Ils deviennent rares

Les plaques « Michelin » de localisation sont généralement assez rares de nos jours. Le dernier de Balaruc le Vieux porte la date du 26 mai 1937 en bas à gauche il y a donc 80 ans que ce panneau indiquant l’entrée du village à été posé. A cette époque, le maire était Marcel Pradel et Balaruc le vieux ne comptait que 390 habitants, il en compte près de 2600 maintenant !
A de très rares exceptions près, tous les panneaux fabriqués par Michelin sont datés avec précision. En effet, une mention manuscrite sous la forme “jour mois année” est inscrite sur l’émail du panneau, généralement en bas, à droite ou à gauche.
Ces panneaux étaient en lave émaillée à 900° de couleur blanche, avec l’indication en bleu. Installés sur un support béton. La lave venait du massif central, Michelin ayant son siège à Clermont-Ferrand.

Les premiers panneaux de ce type datent de 1929. Sur le haut du panneau de Balaruc, on peut noter que le nom du département y figure à la place du nom de « Michelin »
L’Indre-et-Loire est un département également très riche en plaques de localisation. La présence d’une usine Michelin à Joué-Lès-Tours y est sûrement pour quelque chose.
C’est aussi grâce à une initiative d’André Michelin que les bornes kilométriques ont été utilisées pour indiquer au voyageur la catégorie et le numéro de la route empruntée, ainsi que les noms et distances des deux localités se trouvant en aval de la borne, dans le sens de marche du lecteur, avec indication de l’altitude pour les bornes de montagne...
C’est en 1913, que le bornage des routes est instauré. La marque fabrique des dizaines de milliers de bornes et panneaux des années 20 jusqu'en 1971 La « borne d’angle », elle, était née ainsi en 1918 et sera fabriquée jusqu’en 1946,  année ou, l’administration refusera toute forme de « don » pour la signalisation des routes. Ce sera progressivement la fin des « Panneaux Michelin ».

Georges Cantin

Avec l'APAVH, la douce Molly est à l'adoption

CHIENimage5C’est une drôle d’histoire que celle de Molly… Sa maîtresse est décédée il y a quelques semaines et elle n’avait rien prévu pour ses animaux : 4 chiens et 2 chats. Sa voisine, qui a adopté un chien à l’association, nous a contactés pour la prise en charge de tous ces poilus ! Elle ne voulait pas que les 2 Yorks, l’autre femelle Labrador de couleur sable et Molly, partent en fourrière. A la veile de l’été, 4 chiens d’un coup c’était beaucoup, sans compter que nous étions déjà engagés pour d’autres chiens en détresse. Nous avons fait appel à Catherine du refuge des 4 pattes qui a accepté de prendre les York mais aussi à Valérie de JSMC qui a choisi la labrador sable. Restait Molly. Ces 4 chiens ont toujours vécu en compagnie de leur maîtresse, dans une maison avec un jardin dont ils ne sont jamais sortis, ne côtoyant que  très peu de monde… Si tous les 4 sont un peu craintifs, Molly est de loin la plus mal à l’aise avec les personnes qu’elle ne connaît pas. Nous avons eu du mal à la faire monter dans la voiture, puis à l’en faire descendre une fois arrivés!...

» associations