Marcel Proust humoriste ?

Oui, la langue magnifique de Marcel Proust sert parfaitement l’humour dont l’auteur fait preuve dans certains portraits lors de sa "recherche du temps perdu". C’est ce que l’on a pu découvrir au cours des « Lectures tirées du sac » proposées par l’APCP (Association Pour une Culture Partagée), mardi 10 mai dernier à la bibliothèque municipale, dont le thème était précisément l’humour dans la littérature.
Près de la moitié des participants à cette réunion animée par Anne Gautheron étaient des curistes qui ont lu de plaisants extraits d’ouvrages, de Jean Teulé, Boris Vian, Voltaire, Jean Louis Fournier, à Eric-Emmanuel Schmitt, Guy de Maupassant, Daniel Picouly, passant bien sûr par Marcel Proust.
Belle occasion pour discuter de l’humour, (terme anglais provenant du latin « humor – humeurs et leur influence sur le comportement), différent selon les époques, les auteurs, l’âge, les classes sociales…, de ses qualifications (simple, noir, ou vachard, grinçant…), et de ses fonctions (faire passer un message, critiquer quelqu’un ou quelque chose…).
On a pu également constater que le livre n’est plus le seul support de la lecture, l’ordinateur pouvant aussi remplir cette fonction. Enfin, l’annonce ayant été parfois déformée (humour ?), quelqu’un avait préparé des textes sur l’amour dans la littérature, ce qui a permis d’entendre des poèmes de Claude Debarine et Jacqueline Rousset, poétesses contemporaines peu connues tant on a tendance à croire que seuls les hommes écrivent des vers !

Maurice Bouchard