Concert Slave à Balaruc-les-Bains

Le trio Crescendo : Marie-Christine Guichot au piano, Martin Brunschwig au violon et Christine Mourlevat-Brunschwig au violoncelle

Un vibrant hommage à l’âme slave à la Maison du Peuple à Balaruc-les-Bains rendu par le Trio Crescendo - piano – violon – violoncelle, suivant l’inspiration tzigane qui a nourri la musique classique avec tant de succès. 

Haydn, dans le final de son fameux Trio dit « des bohémiens» a eu le premier cette intuition en introduisant ces rythmes vigoureux, intrépides et fleurant bon la liberté. L’autre Trio de ce concert était celui de Smetana, grand compositeur tchèque, donc authentiquement slave ; il n'est pas besoin pour lui, bien sûr, de forcer sa nature, l’âme slave coule dans ses veines et sa musique riche et colorée a transporté les auditeurs enthousiasmés. Le Trio pour piano, violon et violoncelle, véritable triangle musical, constitue l’une des formes reines de la musique de chambre. Les grands compositeurs lui ont d’ailleurs offert le meilleur d'eux-mêmes. La plupart n'ont écrit que quelques trios, mais ce sont toujours d'admirables chefs-d'oeuvre.

Le Trio Crescendo réunit trois artistes confirmés (tous les trois enseignent la musique dans la région) qui ont à coeur de partager une complicité musicale. Mariant leurs passions et leurs talents, ils jouent à l’unisson depuis de nombreuses années et offrent des interprétations vibrantes et personnelles ; ce sont des musiciens d'une immense envergure.

Le service culturel de Balaruc-les-Bains a proposé ce soir-là un concert de grande qualité.                                                       A.P.

La cocotte-minute va-t-elle bientôt siffler ?

Depuis des siècles, partout en Europe, les causes profondes des révoltes sont toujours les mêmes : un État avec des caisses vides, un endettement abyssal, une fiscalité écrasante, des inégalités et une insécurité croissantes. Dans un tel contexte c’est le plus souvent la jeunesse, sans perspective d’avenir, qui déclenche le processus insurrectionnel.
Selon l’INSEE, la France compte près de 9 millions de personnes vivant en deçà du seuil de pauvreté. La moitié d’entre elles sont des jeunes de moins de 30 ans, chômeurs, stagiaires, précaires allant de petits boulots en petits boulots. La situation dans le Midi est plus dégradée encore que dans le reste du pays et dans certaines villes de l’Hérault le chômage des jeunes dépasse même les 50%. .Dans ce contexte, un sondage indique que les deux tiers des 18-34 ans sont prêts à un mouvement de révolte de grande ampleur...

» suite de l'édito