Hérault

200 musiciens pour célébrer le centenaire de l'armistice

200 musiciens des écoles de musique de l’Hérault seront en concert pour commémorer le centenaire de l’armistice le 9 novembre à Cournonterral, le 10 à Mèze et le 11 à Saint-André-de-Sangonis.
 
Répétition pour le concert pour le centenaire de l'armistice de 1918 -  Photo : Communauté de communes de la Vallée de l’Hérault

 100 ans après, une œuvre pour la paix est un évènement musical unique pour célébrer et commémorer le centenaire de l’armistice de la 1ère guerre mondiale. 

« C’est une expérience inédite, un  bel élan solidaire qui unit et fédère les écoles de musiques héraultaises » observe Jean-Luc Héro, directeur de l’école de musique intercommunale de la Vallée de l’Hérault. Un projet ambitieux porté par cette école de musique située à Gignac, et qui met à l’honneur près de 200 musiciens amateurs. « Ce grand rassemblement  de musiciens issus d’une dizaine d’écoles de musique et d’harmonies montre l’extraordinaire ressource de musiciens de tous âges dans notre département » poursuit Jean-Luc. Ce concert pour la paix associe une grande œuvre patriote avec la Symphonie Funèbre et Triomphale de Berlioz et une œuvre de création plus pacifique et porteuse d’espoir, Mémorial du compositeur Karol Beffa, élu «meilleur compositeur» aux Victoires de la musique en 2013 et 2018. L’ensemble sera dirigé par Jordan Gudefin, chef d’orchestre de renommée internationale. « C’est un grand moment très exaltant pour tous les participants à cet évènement qui va rayonner en trois lieux et temps différents sur notre territoire héraultais ». 

 Trois concerts dans le département de l'Hérault

  • Vendredi 9 novembre, 20h30 : Complexe Sportif Victor Hugo, Cournonterral
  • Samedi 10 novembre, 20h30 : Gymnase Bernard Jeu, Mèze
  • Dimanche 11 novembre, 16h : Complexe sportif Raymond Boisset, Saint André de Sangonis 

​Un ensemble de plus de 200 musiciens

composé d’élèves des écoles et conservatoires de musique, de musiciens amateurs et des harmonies de l’Hérault

 

 

Répétition pour le concert pour le centenaire de l'armistice de 1918 -  Photo : Communauté de communes de la Vallée de l’Hérault

 Un chef d’orchestre invité : Jordan Gudefin 

Jordan Gudefin est chef d’orchestre assistant de l’Orchestre Français des Jeunes, co-directeur musical de l’ensemble La Cordée et directeur musical de l’Ensemble à Vents Français

 Un programme musical
 
associant la Symphonie Funèbre et Triomphale d’Hector Berlioz et Mémorial une création commandée pour l’occasion au compositeur Karol Beffa (élu compositeur de l’année aux victoires de la musique 2018). 
 
Un projet labellisé

Quelques conseils avant de prendre la route

Alcool, drogue et médicamentsCalifornie, Route, Autoroute, Collines

La consommation d'alcool, de drogue et de médicaments entraîne des conséquences importantes :
  • le champ visuel est rétréci ;
  • la perception du relief, de la profondeur et des distances est modifiée ;
  • le temps de réaction visuelle augmente ;
  • la sensibilité à l'éblouissement est accrue ;
  • la vigilance et la résistance à la fatigue diminuent ;
  • l'effet inhibiteur de l'alcool amène le conducteur à sous évaluer les risques et à transgresser les interdits.
CANNABIS et ALCOOL, c'est 15 fois plus de risque d'accident mortel.

Sur la route, les effets du cannabis et de l'alcool se cumulent : les risques sont importants, même si les deux produits sont consommés à faible dose. La capacité du conducteur à maintenir sa trajectoire et le temps de réaction face aux manœuvres des autres véhicules sont particulièrement perturbés.

Pour le respect de soi-même et des autres, mais aussi pour éviter tout phénomène d’addiction, la consommation de produits psychotropes est interdite lorsqu’on prend la route.

Ceinture

 

En voiture, une place = 1 ceinture

 

Chacun doit veiller à ce que tous les passagers (y compris le conducteur) soient attachés, à l'avant comme à l'arrière. Il est impératif de faire voyager un enfant dans un siège adapté à son âge, son poids et sa morphologie.

Plus de 500 vies seraient épargnées chaque année si tous respectaient ces consignes.

Vitesse

RESPECTONS TOUJOURS LES LIMITATIONS DE VITESSE, car rouler vite c'est :

  • réduire son champ de vision ;
  • augmenter la distance d'arrêt ;
  • provoquer fatigue et perte de vigilance ;
  • augmenter le risque de perte de contrôle du véhicule ;
  • accroître la probabilité d'être tué.

Fatigue-hypovigilance

 

FATIGUE ET SOMNOLENCE, UN DANGER AU VOLANT !

 

Règles à respecter :

  • respecter le rythme veille/sommeil habituel sans oublier que la dette de sommeil s'accumule ;
  • ne pas dépasser 2 h de conduite continue sans faire une pause hors de son véhicule ;
  • lors des pauses, si on se sent somnolent, fermer les yeux : si le sommeil vient, ne pas hésiter à prendre le temps de dormir ;
  • si on se sent "embrumé" prendre un ou deux cafés avant de s'assoupir lors des pauses (il faut 15 à 30 minutes pour que la caféïne agisse) ;
  • éviter de conduire plus de 6 à 8 h par jour ;
  • penser à s'alimenter sainement.

2 roues motorisés ou non

Pour les 2 roues motorisésl'allumage des feux de croisement est obligatoire !

Être plus visible en 2 roues motorisés c'est se rendre plus visible de l'ensemble des autres usagers de la route. C’est aussi faire attention aux angles morts des véhicules à gros gabarits : ne jamais se positionner entre le bord de la chaussée et l’avant droit des poids lourds ou transports en commun, notamment lorsqu’ils sont à l’arrêt à un feu rouge.

Pour tous les usagers : être vigilant et respecter les distances de sécurité entre les véhicules et les adapter à la densité du trafic, aux conditions météorologiques et anticiper les changements de direction.

L’utilisation d’un cyclomoteur ou d’un scooter se généralise, mais nécessite une attention particulière sur le respect de certaines règles de base :

  • se protéger en portant un casque attaché, porter des gants et des vêtements épais pour éviter des brûlures en cas de chute (même s’il fait chaud), préserver ses orteils et circuler avec des chaussures fermées ;
  • s’intégrer dans le trafic routier en évitant de slalomer entre les voitures, ne jamais dépasser par la droite, respecter la signalisation, informer les autres usagers des changements de direction ;
  • anticiper : être attentif aux réactions des autres : ouverture de portières intempestives, virage à gauche, freinage brutal du véhicule qui précède ;
  • si transporter un passager est autorisé, lui aussi doit porter un casque et l’attacher ;
  • penser que débrider un moteur c’est dangereux : il n’a pas été conçu pour rouler au-delà des 50 km/h, et l’assurance refusera toute indemnisation en cas d’accident.

Téléphone

TÉLÉPHONER EN CONDUISANT multiplie par 4 le risque d'accident !

La conduite nécessite une concentration impliquant une charge mentale importante, alors :

  • au volant, c'est la messagerie qui répond ;
  • pour écouter ses messages on s'arrête sur un lieu adapté : parking, place de stationnement, aire de repos ;
  • le téléphone, même avec une oreillette ou un kit main libres, modifie le comportement et la capacité à réagir. En cas d'imprévu, le temps de réaction augmente de 50% en moyenne.
  • L'envoi comme la réception de sms ou mms sont incompatibles avec la conduite, tout comme consulter des informations multimédia ou internet, même s'il s'agit d'informations concernant son itinéraire.

Eco-conduite

La pratique de l’éco-conduite permet de limiter l’impact de nos déplacements sur l’environnement, mais c’est surtout adopter une conduite responsable pour protéger notre vie et celle des autres. Comment ?

  • vérifier la pression des pneus : un pneu sous-gonflé c’est consommer davantage de carburant ;
  • un mauvais entretien de son véhicule peut entraîner une surconsommation de carburant de 25% ;
  • supprimer toute charge inutile, et surtout ne pas oublier de démonter les coffres et barres de toit ;
  • conduire avec souplesse, et surtout démarrer en douceur puis anticiper les ralentissements avec le frein moteur ;
  • réduire de 10km/H sa vitesse en toutes circonstances c’est économiser 5 litres de carburant ;
  • lors d’un arrêt prolongé, couper le moteur ;
  • l’automne arrivant, utiliser la climatisation du véhicule avec modération : près de 20% de carburant peuvent être économisés sur une conduite en ville.

Aménagements-chantiers

Aux abords des chantiers :

  • redoubler de vigilance ;
  • respecter les consignes des panneaux de signalisation positionnés sur la route ;
  • adapter – réduire sa vitesse ;
  • anticiper un danger éventuel ;
  • respecter strictement les distances de sécurité (100 m avec le véhicule qui précède).

Météo

Le secret d’une conduite sécuritaire sur la neige et les routes glissantes, c’est la prudence, la douceur, la souplesse et l’anticipation. Donc pas de coup de volant, d’accélération, d’embrayage, de frein !

La distance de freinage sur routes glissante est beaucoup plus longue. Le freinage doit être effectué avec modération, en fonction du coefficient d’adhérence du revêtement sur lequel vous vous trouvez. Si les roues bloquent au moment du freinage, la voiture devient incontrôlable. Il faut alors lâcher les freins et freiner par à-coups : le véhicule peut ainsi être contrôlé. Attention toutefois de ne pas utiliser cette technique lorsque la voiture est équipée d’un système ABS. Celui-ci empêche le blocage des roues et assure un contrôle permanent du véhicule. Il ne faut donc pas le débrancher pour rouler sur la neige.

Il vaut mieux démarrer en 2e en donnant le moins de gaz possible pour que les roues ne dérapent pas.

Département : aménagement foncier rural et périurbain

Le Département est compétent en aménagement foncier rural (AFR) et en matière de protection des espaces agricoles et naturels périurbains (PAEN). 

En complément de ces aménagements structurants, le Département soutien également l’équipement rural des Communes et des Association syndicales autorisées (ou leurs groupements), en faveur de leurs projets de travaux hydrauliques (dont irrigation) ou fonciers (dont « travaux connexes ou défriches ») pour usages agricoles ou forestiers, au titre de la solidarité territoriale, en milieu rural.

 Rivière, Vidange, Eau, Canal Radiculaire

Aménagement foncier rural

Le Département intervient en vue d’améliorer les conditions d'exploitation des propriétés rurales agricoles ou forestières, d’assurer la mise en valeur des espaces ruraux et de contribuer à l'aménagement du territoire communal ou intercommunal. Cette intervention se fait selon 3 procédures formelles :
  • les échanges et cessions amiables d'immeubles ruraux, dans le cadre de projets collectifs,
A ce titre, les propriétaires peuvent soit demander une opération communale (ou intercommunale), soit saisir la Commission départementale d’aménagement foncier (CDAF) pour lui faire reconnaître un « effet restructurant » et ainsi obtenir une aide du Département (frais d’actes notariés et de géomètre).
  • l’aménagement foncier agricole et forestier (ancien « remembrement »),
Ces procédures, comprises dans un périmètre d’aménagement, sont initiées soit :
o par les conseils municipaux qui demandent au Département de constituer des commissions locales d'aménagement foncier (CLAF). Ces dernières, conformément à la réglementation (art.L121-1 et suivants du code rural et de la pêche maritime), conduisent les procédures. 
Dans ce cadre, des enquêtes publiques sont mises en œuvre afin d’informer les agriculteurs ainsi que les propriétaires fonciers concernés.  
o lorsqu’un grand ouvrage public le nécessite dans sa déclaration d’utilité publique (contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier, dédoublement de l’A9,…), le maître d’ouvrage de l’infrastructure a l'obligation de remédier aux dommages causés aux exploitations agricoles, en participant financièrement à l'exécution d'opérations d'aménagement foncier et de travaux connexes.
  • la mise en valeur des terres incultes ou sous exploitées.
Cette procédure a pour objectif d’inciter (jusqu’à la mise en demeure) les propriétaires de parcelles agricoles à exploiter ou faire exploiter leur propriété agricole, au terme d’un processus administratif demandant un délai de 3 années minimum. 
Ce processus débute par le dépôt d’une demande d’autorisation d’exploiter auprès des services de l’Etat (Direction départementale des territoires et de la mer). Le Préfet peut alors saisir la CDAF afin qu’elle constate l’état d’inculture ou de sous-exploitation manifeste des parcelles objet de la demande, en présence desdits-propriétaires. Ces derniers disposent d’un délai pour envisager la reprise de l’exploitation, au terme duquel en demeure leur est signifiée avant qu’un bail de 9 ans ne s’applique en faveur d’un des candidats 
 

Périmètres agricoles et naturels périurbain (PAEN)


En 30 ans, sur le département de l’Hérault, près de 17 000 ha de terres ont été artificialisées, soit 2,3 fois la surface de l’étang de Thau (dont 4.160ha entre 2003 et 2013). En une seule génération, il a été urbanisé autant que les 33 générations précédentes (62% des terres consommées l’ont été sur la plaine littorale).

Le Département intervient au sein de la commission départementale de la préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers (CDPENAF) pour inciter à ralentir cet étalement urbain. Il propose aux communes qui le souhaitent, la mise en place d’un « périmètre de protection des espaces agricoles et naturels périurbains (PAEN – Cf. art. L113-15 du Code de l’urbanisme). 

Le PAEN permet, au sein d’un périmètre parcellaire (annexé au PLU / SCoT), validé au niveau Communal, d’élaborer un véritable programme d’actions pluriannuel agricole, forestier, naturel et paysager, pour lequel l’ensemble des acteurs locaux peuvent se concerter pour davantage d’efficacité et de pérennité sur leur projet. Un nouveau droit de préemption agricole et forestier est octroyé au Département pour intervenir en cas de besoin. 
 
 

Schéma départemental d’irrigation 2018-2030

 
Le Département de l’Hérault apporte son soutien à la profession agricole dans l’adaptation de l’outil de production. La viticulture qui représente une activité majeure pour le Département doit actuellement faire face à des contraintes liées aux périodes répétées de sècheresse qui menace sa pérennité. Dans ce contexte, l’accès à l’irrigation constitue un enjeu majeur que le Département a choisi d’accompagner en se dotant d’un schéma Départemental d’irrigation en co-pilotage avec le Comité Départemental de l’eau et ses partenaires.
Le schéma, en cours de réalisation concerne l’ensemble du département de l’Hérault et s’appuie sur le recueil issu de chaque bassin versant
UN DEFI MAJEUR : L’ACCES A L’IRRIGATION 
Le schéma directeur d’irrigation en Hérault a pour objectifs principaux :
  • De préciser les enjeux de desserte pour l’irrigation agricole à l’échéance 2030 sur la base d’un état des lieux des réseaux d’irrigation existants et des ressources en eau associées ;
  • De proposer de nouvelles solutions pour satisfaire les besoins exprimés et identifiés par les territoires pour lesquels les ressources locales et les ressources complémentaires sont déjà identifiées au sein des Plans de Gestion de la Ressource en Eau (PGRE), ainsi que ceux pour lesquels les équipements existants ou projetés ne sont pas en mesure d’y répondre ;
  • De contribuer à définir des scénarii de desserte en eau brute pour une valorisation agricole sur le territoire héraultais ;
  • De proposer des préconisations pour une mise en œuvre des travaux et aménagements.
A paraître à l’automne 2018, il s’appuie sur :
  • La gestion des barrages des olivettes et du Salagou qui assurent la desserte en eau brute au bénéfice de trois ASA ( Belles eaux, Haute vallée du Salagou et Bosc Lacoste) 
  • Sa contribution au financement du réseau hydraulique régional Aqua-Domitia dans le cadre du contrat de plan Etat / Région…
  • Le soutien  aux projets de modernisation et d’extension des réseaux d’eau brute  cofinancement dans le cadre de l’actuel Programme de Développement Rural (PDR- LR)
  • L’aide aux investissements des collectivités territoriales au titre de la solidarité territoriale pour les actions sur les milieux aquatiques et le risque inondation.
  • L’accompagnement dans l’élaboration de schémas directeurs de valorisation d’eau brute à l’échelle de bassins versant ou de sous bassins versants en partenariat avec la Région, l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée dans le cadre son programme d’aides aux équipements ruraux.

Très haut débit : un tarif spécial pour les TPE

 Sauvegarde des données, actualisation de site internet, vente en ligne : les petites entreprises font de plus en plus appel aux services web

 

Fibre optique

Le Département veut leur permettre de développer leur activité et poursuit son engagement pour l'accès au très haut débit (THD). Le réseau Num'Hérault permet déjà à 750 entreprises et collectivités de bénéficier d'une connexion fibre optique adaptée à leurs besoins. Désormais, Hérault Télécom met aujourd'hui en œuvre le réseau fibre optique pour le Département, comme délégataire de service public. Il propose une offre dédiée aux TPE qui ont besoin d'un débit performant à un tarif de 99 € à 150 € selon les fournisseurs d'accès à internet et les services proposés. Avant de souscrire une offre, les entreprises peuvent tester si leur implantation est éligible sur elifibre.com 

Bien bouger pour mieux vieillir dans l'Hérault

Par ses actions, le Département incite les seniors à adopter des attitudes positives pour vieillir en bonne santé et contribuer ainsi à l'amélioration de leur qualité de vie. Les règles de base : manger mieux et bouge.

Barca Couple La Solitude Vente En Gros Étaplus.

Le Département acteur du bien vieillir dans l’Hérault

Cap seniors

Pour amener le plus grand nombre d'Héraultais à bien manger, bien bouger pour mieux vieillir, un programme spécifique destiné aux comités départementaux, associations sportives ainsi qu'aux centres communaux d'action sociale, est créé pour les seniors, basé sur le soutien à la mise en place de cycles d'activités physiques.

Par ailleurs, depuis plusieurs années, Hérault Sport apporte son expertise au Département de l’Hérault sur le "Bien vieillir"  notamment à travers le programme «Bien manger et bien bouger dans le département de l’Hérault». Dans ce cadre, une tournée départementale de sensibilisation sillonne le territoire héraultais. Elle propose des ateliers tels que "Activités physiques adaptées", "Alimentation", "Approche psychologique du sport", "Evaluation de la condition physique". Il est également possible d'assister à des conférences vivantes et très interactives.

 

Le sport de 7 à 77 ans

Pratiquer régulièrement une activité physique adaptée après 60 ans contribue au maintien de votre autonomie et de votre capital santé. A travers son programme, le Département entend faire tomber les barrières sociales, physiques et psychologiques qui pourraient empêcher tout Héraultais de se livrer à une activité sportive.

Par son appui logistique, la compétence de ses animateurs et sa volonté d'amener le sport hors des enceintes traditionnelles, la Direction de la Solidarité Départementale et Hérault Sport permettent aux personnes handicapées, aux personnes âgées et aux personnes en difficultés, de pratiquer régulièrement une activité physique.

Retraite, 3ème âge, ne sont plus un frein à une pratique sportive adaptée, car le sport c'est la santé et le maintien de l'autonomie. Chaque semaine, des professeurs spécialisés se rendent dans des maisons de retraite du département pour y dispenser des cours d'activités physiques adaptées. Hérault Sport participe également aux activités du Comité Départemental de la Retraite Sportive (CODERS).

 

Carte Hérault Vélo

Carte Hérault Vélo
EVADEZ-VOUS DANS L'HÉRAULT !

Que vous soyez cyclotouriste, amateur du vélo de route ou adepte de VTT, l’Hérault est fait pour vous. Le département dispose d’une palette exceptionnelle d’itinéraires et de sentiers qui fait de l’Hérault un des hauts lieux français de la pratique du vélo.

Chacun pourra y trouver de quoi s’évader, qu’il aime simplement rouler le nez au vent, fendre la bise sur des petites routes vallonnées ou même s’engager sur des monotraces sinueux à dévaler à toute allure. La richesse du département est de pouvoir proposer la totalité de cet éventail depuis le bord de mer jusqu’à l’arrière-pays.

Car le département est très bien équipé, avec plus de 3 000 km d’itinéraires VTT labellisés par la Fédération Française de Cyclisme, 550 km d’aménagements cyclables et 210 km de boucles cyclo touristiques.

S’ajoutent la Voie Verte « Passa Païs » et deux grandes traversées : du nord au sud, la Larzac-Méditerranée et d’est en ouest, la Grande Traversée de l’Hérault-Réseau Vert®.

Le Conseil Départemental assure la sécurisation et l’entretien de ces voies, véritables espaces de liberté, gratuits pour tous les Héraultais et les touristes. Alors, que vous soyez néophyte, sportif aguerri, profitez pleinement de votre passion.

Dites OUI à vos envies de sorties dans le département de l’Hérault !

 

Expo : Les aéroports à insectes

Les aéroports à insectes

Laboratoire associatif d’art et de botanique LAAB

Le public pourra se mettre à la place de l’insecte, une façon peu ordinaire de comprendre la symbiose entre la fleur et l’insecte.
Ces structures originales musicales et colorées présentent les stratégies que met en place le végétal pour attirer les insectes.

Du samedi 10 novembre au dimanche 9 décembre

Maison départementale de l'environnement
DOMAINE DEPARTEMENTAL DE RESTINCLIERES
34730
Prades-le-Lez

Le littoral héraultais

Les 100 km de la côte héraultaise sont parmi les mieux sauvegardés de la Méditerranée : les deux tiers sont vierges de toute construction. Ces territoires naturels ont pratiquement tous été acquis par le Conservatoire du Littoral et des Espaces Lacustres.

Attention fragile !

Sentier Du Littoral, Marais, Norfolk

Le Conservatoire du littoral est un établissement public à caractère administratif dépendant du Ministère chargé de la protection de la nature, créé par la loi du 10 juillet 1975. Sa mission : acheter des terrains pour les sauvegarder et les restaurer en association avec les collectivités locales.

Les sites qu'il acquiert sont ouverts au public et ne peuvent être revendus. L'action du Conservatoire est essentielle pour assurer sur le long terme la sauvegarde de l'espace littoral, le respect des sites naturels et l'équilibre écologique. 

Depuis 30 ans, ce littoral, autrefois peu fréquenté par les hommes à cause des moustiques et des inondations, a été très aménagé. Des villes s'y sont développées rapidement, des voies de communication y ont été tracées, des aménagements touristiques y ont été créés. Malgré cette très forte transformation du paysage, la nature tient encore sa place. Les milieux naturels variés et profondément originaux se maintiennent. Ils font maintenant l'objet de mesures de protection et sont considérés comme des zones de grand intérêt paysager ou biologique, indispensables au développement équilibré de toute cette région.  

Les dunes, un écosystème riche et fragile…

Les dunes côtières font partie des paysages les plus changeants au monde, du fait de la dynamique constante du sable et de l'eau. Jour après jour, de nouvelles petites dunes mobiles se forment, alternant avec des vallées, des lacs, des landes de bruyère, des garrigues et des forêts. Dans l'Hérault, ces dunes protègent souvent une lagune ou un étang. Les systèmes côtiers humides forment des sites naturels très riches, mais également très fragiles.

La très forte érosion d'origine marine constitue le mal principal dont souffrent nos plages. Mais au cours des dernières décennies, l'intensification de la fréquentation humaine a également contribué à la déstabilisation de certains espaces littoraux fragiles. L'intervention de l'homme est donc nécessaire pour préserver cet écosystème particulier.

Comment protéger les dunes ?

La réhabilitation des dunes passe par la mise en place de ganivelles, palissades de châtaignier qui font obstacle au vent. Elles permettent de reconstituer rapidement un relief dunaire, que l'on stabilise ensuite en y installant une végétation adéquate.

Ces aménagements ont également pour objectifs la canalisation des promeneurs et la protection du milieu dunaire par la soustraction de la végétation au piétinement.

 

Et vous, que pouvez-vous faire ?

  • Préservez l'oyat, plante qui fixe les dunes.

L'oyat est une plante herbacée qui se développe essentiellement dans le sable. Ses longues racines s'étendent et s'ancrent à plusieurs mètres de profondeur, permettant ainsi de stabiliser les dunes.

Il faut donc éviter de les piétiner et de les arracher. Ne sortez pas des sentiers. En marchant sur les dunes, vous accentuez leur érosion naturelle. Vous risquez également de piétiner les oyats.

  • Respectez les ganivelles.
  • Laissez la plage propre.

Les déchets - sacs et bouteilles en plastique, canettes, papier aluminium - se dégradent très lentement dans la nature. Ainsi, une canette en métal jetée en une seconde mettra 10 ans à se décomposer.

L'utilisation de ce patrimoine naturel nécessite de sérieuses précautions car le littoral et une zone particulièrement fragile. Nous vous conseillons donc de vous diriger vers les Maisons de la Nature qui proposent des circuits, des sentiers, de nombreuses activités et des visites guidées respectueuses de l'environnement.

Signature de la 1ère convention du programme "Action coeur de ville" de Sète

 

Signature de la 1ère convention du programme "Action coeur de ville" de Sète

 
 
Pierre Pouëssel, Préfet de l'Hérault, a signé, le 13 octobre 2018, la première convention-cadre du programme "Action Coeur de Ville de Sète avec François Commeinhes, maire de Sète, Président de Sète Agglopôle Méditerranée, et les partenaires financiers et locaux.

A cette occasion, le préfet Rollon Mouchel-Blaisot, Directeur National du programme Action Coeur de Ville était présent aux côtés de la Caisse des dépôts, de l'Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, de Action Logement, de l'Agence Nationale de l'Habitat, de la Chambre de Commerce et d'Industrie et de la Chambre des métiers et de l'artisanat.

Ce plan répond à une double ambition : améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes et conforter leur rôle moteur de développement du territoire. Il vise à faciliter et à soutenir le travail des collectivités locales, à inciter les acteurs du logement, du commerce et de l'urbanisme à réinvestir et à redynamiser les centres-villes (habitat, développement économiques et commercial, mobilité, mise en valeur des espaces publics et du patrimoine...)

Cette convention va permettre à la ville de Sète, de réhabiliter, restructurer, favoriser un développement économique, développement de l'accessibilité, mettre en valeur et fournir l'accès aux équipements et services publics pour le plus grand nombre.

DpZ3aDjX4AAWlFl
DpZ3ZAzXgAArmDM
DpZ4iXwXoAAjTc7
DpZ4DF_XUAQOhKp
DpZ3YX0XcAASuGU
DpZ4ED1XoAEINXB
 
DpZ4hW6XUAAZyw9
DpZ4CnFWkAAqlJT

Rencontres de la sécurité 2018 : plus de 50 000 visiteurs !

Grand rendez-vous annuel donné à l'ensemble des français par ceux qui veillent sur leur sécurité, les rencontres de la sécurité dans l'Hérault ont remporté un franc succès pour cette édition 2018.


Ce sont plus de 50 000 visiteurs qui se sont rendus au centre commercial Odysséum à Montpellier et ont pu rencontrer policiers, gendarmes, sapeurs-pompiers, représentants de la sécurité routière, personnels des préfecture... tous ceux qui répondent présents pour la sécurité de la population. Ils sont allés au-devant du plus grand nombre et ont mis en lumière leurs actions du quotidien. Les rencontres de la sécurité associent également les nombreux partenaires de l’État, en matière de sécurité comme les collectivités territoriales ou les associations de protections civiles.

Dans le département de l’Hérault, elles ont eu lieu samedi 13 octobre au centre commercial Odysséum de Montpellier.

Tout au long de la journée, les nombreux visiteurs du centres ont pu entrer en contact direct avec les femmes et les hommes qui œuvrent au quotidien pour notre sécurité et découvrir les stands et animations :

- Illustration de Police de Sécurité du Quotidien (PSQ) : avec une présentation (police nationale/municipale et gendarmerie) des dispositifs opérationnels, conseil pour se prémunir de la délinquance, présentation de la brigade numérique.

 PSQ - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier

- Sensibilisation à la cyber-menace : informations, conseils, hacking, escroqueries, haine sur internet...

- Initiation aux premiers secours, les gestes qui sauvent proposées par les sapeurs-pompiers, la croix-rouge, l'association départementale de protection civile 34 ,association départementale d'enseignement et de développement du secourisme 34, Ufolep 34 et la fédération française de sauvetage aquatique.

- Sensibilisation aux feux de forêts avec l'association départementale des comité communaux feux de forêts et des réserves communales se sécurité civile de l'Hérault.

- Information sur les recrutements de la police, de la gendarmerie et des sapeurs-pompiers.

- Ateliers de prévention de la sécurité routière avec les intervenants départementaux de la sécurité routière, la gendarmerie et la police municipale (danger de l'alcool au volant, du téléphone en conduisant, circuit vélo pour les enfants, jeux interactifs...).

 

croix rouge 1
croix roue 2
feux1
FFSS
ddsp1
ddsp3
ufolep34
gendarmerie3
gendarmerie1
gendarmerie2
pompier2
pompier1
PM1
PM2
securout
securout2
 
pref1
psq
 
 
 
 
 

 

 

 
 

A Sète, la plus belle vue sur la Méditerranée est offerte… aux défunts

Le Cimetière marin est l’un des deux cimetières sétois, l’autre étant le Py, le « cimetière des pauvres », route de la Corniche. 

Les deux sont très visités par les touristes, pour les grands noms qui y sont enterrés, Paul Valéry, Jean Vilar…. Mais aussi, dans le cas du Cimetière marin, pour une atmosphère magique. Lorsque le ciel et la mer mélangent leurs bleus, et que la brise est douce, l’esprit des poètes vous effleure…

 

Le Cimetière marin de Sète

Avant toute chose, montez, montez, montez, la vue se mérite : regardez les bateaux de pêche entrer et sortir du port, auréolés de leur escorte de mouettes, avec leur traîne d’écume…


Le Cimetière marin de Sète



Les premiers défunts du cimetière n’ont pas de tombe : les ouvriers morts sur le chantier du môle Saint-Louis, vers 1680, étaient jetés dans une fosse commune, leurs os reposent en dessous d’un magasin funéraire et de feu le restaurant voisin (près de l’entrée sud). Le cimetière s’étendait à l’origine sur 1 064 m2. Il s’étend aujourd’hui sur quatre hectares. 


Le Cimetière marin de Sète



La « ville des morts » compte 3 100 tombes. Les concessions sont toutes perpétuelles. Mais aujourd’hui, lorsque les tombes sont laissées trop longtemps à l’abandon, les défunts oubliés vont au bel ossuaire, pour faire de la place aux familles sétoises qui veulent reposer là. La liste d’attente est longue. 


Le Cimetière marin de Sète



La sobre tombe de Paul Valéry (1871-1945). Son nom figure au fronton du caveau de son aïeul, Giulio Grassi. Presque effacé, l’extrait du poème qui changea le nom du cimetière Saint-Charles en Cimetière marin : « La mer, la mer, toujours recommencée / Ô récompense après une pensée / Qu’un long regard sur le calme des dieux ! » 


Le Cimetière marin de Sète



La chapelle des « pleureuses », quatre femmes aux quatre coins de l’un des plus beaux caveaux du cimetière. 


Tombe de Jean Vilar



Sur la tombe de Jean Vilar, pas de fleurs, mais des cailloux déposés par ceux qui rendent hommage au créateur du festival d’Avignon, défenseur d’un théâtre populaire.


Le cimetière marin de Sète



En dessous du Cimetière marin, le théâtre de la Mer. Combien d’esprits ont assisté incognito aux représentations et concerts ?  


Cimetière marin de Sète



Au fond d’une allée, une chapelle sous les pins…


Michel Cappetta, conservateur des cimetières sétois



Michel Cappetta, conservateur des cimetières sétois. Il a été tailleur de pierre, comme son père et son grand-père Georges (1863-1944). Les trois générations ont réalisé ici de nombreux monuments. Ici, le caveau de famille, avec Georges à gauche et son épouse Annonciate, née Nerone, qui tient le livre de comptes.


Le caveau de la famille Cianni



Le caveau de la famille Cianni. Au fronton, Vincent Cianni (1895-1960), « le jouteur aux 100 victoires ». La famille est également célèbre à Sète pour ses tielles fameuses ! 


Tombe du peintre Pierre François



Toute récente, près de l’entrée sud, la tombe bleue du peintre de l’âme sétoise Pierre François, décédé en 2007. Sur la tombe, les plaques funéraires de ses parents.  Regardez bien : Pierre et Françoise ont échangé leurs noms, comme un serment d’amour.



Autres célébrités à qui rendre visite : le cinéaste Henri Colpi, Emmanuel Gambardella (président de la FFF), Mario Roustan (ministre de la Marine marchande), l’ex-maire Honoré Euzet… Et les belles tombes d’anonymes : les marins Richard et Barthélémy, l’aspirant Herber, Marie-Rose Goudard, morte à 16 ans, Joseph Biondini et sa tombe-thonier…

Un plan-guide du Cimetière marin a été édité par la Ville de Sète (Office de tourisme ou conciergerie du cimetière).


Impossible de ne pas aller rendre visite à Brassens, au cimetière du Py, route de la Corniche. Tout proche, l’espace culturel qui lui est dédié.


Tombe de Georges Brassens



« Le temps aux plus belles choses / Se plaît à faire un affront / Il saura faner vos roses / Comme il a ridé mon front ». Les Stances à Marquise de Corneille mises en chanson par Georges Brassens (1921-1981)


Tombe de Georges Brassens



Sur la tombe, les plaques et vases sont scellés : les amis de Georges sont prêts à tout pour emporter un souvenir…
Au-dessus de Georges Brassens, s’étale un pin parasol, comme il l’avait souhaité dans sa Supplique pour être enterré sur la plage de Sète…