Baignade : Vigilance face à la Noyade !

 
Baignade : Vigilance face à la Noyade !

Si l’eau est une source de bien-être et de rafraîchissement, elle peut aussi être cause d’accident. La noyade accidentelle est la première cause de mortalité par accident de la vie courante pour les moins de 25 ans. La noyade peut survenir en mer, dans les lacs, les étangs, les plans d’eau, les rivières et les piscines ; rappelons qu'un enfant en France, 1 000 décès par noyade sont déclarés chaque année, soit une moyenne de 3 par jour en période estivale.

Dans le cadre de la campagne de prévention des noyades, Mahamadou Diarra, directeur de cabinet du préfet de l’Hérault, a donné une conférence de presse afin de présenter le dispositif de surveillance des baignades, ce mercredi 03 juillet 2019. Il a ensuite pu assister à des démonstrations pratiques des techniques et moyens de sauvetage aquatique à Sète, au poste de secours principal Fontaine.

D’après l’enquête NOYADES de Santé Publique France, le nombre de noyades accidentelles a subi une importante augmentation, notamment chez les plus jeunes. Dans le département de l’Hérault, le nombre de noyades est passé de 175 en 2017 à 210 en 2018. Elles ont entraîné 17 décès sur l’année 2018 contre 5 en 2017, malgré la présence de 75 postes de secours et de 250 sauveteurs.

Afin de réduire les risques liés à la baignade et de passer un été en toute sécurité, il est important de respecter quelques recommandations élémentaires :

Choisissez votre lieu de baignades :

  • Privilégiez les zones de baignades surveillées
  • Respectez strictement les consignes de sécurité
  • Vérifiez la couleur du drapeau avant de vous baigner, le rouge interdisant toute baignade
  • Renseignez-vous également sur la nature des vagues, des courants et des marées
  • Consultez régulièrement les bulletins météo.

Prudence avec vos enfants !

  • Ne quittez JAMAIS vos enfants des yeux quand ils jouent au bord de l’eau et ne les laissez jamais seuls dans l’eau
  • Equipez vos enfants de brassards (portant le marquage CE et la norme NF 13138-1) ou d’un maillot de bain à flotteurs
  • Désignez un seul adulte responsable de leur surveillance
  • Apprenez-leur à nager le plus tôt possible
  • Méfiez-vous des bouées ou des autres articles flottants (matelas, bateaux pneumatiques, bouées, siège…), ils ne protègent pas de la noyade.

Prenez soin de vous :

  • Si vous ressentez le moindre frisson ou trouble physique, ne vous baignez pas
  • Ne surestimez pas votre niveau de natation
  • Repérer et éviter les endroits où les vagues se brisent, ce sont les plus risqués pour les nageurs, ainsi que les courants qui peuvent empêcher de regagner la rive
  • Ne consommez pas d’alcool avant et pendant la baignade
  • Souvenez-vous qu’il est plus difficile de nager en milieu naturel (mer, lac, rivière) qu’en piscine.baigner avec la chaleur

Piscine privée familiale :

En 2018, 19% des noyades ont eu lieu dans des piscines privées familiales et 6% dans des piscines publiques ou privées. La loi a prévu des dispositifs de sécurité afin de lutter contre ces noyades accidentelles :

  • Les barrières, abris de piscine ou couvertures : ils empêchent physiquement l’accès au bassin et sont particulièrement adaptés aux jeunes enfants, à condition de les refermer ou de les réinstaller après la baignade.
  • Les alarmes sonores : elles peuvent informer de la chute d’un enfant dans l’eau (alarmes d’immersion) ou de l’approche d’un enfant du bassin (alarmes périmétriques), mais n’empêchent pas la noyade.

Afin de lutter contre ces risques de noyades, veillez à suivre ces quelques conseils :

  • Pensez à poser à côté de la piscine une perche, une bouée et un téléphone pour alerter les secours le plus rapidement possible
  • Après la baignade, pensez à sortir tous les objets flottants, jouets, bouées, objets gonflables et à remettre en place le dispositif de sécurité
  • La vigilance des adultes reste indispensable pour éviter les accidents
  • Si vous avez une piscine ‘‘en kit’’ (qui n’est pas enterrée dans le sol), retirez l’échelle après la baignade pour en condamner l’accès.

Les activités nautiques :

20% des noyades ont lieu pendant une activité autre que la baignade : bateau, pêche, plongée, canoë, kayak, rafting… Ces noyades sont souvent dues à une chute ou à un malaise. Il est donc important de respecter ces quelques recommandations :

  • Pratiquez toujours votre activité dans les zones autorisées
  • Ne consommez pas d’alcool avant et pendant
  • Tenez compte de votre forme physique
  • Ne partez jamais seul et informez vos proches de votre destination et de votre heure de retour prévue
  • Informez-vous sur les conditions météo avant de partir
  • Respectez les consignes de sécurité
  • Équipez-vous des articles de sécurité recommandés (bouées, gilets de sauvetage, casques…).

Risque d’hydrocution :

Accident fréquent en été, l’hydrocution correspond à un refroidissement brutal intervenant souvent à la suite d’une entrée trop rapide dans l’eau, et est dû à un écart trop important entre la température de la peau et celle de l’eau. Suite à ce choc thermique, le risque pendant une baignade peut être la perte de connaissance dans l’eau et donc la noyade.

Des signes apparaissent avant l’hydrocution (maux de tête, crampes, angoisse…) et ne sont pas à négliger. Si vous ressentez l’un de ces signes, sortez immédiatement de l’eau. Pour éviter cet état d’hydrocution, suivez les consignes suivantes :

  • Entrez de manière progressive dans l’eau
  • Évitez les expositions au soleil trop prolongées
  • Évitez de vous baigner après un repas copieux
  • Ne consommez pas d’alcool avant et pendant.

.

Que faire en cas de danger lors d’une baignade ?

  • Ne luttez pas contre le courant et les vagues pour ne pas vous épuiser
  • Si vous êtes fatigué, allongez-vous sur le dos pour vous reposer
  • Vos voies respiratoires sont alors dégagées : vous pouvez respirer normalement et appeler à l’aide.

 

Rappel écoresponsable :

En eau douce comme sur terre, les déchets et les substances polluantes peuvent nuire à la vie de nombreuses espèces, y compris l’être humain. Lorsque vous pratiquez votre activité en eau douce, adoptez les bonnes pratiques :

  • Privilégiez l’utilisation de sacs lourds ou des paniers pour transporter vos affaires pour éviter qu’ils ne s’envolent.
  • Soyez attentif à tous les objets légers que le vent risque d’entraîner dans l’eau, comme les sacs ou bouteilles en plastique.
  • Utilisez un cendrier de poche, les mégots mettent du temps à se  décomposer et contiennent diverses substances polluantes ou nocives pour la santé des animaux qui sont susceptibles de les avaler.
  • N’abandonnez pas de déchets lors de vos pauses, ne jetez pas de déchets dans l’eau.
  • Ramassez sur les rives et dans l’eau les sacs en plastique qui sont un véritable fléau. Les plastiques accumulent les polluants présents dans l’eau (PCB, phénols, pesticides…). Entiers ou fragmentés, ils sont ingérés par des animaux marins (poissons, oiseaux, etc.) qui les confondent avec leur alimentation.
  • Privilégiez les supports réutilisables (bouteilles, sacs, caisses...) et recyclez-les lorsque cela est possible.

Respectez le milieu naturel afin de ne pas dégrader des zones sensibles, des lieux de nidification et de reproduction de la faune locale (roselières, berges, petits îlots, rivières en période de basses eaux). La voie d’eau est vivante, elle est le milieu de vie de nombreuses espèces végétales et animales.

Contactez les secours :

Vous êtes témoin ou victime d'un problème en mer ? Pour déclencher les secours depuis le littoral, appelez le numéro d'urgence 196, gratuit depuis un téléphone fixe ou portable et disponible 7 jours sur 7 et 24h sur 24. Si vous êtes sur un bateau, utilisez en priorité votre radio VHF, canal 16.

En cas d'urgence sur terre (sur la plage, autour des rochers...), appeler les sapeurs pompiers au 18 ou le numéro d'urgence européen, le 112. L'appel est gratuit depuis un téléphone fixe ou portable.