4ème Gala d'émotions pour Les Temps Danse

L’association Les Temps Danse Bouzigues présentait son quatrième Gala de Danse ce vendredi 14 Juin sur la place de la Victoire et ce fut une soirée bien sympathique sur le thème des émotions !nikitaP1230767

Une place bien remplie, où tous les enfants allaient jouer avec des chorégraphies et des expressions en proposant comme pour les années précédentes un voyage dans l'imaginaire, avec naturel et toutefois concentration. Car l'association a pour but de promouvoir et développer la pratique de tous types de danses en ateliers ouverts à tous, les enfants et adultes, afin d’organiser des évènements conviviaux et culturels.

Pari réussi avec un spectacle durant lequel plusieurs styles ont été abordés. Menés par Aude Fabre, professeure de Danse, les groupes de danseurs se sont donnés à fond souvent malgré leur jeune âge pour que ce spectacle illumine cette fin de saison, devant plus de 140 spectateurs conquis par un spectacle varié et rythmé par des musiques bien entraînantes.

nikitaP1230755

Des émotions locales du groupe classique des petits à la "souffrance" de ceux du Hip-Hop, de la tristesse du Jazz  à l'amour du Street Jazz en passant par l'émerveillement et l'euphorie ce fut une belle démonstration par ces danseurs en herbe...

 Aude a à nouveau relevé le challenge avec l'aide d'amis, de volontaires et de structures locales qui lui permettent de mettre en avant les efforts de ses élèves. Pour elle, c'est toujours un plaisir de voir le résultat d'une année de danse et de sport sachant que les enfants reçoivent alors des applaudissements de leurs parents et des spectateurs.

Une belle soirée qui a confirmé que la danse à Bouzigues est bien ancrée. Un bon niveau avec des chorégraphies travaillées, du naturel et beaucoup de joie. Rendez-vous a été donné pour le mois de septembre.nikitaP1230764

 

Bouzigues au cours des siècles

Le fait « d'être à l'écart de la grand-route » a longtemps valu à Bouzigues la réputation d'être « un village sans histoire » : les voyageurs pressés ayant trop souvent confondu la quiétude ambiante et la pérennité du cachet pittoresque de la localité avec un isolement, envié et idyllique, par rapport à la marche du monde. Cet ouvrage est le déni absolu de cette opinion hâtive et superficielle. Le portrait que François Baqué et Antoine Rouquette brossent, en effet, de ce village du littoral au cours des siècles ne permet aucun doute à ce sujet. L'habitat fut très ancien sur le terroir et « la situation exceptionnelle » de la petite cité méditerranéenne, face à l'étang de Thau qui, « par les belles journées ensoleillées, brille de mille feux » ne doit pas faire oublier que Bouzigues (et toute sa région) fut une terre de passage (les Grecs, les colons de Marseille, les armées d'Annibal) et d'invasions (Romains, Wisigoths, Sarrasins, Normands) et que le nom de Bouzigues (Polygium) apparaît dès le IVe siècle sous la plume de Festus Avienus. Ensuite, c'est le destin de la seigneurie (mentionnée comme vassale de la seigneurie de Loupian au début du XIIe siècle) et celui de la communauté (administration des consuls) que les auteurs font revivre pendant plus de six siècles jusqu'à la Révolution au cours de laquelle les biens des « ci-devant privilégiés » sont étroitement surveillés (un voleur de raisins de douze ans est emprisonné), le...» suite chez Amazon