Bouzigues

Profitez des oeuvres de Bernard Gasco

gascoDSC_0014 (14)gascoDSC_0005 (15)Bernard Gasco expose peintures, dessins, collages et autres objets de sa création à la maison des gens de l'étang, quai du port de pêche à Bouzigues du 24 au 26 août de 16h à 19h.

Profitez-en. Une exposition rafraîchissante avec des oeuvres vraiment touchantes et d'une grande qualité plastique.

Et de plus, un artiste disponible et bien sympathique.

Bernard Gasco, artiste plasticien, écrivain et ancien avocat à Paris, partage son temps entre Paris et Bouzigues où il réside une grande partie de l’année.

Tournoi de joutes à Bouzigues annulé

L’image contient peut-être : 6 personnes, personnes souriantes, personnes debout et plein airLe Tournoi de joutes de l'association du carnaval bouzigaud  est annulé par manque de barreurs.

Mais la soirée est maintenue.

Repas 13 euros, avec tielle, seiche en rouille (maison), fromage et dessert.

Bal public

Inscription pour jouter avant lundi :

Kiki 06.24.77.41.66

Natacha 06.23.95.60.92

Les Estivales de Thau, c'est fini pour 2017

Après le 7ème et dernier rendez-vous de l'été, jeudi soir à Bouzigues, les "Estivales de Thau" ont tiré leur révérence dans une magnifique ambiance. estivCapture

Thau-Agglo vous donne rendez-vous l'an prochain pour de nouvelles découvertes de vins et produits du terroir, sous le signe de la convivialité !

Pour en voir quelques images : https://www.facebook.com/thauagglo/

Des Histoires de chaises à Bouzigues

« Histoires de chaises » à Bouzigues c'était ce 14 août : rencontres à partir de 15 h avec les Bouzigauds et un spectacle restitution sur le parvis de l'Eglise à 21 h.buzDSC_0008 (16)


buzDSC_0011 (13)Devant l’église de Bouzigues, certains sont donc venus discuter comme autrefois. "Parce ,que l’on regrette bien sûr les petites rues bordées de chaises où s’asseyaient les anciens le soir, à la nuit tombée, que bien peu ont connues mais que l’on se raconte avec nostalgie." précise Sophie Chenko qui rajoute : "Certains sont venus avec leurs chaises, celles qui leur ont été remises quand on les a enlevées de l'église d’autres sans pour parler et  raconter leurs histoires. C'est une soirée numéro 2 puis que nous avions commencé l'an dernier lors d'une excellente soirée  avec l'aide des premiers participants et du Groupe d'Action Paroissial, un vrai groupe d'animation public." Car pour elle :"Subtil et volatil, comme un songe, une rumeur venue du fond des âges, le conte s’incarne par l’humain pour l’humain. On raconte, ici et maintenant, à notre façon, une histoire qui a été portée, nourrie, transmise par tant d’autres. C’est une belle grande aventure qui mérite bien qu’on fasse les choses sérieusement : avec humour ! Aujourd'hui, plus que jamais, la libre parole des conteuses et conteurs, vivante, est la bienvenue. Ne serait-ce que pour continuer à témoigner des joies, des peines, des espoirs et des drames de notre humanité."

Sophie essaye dans un premier temps de créer du lien entre l’artiste et les personnes qui souhaitent participer : qu’émerge la parole… Celle-ci est alors transformée, transcendée, pour devenir acte artistique. Le tout se passe dans un climat de respect, de partage, de plaisir, et d’échange. Les visiteurs sont invités à passer un moment en sa compagnie, surtout ceux qui le désirent.

La conversation s’engage. La conteuse prend des notes, écoute, s’imprègne. Ensuite, elle redonne souffle aux mots qui viennent de lui être confié : elle raconte, chantonne, chuchote, poétise au creux de l’oreille ce qui vient d’être dit. C’est la première transformation, à la manière d’un conte; c’est un moment émouvant, surprenant, étonnant.

 L’année dernière, lorsque les belles chaises en bois, qui étaient là depuis toujours, ont été remplacées par des bancs, l’église a demandé à la municipalité de les récupérer.  Que sont devenues les chaises de l’église de Bouzigues ? C’est la question que Bérénice, Élizabeth et Françoise ont posée en allant voir les détenteurs des chaises. L’après-midi, dans les jardins du presbytère, derrière l’église, Sophie Chenko avait écouté ceux qui voudront raconter leurs histoires pour préparer le spectacle du soir. Et à 21 h, devant l’église, on s'était retrouvé pour un spectacle.

buzDSC_0002 (19)

La conteuse et comédienne Sophie Chenko a donc construit un parcours dans le village de Bouzigues, à partir du parvis de l'église, entrecoupé de petites saynètes où elle restituait ces souvenirs avec finesse et humour . Les chaises avaient été apportées devant l’église pour suivre le spectacle dans les petites rues jusqu’au jardin de la mairie. Chaque chaise a une histoire, un vécu et un lien avec des Bouzigauds. Certains ont même montré aux participants que leur attachement pour leur chaise était très fort. Il a fallu trouver des porteurs de chaise pour entamer ce périple durant lequel remontaient entre vécu et imaginaire des souvenirs, des traces d'un passé pourtant si proche.

Puis, chacun est rentré chez soi avec ou sans chaise.

 

Une soirée festive et ludique

CaptureCe dimanche 13 août, sur la place du Belvédère, à partir de 17 h 30, les Bouzigauds et les visiteurs pourront participer à une soirée récréative et ludique organisée par l’association des amis de la place Georges-Clemenceau petite, place située au centre du village.

Julie Lang, qui y tient une épicerie avait créé cette association pour animer cette petite place,un peu éloignée des Beauces.

Vous pourrez participer à un loto qui financera les animations de l'association qui regroupe une centaine de personnes Jean Jacques Hueso, le nouveau président a ensuite prévu une paella géante à 20 h 30, et une soirée animée par Gérald & Co.

Les Estivales de Thau à Bouzigues

Aucun texte alternatif disponible.Venez participer aux Estivales, des soirées découvertes de vins et produits du terroir, qui se déroulent cet été chaque jeudi jusqu'au 17 août, de 18h à minuit dans les communes du Bassin de Thau.

Après Balaruc-les-Bains, Sète, Mèze, Vic-la-Gardiole et Frontignan, la guinguette vient s'installer pour sa dernière édition sur Bouzigues ce jeudi 17 août (Avenue Louis Tudesq, promenade des Beauces).

C’est dans une ambiance musicale que des stands de dégustations prendront place à ciel ouvert pour le plaisir de tous. (*5€ le verre qui donnera droit à 3 tickets pour la dégustation de vin, 2€ pour 1 dégustation).

On vous y attend nombreux ! *Les aliments solides sont à acheter directement sur les stands de producteur,

Foire aux huîtres de Bouzigues 2017.

 

Quelques ambiances glanées lors de l’inauguration.



C’est sur des airs de la « Pena San’Gonis » que c’est déroulé l’inauguration de la foire aux huîtres 2017. Les élus étaient venus en nombre assister au lancement de cette 32ème édition festive et conviviale.


Le long du parcours, bordé de stands, nos élus ont pu s’arrêter et déguster quelques bons crus locaux pendant que dans les cuisines se préparaient quelques bons petits plats eux aussi locaux  sans oublier les désormais traditionnelles huîtres de Bouzigues crues ou bien cuites.



Un vrai régal pour tous les amateurs. 

Bouzigues : « Histoires de chaises » le 14 août

« Histoires de chaises » Rencontres à partir de 15h00. Rendez-vous à 21h00, sur le parvis de l'Eglise. (tout public).

sophie-chenko

Lundi 14 août, devant l’église de Bouzigues, on va discuter comme autrefois. Parce que l’on regrette bien sûr les petites rues bordées de chaises où s’asseyaient les anciens le soir, à la nuit tombée, que bien peu ont connues mais que l’on se raconte avec nostalgie. Certains viendront avec leurs chaises, d’autres resteront debout pour écouter Sophie Chenko et ceux qui voudront bien parler, raconter leurs histoires.

Car pour elle :"Subtil et volatil, comme un songe, une rumeur venue du fond des âges, le conte s’incarne par l’humain pour l’humain. On raconte, ici et maintenant, à notre façon, une histoire qui a été portée, nourrie, transmise par tant d’autres. C’est une belle grande aventure qui mérite bien qu’on fasse les choses sérieusement : avec humour ! Aujourd'hui, plus que jamais, la libre parole des conteuses et conteurs, vivante, est la bienvenue. Ne serait-ce que pour continuer à témoigner des joies, des peines, des espoirs et des drames de notre humanité."


 Par exemple l'histoire des chaises de l’église. L’année dernière, lorsque les belles chaises en bois, qui étaient là depuis toujours, ont été remplacées par des bancs, l’église a demandé à la municipalité de les récupérer. 

Car Sophie essaye dans un premier temps de créer du lien entre l’artiste et les personnes qui souhaitent participer : qu’émerge la parole…Celle-ci est alors transformée, transcendée, pour devenir acte artistique. Le tout se passe dans un climat de respect, de partage, de plaisir, & d’échange. les visiteurs sont invités à passer un moment en sa compagnie ceux qui le désirent. La conversation s’engage. La conteuse prend des notes, écoute, s’imprègne. Ensuite, elle redonne souffle aux mots qui viennent de lui être confié : elle raconte, chantonne, chuchote, poétise au creux de l’oreille ce qui vient d’être dit. C’est la première transformation, à la manière d’un conte; c’est un moment émouvant, surprenant, étonnant.

La conteuse et comédienne Sophie Chenko a donc construit un parcours dans le village, entrecoupé de petites saynètes où elle restituait ces souvenirs avec finesse et humour. Les chaises avaient été apportées devant l’église pour suivre le spectacle dans les petites rues jusqu’au jardin de la mairie. Puis, chacun est rentré chez soi avec sa chaise. Qu’en a-t-il fait ? Où l’a-t-il posé ? Que sont devenues les chaises de l’église de Bouzigues ? C’est la question que Bérénice, Élizabeth et Françoise ont posée en allant voir les détenteurs des chaises. L’après-midi, dans les jardins du presbytère, derrière l’église, Sophie Chenko écoutera ceux qui voudront raconter leurs histoires pour préparer le spectacle du soir. Et à 21 h, devant l’église, on se retrouvera pour un spectacle.

Exposition de Bernard Gasco

Bernard Gasco expose peintures, dessins, collages et autres objets à la maison des gens de l'étang, quai du port de pêche à Bouzigue du 24 au 26 août de 16h à 19h. Vernissage le mercredi 23 août de 18h30à 21h30.

Bernard Gasco, artiste plasticien, écrivain et ancien avocat à Paris, partage son temps entre Paris et Bouzigues où il réside une grande partie de l’année.

Ciel mon ami bientôt à Bouzigues

L’image contient peut-être : ciel, nuage, montagne, plein air et natureLe samedi 12 août, l’association d’astronomie “Ciel, mon ami” organise de 17 h à minuit sur la promenade des Beauces à Bouzigues, près de l’école de voile, une soirée d’observation du ciel.

"À 17 h, on observe le soleil puis, dès que la nuit est tombée, les étoiles, les planètes et la lune à l’aide de télescopes de diamètre important. Ce sont des moments magiques et très formateurs car encadrés par des passionnés."

Ils nous racontent le contour des principales constellations et les légen des mythologiques attachées à ces constellations, ils nous font rêver la tête en l’air. L’association d’astronomie Ciel, mon ami regroupe des astronomes amateurs confirmés, possédant du matériel personnel de grande valeur permettant une observation détaillée et maximum des objets célestes.

Ils sont attachés à transmettre leur savoir et le font de façon ludique, accessible à tous. Tout est réuni pour que ces instants soient magiques et inoubliables pour les petits et les grands.

Ciel, mon ami » renforce aussi son effort en direction des jeunes par davantage d’interventions en milieu scolaire et par des classes de découverte en astronomie.

Bouzigues au cours des siècles

Le fait « d'être à l'écart de la grand-route » a longtemps valu à Bouzigues la réputation d'être « un village sans histoire » : les voyageurs pressés ayant trop souvent confondu la quiétude ambiante et la pérennité du cachet pittoresque de la localité avec un isolement, envié et idyllique, par rapport à la marche du monde. Cet ouvrage est le déni absolu de cette opinion hâtive et superficielle. Le portrait que François Baqué et Antoine Rouquette brossent, en effet, de ce village du littoral au cours des siècles ne permet aucun doute à ce sujet. L'habitat fut très ancien sur le terroir et « la situation exceptionnelle » de la petite cité méditerranéenne, face à l'étang de Thau qui, « par les belles journées ensoleillées, brille de mille feux » ne doit pas faire oublier que Bouzigues (et toute sa région) fut une terre de passage (les Grecs, les colons de Marseille, les armées d'Annibal) et d'invasions (Romains, Wisigoths, Sarrasins, Normands) et que le nom de Bouzigues (Polygium) apparaît dès le IVe siècle sous la plume de Festus Avienus. Ensuite, c'est le destin de la seigneurie (mentionnée comme vassale de la seigneurie de Loupian au début du XIIe siècle) et celui de la communauté (administration des consuls) que les auteurs font revivre pendant plus de six siècles jusqu'à la Révolution au cours de laquelle les biens des « ci-devant privilégiés » sont étroitement surveillés (un voleur de raisins de douze ans est emprisonné), le...» suite chez Amazon