LA DÉMARCHE «RESOPOUCE» à Bouzigues

La communauté d’agglomération souhaite mettre en place UNE APPLICATION DE CO-VOITURAGE CONCERNANT LES 14 COMMUNES. C’est un système d’auto-stop organisé et sécurisé par un système d’inscription pour les passagers et les conducteurs.

Madame Rosay, Maire de Bouzigues précise : "Nous vous expliquerons plus en détails le fonctionnement. Dans un premier temps, des panneaux seront installés sur notre commune à hauteur de la route départementale et deux autres points à l’intérieur du village. Le but est de partager nos trajets quotidiens facilement et en toute sécurité, c’est écologique. Un conducteur + un auto stoppeur = empreinte carbone/2. Cela rend service. Appli à suivre…"

Rezo Pouce c’est…

....Une solution pour bouger souple, efficace, qui facilite la liberté de mouvement tout en encourageant à tester le stop dans un cadre rassurant. Nous vous proposons de l’autostop entre voisins, de l’autostop pour vos courses du quotidien… L’autostop n’est pas la solution pour tous les trajets, mais c’est une option pour rejoindre la gare, rentrer du lycée, aller au cinéma, à la mairie…

Bouzigues au cours des siècles

Le fait « d'être à l'écart de la grand-route » a longtemps valu à Bouzigues la réputation d'être « un village sans histoire » : les voyageurs pressés ayant trop souvent confondu la quiétude ambiante et la pérennité du cachet pittoresque de la localité avec un isolement, envié et idyllique, par rapport à la marche du monde. Cet ouvrage est le déni absolu de cette opinion hâtive et superficielle. Le portrait que François Baqué et Antoine Rouquette brossent, en effet, de ce village du littoral au cours des siècles ne permet aucun doute à ce sujet. L'habitat fut très ancien sur le terroir et « la situation exceptionnelle » de la petite cité méditerranéenne, face à l'étang de Thau qui, « par les belles journées ensoleillées, brille de mille feux » ne doit pas faire oublier que Bouzigues (et toute sa région) fut une terre de passage (les Grecs, les colons de Marseille, les armées d'Annibal) et d'invasions (Romains, Wisigoths, Sarrasins, Normands) et que le nom de Bouzigues (Polygium) apparaît dès le IVe siècle sous la plume de Festus Avienus. Ensuite, c'est le destin de la seigneurie (mentionnée comme vassale de la seigneurie de Loupian au début du XIIe siècle) et celui de la communauté (administration des consuls) que les auteurs font revivre pendant plus de six siècles jusqu'à la Révolution au cours de laquelle les biens des « ci-devant privilégiés » sont étroitement surveillés (un voleur de raisins de douze ans est emprisonné), le...» suite chez Amazon