Musée de l'Etang fermé mais Filmsdethau accessible

Fin novembre  dans le cadre du Projet Multimédia « Vivre avec l’étang, images et témoignages » avait lieu la présentation du site Internet "filmsdethau-agglopole.fr/", au Musée de l'Etang de Thau, à Bouzigues.

Mais il faut savoir que pour permettre son entretien, le musée de l’Étang de Thau est fermé jusqu'au 1er février. Il ouvrira à nouveau début février. Seule solution pour accéder aux documents et aux films : le site www.filmsdethau-agglopole.fr, accessible sur sur internet. Pour poursuivre la collecte de films amateurs, l’Association des amis de l’Étang de Thau organisera le vendredi 19 janvier  à la Maison des gens de l’étang, une soirée projection où seront présentées particulièrement des images de Bouzigues.

films

 C’est début 2016 que l’association des Amis du musée de l’étang de Thau a proposé ce projet multimédia. La consultation du site Ina.fr montrait que l’institut détenait de nombreux documents sur le territoire de Thau et que les montrer au sein du musée pourrait en accroitre l’intérêt et le rayonnement.

Cela devait permettre d’accroitre la visibilité du Musée grâce aux outils numériques, , de faire venir les professionnels du Bassin en leur offrant des images sur le territoire afin qu’ils se réapproprient le musée et enfin, de faire venir de nouveaux publics. Assez rapidement, l’idée de compléter le site Vivre avec l’étang, avec des images de films amateurs a surgi.

Afin d’enrichir ce fonds documentaire, l’association, en collaboration avec l’Institut Jean Vigo, a alors fait appel à l’ensemble des habitants du territoire afin de collecter des films, des pellicules oubliées, archivées faute de moyen de les projeter. A ce jour, plusieurs déposants ont déjà accepté de confier leurs films à l’association et les premiers dépôts sont en cours de traitement à l’Institut Jean Vigo qui les numérise et remet au déposant un DVD.

Soutenu dès le départ par le Musée de l’Etang de Thau, Sète Agglopôle Méditerranée, le Conseil départemental de l’Hérault, et la DRAC Occitanie, le projet a vu le jour permettant la mise en place d’un site internet « Vivre avec l’étang, images et témoignages », qui serait également consultable, via une table interactive, au sein du musée. Ce site permet donc de proposer une sélection de films et documents issus des collections de l’Ina et des films amateurs illustrant les thématiques exposées dans le Musée.

Le site « Vivre avec l’étang, images et témoignages », montre, à travers ces images combien le territoire de Thau est riche et combien sa culture est variée et remarquable.

 Le contenu du site 

A)Les fonds de l’Ina

Les images proviennent des fonds de l’Ina, national et régional. Une importante recherche effectuée en collaboration avec la délégation Ina sur l’ensemble des fonds de l’Ina (des milliers d’heures de programmes) ont permis d’extraire une centaine d’heures correspondants aux thématiques du territoire de Thau.vigoCapture

B)Les films amateurs et l’Institut Jean Vigo

Le partenariat avec l’Institut Jean Vigo permet parallèlement d’intégrer au site des films amateurs. C’est un autre regard sur le territoire, plus intime, plus simple, et parfois surprenant. Grâce à la convention passée entre les Amis du Musée et l’institut Jean Vigo, les films amateurs collectés par l’association sur le territoire sont numérisés, décrits et intégrés au site Vivre avec l’étang. La collecte ayant démarré récemment, le site propose actuellement une dizaine de documents. Le nombre augmentera peu à peu en fonction des dépôts

Les grandes thématiques qui structurent le site : 

Vivre avec l’étang, Images et témoignages" parcourt les multiples facettes de l’étang de Thau. L’histoire, l’environnement, la vie animale et végétale, les métiers, l’économie et la douceur de vivre.

Le site est organisé autour de 8 grandes thématiques :

  • Un site exceptionnel : géologie, faune, flore, entretien et protection de l’étang, l’écosystème marin, les hippocampes et les goélands.

  • Les hommes et l’étang dans l’histoire : fouille sous-marine, villa gallo-romaine, la viticulture au milieu du 20ème siècle, le remembrement, etc

  • Pêche et conchyliculture : les métiers de l’étang

  • Une économie diversifiée : l’économie du territoire, conchyliculture, pêche mais aussi viticulture, tourisme et nouvelles technologies

  • Un milieu à protéger : la protection de l’étang, milieu vivant, les actions pour le protéger

  • L’étang et ses ports : les ports de l’étang, hier et aujourd’hui, de Marseillan à Bouzigues

  • L’étang, lieu de vie : festivités, plaisance, tourisme et sports nautiquesmerioDSC_0004 (3)

 Quelques exemples de documents issus des fonds de l’Ina :

« A la recherche de la cité engloutie de Thau »

Au large de Marseillan, les plongeurs du Groupe de recherches archéologiques subaquatiques d'Agde, dirigé par Denis Fonquerle, décrivent les travaux qui permirent la découverte de restes de la cité lacustre préhistorique de Polygium sur un emplacement décrit au IVe siècle dans les récits du géographe Avienus.
(Sources : FR3 - JT Toulouse - Journal télévisé )

« De la viticulture à l'ostréiculture »

Un ostréiculteur de Mèze retrace les étapes du développement de l'ostréiculture après la Seconde Guerre mondiale, marquée par la reconversion de pêcheurs, et surtout de viticulteurs touchés par la "crise du vin", vers la conchyliculture. Il souligne la nécessité d'une réorganisation des concessions, qui se réalisera à la fin des années 60.
(Sources : RTF - JT 20H )

« Vacances d'automne »

A Balaruc-les-Bains on est aux petits soins pour accueillir du mieux possible dans un village vacances des retraités de toute la France.
(Sources : ORTF - Télé Villages )

« Conchyliculture et nouvelles technologies »

Des conchyliculteurs utilisent une technologie simulant les marées à l'aide d'un système alimenté par des panneaux solaires, afin d'optimiser la qualité de leurs coquillages.
(Sources : FR3 - 19 20. Edition nationale)

  Les partenaires du projet

Sète Agglopôle méditerranée, Musée de l’Etang de Thau, Les Amis du Musée de l’étang de Thau, Conseil départemental de l’Hérault, DRAC Occitanie, INA, Institut Jean Vigo - Cinémathèque Eurorégionale.

 

Bouzigues au cours des siècles

Le fait « d'être à l'écart de la grand-route » a longtemps valu à Bouzigues la réputation d'être « un village sans histoire » : les voyageurs pressés ayant trop souvent confondu la quiétude ambiante et la pérennité du cachet pittoresque de la localité avec un isolement, envié et idyllique, par rapport à la marche du monde. Cet ouvrage est le déni absolu de cette opinion hâtive et superficielle. Le portrait que François Baqué et Antoine Rouquette brossent, en effet, de ce village du littoral au cours des siècles ne permet aucun doute à ce sujet. L'habitat fut très ancien sur le terroir et « la situation exceptionnelle » de la petite cité méditerranéenne, face à l'étang de Thau qui, « par les belles journées ensoleillées, brille de mille feux » ne doit pas faire oublier que Bouzigues (et toute sa région) fut une terre de passage (les Grecs, les colons de Marseille, les armées d'Annibal) et d'invasions (Romains, Wisigoths, Sarrasins, Normands) et que le nom de Bouzigues (Polygium) apparaît dès le IVe siècle sous la plume de Festus Avienus. Ensuite, c'est le destin de la seigneurie (mentionnée comme vassale de la seigneurie de Loupian au début du XIIe siècle) et celui de la communauté (administration des consuls) que les auteurs font revivre pendant plus de six siècles jusqu'à la Révolution au cours de laquelle les biens des « ci-devant privilégiés » sont étroitement surveillés (un voleur de raisins de douze ans est emprisonné), le...» suite chez Amazon

Avec l'APAVH, la douce Molly est à l'adoption

CHIENimage5C’est une drôle d’histoire que celle de Molly… Sa maîtresse est décédée il y a quelques semaines et elle n’avait rien prévu pour ses animaux : 4 chiens et 2 chats. Sa voisine, qui a adopté un chien à l’association, nous a contactés pour la prise en charge de tous ces poilus ! Elle ne voulait pas que les 2 Yorks, l’autre femelle Labrador de couleur sable et Molly, partent en fourrière. A la veile de l’été, 4 chiens d’un coup c’était beaucoup, sans compter que nous étions déjà engagés pour d’autres chiens en détresse. Nous avons fait appel à Catherine du refuge des 4 pattes qui a accepté de prendre les York mais aussi à Valérie de JSMC qui a choisi la labrador sable. Restait Molly. Ces 4 chiens ont toujours vécu en compagnie de leur maîtresse, dans une maison avec un jardin dont ils ne sont jamais sortis, ne côtoyant que  très peu de monde… Si tous les 4 sont un peu craintifs, Molly est de loin la plus mal à l’aise avec les personnes qu’elle ne connaît pas. Nous avons eu du mal à la faire monter dans la voiture, puis à l’en faire descendre une fois arrivés!...

» associations