Béziers retrouve sa bière artisanale

Le 20 juin dernier ouvrait la brasserie Alaryk, offrant une sélection de bières artisanales, locales et bio. Cela faisait plus de 50 ans que le Biterrois n’avait pas eu sa propre bière.

Vouloir produire de la bière au pays du vin, il fallait quand même oser. Lorsqu’ils se rencontrent autour d’une bonne blonde en 2010, Sébastien Alary et Jean-Olivier Rieusset ne se doutent pas de l’aventure dans laquelle ils vont se lancer. Pourtant, trois années plus tard, lorsque le dirigeant de société de distribution de bières et le maître brasseur se retrouvent, le projet d’une bière biterroise, artisanale, issue de l’agriculture biologique prend forme.

Quelques années et un million d’euros d’investissement plus tard, la brasserie est presque prête à ouvrir ses portes dans les locaux (rénovés pour l’occasion) abandonnés il y a un peu plus de cinquante ans par les Brasseries Générales du Midi. Pour Sébastien Alary, qui est né à Béziers, l’implantation dans la ville de Jean Moulin est apparue comme une évidence : « On aurait pu aller s’installer dans des villages alentours, ça nous aurait sûrement fait économiser plus d’argent, mais le projet aurait perdu de son sens ».

Des produits aussi locaux que possible

L’appartenance au Biterrois ne s’arrête pas là : les deux brasseurs utilisent l’eau de la commune pour fabriquer leur alcool. « Cette eau est parfaite pour faire nos bières », assure Jean-Olivier Rieusset, « Elle ne contient quasiment pas de nitrates et juste ce qu’il faut de calcaire pour une bonne mousse ».

Les céréales employées (le malt et le houblon) sont issues de l’agriculture biologique française. Elles pourraient être récoltées encore plus près : la brasserie a découvert un houblon local poussant sur les bords du Libron et travaille avec un producteur pour développer ce premier « houblon du Languedoc ».

L’un des objectifs des deux brasseurs était également de produire une bière artisanale de qualité supérieure, en se basant sur la mouvance des craft beers (« bières artisanales » en anglais) qui connaît un réel engouement auprès d’un public averti et des grands restaurants. Le résultat est sans appel : une bière blonde aussi légère que fruitée, extrêmement rafraîchissante, qui n’aurait pas à rougir devant ses sœurs nordiques. Le breuvage n’est pas amer comparé à d’autres bières industrielles et ne laisse pas la bouche pâteuse.

Déjà plusieurs clients

Leur bière semble assurée de connaître un certain succès : plusieurs restaurateurs et gérants de bars de la ville étaient présents à la présentation et visiblement sous le charme. Christophe Gimenez, propriétaire de la Plancha des Halles et organisateur du festival electro Family Piknik compte déjà la distribuer pendant ses événements : « Je suis sûr que ça va marcher, on est bien loin des bières industrielles, et je pourrai la vendre moins cher ».

D’autres bières viendront bientôt s’ajouter aux différentes spécialités de bière de la brasserie Alaryk en octobre prochain : l’Indian Pale Ale et la brune rejoindront leurs copines blondes, blanches et ambrées.

Paul-Arnaud Boudou

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations