Rencontre avec Gérard Canovas, Maire de Balaruc-les-Bains

Jean-Marie Philippon et Annick Pratlong ont rencontré, la semaine dernière, Gérard Canovas, Maire de Balaruc-les-Bains 

thauCapture

Depuis 2012, la ville de Balaruc-les-Bains et l’agglo de l’Hérault ont créé une Société Publique Locale pour la gestion des Établissements THermaux (S.P.L.E.T.H). La CABT est actionnaire à hauteur de 14%. Reconnue pour les bienfaits de son eau thermale depuis l’antiquité, la station de Balaruc-les-Bains a accueilli 54 000 curistes médicalisés en 2017 et quasiment autant de réservation sur cette année 2018. Ce nouvel établissement, qui peut accueillir jusqu’à 4 200 curistes par jour, s’inscrit dans les perspectives de la médecine thermale du XXIe siècle et de son évolution en matière de soins.

" Avec sa double orientation thérapeutique en rhumatologie et phlébologie, la station thermale et climatique de Balaruc-les-Bains est la première station thermale de France et du bassin méditerranéen. La ville entretient une démarche qualité avec un contrat de surveillance de la "meilleure eau Thermale de France". La qualité est là et la station, inscrite à Natura 2000, a un Etang très surveillé grâce au Conseil National des Exploitants Thermaux. "

"L'activité Thermale est l'économie phare pour les curistes par leur fréquentation. C'est la première P.M.E. du Bassin de Thau avec 400 employés et jusqu'à 1 800 à 2000 emplois induis : remerciements à Monsieur le Directeur des Thermes, au personnel de cet établissement et aux élus concernés. La ville suit le même mouvement avec ses salariés communaux et "globalement" la ville de Balaruc-les-Bains est attrayante. Une vigilance est établie dans la gestion mais aussi auprès du tissu économique - loyers, propositions de locations - afin de continuer à investir et à monter en gamme. Au-delà de son utilité médicale et sociale, le thermalisme joue un rôle primordial dans l’économie du territoire. Il représente 904 000 nuitées, ainsi que 27,4 M€, dont 6,2 M€ vont dans les restaurants et 7,2 M€ dans les commerces. Le thermalisme et les activités annexes génèrent 2,6 M€ de recettes fiscales au niveau de la commune et de l’agglomération ».

« La ville est en bonne santé, l'investissement est prioritaire car tout est lié. La première station de France avec son Etablissement Thermal est en constante évolution. L'Office du Tourisme a une très bonne fréquentation ; il y a une large amplitude de la fréquentation touristique. Le nouvel Etablissement Thermal est le "fer de lance" de la profession et la situation financière est le fruit d'une gestion responsable due, en grande partie au thermalisme, aux redevances et autres dividendes versées par la SPLET en charge de la gestion des Thermes. En 2012, la ville a bénéficié de 11,3 M/Euros et du budget annexe de 18,5 M/Euros et les salariés des Thermes ont touché en six ans 2,75 M/Euros de participations et d'intéressement ". 

La ville de Balaruc-les-Bains désire offrir à tous les conditions de se loger décemment. C'est l'objectif de la politique de logement social menée qui affirme une réelle volonté de combler rapidement le déficit cumulé pendant des années, en incluant dans chaque projet d'urbanisation les 20 % de logements sociaux obligatoires, fixés par la loi « Solidarité et Renouvellement urbain » votée en 2000. D'autres actions sont  engagées actuellement posant les bases d'un développement urbain raisonné. Remerciements sont faits au personnel et aux élus responsables de ce service.

Gérard Canovas nous informe qu'il est prévu d'augmenter la diversification du Thermalisme par le développement d'Obalia 2 pour les sportifs de haut niveau - sports, santé et bien-être - et annonce qu'en 2018 Thermaliv démarre la vente de 50 produits en cosmétologie  - au lieu de 24 - lancée sur le marché national.

Puis il est question du développement culturel sur Balaruc-les-Bains : " Notre projet de développement culturel s’organise sur quatre axes principaux : mettre en place une politique d’animation culturelle du territoire œuvrant pour le développement humain ; faire de la culture un levier éducatif ; faire de la culture un levier d’attractivité touristique ; favoriser la multiplicité et la transversalité des acteurs. Cette nouvelle saison culturelle préfigure l’élaboration d'un projet avec une programmation densifiée et annualisée qui prendra place dans le nouveau centre culturel de Pech Meja dès septembre 2018. Des spectacles seront présentés pour l’ensemble des publics, habitants - les plus jeunes comme les plus âgés -, curistes, touristes ; une saison éclectique avec la découverte d’autres cultures, le soutien au patrimoine régional et aux artistes, l’ouverture et la bienveillance. Une saison estivale riche en spectacles et activités de toutes sortes dans tous les sites de la ville où les participants pourront voyager en d’autres lieux, d’autres villes et d’autres pays... car "la connaissance de soi ne saurait exister sans l’ouverture à l’autre." Le Service de la Culture et les élus sont remerciés pour leur professionnalisme et leur entrain lors de la recherche des programmes à chaque saison.

Merci à Gérard Canovas, Maire de la ville de Balaruc-les-Bains, pour cet entretien chaleureux et amical. Annick Pratlong