Conférence en ligne : Y-a-t-il d’autres mondes habitables ?

Julien Morin est astrophysicien au Laboratoire Univers et Particules de Montpellier (Université de Montpellier & CNRS). Pour remplacer la conférence qui devait être présentée le 15 novembre au Domaine de Restinclières, il nous révèle ici ce qu’il sait de Proxima b, une exoplanète rocheuse potentiellement habitable…

FLASH INFO - SPECIAL COVID-19
La conférence de Julien Morin devait avoir lieu le 15/11 au Domaine départemental de Restinclières, en complément de l'exposition Vaisseau Terre. Pour vous faire voyager dans les étoiles, malgré le confinement, nous vous proposons une interview à lire ci-dessous, ainsi qu'une vidéo de 18 minutes, retranscrite en intégralité sur herault.fr et sur notre chaîne YouTube.
Avec herault.fr, restez chez vous, cultivez-vous !
En savoir plus : 04 67 67 82 20

Y-a-t-il d’autres mondes habitables ?

Proxima du Centaure, l'étoile la plus proche du Soleil, possède une planète : Proxima b. Celle-ci est même rocheuse, d'une taille comparable à celle de la Terre, et située dans la zone habitable de son étoile, là où l'eau liquide peut exister en surface. C'est la découverte majeure réalisée par Julien Morin et une équipe internationale de chercheurs en 2016.

Ce que l'on sait de Proxima b

Vue d’artiste de la planète Proxima B en orbite autour de Proxima du Centaure

Impossible d’obtenir le moindre cliché ! La présence de cette exoplanète n’a été prouvée qu’à partir du calcul de la vitesse radiale et du champ magnétique de son étoile, Proxima du Centaure. Des outils de détection de plus en plus précis, à Hawaï et au Chili notamment, permettent d’identifier la présence de plus en plus de planètes rocheuses en orbite autour d’étoiles naines rouges. « Pour Proxima b, explique Julien Morin, nous avons pu calculer le temps qu’elle mettait pour faire le tour de son étoile : 11,2 jours. Et également la distance qui la sépare d’elle : 7 millions de km. C’est 20 fois plus près que la Terre ne l’est du Soleil, mais son étoile, Proxima du Centaure, est bien moins chaude que la nôtre. Proxima b se situe donc bien dans la zone habitable, et sa température autoriserait la présence d’eau liquide à sa surface.»

« D’ici les 10 prochaines années, avec l’arrivée des télescopes Jame Webb et E-ELT (European-Extremely Large Telescope, de 39 mètres de diamètre !), nous espérons réussir à "voir" la planète en la séparant de son étoile, chose aujourd’hui faisable uniquement pour des planètes géantes gazeuses. Ces observations pourront nous dire si Proxima b possède ou non de l’eau, une atmosphère voire un climat tempéré. Pour l’instant, et c’est important de le dire, nous nous cantonnons à émettre des hypothèses et à réaliser des simulations. »

Un voyage sur Proxima b est-il envisageable ?

Vue d'artiste de Proxima b, en orbite autour de Proxima du Centaure

Passionné et touché que le grand public s’intéresse à ses recherches, Julien Morin n’en garde pas moins les pieds sur Terre : « Bien que nos premières recherches nous orientent vers l’idée que Proxima b pourrait être habitable, ne faites pas vos bagages tout de suite ! C’est peut-être l’étoile la plus proche du système solaire, mais elle est quand même à 4,2 années-lumière de la Terre, soit 40 000 milliards de kms ! En l’état actuel des choses, impossible de s’y rendre ou même d’y envoyer une sonde ! Pour vous donner une idée, avec une sonde comme New Horizon, il faudrait 78 000 ans avant d’arriver en orbite autour de Proxima b…»

Bien sûr, ces considérations spatio-temporelles ne freinent aucunement la recherche scientifique. Mais Julien Morin rejoint la conclusion de l’expo "Vaisseau Terre" présentée au Domaine de Restinclières : Toutes ces recherches nous montrent surtout combien notre vie sur Terre est unique et exceptionnelle. « Prenons-soin de notre planète, car dans la galaxie, rien n’est immuable ! ».

Visionnez l'interview de Julien Morin en vidéo :