La Cure Gourmande en redressement judiciaire

 

La Cure gourmande

Créée en 1989 par Christian Berlan, la Cure Gourmade, dont le siège social est à Frontignan, est présente dans 11 pays : France, France Allemagne Autriche Belgique Canada Corée du Sud Espagne Qatar Singapour Émirats arabes unis États-Unis

Avec 38 magasins (54 dans le monde), l’enseigne a réalisé en 2016 un chiffre d’affaire de 22, 3 millions d ‘euros.

Elle emploie 276 personnes, dont 140 personnels dédiés à la production (confiserie, biscuits, chocolats) sur ses sites de Frontignan, Balaruc et Narbonne.

   

Le « sucrecrutier » annonce le 9 janvier qu'il a été placé, à sa demande, en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Montpellier. Une mesure purement technique "pour mieux rebondir" affirment ses dirigeants. "Il n'y a aucune menace sur l'emploi et nous veillons à ce que nos difficultés impactent le moins possible nos fournisseurs historiques" précise Edouard Hennebert, son directeur général, co-fondateur avec Christian Berlan de La cure gourmande.

L’entreprise serait victime de son propre dynamisme. Après avoir beaucoup investi pour se développer en France et un peu partout dans le monde, elle subit de plein fouet les conséquences des attentats de Paris et de Nice car environ la moitié de ses clients sont des touristes. La baisse d’activité qui en a résulté lui a créé un problème de trésorerie compte tenu de la charge financière liée aux remboursement des emprunts contractés pour le développement.

La période de sursis de 6 mois accordée par le tribunal devrait être suffisante pour permettre à l’entreprise de négocier les aménagement nécessaires avec les banques afin d’honorer ses dettes.

Morts d’été

Entre Béziers et Montpellier, il n’est pas de jour où on est à déplorer un accident grave en période d’été. Alors que les accidents de sortie de boite ont presque disparu grâce à l’action de la prévention routière et à la collaboration des patrons de discothèques, on déplore quotidiennement des chocs entre voitures. L’alcool n’est plus en cause mais on constate chaque fois un manque de vigilance des conducteurs. L’insouciance des vacances a de bien terribles conséquences.
Autre fléau d’été : les noyades. Dans notre région, on en comptabilise une dizaine  depuis le début de l’été. Cela malgré la présence des secouristes et autres garde-plages nombreux sur notre littoral, de Palavas à Valras. Souvent, ce sont des hommes âgés qui en sont les victimes car ils préjugent de leurs forces et ne comprennent pas que le poids des ans ne leur permet plus les performances de leur jeunesse. Alors...

» suite de l'édito
de Bernard Barraillé