de résorber les anciennes friches industrielles et ferroviaires, d’aménager les infrastructures nécessaires à l’amélioration des accès à la ville de Sète, de produire une offre de logement de qualité, d’accueillir des entreprises en mixité, de créer les équipements de proximité adaptés à la future vie du quartier rénové, de concevoir des espaces publics dotés d’espaces verts de qualité et d’aménager les berges des quais en cohérence avec le port et d’adapter le nouveau quartier aux contraintes hydrauliques (eaux de ruissellement et submersion marine). Cette même élue s’est également abstenue sur l’instauration du périmètre d’étude relatif à l’aménagement de la friche industrielle LAFARGE et des abords à Frontignan. Là encore, il s’agissait de délimiter la zone sur laquelle devrait voir la création d’un palais des sports intercommunal, déclaré d’intérêt communautaire par délibération du 29 Juin 2015.

Les projets n° 19 et n° 20, présentant respectivement le rapport annuel des délégataires de service de l’assainissement collectif de Thau agglo et le rapport annuel du président sur le prix et la qualité du service public de l’assainissement collectif de Thau agglo, ont vu F. Liberti rappeler aux élus qu’ils ne devaient que prendre acte de la remise de ces documents comme le proposait le président F. Commeihnes. 

Puis, est venu le tour du projet n° 27 portant sur l’approbation du schéma de mutualisation des services de Thau agglo et des communes membres. En effet, la loi portant réforme des collectivités territoriales votée le 16 Décembre 2010 et la loi de modernisation de l’action publique et d’affirmation des métropoles dites «Loi Maptam » ont initié un mouvement qui vise à structurer et amplifier les pratiques de mutualisation des services. Ces textes légaux ont été confortés par la promulgation de la loi NoTre le 7 août 2015. Ce ne sont pas moins de 10 séances de travail qui ont été conduites avec les directeurs généraux des services communaux et intercommunaux concernés par les thématiques abordées pour déterminer le périmètre des domaines susceptibles d’être mutualisés. Un schéma a été élaboré portant sur 15 secteurs d’activités mutualisables. Avant que le président ne soumette ce projet aux votes des élus communautaires, F. Liberti a tenu à souligner qu’il voterait contre car ce projet favorise la perte des compétences et d’autonomie des communes et d’expliquer que ces lois, sous prétexte d’économies, n’avaient que pour seul but que de conduire la fin des communes. P. Boudoire, après avoir souligné qu’il ne s’agissait que de voter un schéma et pas sa mise œuvre, a proposé aux élus d’écrire avec lui l’Histoire. Puis, il a convenu que tout cela était assez flou, que personne aujourd’hui n’était en mesure d’expliquer ce qu’il se passe et qu’il ne voyait pas les avantages que pouvaient en tirer les petites communes. Il a conclu son propos par « Chez moi, dans ma mairie, tout le monde travaille et personne n’a de temps à mutualiser ». S. Andral a expliqué qu’il était contre ces lois. P. Bouldoire lui a rappelé qu’elles avaient été votées par la représentation nationale, qu’il fallait les appliquer et cela s’appelle la Démocratie. Les joutes verbales ayant pris fin, le président a soumis au vote le schéma de mutualisation proposé. Le conseil communautaire l’a approuvé à la majorité (4 Absentions - 3 Contre).

Les débats se sont poursuivis dans la sérénité. Sans questions diverses, la séance a été levée à 21 heures 00. Le prochain conseil communautaire devrait se dérouler le 19 Novembre à Balaruc-les-Bains.   

Robert ANDRÉ. 

 

Relevé des principales décisions:

Aide à l’immobilier d’entreprises
Dans le cadre de sa compétence en matière de développement économique, Thau agglo souhaite mettre en place un dispositif de soutien aux entreprises dont les projets contribuent à la création de richesses et d’emplois sur son territoire. Pourront en bénéficier des entreprises relevant de l’industrie, des services aux entreprises, du bâtiment et des travaux publics lorsqu’ils comportent une activité principale de préfabrication industrielle, de la logistique et du transport, Thau agglo réservant son aide aux projets contribuant à renforcer des filières et des secteurs d’activités jugées stratégiques pour son développement. Les entreprises éligibles devront réaliser un investissement immobilier supérieur à 300 000 € et créant au moins 3 emplois dans le cadre du projet aidé. Le taux d’intervention maximale de l’aide de Thau agglo sera de 10% du montant total de l’investissement HT et l’aide plafonnée à 50 000 €.  

Natura 2000 
Dans le cadre de sa compétence en matière de protection et de gestion des espaces naturels protégés et remarquables, Thau agglo a été désignée par l’Etat depuis 2007 pour porter l’application du document d’objectifs sur le site Natura 2000 de la Corniche de Sète. Les élus communautaires viennent de renouveler la convention entre l’Etat et l’agglo pour la période 2015/2018.  

Fourrière animale
Thau agglo prend en charge, sur son territoire, la capture des animaux errants ou dangereux au travers d’un marché public. Les animaux trouvés blessés sur la voie publique sont amenés en premier lieu chez un vétérinaire pour recevoir des soins conservatoires, puis transférés à la fourrière Noé. En 2014, 423 animaux en provenance du territoire de Thau agglo ont été accueillis à la fourrière animale. Le service de capture assure plus de 80% des entrées à la fourrière animale, les 20% restants étant le fait de particuliers qui apportent eux-mêmes les animaux à la fourrière. Le coût net du service pour Thau agglo en 2014 : 197 862 € TTC.  

Usine de valorisation énergétique de Sète
42.929 tonnes, c’est le poids des déchets réceptionnés à l’UVE en 2014 (dont 40.240 tonnes incinérées). Soit une disponibilité de fonctionnement de 8.033 heures et 121.443 tonnes de vapeur produites, dont 16.385 tonnes vendues à Flexsys et 3.419 tonnes dédiées au séchage des boues de la station d’épuration voisine. Les émissions à la cheminée sont inférieures aux seuils réglementaires et le suivi annuel des retombées ne montre pas d’influence de l’UVE dans son environnement.  

Pont de la Gare
Thau agglo va financer des travaux urgents de réfection du Pont de la Gare (sous maîtrise d’ouvrage du Conseil régional) à hauteur de 2,5 M€. Cet axe essentiel de circulation à Sète, emprunté quotidiennement par la quasi-totalité des lignes de bus, jouxte également le futur Pôle d’Echange Multimodal de Sète, équipement central de la stratégie de déplacement de Thau agglo. Ces travaux qui vont durer 7 mois (de janvier à juillet 2016) concerneront pour l’essentiel le remplacement du système de mobilité, la réparation d’une culée et des systèmes de calage, ainsi que la réfection des revêtements de la chaussée et des trottoirs. 

Des fonds pour des travaux dans les communes
Thau agglo va subventionner à hauteur de 100 000 € (pour un coût total de 264 000 €) des travaux le long du chemin des Prés Saint Martin, à Frontignan, afin de créer un cheminement protégé réservé aux piétons et vélos, ainsi que des aménagements sur la voirie pour limiter la vitesse. Des travaux d’aménagement de l’Avenue de la Mission (tranche 2) sont également prévus à Vic la Gardiole (coût total de 561 815 €) afin de mettre en sécurité des usagers de la circulation en milieu urbain, avec un aménagement piéton, la création d’une voie verte et le lien avec la piste cyclable en direction du littoral, ainsi que l’amélioration de la circulation et du stationnement. Thau agglo y participera à hauteur de 224 827 €. 

Fourrière automobile
Thau agglo a en charge la gestion de la fourrière automobile (déléguée à l’entreprise Tom Dépannage pour la période 2013-2017). En 2014, ce sont 1318 véhicules qui ont été enlevés, les véhicules de tourisme représentant la quasi-totalité du volume (plus de 95%). Le nombre d’enlèvement de 2 roues est de 77 (57 en 2013). Coût pour Thau agglo : 55 691 € HT, qui  correspond à 352 véhicules non récupérés par leur propriétaire (et donc détruits) et à 11 déplacements techniques. 

Côté transport
1 716 066 kilomètres ont été réalisés en 2014 pour 2 326 044 voyages (soit +2,87 % par rapport à 2013). A noter : un montant global généré par ces voyages en baisse de 4% (1 209 923 € TTC) par rapport à l’année précédente. Cette baisse s’explique par le fait que les usagers n'ont pas utilisé les mêmes titres de transport, ayant l’année d’avant, eu plus recours aux carnets de 10 ou aux abonnements, moins rémunérateurs pour le délégataire.

L’annuaire des artisans 2015 est disponible !

 

Thau agglo valorise les entreprises du bâtiment positionnées sur le marché de l’aménagement de locaux d’activités commerciales et de la rénovation d’habitat, en les référençant dans un annuaire.

Cet annuaire est mis à disposition des commerçants pour les aides économiques, et des particuliers pour les aides à la réhabilitation de logement afin de les aider à identifier les entreprises susceptibles de répondre à leurs attentes.

» feuilleter l'annuaire en ligne

» télécharger l'annuaire au format pdf

» l'obtenir par mail auprès de Thau agglo : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Engouement pour la page Facebook de Thau agglo

24 000 personnes lisent chaque semaine les publications  de la page Facebook de Thau agglo

Depuis sa mise en ligne au mois de juin, l’audience de la page Facebook de la Communauté d’agglomération du bassin de Thau ne cesse de progresser. Ainsi, sur le mois de janvier, 24 000 personnes lisaient chaque semaine les informations concernant la CABT. Si la moitié réside sur le continent, en France, la part des étrangers est de plus en plus importante. Au-delà des visiteurs espagnols, belges, allemands, italiens ou américains, la page Facebook a enregistré un visiteur du Sri Lanka, un visiteur de la République Démocratique du Congo, 2 de Thaïlande, 2 de République Dominicaine, 2 de Finlande, 4 du Japon. Pour les DOM-TOM, 4 internautes se sont connectés depuis la Polynésie Française et 5 de Nouvelle-Calédonie.

Vœux de Thau agglo : travailler ensemble

 Ce lundi soir 19 janvier, François Commeinhes, Président de Thau agglo, entouré des maires des 8 communes de l'agglo et des élus communautaires avait convié la population à la cérémonie des vœux au Chai des Moulins, une première dans ce lieu « symbolique de notre volonté d’une coopération nouvelle sur le territoire » affirmera François Commeinhes. Pour faciliter les choses, l’agglo avait mis en place des navettes gratuites entre le parking du Mas Coulet (où les voitures pouvaient stationner gratuitement) et le Chai des Moulins. Outre les élus des communes et les conseillers communautaires, on notait la présence des députés, du président de la CCI, des représentants de la Région et du conseil général ainsi que plusieurs élus de "l'agglo du nord" (CCNBT) venus en voisins et amis. Malgré un temps très maussade, plus d'un millier de personnes s'étaient déplacées. 

 

 la volonté farouche 
de faire durer nos valeurs.

Lors de la cérémonie des vœux de Thau agglo, François Commeinhes est revenu sur le drame des assassinats de Paris, dès les premiers mots de son discours :

« Tout est pardonné » : c’est le message qu’ont voulu nous adresser les survivants de Charlie Hebdo. Oui, il faut vivre, il faut continuer à vivre après une tragédie qui a vu des fanatiques assassiner des journalistes, des policiers, des Français juifs, des salariés. Pour autant dans ces attentats, rien ne peut être légitimé, rien ne peut être accepté !

Et rien ne peut être et ne doit être oublié ! Rien ne doit être oublié, parce que la menace terroriste reste forte ! Elle nous oblige à la vigilance. Mais surtout rien ne doit être oublié parce que, dans notre pays, nous sommes libres de nous exprimer. Sans la liberté d’expression, pas de liberté de penser, pas de liberté du tout !

Par millions, nous nous sommes levés, pour affirmer et défendre cette liberté d’expression, qui est le cœur de nos convictions, de nos valeurs, de nos idéaux ! C’est elle qui irrigue notre belle et grande démocratie !
C’est pourquoi, ce soir, ici, nous vous accueillons et nous célébrons notre liberté d’expression, à travers des dessins de presse qui ont illustré notre vie politique locale.
C’est notre refus d’accepter, notre refus d’oublier, qui nous ont conduits à nous rassembler, à afficher une unité de peuple libre, de peuple républicain, face à la barbarie terroriste.

Nous avons puisé dans cette unité, dans cet élan commun, une énergie porteuse, une raison de rester confiants dans notre avenir. Cette confiance, que j’ai ressentie il y a quelques jours alors que nous marchions tous ensemble, je l’éprouve aussi ce soir dans la présence déterminée et chaleureuse de ce grand corps que nous formons tous ensemble.

Non, je n’oublierai pas ! Non nous n’oublierons pas ! Vendredi dernier, l’écrivain Jean-Marie Gustave Le Clézio dont le Monde publiait une lettre à sa fille lançait : « j’espère que de ce jour, tous ceux et celles qui étaient avec toi continuerons de marcher dans leur tête, dans leur esprit, et qu’après eux leurs enfants et leurs petits-enfants continueront cette marche. »

Ce soir, nous continuons à marcher, à éprouver aussi ce que nous avons éprouvé par notre réponse collective. Le plaisir d’être ensemble, la volonté farouche de faire durer nos valeurs. La nécessité de réunir nos forces, de coopérer pour écrire notre avenir. Notre marche ne s’arrêtera pas.

» lire le discours intégral

   

Se réunir

« Se réunir est un début, rester ensemble un progrès, travailler ensemble une nécessité »Cette belle citation d'Henry Ford, inscrite sur les cartons d’invitation, allait servir de fil rouge au discours du Président de l'agglo. "Cette formule, dit-il, devient désormais un programme impérieux, elle nous incite à la réflexion et l’action. Elle a valeur de vérité pour chaque individu. Elle a valeur de vérité aussi pour nos cités."

François Commeinhes a aussi expliqué l'importance du choix du lieu pour cette soirée, un lieu symbolique, mis à disposition par M. Christian Gaffinel : "Ce chai magnifique est une trace architecturale du passé vinicole de Sète... Ce lieu a aussi un magnétisme inscrit dans l’espace. Il fait comme un trait d’union avec les communes de Sète et de Frontignan la Peyrade.... Ce chai des Moulins jette un pont vers les six autres communes dont l’identité a été façonnée par la vigne et par le vin. Il marque le lieu où Sète se relie au territoire de Thau et l’inverse est aussi vrai. Ce chai est le lieu, à la fois réel et symbolique, où toutes les communes de Thau agglo croisent leur destin économique et culturel. Ici, sous un certain angle, se déposent et continuent de mûrir le travail de nos pères, la richesse de leur culture et de leurs pratiques. Mais ici, s’annonce également un autre destin, un avenir que nous construisons. Le toit et les murs de ce chai abriteront sans doute un jour un pôle culturel d’agglomération. Et cette perspective aussi, est révélatrice de la mutation de Thau agglo."

Réussir la mutation territoriale

Les compétences de agglos et des communes ont été redéfinies par la loi qui impose une plus grande cohérence et unité d'action des communes qui la composent. "Adepte depuis toujours du pragmatisme, je préfère, pour définir Thau agglo, affirme François Commeinhes, dire que c’est un outil de coopération des communes. Co-opérer veut dire agir, travailler ensemble dans un projet commun.
La plupart de nos communes sont en souffrance financière. Mais le budget 2015 de Thau agglo, qui s’élève à 130M€, nous donne une ample marge de manœuvre. L’investissement de la collectivité reste à 41M€. Comment utiliser au mieux cette ressource ? La répartir avec justice et justesse ? Nous avons dégagé trois leviers essentiels :

  • la mutualisation des services
  • l’extension des compétences
  • la répartition des fonds de concours

Au-delà de Thau agglo, François Commeinhes a aussi rappelé que des liens solides se tissent déjà avec la CCNBT, l'agglo du nord de l'étang, à travers le Syndicat mixte ou l’Entente et que la coopération avec la communauté d'aglomération d'Agde était naturelle tout comme celle qui devra prévaloir MMM (Montpellier Méditerranée Métropole).

 Après le discours et une vibrante Marseillaise chantée par tous les élus et l'assistance, place à la convivialité : les invités avaient le choix entre 8 buffets pourvus par les huit communes membres de leurs spécialités gastronomiques. Pour finir la musique gitane réchauffait l'atmosphère, rappelant  l’immense Manitas de Plata, le musicien gitan qui est né et a vécu les premières années de sa vie à quelques dizaines de mètres de ce chai. 

 

Et si on essayait en 2015?

"La raison ne suffit pas à comprendre l’autre. Il faut aussi le cœur mais encore, l’intérêt commun, l’attention, le désir. Je crois que c’est le défi que nous lance le terrorisme. Il échouera si nous continuons à opposer à la division qu’il recherche, l’unité et le rassemblement que la coopération permet et réalise.
Et si on essayait en 2015 ? De sortir de nos individus, de nos égoïsmes, de nos préjugés personnels ? De faire cité, de faire monde ? Pas dans de grandes envolées, des argumentations ridicules, des débats secondaires, mais dans la compréhension de l’autre, dans la coopération avec lui ? C’est cette invitation humaniste à la coopération que je lance pour 2015.
Poursuivons et amplifions le mouvement que nous avons lancé à l’échelle du territoire !
Employons-nous à rapprocher nos communes dans leur combat pour le redressement économique et l’emploi !
Aidons tous nos concitoyens, quelle que soit leur origine, leur confession, leur sexe et leur âge à vivre leur idéal de paix et de liberté ! Conjuguons nos énergies et nos talents pour vivre des moments de rassemblement et de fête !
Voilà ce que je vous souhaite à toutes et à tous, Balarucois, Gigeannais, Sétois, Vicois, Frontignanais, Mirevalais ou Marseillanais ! Votre bonheur personnel, que je souhaite immense passe par cette coopération." - » lire le discours intégral