29e Festival de Thau : le programme

EN AVANT LA MUSIQUE !!!
Le Festival de Thau, pour sa 29e édition, poursuit sa route avec toujours autant de passion, entre les musiques d'ici et les musiques d'ailleurs, entre découvertes et valeurs sûres.
Une édition éclectique, conviviale et joyeuse, comme toutes les précédentes, et plus que jamais engagée pour faire rimer musique et éco-citoyenneté.
Une édition colorée pour réveiller l'enthousiasme du partage et rassembler les énergies !



★ Programmation

->  Lun. 15 juillet - Bouzigues - LA CHICA + KONGÔ BLUE
 -> Mar. 16 juillet - Montbazin - PRETTY SLICK + SLIM PAUL
->  Jeu. 18 juillet - Mèze / Spectacle inédit - CYRIL DION et de NOMBREUX ARTISTES :
Gaël Faure, Emily Loizeau, Nach, Piers Faccini, Kalune, Aziz Sahmaoui, Mourad (La Rue Ketanou), Féloche et d'autres à venir...
->  Ven. 19 juillet - Mèze - BARRY MOORE + KIMBEROSE + CHARLIE WINSTON
 -> Sam. 20 juillet - Mèze - PANTAIS CLUS + MINUIT + GORAN BREGOVIC
->  Dim. 21 juillet - Mèze - CHEKIDJY + VAUDOU GAME + DELUXE
 -> Lun. 22 juillet - Villeveyrac - QUE TENGO
 -> Mar. 23 juillet - Abbaye de Valmagne - PEDRO SOLER & GASPAR CLAUS

 

Retrouvez tous les détails de la programmation soirée par soirée sur www.festivaldethau.com

Teaser du festival de Thau 2019 : https://www.youtube.com/watch?v=ceMAe_9AhVM&feature=youtu.be

 

Bouzigues au cours des siècles

Le fait « d'être à l'écart de la grand-route » a longtemps valu à Bouzigues la réputation d'être « un village sans histoire » : les voyageurs pressés ayant trop souvent confondu la quiétude ambiante et la pérennité du cachet pittoresque de la localité avec un isolement, envié et idyllique, par rapport à la marche du monde. Cet ouvrage est le déni absolu de cette opinion hâtive et superficielle. Le portrait que François Baqué et Antoine Rouquette brossent, en effet, de ce village du littoral au cours des siècles ne permet aucun doute à ce sujet. L'habitat fut très ancien sur le terroir et « la situation exceptionnelle » de la petite cité méditerranéenne, face à l'étang de Thau qui, « par les belles journées ensoleillées, brille de mille feux » ne doit pas faire oublier que Bouzigues (et toute sa région) fut une terre de passage (les Grecs, les colons de Marseille, les armées d'Annibal) et d'invasions (Romains, Wisigoths, Sarrasins, Normands) et que le nom de Bouzigues (Polygium) apparaît dès le IVe siècle sous la plume de Festus Avienus. Ensuite, c'est le destin de la seigneurie (mentionnée comme vassale de la seigneurie de Loupian au début du XIIe siècle) et celui de la communauté (administration des consuls) que les auteurs font revivre pendant plus de six siècles jusqu'à la Révolution au cours de laquelle les biens des « ci-devant privilégiés » sont étroitement surveillés (un voleur de raisins de douze ans est emprisonné), le...» suite chez Amazon