les manifestations de la semaine du 13 au 19 mai à Bouzigues

Samedi 18 :

● 18h00 – « Nuit des Musées »« Regards sur l’Etang de Thau »
Samedi 18 mai 2019 - Musée Ethnographique de l’étang de Thau
Dans le cadre de la classe, l’oeuvre, restitution du projet scolaire des élèves de 4ème du collège Olympe de Gouges de Loupian avec l’association des Amis du musée de l’étang de Thau. Visites commentées du musée par les élèves et projections de films à 19h et 20h30.

etangCapture"Le 18 mai prochain aura lieu à Bouzigues à 19h, au musée ethnologique de l’étang de Thau, la restitution du projet mené par l’association des Amis du musée avec le collège Olympe de Gouges. L’appel à projet, lancé en juin dernier, dans le cadre du dispositif « la classe, l’oeuvre » et soutenu par le Conseil départemental, l’Agglopôle et la DRAC, a permis de choisir l’équipe de réalisateurs, Clémentine Basty et Thomas Basty, qui ont proposé, partant des images d’archives disponibles sur le site « Vivre avec l’étang » de réaliser 3 petits films avec les élèves de 4ème, leur permettant ainsi de découvrir toutes les étapes de réalisation d’un court métrage. Trois thématiques avaient été définies et travaillées en classe : « l’étang, un milieu fragile », « l’évolution d’un métier », en l’occurrence le métier de pêcheur, et enfin, « l’étang, un lieu d’histoire ». C’est ainsi que l’on pourra voir les 3 films le 18 mai, à l’occasion de la Nuit des musées. Les élèves, les professeurs seront présents, commenteront en direct les images et raconteront cette aventure. Ils nous expliqueront sans doute comment ils se sont familiarisés avec la caméra, la perche, le micro, et combien la préparation des questions avec leurs professeurs, avant les interviews était importante. Et probablement bien d’autres sujets abordés durant cette expérience. Deux séances auront lieu dans la soirée, l’une à 19 h, l’autre à 21h et l’on pourra également voir les images off, tournées parallèlement par les élèves, et également montées par Clémentine et Thomas."


"Ce beau projet mené par l’association faisait suite à celui réalisé en 2017 qui a donné lieu à la mise en place du site Vivre avec l’étang (www.filmsdethau-agglo.fr) que l’on peut consulter en ligne et au musée à Bouzigues. Il permet donc de visionner plusieurs centaines de films sur le territoire issus soit des fonds de l’Ina, soit de films amateurs déposés auprès de l’association autour de plusieurs thématiques telles que l’environnement, la faune, la flore, les métiers, l’économie ou encore le lieu de vie. Il faut aller consulter le site pour découvrir des perles rares telles que ce document de 1971 qui montre Agnès Varda revenant présenter ses films à la Pointe Courte (« Agnès Varda, retour à la pointe courte ») ou encore celui de 1962 de l’ORTF sur le Jeu de la bigue à Marseillan.
L’association poursuit son travail de collecte de films afin d’enrichir ce site déjà passionnant."

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

● 21h00 - « Jazhibou » au Bar le Globe – Entrée gratuite (mélange de musique Jazz et musique actuelle)

 

 Samedi 18 et dimanche 19 :

 

Championnat de l’Hérault de Pétanque – sur la Promenade des Beauces

Bouzigues au cours des siècles

Le fait « d'être à l'écart de la grand-route » a longtemps valu à Bouzigues la réputation d'être « un village sans histoire » : les voyageurs pressés ayant trop souvent confondu la quiétude ambiante et la pérennité du cachet pittoresque de la localité avec un isolement, envié et idyllique, par rapport à la marche du monde. Cet ouvrage est le déni absolu de cette opinion hâtive et superficielle. Le portrait que François Baqué et Antoine Rouquette brossent, en effet, de ce village du littoral au cours des siècles ne permet aucun doute à ce sujet. L'habitat fut très ancien sur le terroir et « la situation exceptionnelle » de la petite cité méditerranéenne, face à l'étang de Thau qui, « par les belles journées ensoleillées, brille de mille feux » ne doit pas faire oublier que Bouzigues (et toute sa région) fut une terre de passage (les Grecs, les colons de Marseille, les armées d'Annibal) et d'invasions (Romains, Wisigoths, Sarrasins, Normands) et que le nom de Bouzigues (Polygium) apparaît dès le IVe siècle sous la plume de Festus Avienus. Ensuite, c'est le destin de la seigneurie (mentionnée comme vassale de la seigneurie de Loupian au début du XIIe siècle) et celui de la communauté (administration des consuls) que les auteurs font revivre pendant plus de six siècles jusqu'à la Révolution au cours de laquelle les biens des « ci-devant privilégiés » sont étroitement surveillés (un voleur de raisins de douze ans est emprisonné), le...» suite chez Amazon