Des manifestations en nombre à Bouzigues

Les beaux jours arrivant, le mois de juin annonce l’été et marque également le début des manifestations de plein air !

Bouzigues

Le samedi 9 juin, la KERMESSE VILLAGEOISE sera en fête, sur la place de la Victoire, comme à son habitude, avec dès 10h00 les jeux pour les enfants, la vente de fleurs et de pâtisseries, à 15h00 le concours de pétanque, à 19h30 le repas du soir et à 21h30 le spectacle des enfants.

Le vendredi 15 juin, l’association «Les Temps Danse» fait son cinéma!! avec son GALA DE DANSE. Rendez vous sur la place du Belvédère à partir de 20h45 pour encourager les élèves qui vous présenteront le 3ème gala autour du thème du cinéma! Buvette sur place. Venez nombreux!

Le samedi 16 juin à 21h30 sur place du Belvédère, la Troupe École de Théâtre Les Verts Luisants de l’association Art Thau se produira dans une pièce intitulée «Vie de M....». Une fantaisie en deux actes. Acte 1 : les adolescents égratignent l’amour ... Entracte autour de la buvette. Acte 2 : saynètes de café théâtre. Et comme d’habitude, vos zygomatiques feront de la gymnastique ! Venez nombreux voir les bouzigauds dans leurs œuvres ! Munissez vous de quelques euros (tarif libre) et prenez de quoi vous couvrir (voire un coussin !). Rendez-vous mi-juin au port !

Le 21 juin, c’est la FÊTE DE LA MUSIQUE. Un peu d’animation musicale pour l’arrivée de l’été ! Deux points de rendez-vous sont prévus:

● sur la place de la Golette, à partir de 20h00, l’orchestre Rock’n Ston, jouera à l’initiative de l’association La Perle des Motards.

● sur la place Georges Clemenceau, à partir de 19h00, animation avec le duo Gérald & Co, repas sur réservation.

Soirée organisée par l’association Les Amis de la place Clemenceau. Renseignements et réservations au 06.17.49.48.77.

Et enfin le 30 juin, la KERMESSE DE L’ÉCOLE clôturera l’année scolaire.

Bouzigues au cours des siècles

Le fait « d'être à l'écart de la grand-route » a longtemps valu à Bouzigues la réputation d'être « un village sans histoire » : les voyageurs pressés ayant trop souvent confondu la quiétude ambiante et la pérennité du cachet pittoresque de la localité avec un isolement, envié et idyllique, par rapport à la marche du monde. Cet ouvrage est le déni absolu de cette opinion hâtive et superficielle. Le portrait que François Baqué et Antoine Rouquette brossent, en effet, de ce village du littoral au cours des siècles ne permet aucun doute à ce sujet. L'habitat fut très ancien sur le terroir et « la situation exceptionnelle » de la petite cité méditerranéenne, face à l'étang de Thau qui, « par les belles journées ensoleillées, brille de mille feux » ne doit pas faire oublier que Bouzigues (et toute sa région) fut une terre de passage (les Grecs, les colons de Marseille, les armées d'Annibal) et d'invasions (Romains, Wisigoths, Sarrasins, Normands) et que le nom de Bouzigues (Polygium) apparaît dès le IVe siècle sous la plume de Festus Avienus. Ensuite, c'est le destin de la seigneurie (mentionnée comme vassale de la seigneurie de Loupian au début du XIIe siècle) et celui de la communauté (administration des consuls) que les auteurs font revivre pendant plus de six siècles jusqu'à la Révolution au cours de laquelle les biens des « ci-devant privilégiés » sont étroitement surveillés (un voleur de raisins de douze ans est emprisonné), le...» suite chez Amazon