Nuit des Musées : un circuit bien instructif proposé par Sète Agglopôle

Sète agglopôle vous invitait ce samedi 18 mai en soirée à découvrir ses musées et son Jardin antique Méditerranéen de manière insolite, le temps d’une soirée et cela d’une façon très conviviale et gratuite .

Pour cette 15ème édition, les musées ouvraient leurs portes gratuitement de 20h à 23h  Le public était invité à découvrir de manière inédite les collections de ces lieux au travers d’animations pour petits et grands (projection vidéo, musique, contes mythologiques et découverte nocturne des mosaïques…).

  • Au Musée Ethnographique de l’Étang de Thau à Bouzigues (Quai du Port de Pêche),
  • Au Musée gallo-romain à Loupian (RD 158 E4) Les Bacchantes à Bacchus.
  • Au Jardin Antique Méditerranéen de Balaruc-les-Bains malheureusement la ambulation libre dans le jardin mis en lumière en relation avec l'exposition Sète-Los Angeles avait été reportée, le jardin restant ouvert.

L’occasion de profiter de manière inédite des collections du musée de l’Etang de Thau, du musée Villa-Loupian au travers d’animations pour toute la famille.  http://blog.ville-poussan.fr/wp-content/uploads/2019/05/etangP1220371.jpg

 Tout d'abord, au Musée ethnographique de l’Étang de Thau, c'était une soirée "Regards sur l’Etang de Thau »

En effet dans le cadre de la classe, l’oeuvre, restitution du projet scolaire des élèves de 4ème du collège Olympe de Gouges de Loupian avec l’association des Amis du musée de l’étang de Thau était présentée avec des visites commentées du musée par les élèves et deux projections de films.

" L’appel à projet, lancé en juin dernier, dans le cadre du dispositif « la classe, l’oeuvre » et soutenu par le Conseil départemental, l’Agglopôle et la DRAC, a en effet permis de choisir l’équipe de réalisateurs, Clémentine Basty et Thomas Basty, qui ont proposé, partant des images d’archives disponibles sur le site « Vivre avec l’étang » de réaliser 3 petits films avec les élèves de 4ème, leur permettant ainsi de découvrir toutes les étapes de réalisation d’un court métrage. Trois thématiques avaient été définies et travaillées en classe : « l’étang, un milieu fragile », « l’évolution d’un métier », en l’occurrence le métier de pêcheur, et enfin, « l’étang, un lieu d’histoire ». C’est ainsi que l’on pouvait  voir ce samedi soir les 3 films le 18 mai, à l’occasion de la Nuit des musées. Les élèves, les professeurs étaient présents, pour commenter en direct les images et raconter cette aventure. Tandis que les membres de l'association des Amis du musée de l’étang de Thau s'occupaient de la logistique, les collégiens lors des questions du nombreux public nous expliquaient comment ils se sont familiarisés avec la caméra, la perche, le micro, et combien la préparation des questions avec leurs différents professeurs impliqués, avant les interviews était importante.  Deux séances avaient lieu dans la soirée tandis que l’on pouvait également voir les images off, tournées parallèlement par les élèves, et également montées par Clémentine et Thomas."etangP1220360

Et ce n'était pas tout : lors de votre visite du musée ethnographique de l’Étang de Thau, en suivant le circuit proposé, grâce à un système de cartes postales sur lesquelles l'on trouvait des QR Codes l'on pouvait accéder à des vidéos (Contenu Off) réalisées par les collégiens lors des tournages...


"Il faut savoir que ce beau projet mené par l’association fait suite à celui réalisé en 2017 qui a donné lieu à la mise en place du site Vivre avec l’étang (www.filmsdethau-agglo.fr) que l’on peut consulter en ligne et au musée à Bouzigues. Il permet donc de visionner plusieurs centaines de films sur le territoire issus soit des fonds de l’Ina, soit de films amateurs déposés auprès de l’association autour de plusieurs thématiques telles que l’environnement, la faune, la flore, les métiers, l’économie ou encore le lieu de vie. Il faut aller consulter le site pour découvrir des perles rares telles que ce document de 1971 qui montre Agnès Varda revenant présenter ses films à la Pointe Courte (« Agnès Varda, retour à la pointe courte ») ou encore celui de 1962 de l’ORTF sur le Jeu de la bigue à Marseillan.


L’association poursuit son travail de collecte de films afin d’enrichir ce site déjà passionnant. Et ces trois derniers films seront donc intégrés à la collection du musée."etangP1220341

 

A partir de 20 h vous pouviez participer, non loin de là, au Musée gallo-romain à Loupian (RD 158 E4) de 20h à 23h en continu à une visite du Musée bien animée car menée par les Bacchantes à Bacchus, une déambulation contée par la compagnie Galates.

"Dieu fantasque de la nature et du vin, pourvoyeur de la vigne et du théâtre, Bacchus était de retour de son long périple d’Orient ! vous pouviez donc vous joindre dès votre arrivée à la folle sarabande des nymphes et des faunes et vous laissez guider dans l’univers mythologique dionysiaque. Ce fut un spectacle de conte et de comédie incarné par le conteur, comédien, musicien, Pascal Minne, que certains ont pu apprécié au JAM l'an dernier. etangP1220381Que du bonheur pour des groupes de néophytes ou de passionnés qui avaient l'occasion avant de se recentrer sur la période gallo-romaine de se plonger dans une mythologie qui vue par Pascal prenait des allures d'épopée que le visiteur vivait intérieurement.

 

 Quant au Jardin Antique méditerranéen, pour la déambulation en rapport avec l'exposition Sète-Los Angeles il faudra attendre même si le Jardin était ouvert pour les visites.

Une soirée qui fut à la fois ludique et culturelle, conviviale et bien instructive,  placée sous le signe de l’oralité et du visuel,  à laquelle ont participé de nombreux amateurs.

 

etangP1220378

etangP1220384

Bouzigues au cours des siècles

Le fait « d'être à l'écart de la grand-route » a longtemps valu à Bouzigues la réputation d'être « un village sans histoire » : les voyageurs pressés ayant trop souvent confondu la quiétude ambiante et la pérennité du cachet pittoresque de la localité avec un isolement, envié et idyllique, par rapport à la marche du monde. Cet ouvrage est le déni absolu de cette opinion hâtive et superficielle. Le portrait que François Baqué et Antoine Rouquette brossent, en effet, de ce village du littoral au cours des siècles ne permet aucun doute à ce sujet. L'habitat fut très ancien sur le terroir et « la situation exceptionnelle » de la petite cité méditerranéenne, face à l'étang de Thau qui, « par les belles journées ensoleillées, brille de mille feux » ne doit pas faire oublier que Bouzigues (et toute sa région) fut une terre de passage (les Grecs, les colons de Marseille, les armées d'Annibal) et d'invasions (Romains, Wisigoths, Sarrasins, Normands) et que le nom de Bouzigues (Polygium) apparaît dès le IVe siècle sous la plume de Festus Avienus. Ensuite, c'est le destin de la seigneurie (mentionnée comme vassale de la seigneurie de Loupian au début du XIIe siècle) et celui de la communauté (administration des consuls) que les auteurs font revivre pendant plus de six siècles jusqu'à la Révolution au cours de laquelle les biens des « ci-devant privilégiés » sont étroitement surveillés (un voleur de raisins de douze ans est emprisonné), le...» suite chez Amazon