La collecte des bacs gris en habitat pavillonnaire repasse « en hiver » à 1 fois par semaine

 

Déchets, Gaspillage, PoubelleLa collecte des bacs gris en habitat pavillonnaire
repasse « en hiver » à 1 fois par semaine

 

Les bac gris « ordures ménagères » sont collectés 2 fois par semaine en été uniquement. A compter de ce lundi 19 septembre, le rythme de collecte repasse donc à 1 fois par semaine avec pour objectif d’accompagner la nécessaire diminution des volumes d’ordures ménagères produits, ainsi que notre empreinte carbone.
Ce nouveau fonctionnement mis en place depuis janvier 2021 répond au constat du faible taux de présentation des bacs ordures ménagères ou de leur faible remplissage lors du second passage hebdomadaire du service collecte en habitat pavillonnaire.
 
Petit mémo :
-      Qui est concerné ? Les habitants en bacs individuels (habitat pavillonnaire).
-       Où ? Tout le territoire de SAM (les communes du Nord font cela depuis 10 ans).
-       Quand ? A partir du 19 septembre 2022
-       Comment ? Les bacs seront collectés une fois par semaine, et pour les foyers qui produisent trop de déchets, un bac plus grand ou un deuxième bac pourra être livré (sur demande).
-       Pourquoi ? Pour contribuer à la baisse des déchets et à la maîtrise des charges de collecte, et harmoniser les pratiques sur le territoire de SAM.
Pour mémoire, votre bac jaune est destiné à recevoir votre tri sélectif des bouteilles et flacons plastique (alimentaires, d’entretien ou d’hygiène), vos canettes et boîtes métalliques, les emballages carton ainsi que les papiers divers non souillés.
Un composteur individuel peut également être remis gratuitement sur simple demande.
Pour connaître le jour de collecte de votre quartier ou communes, une appli est disponible sur  :
https://www.agglopole.fr/preserverrecycler/trier-ses-dechets/connaitre-les-jours-horaires-de-collecte/

Bouzigues au cours des siècles

Le fait « d'être à l'écart de la grand-route » a longtemps valu à Bouzigues la réputation d'être « un village sans histoire » : les voyageurs pressés ayant trop souvent confondu la quiétude ambiante et la pérennité du cachet pittoresque de la localité avec un isolement, envié et idyllique, par rapport à la marche du monde. Cet ouvrage est le déni absolu de cette opinion hâtive et superficielle. Le portrait que François Baqué et Antoine Rouquette brossent, en effet, de ce village du littoral au cours des siècles ne permet aucun doute à ce sujet. L'habitat fut très ancien sur le terroir et « la situation exceptionnelle » de la petite cité méditerranéenne, face à l'étang de Thau qui, « par les belles journées ensoleillées, brille de mille feux » ne doit pas faire oublier que Bouzigues (et toute sa région) fut une terre de passage (les Grecs, les colons de Marseille, les armées d'Annibal) et d'invasions (Romains, Wisigoths, Sarrasins, Normands) et que le nom de Bouzigues (Polygium) apparaît dès le IVe siècle sous la plume de Festus Avienus. Ensuite, c'est le destin de la seigneurie (mentionnée comme vassale de la seigneurie de Loupian au début du XIIe siècle) et celui de la communauté (administration des consuls) que les auteurs font revivre pendant plus de six siècles jusqu'à la Révolution au cours de laquelle les biens des « ci-devant privilégiés » sont étroitement surveillés (un voleur de raisins de douze ans est emprisonné), le...» suite chez Amazon