A Bouzigues, l'huître en fête durant 2 jours

 

 houtreP1260403

Deux jours de fête avec une belle fréquentation pour cette 34ème foire aux Huîtres qui a fait honneur aux produits locaux, aux coquillages bien-sûr mais aussi aux vins, aux préparations culinaires, et à bien d'autres produits  qui se font remarquer autour du bassin de Thau. Ce fut aussi pour différentes structures sponsors et partenaires l'occasion de se mettre en avant

Si la chaleur a été de la partie, les visiteurs ont souvent préféré les soirées avec des dégustations de coquillages en permanence, des stands qui les ont accueillis, des animations,  avec un feu d'artifice final et musical...

 houtreP1260402

Des concerts par des groupes de la Région motivés comme ce dimanche, avec Aqueles, les Taraf Goulamas, les  ânes de Palinkov avec philippe Montay France Bleu Hérault pour l'animation et même des débats ou des présentations comme celle de Patrick Loisy  sur les hippocampes...

Avec le soutien, des bénévoles et de certains professionnels, ce fut une bonne réussite festive même si la formule déjà mise en place en 2018 ne fait pas encore l'unanimité, mais elle a replacé l'huître au centre de la fête afin de lui faire honneur.

houtreP1260399

huitreP1260388

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le week-end s'est voulu ludique et décontracté,  autour d'animations ludiques, associatives et musicales, et surtout de dégustations tout en gardant sa convivialité qui a fait sa réputation. Et les soirées ont connu un très beau succès avec un feu d'artifice qui était très joli, malheureusement amputé du bouquet final pour cause de vent fort ayant perturbé son lancement.

Le film à votre disposition...

Un petit train et les navettes maritimes ont permis de faciliter l'accueil des visiteurs qui ne les ont pas boudé pour cette fête qui ne prend pas une ride, qui s'adapte, qui essayera encore de s'améliorer mais et qui sait toujours faire briller Bouzigues, cette belle perle de la lagune de Thau.

Bouzigues au cours des siècles

Le fait « d'être à l'écart de la grand-route » a longtemps valu à Bouzigues la réputation d'être « un village sans histoire » : les voyageurs pressés ayant trop souvent confondu la quiétude ambiante et la pérennité du cachet pittoresque de la localité avec un isolement, envié et idyllique, par rapport à la marche du monde. Cet ouvrage est le déni absolu de cette opinion hâtive et superficielle. Le portrait que François Baqué et Antoine Rouquette brossent, en effet, de ce village du littoral au cours des siècles ne permet aucun doute à ce sujet. L'habitat fut très ancien sur le terroir et « la situation exceptionnelle » de la petite cité méditerranéenne, face à l'étang de Thau qui, « par les belles journées ensoleillées, brille de mille feux » ne doit pas faire oublier que Bouzigues (et toute sa région) fut une terre de passage (les Grecs, les colons de Marseille, les armées d'Annibal) et d'invasions (Romains, Wisigoths, Sarrasins, Normands) et que le nom de Bouzigues (Polygium) apparaît dès le IVe siècle sous la plume de Festus Avienus. Ensuite, c'est le destin de la seigneurie (mentionnée comme vassale de la seigneurie de Loupian au début du XIIe siècle) et celui de la communauté (administration des consuls) que les auteurs font revivre pendant plus de six siècles jusqu'à la Révolution au cours de laquelle les biens des « ci-devant privilégiés » sont étroitement surveillés (un voleur de raisins de douze ans est emprisonné), le...» suite chez Amazon