Balaruc les Bains

Inauguration du marché de Noël de Balaruc les Bains



 

Samedi matin, le député Christian Assaf et Pierre Bouldoire, conseiller départemental du canton de Frontignan-Balaruc ont inauguré le marché de Noël de Balaruc-les-bains avec Cathy Dumas la présidente de l'ACB (Association des Commerçants de Balaruc) et les représentants de la municipalité. Un bel événement cette année encore comme le montre l'ambiance qui régnait salle Alain Colas (voir reportage ci-après).

                              source : facebook ville de Balaruc-les-bains

Lectures tirées du sac à Balaruc-les-bains

Mardi 24 novembre, à 15 heures - à la bibliothèque municipale - l’Association Pour une Culture Partagée (APCP) a renouvelé une action innovante, « Lectures tirées du sac » pour toutes celles et ceux qui ont envie de lire et aussi pour toutes celles et ceux qui ont… simplement envie d’écouter.
Une vingtaine de personnes, dont un certain nombre de curistes, étaient présentes pour, chacune lire à haute voix un extrait d’un livre correspondant au thème du jour, « la gastronomie dans la littérature », afin de partager des émotions, des sourires, des rires et faire connaître ou redécouvrir un texte, un auteur qui lui a plu particulièrement…
Des auteurs étrangers (Ito Ogawa et « le restaurant de l’amour retrouvé », Erica Bauermeister et « le goût des souvenirs », Laura Esquivel et « Chocolat amer ») et bien sûr de nombreux auteurs français, de Boileau, Madame de Sévigné, Alphonse Daudet ou Emile Zola, à Muriel Barbery, Philippe Delerm, JMG Le Clézio, Jacques Rouré, Michèle Barrière et Jacques Vaizy ont évoqué des aspects de la gastronomie dans leurs œuvres.

Aussi, les participants à cette rencontre ont pris plaisir à lire et à entendre la description de nourritures, bourgeoises ou populaires, de préparations simples ou originales, l’art littéraire consistant à suggérer les sensations s’y rattachant, agréables ou non, de l’appétit ou la faim à la satisfaction, ou encore les bouquets de souvenirs engendrés par ces évocations. On a même applaudi à plusieurs reprises, ce qui est peut-être une mesure de la délectation de celles et ceux qui ont partagé ce moment.

Plusieurs « Lectures tirées du sac » sont prévue par l’APCP à son programme 2016.

Balaruc-les-Bains "en fête" au marché de Noël

Cette année encore un week-end de fête à la salle Alain Colas se transformant pour l'occasion en une vaste "salle de cadeaux de Noël". Les exposants ont proposé des bijoux, des vêtements, des santons, des objets de décoration, des stands "bien-être", et de nombreuses gourmandises... Les "papas Noël" étaient souriants, les familles ont profité d'une promenade en calèche et les enfants étaient "aux anges" lors de distribution de bonbons, sur les manèges et aux différents ateliers proposés.

Annick Pratlong

cliquez sur une image pour l'agrandir

Des espaces méditerranéens sur la commune de Balaruc-les-Bains

pour en savoir plus lire le dossier "Balaruc vert demain"
du numéro de novembre du magazine municipal

En 2013, notre Collectivité intégrait le programme « Vert Demain » porté par le Syndicat Mixte du Bassin de Thau, démarche environnementale afin de limiter l’arrosage des espaces verts pour préserver la ressource (développement de végétaux de type méditerranéen dans les espaces publics.
Depuis quelques jours, le rond-point de l’avenue de Montpellier a été nettoyé des plantes fleuries et autres pelouses préparant ainsi le terrain pour sa réfection à venir.
Le service des espaces verts va profiter des périodes automnale et hivernale, propices aux plantations, pour réaliser le futur aménagement qui sera terminé au printemps prochain. Celui-ci arborera en son centre un acacia du Sénégal et sera agrémenté de plantes endémiques comme les cistus, les santolines et autres sauges.
Un principe qui dorénavant prévaudra dans l’aménagement de bon nombre des espaces publics balarucois, comme celui de l’avenue des Hespérides ou encore celui de la Despensière qui, d’ici quelques mois, vont eux aussi changer de physionomie pour se mettre à la mode méditerranéenne.

A.P

Jacques Lemerle honoré et décoré

L'Union Héraultaise d'Associations d'Anciens Combattants (UHAAC) de Balaruc-les-bains nous communique:

Le 18 novembre Jacques Lemerle, ancien combattant 39/45, a reçu la médaille de bronze de l'Union Fédérale remise par Jean-Pierre Poulain, Président de la section de Balaruc-les-Bains.


Jacques Lemerle, titulaire de la Croix du Combattant, est né en 1924. Il est entré à 19 ans dans le comité de la résistance de Cholet et a rendu de grands services. Il a notamment recruté et organisé un réseau de jeunes étudiants.
Engagé volontaire en novembre1944 il participe aux combats pour libérer le territoire national de Rochefort sur mer, Marans et La Rochelle.

Les petits lutteurs du Centre Olympique Balarucois à Nîmes

La section lutte du  Centre Olympique Balarucois Club a participé à une compétition à Nîmes, une journée destinée aux poussins et benjamins.
70 lutteurs des clubs de Font Romeu, Montpellier, Béziers, Nîmes, Sète et Balaruc-les-Bains étaient présents.

3 jeunes lutteurs Balarucois y ont participé :
Nathan Yvan et Kévin Singier - poussins A (nés en 2010 et 2009) sans classement,
Teddy Bertrand - poussins C (nés en 2006 et 2005) - classé 2ème de ce groupe.

Café-discussion sur l'eau et ses enjeux

Vendredi 20 novembre à 18 heures, une bonne vingtaine de personnes étaient réunies « chez Dédé », (restaurant-pizzéria, 6 avenue de Montpellier) pour un café-discussion sur le thème de « l’eau et ses enjeux ».

Rappelons que les cafés-discussions organisés par l’APCP (Association Pour une Culture Partagée) permettent à tous d’aborder des sujets complexes dans la plus grande liberté de parole, en toute égalité (personne ne monopolise le débat car aucun n’est spécialiste), dans le plus strict respect les uns des autres, et en évitant toute dérive politicienne ou sectaire. En un mot, exercer concrètement la capacité à « vivre ensemble ».

Après une minute de silence en mémoire des victimes des récents attentats et une courte mais excellente introduction, très vite on a senti le vif intérêt pour le sujet de l’eau, principe vital : les prises de paroles ont été nombreuses, faisant apparaître éventuellement quelques désaccords qui ont cependant enrichi la discussion.

La question a été traitée selon diverses approches : économique, géopolitique, climatique, écologique, voire catastrophique, sans oublier l’aspect du développement et a permis également d’évoquer l’importance, pour ce sujet, de la connaissance, de l’éducation, de la politique (au sens noble du terme), touchant même, en toute simplicité, à des considérations presque philosophiques.

La discussion, pour laquelle les participants se sont passionnés, s’est terminée sur une note d’optimisme et d’espérance quant aux capacités d’adaptation de l’être humain, chacun ayant le sentiment d’avoir accru ses connaissances et ses capacités de réflexion.

Puis, comme à l’habitude, un repas a rassemblé les participants qui le souhaitaient, dans une atmosphère amicale.

Balaruc-les-bains, ville attractive

 

Méthodologie

Après divers sondages et entretiens, 12 critères ont été retenus pour définir l’attractivité des villes de Thau. Chacun de ces critères a reçu un coefficient de pondération reflétant la moyenne de l’importance accordée à chacun d’eux par les personnes interrogées.

  • Coût du logement : 13%
  • Emploi : 12%
  • services médicaux: 11%
  • commerces: 10%
  • environnement: 10%
  • fiscalité: 10%
  • établissements scolaires: 8%
  • sécurité: 8%
  • loisirs, culture : 7%
  • stationnement: 7%
  • internet, high tech: 2%
  • gastronomie: 2%

Pour chaque critère, le positionnement de chaque ville a été obtenu à partir de sources statistiques publiques ou privées reconnues (par exemple INSEE pour l’emploi, ministère des finances pour la fiscalité locale, ministère du développement durable pour l’environnement, ministère de l’intérieur pour la sécurtité, etc.).
Pour chaque critère un plusieurs indicateurs chiffrés ont été utilisés pour objectiver le positionnement (par exemple le prix du logement au m2, le taux de la taxe d'habitation, le taux de chômage en % de la population active, le nombre de site Natura 2000 d’une commune, le nombre de médecins par habitant, le nombre de lycée, le nombre de collège, le nombre de restaurants recommandés par le Michelin, etc. au besoin complété par une valeur qualitative nominale (oui/non) : existe-t-il un cinéma ou un théâtre, le stationnement est-il totalement gratuit, la ville est-elle labellisée « ville internet », etc.
Une fois la base statistique établie, pour chaque critère chaque ville a été positionnée sur une valeur binaire : moins bien que la moyenne ou mieux que la moyenne complété par un malus/bonus (-1/+1) pour les valeurs extrêmes (par exemple un bonus pour une ville qui a un établissement universitaire ou un malus pour une ville dont le taux de chômage dépasse 20%). La somme des notes ainsi obtenues affectées du coefficient de pondération de chaque critère conduit à la note globale de la commune.

   

 Balaruc-les-bains juste derrière Frontignan et Sète

Frontignan avec un environnement diversifié, une large réserve foncière et un stationnement totalement gratuit ressort en tête du classement. Seule ville du bassin de Thau a être labellisée ville internet « triple @ » elle est également en dynamique positive sur les nouvelles technologies et fait mieux que la moyenne dans les domaines de la fiscalité, des loisirs, de la culture et de l’emploi.

Sète talonne Frontignan et reste la capitale culturelle et économique du bassin de Thau. L'île singulière souffre néanmoins de plusieurs points faibles comme les difficultés de stationnement et un taux de chômage très élevé. Un paradoxe d’ailleurs car Sète est de loin la ville qui génèrent le plus d’emplois en pays de Thau mais nombre de ces emplois ne sont pas tenus par des sétois mais par des non-sétois qui viennent y travailler ce qui explique le taux de pauvreté élevé de Sète (25% selon l'INSEE contre 15% à Frontignan). A l’inverse, les villes de l’est du bassin de Thau, comme Gigean ou Mireval, voient leurs taux de chômage minimisés par le fait que beaucoup Gigeannais ou de Mirevalais vont travailler à Montpellier.

Balaruc-les-bains  se hisse à la troisième place malgré un coût élevé de l'immobilier grâce à ses atouts concernant la qualité de vie et les services :

 

point faible

 

coût du logement

 
 

moins bien
que la moyenne

 

fiscalité, étab. scolaires (absence second cycle et supérieur)

 
 

mieux
que la moyenne

 

environnement, emploi, loisirs, culture, sécurité, commerces, gastronomie, stationnement, internet

 
 

point fort

 

services médicaux

 

Les villes plus éloignées du littoral peuvent bénéficier d’atouts comme celui d’un coût du logement plus faible mais elles sont pénalisées par une moindre infrastructure et une plus faible densité de services (nombre de médecins, écoles,  collèges, etc.)

Voir le classement de toutes les villes en page économie

Les voix de l'opéra

Une cinquantaine de personnes désireuses d’en savoir plus sur « les voix de l’opéra » se sont réunies le 13 novembre dernier, à Balaruc-les-bains, en salle des conférences (Bain de Pieds).
A l’initiative de l’Association Pour une Culture Partagée (APCP), Jean-Michel Ballester, remarquable pédagogue, a su donner, à cette occasion à tous les participants le goût de cette forme d’art, l’opéra, à l’origine populaire mais devenue inopportunément « savante ». Rappelons que Jean-Michel Ballester est chargé du développement des publics et de la médiation culturelle à l’Opéra de Montpellier et qu’il est chef de chœur de la chorale Allegre’Thau de Balaruc les Bains.
Au fil d’un captivant « parcours du spectateur » il nous a guidé, à partir d’une approche de la physiologie de la voix - grâce à des diapositives particulièrement explicites -, passant par la classification des voix de femmes, d’enfants ( soprano, mezzosoprano, alto) et d’hommes (ténors, barytons, basses) - dont on a pu entendre toutes les nuances -, jusqu’à des considérations sur l’opéra et sur le rôle des institutions comme les Conservatoires ou les Opéras dans l’accessibilité à une forme musicale à laquelle certains craignent encore de ne pouvoir accéder.
Passionnés du début à la fin de cette réunion, les participants ont pu poser toutes les questions auxquelles Jean-Michel Ballester a répondu avec la pertinence que lui confèrent son savoir et son expérience.
L’APCP, dans sa volonté de partage culturel, a bien l’intention d’inscrire à nouveau cette soirée dans son programme 2016.

Une suite sera donnée sous la forme d’une visite de l’Opéra de Montpellier, le 21 Décembre 2015. (Rendez-vous à 14h 30 devant la billetterie). Des places sont encore disponibles. S’inscrire par mail auprès de Danielle Gasparoux – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Cérémonies de novembre

Le souvenir français de Balaruc-les-Bains a reçu son drapeau

Devant le monument aux morts, le lundi 2 novembre, Gérard Canovas, maire de Balaruc-les-Bains a remis le drapeau offert par la municipalité au comité du souvenir français, en présence d'Irénée Cathala, adjoint au maire, et de membres du conseil municipal.
On notait la présence de Monsieur Jean-Pierre Martinez et Monsieur Emmanuel Garcia, délégués généraux adjoints du souvenir français de l'Hérault. Des représentants d'autres comités - accompagnés de leur drapeau - sont venus soutenir celui de Balaruc-les-Bains et le drapeau de la section d'anciens combattants de la commune.

Monsieur le Maire a remis le drapeau à la présidente, Mme Merle-Blondeau, qui le confia à Monsieur Paul Pierru, porte-drapeau titulaire du souvenir français avec ces mots "Paul Pierru, je vous confie ce drapeau que vous aurez l'honneur de porter lors de nos cérémonies et manifestations".
Après un dépôt de fleurs par Monsieur le Maire et Madame Merle-Blondeau et une minute de recueillement, l'assistance a entonné la Marseillaise tout en se dirigeant en cortège vers l'Hôtel de Ville où un apéritif amical a été offert par la municipalité.

Un 11 novembre pour garder vivace le souvenir de tous les morts pour la France

Le jour du 11 novembre, jour de mémoire de l'armistice de 1918 mettant fin au premier conflit mondial, la ville de Balaruc-les-Bains s'est recueillie devant le monument aux morts après la lecture du message officiel de Jean-Marc Todeschini, Secrétaire d’État, chargé des Anciens combattants et de la mémoire rappelant de garder vivace le souvenir de tous les morts pour la France pour « transmettre le message mémoriel aux jeunes générations, devoir qui relève de notre responsabilité collective. »

Un dépôt de gerbe a été effectué par Monsieur le Maire en présence des autorités civiles et militaires,
des représentants des anciens combattants, du Souvenir français et des élus.

la chorale de Balaruc "Allegre'Thau" a entonné le Nabucco de Verdi
et, bien sûr, en choeur avec les personnes présentes, "la Marseillaise".

Annick Pratlong

Une épave de plus dans l'étang de Thau...

Depuis plusieurs mois, à proximité de la route qui relie Sète à Balaruc, en face de l'hôtel d'agglo, il y a un bateau de 7 m environ (genre pêche/promenade) qui est en train de couler dans l'étang. Comme personne ne fait rien et qu'il ne sera bientôt plus visible, il pourra alors polluer en toute discrétion en laissant fuir son gas-oil et ses autres contenus qui ne sont certainement pas très indiqués pour la conchyliculture et la pêche.
A une époque où les moules de l'étang sont régulièrement interdites à la consommation, il sera bien de rechercher le propriétaire, de le contraindre venir récupérer l'épave et de faire intervenir son assurance pour les dommages occasionnés...
source : Christine Racana (Sète) - photo : Régis Zaia