Bientôt la foire aux huîtres

C’est la dernière ligne droite pour la préparation de la Foire aux Huîtres et autres produits du terroir.

Ces deux jours de fête au bord de l’étang de Thau durant lesquels les conchyliculteurs, les viticulteurs, les artisans et producteurs locaux feront partager la passion de leur métier et goûter leurs produits au public, des associations du village feront découvrir leur pratiques ( voile, voiles latines, amis du musée…) , le CPIE Bassin de Thau et CEPRALMAR nous donneront des clés pour comprendre les enjeux de l’environnement de la lagune, le village et ses visiteurs pourront flâner, écouter, s’amuser grâce aux groupes musicaux et aux animations tout au long de ces deux jours.

Voici un plan qui présente les nouvelles idées et concepts du comité de la foire 2018.

deguCapture

Tout le village se mobilise pour que cette version 2018 soit une réussite, nous sommes en recherche de quelques bénévoles enthousiastes :

- Pour la circulation des visiteurs vers les parkings extérieurs. - Pour l’accueil des groupes et en soutien des permanents.

- Pour le stand de la foire : tout d’abord des jeunes pour assurer le service, puis des bénévoles pour les postes de préparation : huîtres gratinées, moules frites, assiette de coquillages, tenue du bar soit seize personnes, et une dizaine d’écaillers.

C’est grâce à la participation généreuse de ces bénévoles que cette fête sera une grande réussite, de quelques heures à deux jours , nous ajusterons les plannings de chacun !

Merci de vous faire connaître dès que possible au 04 67 43 66 40 ou par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Une information plus précise sur les accès véhicules des Bouzigauds sera transmise la dernière semaine de juillet dans vos boîtes aux lettres

Bouzigues au cours des siècles

Le fait « d'être à l'écart de la grand-route » a longtemps valu à Bouzigues la réputation d'être « un village sans histoire » : les voyageurs pressés ayant trop souvent confondu la quiétude ambiante et la pérennité du cachet pittoresque de la localité avec un isolement, envié et idyllique, par rapport à la marche du monde. Cet ouvrage est le déni absolu de cette opinion hâtive et superficielle. Le portrait que François Baqué et Antoine Rouquette brossent, en effet, de ce village du littoral au cours des siècles ne permet aucun doute à ce sujet. L'habitat fut très ancien sur le terroir et « la situation exceptionnelle » de la petite cité méditerranéenne, face à l'étang de Thau qui, « par les belles journées ensoleillées, brille de mille feux » ne doit pas faire oublier que Bouzigues (et toute sa région) fut une terre de passage (les Grecs, les colons de Marseille, les armées d'Annibal) et d'invasions (Romains, Wisigoths, Sarrasins, Normands) et que le nom de Bouzigues (Polygium) apparaît dès le IVe siècle sous la plume de Festus Avienus. Ensuite, c'est le destin de la seigneurie (mentionnée comme vassale de la seigneurie de Loupian au début du XIIe siècle) et celui de la communauté (administration des consuls) que les auteurs font revivre pendant plus de six siècles jusqu'à la Révolution au cours de laquelle les biens des « ci-devant privilégiés » sont étroitement surveillés (un voleur de raisins de douze ans est emprisonné), le...» suite chez Amazon