Hérault

SDIS : une agression inacceptable

 

Alors qu'ils avaient été alertés pour un feu de poubelle à proximité du Tram Mosson rue Peter Benenson, commune de Montpellier, les sapeurs-pompiers du centre de secours Jean Guizonnier, basés au quartier Mosson/Paillade ont essuyé des jets de pierres les impactant, mais impactant également la carrosserie du véhicule.

Fort heureusement, il n'y a pas eu de blessé à déplorer mais des dégâts sur le véhicule d'intervention.

Cette agression est inacceptable et les autorités départementales condamnent avec la plus grande fermeté ces comportements inadmissibles. Ils saisissent les autorités judiciaires par le dépôt d'une plainte.

Chaque jours les sapeurs-pompiers de Montpellier interviennent toutes les 10 minutes pour protéger la population, les biens et l’environnement. Ils ne doivent nullement être victimes de violences gratuites. Au quotidien ils risquent leur vie pour sauver des vies.L’image contient peut-être : une personne ou plus

Les Hivernales jusqu'au 28 décembre à Montpellier

Jusqu'au 28 décembre 2019, le village de Noël  baptisé Hivernales bat son plein sur l'Esplanade Charles de Gaulle. Les 22 artisans et commerçants accueillent les visiteurs dans leurs chalets pour le plus grand plaisir des yeux, des papilles et d’offrir. Cette année,  Flavie Martinot et Claire Grimaux respectivement spécialistes de la porcelaine et du grès émaillé ont remporté le prix du plus beau chalet du marché de Noël des Hivernales.


La délégation composée notamment de Véronique Pérez, adjointe au commerce et à l'artisanat, de représentants de la Chambre de commerce et de la Chambre de métiers

Ces deux créatrices montpelliéraines, nouvellement venues sur la manifestation, proposent céramique et poterie au sein du même chalet au numéro 21.

Depuis 3 ans, la Ville de Montpellier remet la coupe au commerçant du "plus beau chalet", un prix pour saluer les décorations intérieures et extérieures des chalets. Une décoration essentielle pour favoriser l'attractivité du centre-ville. Le jury est composé de la Ville de Montpellier, de la Chambre de Commerce et d'Industrie et de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat.

Grâce à leur prix, les lauréates sont automatiquement sélectionnées pour participer aux Hivernales l'année prochaine. 

Cette année, la Ville de Montpellier met l’accent sur la présence d’artisans locaux et la mise en valeur de leur savoir-faire.

En effet, une vingtaine de maître-artisans, artisans en métier d’art, artistes-auteurs seront valorisés. Le public pourra trouver différents types de professions :
- dans le domaine alimentaire : chocolatier, fabriquant de pains d’épices, macarons, fruits confits, bonbons,...
- dans le domaine artistique : des maîtres santonniers, des céramistes, des couteliers, des fabricants de bijoux, sacs et accessoires, tableaux.

A savoir

 Les Hivernales accueillent le public tous les jours de 10h à 21h. Nocturnes,  les vendredis et les samedis jusqu’à 22h30
- La fermeture des Hivernales le 24 décembre se tiendra à 18h
- Les Hivernales seront fermées le 25 décembre

La nouvelle caserne des sapeurs-pompiers est désormais sur les rails

Les sapeurs-pompiers volontaires de Bessan auront une nouvelle caserne : c’est désormais officiel et confirmé. Après le Service départemental d’incendie et de secours de l’Hérault (Sdis) qui s’était prononcé il y a déjà quelques mois, c’est le conseil municipal de la ville qui a récemment adopté le principe de cette construction et le plan de financement. Construit par le Sdis, le nouveau casernement a un coût estimatif de 2.000.000 d’euros.

Côté répartition : 80 % sera pris en charge directement par le Sdis et 20 % par la commune. Le bâtiment sera érigé sur un terrain appartenant aujourd’hui à la communauté d’agglomération Hérault Méditerranée. Il avait été préempté, il y a quelques années à cette fin, et il sera cédé par l’agglomération pour l’euro symbolique lors de la prochaine séance communautaire le 16 décembre. Place maintenant aux études administratives et techniques.

Ce sujet, majeur pour le confort et le développement des pompiers de la commune, a été au centre des discussions lors de la récente présentation des calendriers par l’amicale et son président Romain Imberdis. Aux côtés du chef de centre, Ludovic Foulgat et du maire, Stéphane Pépin-Bonet, il a accueilli de nombreux élus et commerçants, ces derniers ayant permis de financer le calendrier 2020 actuellement en cours de distribution dans tous les foyers.

LA SIMULATION VIRTUELLE, UNE AIDE PRÉCIEUSE EN FORMATION POUR LES POMPIERS

Aucune description de photo disponible.

Le département de l’Hérault s’est doté depuis deux ans des outils pédagogiques numériques qui permettent de mettre en situation les personnels sur des interventions à partir de scénario évolutif.

En effet, grâce à de puissant ordinateur et comme l’utilise la sécurité civile pour la formation des nouveaux pilotes, le SDIS de l’Hérault en préparation du futur centre de formation CEIFOR vient de développer des formations de maintien des acquis qui font appelle à la réalité virtuelle.

Retour en image sur ces nouvelles techniques qui permettent une immersion au cœur des futures interventions.

https://www.facebook.com/SDIS34/videos/2428013387458641/?t=32

Paroles d'experts : les bienfaits des arbres

Véritables poumons vert de nos villes et communes, les arbres sont en effet une richesse inestimable et contribuent de plusieurs façons à améliorer la qualité de vie.  Ils absorbent les polluants atmosphériques, le bruit et les eaux de pluie, tout en diminuant le ruissellement. Ils jouent un rôle de premier plan dans l'atténuation du changement climatique, en nous protégeant du soleil et des fortes chaleurs. A la foi source de nourriture et abri confortable, ils sont en outre un écosystème précieux qui favorise le développement de la biodiversité sur notre territoire. Planter un arbre : plus qu’une parole, un acte du Département auprès des citoyens et des communes de l’Hérault. En plantant plus de 28000 arbres, le Département s’engage pour plus d’oxygène, plus de biodiversité, moins de co2 et une meilleure santé pour nous tous.

"PAROLES D'EXPERT" DES INFORMATIONS, ASTUCES, CONSEILS PRATIQUES POUR TOUT SAVOIR SUR LES BIENFAITS DES ARBRES

Yvan Morvan, chef du service biodiversité du Département, nous explique le rôle de la biodiversité

Olivier Gleizes, Ingénieur Forestiers Coordinateur national Projets carbone, nous rappelle l’impact de la forêt sur le climat

Sylvain Haon, chef des travaux espaces verts du Département, nous explique comment bien planter un arbre

UN AIR PLUS PUR

Tout au long de leur vie, grâce au mécanisme biologique de la photosynthèse, les arbres puisent du gaz carbonique présent dans l'atmosphère. Ils l'emmagasinent dans leur tronc, leurs branches, leurs racines et leurs feuilles et libèrent ensuite de l'oxygène dans l'air. Un des principaux bienfaits des arbres sur l’environnement est leur capacité à purifier l’air.biodCapture

PROTÉGER NOTRE PLANÈTE

LA TERRE

La capacité des arbres à améliorer la qualité des sols provient notamment de l’importante couche d’humus qu’ils produisent. En se décomposant sous l’action de la microfaune et des champignons, l’humus libère une partie des minéraux contenus dans la matière organique comme l’azote, le phosphore, ou encore la potasse, et les transforment en éléments directement assimilables par les plantes. On parle de minéralisation des sols. Les arbres permettent également de protéger le sol contre l’érosion. En effet, leurs racines permettent de maintenir le sol et de le stabiliser. En cas d’inondation ou de vent violent, une surface arborée est plus protégée qu’un espace sans arbres, qui risque de voir le sol se dégrader par érosion ou ravinement.

L’EAU

Les arbres jouent un rôle essentiel dans la régularisation de l’hydrologie du sol. Grâce à eux, la nappe phréatique est maintenue au bon niveau. Leur présence réduit également le volume des eaux de ruissellement et prévient, ou du moins réduit, les dommages causés par les inondations.

LE CLIMAT

Par le phénomène d’évapotranspiration, les arbres libèrent de la vapeur d’eau qui humidifie l’air. Outre le fait de rafraîchir l’air ambiant, ce phénomène permet de tempérer également les variations extrêmes du climat, allant d’une forte chaleur à un froid intense. A Lyon, une étude a démontré que les zones boisées urbaines sont de 2 à 8°C plus fraîches que le reste de la ville.

CONTRE LES INONDATIONS

Les arbres absorbent l’eau des pluies. Les villes et communes du Département sont particulièrement sujettes aux inondations en raison de l’imperméabilisation des sols qui empêche l’infiltration de l’eau. Un des moyens efficaces pour réduire le ruissellement en surface, est de planter des arbres et de créer des surfaces végétales perméables qui augmentent l’infiltration en zone urbaine. Un arbre de taille adulte intercepte près de 20% des eaux de pluie.

PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ

Les arbres sont un véritable réservoir de biodiversité animale et végétale. Ils sont des éléments majeurs de notre écosystème et permettent la présence de nombreux êtres vivants : insectes, oiseaux, mammifères et végétaux.

La diversité des espèces d’arbres contribue également à la diversité de la faune et de la flore. « La disparition d'une seule espèce végétale peut entraîner à elle seule l'extinction de 30 espèces animales » assure Yann Morvan, chef du service biodiversité espaces naturels au Département. L’arbre constitue une ressource alimentaire très diversifiée : fleurs, fruits, feuilles, branches, écorces… Celle-ci intéresse l’ensemble de la faune sauvage et du gibier, souvent à la recherche d’une alimentation complémentaire de celle produite par les champs et prairies. Les arbres rentrent également dans la chaîne alimentaire de divers insectes, oiseaux, chauves-souris et reptiles.

 

Depuis ses racines jusque sa canopée, l’arbre est le refuge de très nombreuses autres espèces de plantes, de mammifères, d’oiseaux, d’insectes, de champignons, de mousses, de lichens. Ce rôle d’abri est d’autant plus développé que sa structure est complexe, comme chez les arbres âgés, qui offrent de nombreuses ramifications, anfractuosités, cavités ou simples fissures. L’arbre est un véritable lieu de reproduction, une maternité et une crèche qui prend la forme de nichoirs et de couvoirs naturels pour les oiseaux. Il est également un lieu de gestation pour de nombreuses larves d’insectes.

 

423, c’est le nombre d’insectes hébergés en moyenne par un chêne pédonculé, particulièrement présent dans l’Hérault. L’arbre permet de réguler la présence de ravageurs ou de parasites des cultures et des animaux, voire d’en permettre l’éradication. Les arbres dans l’Hérault abritent ainsi plus de 8 espèces de chauves-souris, qui s’avèrent être une véritable alternative à certains insecticides. Une seule chauve-souris est en effet capable de manger en une nuit près de 2 000 insectes, dont certains sont nuisibles pour la vigne. Elles sont donc un auxiliaire très intéressant pour les vignerons.

POUR LE BIEN-ÊTRE…

Le rôle principal de l’arbre dans les communes héraultaises est avant tout ornemental et paysager. Il embellit et structure le paysage urbain et vient rompre la monotonie et la rigidité des structures. Les arbres s'harmonisent également aux éléments architecturaux et les mettent en valeur. Les parcs et les sentiers offrent un cadre agréable qui encourage à la pratique de diverses activités physiques, comme la marche, les jeux collectifs ou la pratique de sports en extérieur.

De nombreuses études démontrent que la présence de végétation en milieu urbain a un effet positif sur les émotions individuelles et collectives : en effet, les arbres reposent la vue et l’esprit, apaisent les tensions, stimulent les interactions sociales et améliorent la santé mentale. Avec leur feuillage, ils absorbent une partie des bruits de fonds de la circulation routière. Une ceinture d'arbres de 30 mètres d'épaisseur réduit ainsi le bruit de 6 à 8 décibels. Cela peut sembler dérisoire, mais l’effet ressenti est énorme. Les espaces boisés constituent une protection contre la chaleur par le biais du rafraîchissement de l'air ambiant. Le feuillage des arbres absorbe et reflète la radiation solaire. Il réduit ainsi l'intensité du rayonnement et la chaleur qui en résulte. Une différence de plus de 10°C peut ainsi exister entre une façade ensoleillée et la même façade ombragée.

…ET L'ATTRACTIVITÉ DES TERRITOIRES !

La présence d’espaces verts favorise l’attractivité démographique et touristique des territoires, ce qui renforce les activités économiques initialement présentes et suscite de nouvelles implantations d’entreprises.

D’après l’enquête de fréquentation touristique des communes de France, un dixième des touristes étrangers (11%) ont renseigné les visites de parcs et de jardins comme étant l’une des principales motivations de leur venue. 18,5% des visiteurs français déclarent également avoir visité un parc ou un jardin au cours de leur séjour.

Budget du Département 2020 : à quoi sert votre argent ?

Un budget d'1,5 Milliard d'euros

 

Le Département impulse ses politiques publiques par l’orientation qu’il donne à son budget. Depuis le début de la mandature, nous votons un budget maîtrisé et équilibré qui permet d’assurer notre mission de solidarité à la personne et de soutien aux territoires.

Le Budget primitif 2020, d’un montant de 1,5 Milliard d’€, présenté à l’Assemblée Départementale démontre l’ambition du Département de répondre aux attentes des habitants et de lancer de grands projets pour l’Hérault sans aucune augmentation de la fiscalité pour les héraultais.

Le maintien du niveau d’investissement, à hauteur de 241 M€, permet aux communes et aux intercommunalités de trouver une aide précieuse dans la réalisation de leurs projets et de dynamiser l’activité sur le territoire. Investir c’est favoriser l’emploi, offrir des équipements publics de qualité, innover et accompagner les professionnels du territoire.

Etre à l’écoute des besoins, c’est l’état d’esprit qui guide nos choix budgétaires. Ainsi, le Plan Irrigation de 310 M€ sur 10 ans répond à l’inquiétude de la filière viticole, excellence de l’Hérault et 2ème PIB du département, face aux enjeux climatiques.

Le Plan Collège s’est élaboré autour des besoins exprimés dans les 80 établissements du département : 198 M€ sur 4 ans sont ainsi débloqués pour la modernisation et rénovation des collèges de l’Hérault.

La préservation de l’environnement et de la santé des habitants est une priorité pour le Département. Le lancement du Budget Participatif éco-citoyen d’1,8 M€, la grande opération de replantation d’arbres, plus de 28 000 d’ici fin 2020, et la promotion des mobilités douces avec le plan Hérault vélo à hauteur de 4 M€ pour préserver la qualité de l’air, concourent pleinement à cette ambition.

Les grands projets menés sont possibles grâce à la maîtrise budgétaire du Département dans ses dépenses de fonctionnement. Pourtant, sans ces efforts et la très bonne santé financière du Département, notamment grâce au dynamisme démographique qui renforce le produit des droits de mutation perçus, la double peine imposée par l’Etat à notre collectivité serait désastreuse.

Ainsi, la non compensation par l’Etat des dépenses de ses transferts de compétences vers le Département, plus de 209 M€ de reste à charge pour 2020, est le premier coup de boutoir financier.

La deuxième atteinte à la libre administration des collectivités prend la forme du Pacte de Cahors, véritable contrainte financière qui pèse lourdement sur le Département.

Ce dispositif imposé par l’Etat aux collectivités contraint le Département à limiter à 1,25% l’augmentation des dépenses réelles de fonctionnement. En cas de dépassement, l’Etat ponctionne 100% de la somme dépassée. Alors que le Département est très vigilant sur l’augmentation des dépenses de fonctionnement que l’exécutif décide, avec une hausse de 0,37%, la prise en compte notamment des 3 aides sociales héritées de l’Etat pénalise le Département automatiquement.

Ces allocations sont des dépenses obligatoires en étant mécaniquement affectées aux bénéficiaires. Il en est de même pour les dépenses de mise à l’abri des mineurs étrangers que l’Etat impose aux Départements.

Pour 2020, l’Etat devrait ainsi appliquer une amende de 20M€ au Département pour des dépenses dont il n’a pas la maîtrise.

Malgré cet étau gouvernemental, le Département maintient le cap budgétaire et met tout en oeuvre pour assurer la solidarité territoriale et une meilleure qualité de vie à tous les héraultais.

 

Pourquoi le Département de l’Hérault est autant impacté par le pacte de Cahors ?

En 2019, par arrêté préfectoral, l’Etat a contraint le Département de l’Hérault à limiter à 1,25% l’augmentation de ses dépenses réelles de fonctionnement. En cas de dépassement, l’Etat ponctionne 100% de la somme dépassée sur les dotations versées à la collectivité. Une « double peine » pour le Département qui a dépassé d’1,9 M€ en 2019 et a donc vu ses dotations ponctionnées d’autant.

Ce pacte pénalise doublement le Département qui doit assumer des dépenses de fonctionnement fléchées par l’Etat et non compensées :

- Revenu de solidarité active (RSA), Prime de compensation du handicap (PCH) et Allocation personnalisée d’Autonomie (APA) : lors du transfert de ces 3 allocations individuelles de solidarité aux départements, l’Etat leur a alloué la somme correspondant à ce budget au moment du transfert mais n’a jamais compensé l’augmentation mécanique de ces aides. Aujourd’hui, il s’agit d’un reste à charge pour le Département de 209 M€.

- L’Etat a confié au Département l’accompagnement des Mineurs Non Accompagnés mais ne rembourse qu’une partie du coût réel de cette dépense : 2 M€ sur les 14 M€ réellement dépensés.

- Plan Pauvreté : encouragé par l’Etat, le Département va consacrer 1,7 M€ à ce dispositif mais l’Etat ne le prend pas en compte dans l’augmentation des dépenses. Le Département va donc perdre 1,7 M€ de recettes.

- Auparavant compétence de l’Education Nationale, la maintenance informatique des collèges est désormais transférée au Département occasionnant une nouvelle dépense de fonctionnement.

- Outre la progression naturelle de la masse salariale due au vieillissement et aux changements d’échelon des agents, le Département doit employer des agents pour répondre aux nouvelles réformes de l’Etat. C’est le cas du Plan Pauvreté qui nécessite un personnel adapté.

- SDIS : le Département de l’Hérault fait le choix de maintenir sa participation financière aux sapeurs-pompiers héraultais. Il est en effet primordial de protéger le territoire et la population contre les incendies et inondations qui frappent l’Hérault.

Le Département est actuellement en discussion avec le Préfet de l’Hérault Jacques WITKOWSKI et la Ministre de la Cohésion Territoriale Jacqueline GOURAULT, pour négocier le taux d’augmentation à 1,35%.

Ce taux prendrait mieux en compte les spécificités démographiques de l’Hérault :

  Plus de 1 000 personnes par mois s’installent dans l’Hérault ;

  Beaucoup d’Héraultais souffrent de la précarité ;

  De nombreux retraités s’installent dans l’Hérault et ont besoin de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA).

Contre tout principe d’équité, une différence de traitement est également appliquée par l’Etat selon que les collectivités aient été ou non signataires du Pacte de Cahors. Certaines ont ainsi pu limiter les dépenses comprises dans le Pacte.

Contes de Noël dans l'intimité de la chèvrerie de la Ferme d'Auré

15 Décembre 2019

Les cadeaux sont au centre de la fête de Noël, mais ceux-ci sont-ils toujours matériels ? N’y a-t-il pas d’autres présents sous nos yeux tout aussi importants, que l’on oublie parfois et qui sont à renommer et à redécouvrir ? Les contes portent ce savoir là, celui de réenchanter nos cœurs et le monde…

La Ferme d’Auré vous convie dimanche 15 décembre à 14h30 pour un spectacle conté dans l’intimité de sa chèvrerie.
La boutique Mohair sera ouverte dès 10h30 pour vous permettre de choisir vos cadeaux de Noël et une entrée pour le spectacle vous sera offerte dès 100€ d’achats.
Vin chaud et chocolat chaud seront là vous vous réchauffer le cœur presque autant que les contes narrés par Eglantine Jouve.

Contes de Noël dans la chèvrerie à 14h30
Spectacle pour grands et petits enfants dès 5 ans
Tarifs : Adulte 10€, enfant 5€
Réservation conseillée car jauge limitée

Plus d'infos sur https://www.mohair-et-lama.com/2019/11/29/contes-de-noel-dans-la-chevrer...

detail
La Ferme d'Auré
Route de Neffies
34320
Roujan
10€ par adule / 5€ par enfant
 
Cet évènement est accessible aux personnes handicapées

Intervention des négociateurs en zone difficile

 

L’image contient peut-être : ciel, arbre, plante, plein air et natureLes négociateurs régionaux de la gendarmerie de Languedoc-Roussillon ont participé le 3 décembre à un exercice dans le massif pyrénéen. Ils étaient appuyés par les personnels du Peloton de gendarmerie de haute-montagne (PGHM) d’Osseja (Pyrénées-Orientales).
L’objectif de cet entraînement en haute montagne était d'identifier les négociateurs qui se sentent à l'aise avec la hauteur et de mettre en avant les différents contraintes techniques imposées par ces conditions d’intervention.


Il s’agissait également de tester la coordination avec le PGHM mais aussi de permettre aux gendarmes de cette unité d’appréhender les demandes et les méthodes de travail des négociateurs afin d’être réactifs en cas de mission conjointe.
Cet exercice simulait une personne tentant de se suicider accrochée à une paroi à une vingtaine de mètres de haut. Un négociateur a entamé la discussion à partir du sol, puis techniquement soutenu par les militaires du PGHM, il a pu être positionné à hauteur du suicidaire pour continuer la discussion. Une reddition a été simulée pour travailler la descente simultanée de tous.

Forcenés, suicidaires… le négociateur de la gendarmerie intervient dans les situations de crises.
Il exerce cette fonction en plus de son métier de gendarme d’unité territoriale.
Pour devenir négociateur, il faut avoir suivi une formation dispensée par le GIGN. Pour exercer ce métier, il est nécessaire de savoir écouter et tenter de raisonner la personne. Le plus important est de comprendre ce qui a poussé et motivé les gens à en arriver là.

Le musée de Lodève nominé pour le prix européen du musée de l’année



Le musée de Lodève nominé pour le prix européen du musée de l’année

 

Le Musée de Lodève est nominé pour le prix 2020 du Forum des musées européens (European Museum Forum). 

Ce Prix (European Museum of the Year Award : EMYA) est décerné à un musée qui « contribue à attirer de nouveaux publics et à satisfaire ses visiteurs grâce à son atmosphère, son interprétation et sa présentation imaginative, son approche créative de l’éducation et de la responsabilité sociale« .

Les gagnants des éditions passées sont de grands ou de petites musées qui ont  développé quelque chose qui a changé les standards de qualité des musées en Europe.

L’annonce des gagnants et la cérémonie de remise des prix auront lieu lors de la conférence annuelle du Forum des musées européens, à Cardiff du 29 avril au 2 mai 2020.

 

la collection Paul Dardé avec des enfants

© Musée de Lodève

C’est la cinquième fois que le musée se retrouve nominé ou récompensé depuis sa réouverture en juillet 2018.

Il a notamment été nominé en novembre 2018 pour la 36e édition Equerre d’Argent décernée par le magazine d’architecture AMC. Il a reçu en mars 2019 le ADC Awards catégorie ‘culture’ (prix d’architecture); et en novembre 2019, il a remporté le prix de la plus belle métamorphose, décerné par l’Association des Architectes et Maîtres d’Ouvrage (AMO).