Vendredi 4 mai "Les Ecrans du Sud"

Les Ecrans du Sud – vendredi 4 mai à la Maison du Peuple de Balaruc-les-Bains à 18 h.30 – entrée 5 euros – ce soir « soirée arts »

Les Ecrans du Sud

En première partie, le film d’Alyssa Verbizh nous propose une plongée dans « Les mondes de Di Rosa ».

Ce film est un voyage dans le monde et dans la tête d'un artiste hors normes ; il est à l'image de l'artiste, ludique, vibrionnant, abordant ses nombreuses facettes, toutes interdépendantes, il est une figure incontournable de l’art, une mémoire vive de la société française de ces dernières décennies. L’année 2017 est une année cruciale pour Hervé Di Rosa. Deux expositions le mettent à l’honneur. Ce documentaire revient sur sa trajectoire...

A 21 h, après une petite collation, place à « André et les martiens » de Philippe Lespinasse.

Ce deuxième film nous embarque pour une promenade bouleversante dans une proximité rare avec des artistes « bruts » ou outsider, qui travaillent de façon solitaire et construisent des univers qui renversent nos perspectives sur l’art. C’est André Robillard qui nous guide : Sculpteur, dessinateur, musicien, découvert par Jean Dubuffet, il est devenu un des plus importants créateurs de l’Art Brut. Depuis 1964, il fabrique des fusils, des centaines de fusils pour « tuer la misère »...

Prévente de billets à l’Office de Tourisme de Balaruc-les-Bains.

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations