Hérault

Visite du collège Jean Moulin à Sète par Kléber Mesquida

Ce jeudi 5 septembre au matin visite du collège Jean Moulin à Sète par Kléber Mesquida, Président du Département, avec les conseillers départementaux Veronique Calueba-Rizzolo et Sébastien Andral et Andre Lubrano, conseiller régional.

L’image contient peut-être : 11 personnes, dont Kleber Mesquida et Veronique Calueba-Rizzolo, personnes souriantes, personnes debout, mariage et plein air

Le principal du Collège les a accompagnés dans les espaces pédagogiques puis ils ont échangé avec les membres du conseil d’administration.

Une bonne occasion pour présenter le plan COLLÈGES d’un montant de 198 Millions d’€uros sur 5 ans... Dès 2020, le budget global des collèges passera de 100 à 129 millions d’’€uros...

Jérôme Millet, sous-préfet de Lodève aux côtés des sapeurs pompiers ce vendredi 06 septembre

IMG_20190906_115321_resized_20190906_122708381
 
 
 Jérôme Millet, sous-préfet de Lodève s’est rendu ce vendredi 6 septembre 2019 à Saint Jean de la Blaquière pour un feu de végétation. C’est 320 sapeurs pompiers qui se sont retrouvés mobilisé lors de cette opération.

Les réflexes à adopter

La période estivale est propice aux départs de feu (sécheresse, vent). Pour les éviter, restez vigilants et suivez ces conseils :

  • Ne fumez pas en forêt ou à proximité et ne jetez pas de mégots par la vitre d'un véhicule
  • Respectez les interdictions d'accès dans certains massifs boisés en période de risques (vent, sécheresse...) 
  • N’allumez pas de feu ou de barbecue aux abords d’une forêt (à moins de 200m)
  • Ne posez pas de combustible contre la maison (bois, fuel, butane)
  • Ne faites pas de travaux source d’étincelles les jours de risque d’incendie
  • Au quotidien, entretenez les chemins d'accès pour permettre la circulation des véhicules de pompiers et pensez à débroussailler votre jardin avant l’été. Plus d’infos sur les obligations légales en matière de débroussaillement autour de votre maison sur la page dédiée .

En cas de départ de feux, appelez le 18 ou le 112 en indiquant la localisation précise.

Protégez-vous :

  • Recherchez un abri en fuyant dos au feu
  • Respirez, si possible, à travers un linge humide
  • Ne sortez pas de votre voiture si vous êtes surpris par un front de flammes
EAtXFQ4X4AAzCVw
 

 

 

GENDARMERIE : RECRUTEMENT


Pour obtenir des informations sur les métiers et les concours de la gendarmerie, vous pouvez vous adresser au CIR, rue de Fontcouverte à Montpellier.


Contact : 04.67.12.39.99L’image contient peut-être : 1 personne, lunettes_soleil et texte

Gendarmerie : régulation d’un mouvement de panique dans la rave-party à Villeveyrac

L’image contient peut-être : ciel, nuage, montagne, plein air et nature

Dans la nuit de samedi à dimanche 1er septembre, la gendarmerie constate l’installation d’une rave-party à Villeveyrac sur le site du parc éolien du causse d’Aumelas.

Au cours de cette manifestation, non déclarée qui a rassemblé au plus fort près de 5000 personnes, un départ d’incendie de garrigue sur le site déclenche un mouvement de panique engendrant un départ massif des raveurs. De nombreux véhicules sont abandonnés sur place et gênent la progression des secours.

Les gendarmes de la compagnie de Pézenas, de Lodève et de l’escadron départemental de sécurité routière de l’Hérault, ont mis en place une régulation dans le but de favoriser l’évacuation de la zone.

Au cours de la manœuvre, plusieurs véhicules ont été contrôlés. Une cinquantaine d’infractions a été relevée dont 19 circulations sur DFCI, 9 conduites sous stupéfiants et 8 conduites sous l’empire d’un état alcoolique.

Une trentaine de véhicules de lutte contre l’incendie et une centaine de pompiers ont maîtrisé le sinistre qui s’est propagé sur environ 1 hectare.
Aucune victime n’est à déplorer.

En cette période de grande sécheresse le risque d’incendie est élevé, la vigilance est de mise.

SDIS 34 : LA COLONNE EST EN RENFORT DANS L’HÉRAULT

L’image contient peut-être : une personne ou plus, ciel, arbre et plein air

Ils viennent du Bas-Rhin, Doubs, Haut-Rhin, Haute-Marne, Moselle, Territoire de Belfort, Haute-Saône, et Saône et Loire soit à avoir intégrés la colonne Alpha Est, soit 70 SP.

Basé sur l’Etat-major départemental, dans la journée en fonction de la carte des risques, les 3 groupes qui composent la colonne sont ensuite repartis sur le département jusqu’à la fin de la journée.

La colonne va rester en détachement dans l’Herault jusqu’à dimanche et fait partie des 8 autres colonnes qui ont été envoyées préventivement par la sécurité civile au regard des risques particulièrement élevés sur la façade méditerranéenne.

Bienvenue au commandant Keller et à ses 69 personnels.

Au collège, bien conduire son deux roues

La Fédération française des motards en colère (FFMC) intervient dans les collèges pour sensibiliser les élèves au bon usage de leur deux-roues. Des règles simples et souvent méconnues des jeunes, pour éviter les accidents.

Informer, prévenir, expliquer, amener à réfléchir sans culpabiliser, voilà la mission que se sont fixé les intervenants de la FFMC. Tous bénévoles, ils viennent rencontrer les élèves tout au long de l’année dans les collèges qui le souhaitent. « Nous voulons faire prendre conscience aux jeunes de leur vulnérabilité », explique Jean-Michel Sénéchal, coordinateur de la FFMC. Sous forme d’exercices simples, de petits jeux, de débat, de questions réponses, de vidéos et de témoignages, ils amènent ces usagers du deux roues, cyclistes ou motorisés, à être plus attentifs. « A cet âge ils croient tout savoir et imaginent que l'accident n'arrive qu'aux autres. Mais ils n’ont pas d’expérience et fonctionnent souvent sur des clichés et des idées reçues », poursuit Jean-Michel. Etre bien équipé, rouler avec un engin correctement entretenu, avoir conscience de ses limites physiques et comprendre combien on peut être parfois trompé par ses propres sensations. Tous ces messages venus de motards aguerris, donnent aux plus jeunes les clés d’une conduite sûre, respectueuse et limite sensiblement les risques d’accident.

 

collège

Au collège de Lansargues, des exercices simples présentés par les bénévoles de la FFMC à des élèves de 4e.

GRENELLE VIOLENCES CONJUGALES : Réagir au 3919

Afin de lutter contre les violences conjugales, un numéro de téléphone est disponible 24h/24 au 3919 avec des policiers et des gendarmes spécialement formés pour conseiller et prendre en charge les victimes ou témoins de violences conjugales.

La gendarmerie de l’Hérault possède un réseau de gendarmes spécialement qualifiés pour prendre en charge ces victimes.
Au nombre de 37, ces référents VIF (violences intrafamiliales) sont formés et sensibilisés aux auditions de victimes en détresse. Ils sont implantés dans chacune des Communautés de brigades ou Brigades Territoriales Autonomes que compte le département. Ils participent aux réunions des réseaux de prévention et de lutte contre les VIF du département, en coopération avec les associations d'aide aux victimes, notamment France Victime 34 et le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF).


Une démarche partenariale a également été développée dès 2004 entre la Gendarmerie et le conseil départemental, afin d’associer un travailleur social à l'action menée par les gendarmes pour le traitement de ces situations. L’intervenant social en gendarmerie (ISG) constitue donc un relais essentiel avec les services sociaux ou les associations concernées permettant d'améliorer la prise en charge et la prévention générale en faveur des personnes se trouvant en situation de détresse.


Deux intervenantes sociales sont présentes en zone gendarmerie pour le département de l’Hérault.

Depuis 2017, la Gendarmerie de l’Hérault apporte son soutien financier à la cause des femmes avec la remise de deux chèques de 5000 et 3500 euros au profit de l’association du CIDFF 34.

Aucune description de photo disponible.

SDIS 34 : LES INCENDIES DOMESTIQUES

 Le Feu, Pompiers, Service D'Incendie
  • Chaque année, près de 10.000 personnes sont blessées au cours d’un incendie domestique.
  • Chaque année, plus de 800 personnes décèdent à la suite d’un incendie domestique.
  • On compte plus de 76.000 incendies domestiques par an (données année 2015).
  • Cela représente une intervention toutes les 7 minutes pour les sapeurs-pompiers.
  • Au Québec, où les détecteurs de fumée sont obligatoires depuis plus de 30 ans, la mortalité liée aux incendies domestiques a diminué des deux tiers.
  • Depuis le 8 mars 2015, l’installation de détecteurs de fumée est obligatoire dans tous les logements.

Équipez-vous en détecteurs de fumée

En cas d’incendie, les fumées précèdent les flammes. Elles sont toxiques et inflammables. La solution : de bons réflexes et le détecteur de fumée.

Si le feu se déclare pendant votre sommeil, le détecteur vous réveillera. Si vous êtes éveillés, il vous préviendra dès le départ du feu. Dans les deux cas, vous pourrez réagir au plus vite. Idéalement, vos pièces de vie et chacune de vos chambres doivent être équipées de détecteurs de fumée.

Quelques pistes pour vous préparer à l’éventualité d’un incendie :

  • Évitez d’encombrer les escaliers et les portes.
  • Si votre porte est verrouillée, laissez toujours les clés à proximité pour pouvoir sortir facilement.
  • Définissez un plan d’évacuation avec l’ensemble des membres de votre foyer.
  • Déterminez avec eux un point de rencontre à l’extérieur de votre habitation.
  • Réalisez des exercices d’évacuation avec vos enfants pour les sensibiliser dès le plus jeune âge.

Conseils pour bien réagir en cas d’incendie domestique

Le détecteur de fumée vous permet de réagir plus vite, mais attention, il ne suffit pas ! Au-delà de ce premier geste, préparez-vous à bien réagir en cas de déclenchement de l’alarme. Appelez les sapeurs-pompiers en composant le 18 ou le 112 pour leur permettre d’être sur les lieux et d’intervenir le plus rapidement possible.

Là où il y a de la fumée, il ne faut pas aller

  • Les fumées libérées lors d’un incendie sont plus mortelles que les flammes car elles sont chaudes et toxiques, et provoquent des asphyxies. En fonction de ce qui brûle, vous pouvez perdre connaissance en deux inspirations de fumées toxiques.
  • Si vous êtes dans une pièce enfumée, mettez un mouchoir devant le nez et baissez-vous, l’air frais se trouve près du sol.

Adaptez votre comportement à la situation

Si l’incendie se déclare chez vous et que vous ne pouvez pas l’éteindre immédiatement :

  • Évacuez les lieux.
  • Fermez la porte de la pièce en feu et celle de votre logement, cela retardera la propagation du feu et des fumées.
  • Sortez par l’issue la plus proche.

Si l’incendie se déclare dans une autre pièce, un autre logement ou dans les parties communes d’un immeuble :

  • Restez chez vous, les fumées dues à l’incendie risquent d’envahir les couloirs et les escaliers (les gaz chauds montent), rendant les dégagements impraticables et dangereux.
  • Fermez la porte de votre logement, mouillez-la  et calfeutrez-la avec un linge humide.
  • Manifestez-vous à la fenêtre, pour que les sapeurs-pompiers puissent vous voir en arrivant sur les lieux.
  • Ne cherchez pas à évacuer à tout prix : évitez les fumées.

Attention, dans tous les cas, si vous devez ouvrir une porte, vérifiez la présence de fumée d’un incendie en prenant un maximum de précautions :

  • Commencez par une ouverture de quelques centimètres, sans chercher à passer la tête, et en vous tenant prêt, immédiatement, à bien refermer la porte. En cas de présence de fumées, celles-ci vont être visibles dès la moindre ouverture.
  • Ne prenez jamais l’ascenseur. Si l’électricité était coupée, vous vous retrouveriez prisonnier. Préférez toujours les escaliers.

Installation de la nouvelle intervenante sociale au sein du commissariat de Sète-Frontignan

À l’occasion de l’ouverture du Grenelle de la lutte contre les violences conjugales dans l’Hérault, mardi 3 septembre 2019, Monsieur Jacques WITKOWSKI, préfet de l’Hérault, et Madame Véronique CALUEBA-RIZZOLO, représentant le président du conseil départemental de l'Hérault, procéderont à l’installation de la nouvelle intervenante sociale au sein du commissariat de Sète-Frontignan, en présence de Monsieur François COMMEINHES, maire de Sète et président de Sète agglopôle méditerranée.commiCapture

 

Le 27 novembre dernier, le président du conseil départemental et le préfet de l’Hérault ont signé les conventions de dernière génération, s’engageant pour une durée de trois ans, pour les quatre postes d’intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie (ISCG) existants.

C’est à l’occasion de cette journée que le département et la préfecture ont acté le financement d'un cinquième poste d'ISCG au sein du commissariat de Sète-Frontignan, fortement investi, depuis des années, dans la prise en charge des victimes de violences faites aux femmes et intrafamiliales.

 

La lutte contre les violences faites aux femmes est une cause prioritaire pour le Département de l’Hérault, conscient depuis longtemps, de l’urgence de la situation. En plus de la présence d’intervenants sociaux dans les commissariats et les gendarmeries depuis 2003 à Montpellier, le Département a financé avec l’État l’ouverture d’un nouveau centre d’hébergement d’urgence à Béziers fin 2018. L’objectif est double : mettre à l’abri les femmes victimes de violences et leurs enfants, et surtout leur permettre de se reconstruire psychologiquement et socialement.

En parallèle, Sète agglopôle méditerranée a mobilisé des fonds afin de permettre le financement des travaux de création d’un bureau dédié à la future ISCG, permettant d’améliorer l’accueil des victimes. Les travaux ont été réalisés par les jeunes de la Mission Locale d’Insertion de Sète.

Les missions et compétences des ISCG, ainsi que leur positionnement font qu’ils jouent un rôle déterminant dans l’accueil du public et l’aide aux victimes.

 

Le Département lance le plan collège et investit 143 M€

Collège Joffre

 

Construire, entretenir et équiper les collèges est une des missions principales du Département  

Pour offrir de bonnes conditions d’études et de travail aux élèves et à leurs enseignants, la collectivité lance un vaste programme de rénovation, le Plan Collège, qui transformera en profondeur les collèges publics de  l’Hérault. Après avoir réalisé début 2019 un diagnostic des établissements, le Département rénovera des bâtiments répondant tous aux normes de l’écoconstruction. L’objectif ? Offrir des conditions de travail exemplaires aux collégiens, dans des locaux adaptés aux personnes à mobilité réduite et aux nouvelles pratiques éducatives.

LE DÉPARTEMENT LANCE UN VASTE PROGRAMME DE RÉNOVATION : LE PLAN COLLÈGE AVEC UN BUDGET QUADRUPLÉ SUR 5 ANS À HAUTEUR DE143 M€

Des travaux pour plus de confort et de sécurité

Collège Joffre à Montpellier

La société DPH34 a repeint près de 7000 m² : le hall d’accueil, les coursives, les couloirs et les salles de classe du Collège Joffre, suivant une palette de couleurs choisie par le principal de l’établissement. D’autres travaux ont également été menés : changement des éclairages (LED), réfection des sols, réorganisation des espaces…L’objectif : rénover l’ensemble de l’établissement.

 

Collège Les Arbourys à Magalas

Construction d’une nouvelle cantine scolaire et transformation de l’ancienne cantine en salles de classe et salle polyvalente.

Budget : 2,5 M€

Livraison fin 2020

 

Collège Louis Cahuzac à Quarante

Restructuration du collège : création de salles de classe et d’une salle de musique, mise en accessibilité des locaux.

Budget : 2,75 M€

Travaux débutés en avril 2018.

Livraison prévue septembre 2019

 

Collège Jean Moulin à Sète

Restructuration de la SEGPA.

Budget : 800 000 €

Achèvement des travaux en septembre 2019

 

Halle de sports du collège Max Rouquette à Saint-André-de-Sangonis

Construction de deux salles : gymnastique et expression libre.

Budget : 1,2 M€

Consultation de l’architecte en cours

 

Halle de sports du collège Simone de Beauvoir à Frontignan

Construction de la halle de sports comportant une grande salle de 44x22 m, une salle de gymnastique et d’expression libre.

Budget : 3,5 M€

Programme en cours de finalisation

 

Halle de sports à Fabrègues

Construction de la halle de sports comportant une grande salle de 44x22 m, des locaux annexes

Budget : 2,3 M€

Programme en cours de finalisation

 

Cantine scolaire du collège Max Rouquette à Saint-André-de-Sangonis

Extension de la demi-pension, modification de la ligne du self, agrandissement de la laverie, modification de la dépose des plateaux.

Budget : 1,3 M€

Démarrage des travaux juillet 2019, Livraison prévue en avril 2020

 

L’accessibilité des collèges

Depuis la construction du collège Ray-Charles de Fabrègues en 2002, site pilote en matière d’acces­sibilité pour tous, le Département de l’Hérault a mis en place une politique ambitieuse d’accessibi­lité de son patrimoine scolaire. Le Département poursuit la mise en œuvre de l’Agenda d’Accessibilité Programmée approuvé en 2016 et qui se poursuit jusqu’en 2024 pour un coût total de 12,2 M€ (dont 1,8 M€ en 2019).

 

L’apprentissage par le numérique

C’est un véritable atout pour la réussite des élèves. Le Département équipe les collèges de postes informatiques toujours plus performants, de dernière génération et offre un accès Internet facilité grâce à un raccordement par fibre optique et un débit garanti d’au moins 10 Mo/s. Ce sont près de 24 M€ qui seront investis sur 5 ans pour déployer les équipements et les infrastructures techniques nécessaires.

 

L’ENT, un outil numérique unique

Depuis la rentrée, les collèges de l’Hérault disposent d’un nouvel Environnement Numérique de Travail (ENT) très ergonomique et rempli d’informations sur chaque établissement. Cet espace plein de nouvelles fonctionnalités est l’interface entre parents et communauté enseignante.

En accès public, l’ENT peut être consulté comme une page web sur l’actualité de chaque collège, sa vie quotidienne, ses événements, etc. 

L’espace privé donne accès à des services personnels tels qu’emploi du temps, agenda, stockage de documents ou création de formulaire. Pour faciliter la vie des parents, des élèves et des professeurs, cet ENT met aussi à disposition des ressources pédagogiques, l’agenda des classes par matière…

La mise en place de ce nouvel outil numérique a été co-pilotée par la Région, l’Académie et le Département. Avec un investissement de 1,26 € par collégien, ce sont quelques 140 000 usagers potentiels entre les élèves, leurs parents, le personnel administratif des collèges et le corps enseignant.

 

Moteur de recherche ECLOSIA 

Le partenariat mis en place avec le Rectorat permet de mettre à disposition des enseignants un socle pédagogique de 100 applications d’enseignements, déployé sur tous les postes informatiques.