Balaruc les Bains

Maxime Molto a "mis au Bains" tous ses adversaires

Samedi 15 août - tournoi de joutes dans la cité thermale

Maxime Molto (APSM) a "mis au Bains" tous ses adversaires et remporté le challenge du tournoi "moyens-lourds" à Balaruc-les-Bains

Balarucois, Curistes, Vacanciers et curieux étaient à la fête pour le tournoi de joutes. Une ambiance musicale, amicale et beaucoup de suspens autour des participants.
Maxime MOLTO, sociétaire des pêcheurs, a balayé ses 3 adversaires en un coup de lance, Romain Rega (LAS) le premier, puis Anthony Bondon et Jean-Louis Montels (SNJA).
Au dernier combat de la journée Jonathan Boyer (AJS) aurait aimé une victoire en lourds mais Maxime Molto s'est montré le plus fort.

Classement du jour : 1 - Maxime Molto (APSM) / 2 -JonathanBoyer (AJS) / 3 - Anthony Bondon (JLSM) / 4 - Fabien Rojas (LSS)

A.P

Vidéo-surveillance à Balaruc-les-bains

 

Caméras ou policiers ?

Il y a quelques années, le Ministère de l'Intérieur affirmait dans un rapport que la vidéosurveillance était l’outil essentiel pour résoudre les problèmes de l’insécurité. Tout récemment encore, un sondage BVA montrait que 75% des Français étaient favorables à la vidéosurveillance,
Est-ce à dire que la technologie est la meilleure réponse pour garantir notre sécurité ?
La réponse n'est pas aussi évidente d’après les experts et les scientifiques qui ont étudié et analysé le problème.
Si la vidéosurveillance apparaît utile dans les lieux fermés ou privés (parking, banques, magasins, etc.) elle n'est pas la panacée en matière de lutte contre la délinquance dans l’espace urbain. Dans ce cas, son impact serait très limité.
En Angleterre, pays le plus vidéo-surveillé au monde, un haut responsable de Scottland Yard n’hésite pas à parler de « fiasco total » à propos des résultats réels obtenus par les milliers de caméras installée dans les communes du royaume. Chez nous, tout récemment, la commission des finances du Sénat qualifie "d’investissement à fonds perdus" les sommes considérables dépensées par les pouvoirs public pour développer la vidéo-surveillance dans l’espace urbain.
Malheureusement, malgré ces constats, les intérêts, financiers ou politiques, sont tels que l’installation de caméras de surveillance continue de se banaliser au détriment de la réflexion sur leur utilité.
En pays de Thau, les villes y succombent les unes après les autres, même les plus petites : Agde, Sète, Poussan, Gigean, Mèze, Marseillan, Balaruc le vieux et maintenant Balaruc-les-bains.
Quand on sait que la cour des comptes estime que l'installation de caméras par les communes pourrait financer la création de 6.500 postes de policiers municipaux, il est légitime de s’interroger sur la pertinence du recours à la technologie fut-elle très sophistiquée au détriment des moyens humains.

J.C

   

 Balaruc-les bains succombe à son tour à la vidéo-surveillance.

Depuis quelques jours une trentaine de caméras ont été installées en ville (quartier des bains, centre nautique, thermes, coeur de ville...). Ce réseau de caméras est relié au centre de contrôle municipal sécurisé.

Les enregistrements, conservés pendant une durée de 15 jours ne pourront être visionnés et exploités que "sur saisine des forces de Gendarmerie, a posteriori et uniquement en cas d’infraction avérée".

La ville précise que "l’objectif de ce dispositif n’est nullement de contrôler les individus ou encore les stationnements gênants, mais bien de surveiller la voie publique."

L'extension du réseau  de surveillance est prévu pour mailler l'ensemble du territoire de la commune. En 2017, une soixantaine de caméras seront ainsi opérationnelles à travers la ville.

De quoi rassurer la population, les curistes et les touristes. Mais, pour assurer la sécurité et la tranquillité, la technologie peut-elle vraiment remplacer la présence du policier?

Lutte contre le moustique tigre

Solidaire de la campagne menée contre le « moustique tigre », Balaruc-les-Bains s’est joint cette année encore à l’action de l’EID qui vise à enrayer la prolifération de ce nuisible et rappelle les gestes de prévention quotidienne.
À des fins de prévention, il est rappelé que la saison de l’aedes albopictus, plus communément appelé « moustique tigre », a recommencé ce printemps en Hérault et durera jusqu’à la fin novembre. Le temps de cette période, il est vivement recommandé de s’appliquer à supprimer toutes les eaux stagnantes, sales ou propres, telles que les bassins, flaques de pluie, pots de fleurs, puisque c’est dans celles-ci que ce moustique pond ses œufs et prolifère rapidement.
L’Entente interdépartementale pour la démoustication du littoral Méditerranée (E.I.D), service public financé par les collectivités territoriales, lutte pour la réduction des nuisances causées par les moustiques, ainsi que pour la préservation des zones humides, propose de nombreuses informations pratiques et intervient gratuitement si nécessaire.

Pour en savoir plus

du 21 au 25 juin la musique était en fête à Balaruc-les-bains

Plusieurs animations ont eu lieu pour la fête de la musique le dimanche 21 juin devant un public enjoué et très nombreux. Tous les participants ont été écoutés et applaudis chaleureusement par les spectateurs heureux d'être présents lors de cette très agréable soirée organisée par l'Office Municipal de la Culture.


Ecole de Musique avec son orchestre de rue

 

"3 voix pour un choeur"

La prestation de l'Ecole de Musique avec son orchestre de rue et son concert avenue des bains fut particulièrement appréciée et celle de l'Association "3 voix pour un choeur", au Pavillon Sévigné , s'est faite devant un public tout aussi nombreux et enthousiaste avec un répertoire de chansons françaises (en particulier un hommage à Jean Ferrat), sous la baguette de leur dynamique chef de choeur Jacqueline. Cette association profitait de cette fête pour clôturer sa saison autour d'une paella.

Jeudi 25 juin la musique était encore au rendez-vous pour le Concert de fin d'année de l'École de Musique

L'année musicale se termine pour les élèves de l'école de musique Acte Culture, avec ce concert de fin d'année donné ce jeudi 25 juin au théâtre Charles de Gaulle à Balaruc-les-Bains.
Le public nombreux a pu apprécier les progrès des artistes musiciens en herbe. Elèves et professeurs ont interprété des arrangements sur un répertoire jazz et musiques actuelles. Guitare, piano, saxo, flûte, batterie, percussions, chant etc... un magnifique florilège de musique et de chant et les spectateurs ont profité d'une représentation de qualité et ont encouragé avec des applaudissements chaleureux tous les participants.


l'orchestre de rue

 


dirigé par Christophe.

l'ensemble musical de jeunes "Musiques Actuelles"

Bonnes vacances musicales à tous et rendez-vous à la rentrée. Ces formations participeront à la journée des associations le samedi 12 septembre au petit bois.

Annick Pratlong

Commémoration du bombardement de Balaruc-les-bains

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

David MALLEN

David Mallen, originaire d’Agde, tient sa passion pour l’histoire régionale en générale et pour la période de la Seconde Guerre Mondiale en particulier, de ses racines familiales.
Son grand-père paternel, Pascal MALLEN, a servi la France pendant cette époque notamment pendant la Campagne de France de 1940. Blessé puis fait prisonnier à Epernay, il fut par la suite interné dans le stalag IXA de Ziegenhain en Allemagne.
Son grand-père maternel, Joaquim FALO, fut aussi un témoin de cette période marquante. En tant que réfugié espagnol, fuyant la dictature de Franco, il fut également interné dans un premier temps au camp d’Argelès puis au camp d’Agde en 1939. Engagé volontaire aux travaux de la ligne Maginot jusqu’à la débâcle puis caché par les FFI à la Grand- Combe dans les Cévennes.
Ces grands témoins de l’histoire vécue ont fait naître en David MALLEN cette passion pour cette période allant de 1939 à 1945, à travers les différents récits qu’ils lui ont racontés dans son adolescence. Ils lui ont donné cette envie d’aller plus loin sur le sujet et de comprendre cette époque dans son contexte historique.

David Mallen a écrit un livre passionnant sur la ville d’Agde sous l’occupation allemande de Novembre 1942 à Août 1944. Cet ouvrage contient de nombreux éléments inédits : photos, documents d’archives de divers pays, interviews, etc.
Il sera publié d’ici la fin de l’année par les “Editions Histoire et Fortifications" et il contribuera à pérenniser l’indispensable devoir de mémoire des jeunes générations pour cette période où la liberté et les valeurs républicaines étaient en jeu.

 

   

Le 25 juin 1944, alors que le débarquement allié a eu lieu en Normandie et que la fin des hostilités approche, souhaitant détruire les industries pétrolières de Sète – Frontignan – Balaruc alors très importantes, les Forces Alliées bombardent ce secteur, tuant dix-neuf Balarucois et faisant de nombreux blessés.

Avec la création il y a quelques années, d'une stèle commémorative, Balaruc-les-bains a souhaité que cette funeste journée qui fait partie de l'histoire de la ville ne puisse jamais être oubliée.

Une cérémonie de commémoration aura lieu jeudi 25 juin à 11 heures, devant cette même stèle, intallée à proximité de la Maison du Peuple.

©David Mallen

©David Mallen

Voir aussi l'article de David Mallen sur les bombardements alliés sur la ville d'Agde en page Histoire d'Agde qui replace ces bombardements dans leur contexte historique.