Balaruc les Bains

Hallowen à la Salle Alain Colas

L’image contient peut-être : 1 personne, debout

Le temps maussade ne permettant pas la fête dans le Parc Sévigné, de nombreux petits monstres se sont retrouvés à la Salle Alain Colas à Balaruc-les-Bains. Ils ont profité des stands installés pour eux, salons de maquillage, selfie, de nombreux jeux en bois et autres, sans compter les barbes à papa et les sauts dans les "montagnes gonflables"...

 D'où vient le mot "Halloween" ?

Avec l'arrivée du christianisme, les catholiques décidèrent à partir du IXème siècle de fêter la Toussaint ("tous les saints"), le 1er novembre.  Et si on regarde de plus près le mot anglais Halloween, c'est une sorte de raccourci de l'expression "All Hallows Eve", qui signifie "le soir de tous les saints", c'est-à-dire la veille de la Toussaint, le 31 octobre !

Résultat de recherche d'images pour "photo citrouille pour halloween"

Et pourquoi des citrouilles ?

À l’origine, le symbole d’Halloween était... un navet ! Issu de la légende de Jack-o'-lantern (Jack à la lanterne, le personnage qui a inspiré l'Etrange Noël de Mr Jack !), condamné à errer éternellement dans l'obscurité entre l'enfer et le paradis en s'éclairant d'un tison posé dans un navet sculpté.  Aux états-Unis, le navet a progressivement été remplacé par la citrouille qui pousse en octobre et qui est bien plus facile à sculpter ! C'est donc la citrouille qui a donné sa couleur orange à la version actuelle d'Halloween.                                    A.P.

 

R.V. culturel les samedi 3 et dimanche 4 novembre

Nouveau rendez-vous culturel les 3 et 4 novembre

 

Samedi 3 Novembre à 20 h.30 « Le Prix Martin » par la Cie du Strapontin et Dimanche 4 Novembre à 17 h. « Femm’euses » par la Cie Eole ; ces 2 spectacles auront lieu à la Maison du Peuple à Balaruc-les-Bains. Prévente à l’Office de Tourisme à 6 € et sur place : 6/9 €.

Ce nouveau rendez-vous de la saison culturelle, première édition du festival « Pratik’Art »,  propose deux soirées autour du théâtre et du chant théâtralisé :

Samedi 3 Novembre, c’est la compagnie du Strapontin qui se produit sur la scène de la Maison du Peuple. Elle reprend la pièce d’Eugène Labiche « Le Prix Martin », comédie hilarante en 3 actes : Ferdinand Martin, mari trompé, est poussé à la vengeance par son cousin Hernandez Martinez. Ira-t-il jusqu’à précipiter dans un ravin son vieil ami Agénor dont il a découvert qu’il était l’amant de sa femme ?

Dimanche 4 novembre, c’est la compagnie Éole qui propose sa dernière création « Femm’euses ». Un spectacle plein de fraîcheur, de spontanéité, d'humour : Dix femmes attendent leur train….mais il a du retard…..alors elles se mettent à raconter des histoires, à chanter leur partance pour une destination de vacances en harmonie avec la rythmique d’un piano...

 

La culture, ce n’est pas que les grandes compagnies, les chanteurs professionnels.. Chacun à son niveau peut s’y essayer.

La pratique des arts nous touche plus qu’on ne le croit. Qui n’a pas un jour essayé le dessin, la musique, le théâtre, la danse, d’écrire de la poésie…

S’y mettre régulièrement requiert un autre investissement, plus personnel interrogeant sa propre construction et son rapport à l’autre. Et si certains préfèrent pratiquer en privé ou individuellement, d’autres souhaitent s’essayer, se confronter au public et au regard de l’autre.

Que ce soit au niveau des pratiques culturelles des habitants ou de l’accueil de compagnies d'amateurs de la région, la Ville de Balaruc-les-Bains leur offre la possibilité de se produire dans des conditions optimales et de rencontrer des publics différents.

 

 

100ème Quête Nationale du Souvenir Français

LA 100ème Quête Nationale du Souvenir Français marque la fin du centenaire de la grande guerre.

Résultat de recherche d'images pour "le souvenir français logo"Partout en France, des milliers de quêteurs bénévoles du Souvenir Français feront appel à la générosité de nos concitoyens du 29 octobre au 2 novembre 2018 pour l’entretien des sépultures de tous ceux qui sont Morts pour la France ou qui l’ont bien servie. En 2017, le montant de la quête a permis d’aider à la préservation, la restauration et à l’entretien de plus de 130 000 tombes et 200 monuments ou stèles, tant en France qu'à l'étranger.

En participant à cette 100ème quête nationale, chaque donateur deviendra à son tour Gardien de la Mémoire de ceux qui ont donné leur vie pour que nous vivions dans un pays libre. Ils participeront aussi à la transmission du flambeau aux jeunes générations, le Souvenir Français organisant chaque année des projets pédagogiques et des voyages scolaires destinés à entretenir cette mémoire.

Ainsi, le Souvenir Français continue d’appliquer la belle devise mise en place par son fondateur, François-Xavier Niessen : " A nous le souvenir, à eux l'immortalité ", Association créée en 1887 et reconnue d'utilité publique en 1906, le Souvenir Français compte plus de 200.000 adhérents et affiliés. Elle est placée sous le haut patronage du Président de la République.

Souvenir Français de Balaruc et ses environs – 365 av. des Hespérides – 34540 Balarus-les-Bains - 06 81 57 04 44 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les Ecrans du Sud le 2 novembre à la Maison du Peuple

 Les Écrans du Sud

Vendredi 2 novembre à 19 h. à la Maison du Peuple à Balaruc-les-Bains, deuxième soirée de la saison 2018 des « Écrans du Sud » avec la projection du film « Tendre des fils, l'Arentelle un théâtre en campagne » de Thomas Roussillon.

Depuis plus de trente ans, à Saint Flour de Mercoire, petit village de Lozère, l’association L’Hermine de Rien conduit un travail de création, de diffusion et de formation artistique. Thomas Roussillon a filmé les petits et grands artistes de passage, le temps de chercher à saisir le lien qui les unit à cette scène vicinale en campagne. Alternant interviews et extraits de spectacles, le film parle de transmission, de relations humaines, du rôle des artistes, et s’avère être un hommage au théâtre, à l’art, aux utopies.

Carte Blanche à l'Association pour une Culture Partagée - A.P.C.P.   

Entrée 5 €. Prévente à l’Office de Tourisme :  5 € 

L'Amicale de l'Age d'Or fait une publication

L'amicale de l'Age d'Or de Balaruc-les-Bains vous confirme les activités de chaque semaine :

Lundi : belote - Mardi marche - mercredi : rami - jeudi : loto  à la Maison du Peuple - cours et séances de peinture les lundi, mardi, mercredi et jeudi.

Pour tous renseignements complémentaires, appelez le 06 72 14 45 67.

Vacances d'Automne - activités à la carte

Pour des vacances d’automne bien remplies, les services Jeunesse et Sports de la Ville de Balaruc-les-Bains ont concocté de nombreux ateliers, animations et sorties, dans tous les domaines, loisirs, culture, sport…. Différentes formules sont possibles, en demi-journées (matin ou après-midi), journées et sous forme de stages de plusieurs jours, du 22 au 31 octobre 2018

Sport’Anim, le dispositif municipal, reprend du service à l’occasion de ces congés scolaires. Au menu, des activités classiques et d’autres plus originales. Découvertes et sport seront les maître-mots de ces prochaines vacances pour les jeunes à partir de 9 ans. Mini Raid, boule lyonnaise, sports collectifs, initiation au tir à l’arc, handball, tennis de table ... sont quelques unes des activités proposées. Coté sorties, les jeunes Balaucois pourront s’initier au « R Golf » ou effectuer une journée ludique dans un parc d’accrobranches. Un programme varié, qui s’inscrit dans la volonté municipale de permettre à tous les jeunes de découvrir de nouvelles activités, d’éveiller leur curiosité et de développer leurs talents.

Bal’Ados, Le secteur Jeunesse a, lui aussi, mis sur pied un programme qui n’a rien à envier au dispositif sportif. Là encore, c’est un mélange d’activités traditionnelles et de nouveautés qui est proposé pour ces prochains congés aux jeunes Balarucois. Ateliers et activités sportives, soirée au local seront complétés par des sorties cinéma, un mini séjour à vélo ou encore la participation au Raid dans la garrigue organisé par Hérault Sport.

Les plus jeunes ont, quant à eux, rendez-vous au centre de loisirs « Le Petit Bois » qui, une nouvelle fois, mettra en place un programme d’activités découverte, ludiques et éducatives.

De quoi satisfaire une nouvelle fois les envies de loisirs des jeunes pendant ces vacances scolaires. Pour s’inscrire ou en savoir plus : Service des Sports/Centre Nautique : 04 67 80 92 24. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Service Jeunesse : 04 67 80 71 50

Sorties Paddle/kayak au Centre Manuréva

Résultat de recherche d'images pour "photos paddle bord de mer"

Sorties Paddle/kayak au Centre Manuréva de Balaruc-les-Bains tous les samedis matins du 15 septembre au 10 novembre prochain. Les sorties ont lieu de 10 h.30 à 12 h.Tarif : 8 euros.

L’été est fini, le mauvais temps est derrière nous... donc, pas question de ne pas profiter des belles journées automnales pour continuer à goûter aux joies des activités nautiques. Le Centre Nautique Manuréva reprend ses rendez-vous hebdomadaires, avec les sorties paddle / kayak programmées tous les samedis matins jusqu’à la mi-novembre. L'activité parfaite pour gainer le buste, les abdos, le dos et les jambes, muscler ses bras, se balader sur l'eau.

Les samedis matins, il est désormais possible de s’essayer à des pratiques nautiques un peu originales et très faciles. Grand sportif ou partisan du moindre effort, tout le monde y trouve son compte. Randonner sur un plan d'eau calme ou surfer sur une mer déchaînée, c'est le pagayeur qui donne la limite. Venez essayer. Et pour ceux qui craignent l’eau froide, en plus du matériel nautique, une combinaison est mise à votre disposition.

Renseignement et inscription au 04 67 48 55 63 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dimanche Cinéma ce dimanche 28 octobre

Dimanche Cinéma le 28/10/2018 à 18 h.00 à la Maison du Peuple à Balaruc-les-Bains- Entrée: 4 euros.

Dimanche Cinéma

My Lady - de Richard Eyre - avec Emma Thompson, Stanley Tucci, Fionn Whitehead  

Faut-il obliger un adolescent à recevoir la transfusion qui pourrait le sauver ? Fiona Maye, Juge de la Haute Cour, décide de lui rendre visite, avant de trancher.

Leur rencontre bouleversera le cours des choses... 

Une nouvelle Association est née à Balaruc-les-Bains

L’association « Multimédia-Création-Balaruc» ou « M.C.B. »  a tenu sa première réunion le 2 octobre 2018, pour entériner sa création. Les statuts ont été déposés le 7 septembre 2018 à la Préfecture.

Le but de cette association est l’initiation, la création et le montage animé de photos et vidéos, ainsi que toutes activités liées à la culture. Les conseils pour les montages seront donnés gratuitement tous les mardis matins de 9 h. à 12 h., à la salle qui a été attribuée au 1er étage de la Maison du Peuple au quartier des Usines. Comme il est nécessaire de savoir se servir d’un ordinateur, des cours d’informatique seront donnés tous les vendredis matins de 9 h. à 12 h. à ceux qui le souhaitent, dans la même salle. Une participation de 3€ sera demandée par heure.

En partenariat avec l’UHAAC et le Souvenir Français, un montage vidéo est en cours pour la commémoration du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918. A ce titre nous recherchons tout document et photo susceptibles d’y être incorporés. Contacts : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Général Elrick Irastorza reçu par le Souvenir Français à Balaruc-les-Bains

Dans le cadre des manifestations pour la Commémoration du centenaire de l’armistice de 1918, le Général d’Armée Elrick IRASTORZA, Président de la Mission du Centenaire et de la Fondation du Souvenir de Verdun, est venu à Balaruc-les-Bains sur invitation du Comité Le Souvenir Français et avec le soutien de la municipalité,  animer une conférence sur le thème « Grande Guerre : quel regard porter sur l’Histoire apprise ? 

Le nombreux public présent fut tenu en haleine par l’orateur qui, avec passion pour cette époque, parla sans tabous de cette épreuve tragique que vécut notre pays. En s’appuyant sur quelques poncifs entretenus depuis plus d’un siècle, le Général Irastorza nous a invités à partager ses réflexions de passionné d’histoire contemporaine et de chef militaire en nous montrant  que nous n’avions pas fini de découvrir les secrets et les vérités de ce conflit. A force de lire, d’écouter, de s’interroger, il est passé, en effet, de l’histoire obligatoire à l’histoire passion car elle nous permet de comprendre le passé, d’expliquer le présent et de préparer l’avenir, elle est donc un formidable outil d’éducation citoyenne.  Or trop de raccourcis sont imposés aux enseignants en raison du petit nombre d’heures : 3 heures pour expliquer 38.000 heures de souffrances...

La Grande Guerre fut une rupture majeure dans l'histoire de l'humanité ; ce fut une épreuve terrible pour la France : 1,4 million de morts, dont 75.000 ressortissants de l'empire colonial, 3 millions de blessés, 800.000 veuves, 1 million d'orphelins. Les quatre premiers mois de la guerre ont été un coup de massue : d'août à décembre 1914 on compte 400.000 morts, un tiers des pertes d'une guerre qui va durer 52 mois. Ces chiffres dépassent l'entendement.et la France ne retrouvera qu'en 1950 son niveau démographique d'alors.

Le Général Irastorza a ensuite décrypté quelques poncifs en s’appuyant sur les archives - aujourd’hui totalement numérisées donc accessibles - pour rétablir la vérité : la stratégie, la géographie, la gestion désastreuse de l’artillerie lourde, le pantalon garance et la fleur au fusil des soldats français… Il a développé les grandes batailles « cette grande boucherie » que furent la Somme (14 jours, 1936 alliés tués par jour), Verdun (300 jours, 543 français morts par jour) ou le Chemin des dames (192 jours, 260 morts par jour), sans omettre les 741 fusillés pour l'exemple. Il n’a pas oublié la contribution de notre Empire colonial, l’entrée en guerre des américains en 1917, la place des femmes - héroïnes de l’arrière si les hommes furent les héros du front - tant pour soigner les blessés dans les ambulances et hôpitaux militaires non loin des tranchées, que pour remplacer la main d’œuvre masculine à la campagne où elles ont assuré la gestion des fermes et les cultures, à l’usine où elles ont aussi participé à la fabrication des munitions, et à la ville en conduisant les tramways et tenant les commerces.

Il a conclu sur la nécessité de «se souvenir pour comprendre le présent et préparer l’avenir » en rappelant que l’armistice du 11 novembre 1918 a laissé 10 départements français complètement rasés et une bande de 600 km de long sur 50 km de large impropre à toute culture ! Quant à l’Allemagne, elle n’eut pas de dégâts notoires, garda intact son potentiel industriel mais est sortie exsangue de ce conflit.