Feuilles piquantes, petites boules rouges... On dirait du houx mais...

 

Petit houx

 

Nous connaissons tous le houx, symbole des fêtes de fin d'année. Il constitue une exception parmi les plantes au cœur de l'hiver : tandis que la végétation se fait discrète et entre en sommeil avec la chute des feuilles, le houx au contraire est plus resplendissant que jamais à cette période-là.  Non seulement son feuillage est toujours vert, mais de plus aux alentours de Noël et du Jour de l'An il se pare de spectaculaires boules rouges !

Oui mais voilà, le houx, communément répandu dans la plus grande partie de la France, est plutôt rare dans l'Hérault, où il se cantonne essentiellement sur les montagnes de l'Espinouse et du Somail, car il recherche la fraîcheur et fuit les terrains calcaires.

 

Heureusement, il existe une autre plante, dénommée fragon et communément appelée petit houx, qui est largement répandue dans notre département, et notamment dans les endroits où le vrai houx fait défaut.

Petit houx

Pourquoi cette dénomination de petit houx ?

Tout d'abord, le fragon ressemble au vrai houx de par son feuillage toujours vert, ses "feuilles"  piquantes et sa parure composée de magnifiques boules rouges au cœur de l'hiver. Et puis "petit" parce que ce sous-arbrisseau ne dépasse guère 50 cm de haut, tandis que le vrai houx proprement dit est un petit arbre atteignant couramment plusieurs mètres de hauteur.

A préciser toutefois que ces 2 plantes ne sont absolument pas parentes d'un point de vue botanique : tandis que le houx est rattaché à une famille (Aquifoliacées) proche du fusain et de la vigne, le fragon appartient à la famille du lis (Liliacées) et il est particulièrement proche de l'asperge. A signaler d'ailleurs à cet égard que, au même titre que celles des asperges sauvages, les jeunes pousses de petit houx sont comestibles, crues ou cuites. Par contre, attention, les baies du petit houx sont toxiques.

Comment donc se présente le petit houx ?

Il se présente sous la forme d'une plante très buissonnante, avec de nombreuses tiges vert foncé, striées et dressées en touffes compactes. 

Mais l'une de ses particularités les plus étonnantes tient au fait que les boules rouges sont fixées en plein milieu des " feuilles ", ce qui n'est vraiment pas l'endroit habituel de fixation des fleurs et des fruits ! Quelle est l'explication de cette singularité ? 

Et bien, tout simplement, les vraies feuilles du petit houx sont réduites à de petites écailles à la base des soi-disant " feuilles ", lesquelles sont en réalité des cladodes. C'est à dire, des rameaux aplatis, simulant des feuilles, et sur lesquels apparaissent les fleurs (peu apparentes, car petites et verdâtres), puis les fruits rouges.

Autre particularité concernant les fruits. Si, comme nous l'avons vu, le petit houx est beaucoup plus petit en taille que le vrai houx, par contre c'est exactement l'inverse pour ce qui est de la dimension des fruits. Alors que le fruit du houx ne dépasse pas la taille d'un gros pois, la baie du petit houx atteint la grosseur d'une petite cerise.

Où trouve-t-on le petit houx ?

 

Petit houx

On serait tenté de dire : partout où l'on ne trouve pas le vrai houx. En effet, tandis que le houx affectionne les terrains siliceux, le petit houx préfère les terrains calcaires. Le houx affectionne les climats humides et froids de nos montagnes, trouvant son optimum sous la hêtraie, tandis que le petit houx préfère notre climat méditerranéen chaud et sec, il est d'ailleurs caractéristique des bois de chêne vert dont il supporte très bien l'ombre. Mais il résiste mal à la dégradation et ne se retrouve en garrigue que dans les fourrés restés suffisamment denses.

A-t-il des propriétés alimentaires ou médicinales ?

Nous avons vu que ses jeunes pousses peuvent être consommées au même titre que celles des asperges sauvages. Mais le petit houx est surtout précieux pour ses propriétés médicinales. En effet, le rhizome (tige souterraine) a des vertus circulatoires. Il est diurétique et vasoconstricteur d'où le surnom de " plante des jambes légères ". La racine est émolliente (Emollient : qui détend et amollit les tissus). Elle contient un glycoside stéroïdien, la ruscogénine, utilisée dans les pommades pour les hémorroïdes ou les poches sous les yeux. La racine a également des propriétés apéritives (une des 5 racines apéritives des apothicaires). Enfin, les cladodes (pseudo-feuilles) sont également connus pour faire baisser la fièvre.

Autre intérêt de la plante :

Bien sûr, au même titre que le vrai houx, le petit houx a un intérêt décoratif, surtout quand il est paré de ses belles baies rouges, et à ce titre il est utilisé comme feuillage toujours vert, notamment dans la composition des bouquets de Noël ou de Jour de l'An. Mais il convient de ne pas le récolter avec abus et nous vous demandons de vous contenter de l'admirer dans son milieu naturel, ce sera bien mieux ainsi !

Texte de Jacques Olivier

Photos de Xavier Boutolleau