échos

24 mai-11 juin : ImageSingulières se consacre à la France

Cette année, ImageSingulières se consacre à la France et à son histoire récente. Cette proposition n’est en rien restrictive, simplement, c’est une volonté affirmée de proposer un état des lieux de notre pays. "Nous sommes dans un temps politique fort et incertain, et nous ne ferons pas l’économie d’un débat nécessaire autour de nos propositions. Une résidence, point d’orgue habituel du festival, a été confiée à la photographe Anne Rearick, originaire de Boston. Son travail, dans la pure lignée de la photographie humaniste américaine, fera l’objet d’un livre, le dixième de la collection Sète". Précise Gilles FAVIER, Directeur artistique d’ImageSingulière.

Le projet participatif LA FRANCE VUE D’ICI que nous menons depuis trois ans avec Mediapart et qui engage une trentaine de photographes et journalistes se termine. Le résultat est impressionnant, les points de vue, les approches se croisent pour un portrait passionnant de l’hexagone. Nous le montrerons dans son ensemble pour la première fois avec une exposition imposante de plusieurs centaines de photographies. Un livre aux éditions de La Martinière et un film porté par la voix de François Morel accompagnent ce projet. La commande publique du Ministère de la Culture « Jeunes - Générations » que nous avons copilotée avec le Cnap sera aussi un pivot de notre programmation avec là encore un livre et une exposition des quinze projets de la commande. Une thématique « Paysans », avec Les Inconnus de la terre, documentaire saisissant de Mario Ruspoli, les portraits noir et blanc de Denis Dailleux, l’émouvant « Face au silence » de Christophe Agou et « Saisons noires » de Julien Coquentin.

« La France travaille » de François Kollar sera aussi à l’honneur avec l’aide de la Parisienne de Photographie - Agence Roger-Viollet à la Maison de l’Image Documentaire. Pascal Dolémieux précoce et talentueux photographe des années quatre-vingt revient en scène avec bien sûr ses classiques, mais aussi ses images couleurs les plus récentes, au Théâtre de la Mer. Thibaut Cuisset, avec « La rue de Paris », un livre publié en 2004, était sorti un peu de ses traces. Il avait documenté avec talent cette artère qui irrigue Montreuil. Nous lui rendrons hommage à la Maison de l’Image Documentaire.

"Nous innoverons cette année avec des ateliers ouverts au public et surtout, un lieu de débat permanent, l’AgoraSingulière, qui permettra aux photographes, aux collectifs, aux institutions de présenter leurs actions dans un lieu scénarisé pour l'occasion. En découvrant la multiplicité des origines de ceux qui faisaient battre le cœur du pays, les ouvriers, et en particulier les mineurs, Paul Valéry, le Sétois, écrivait en 1932 dans une préface de La France travaille : « La terre de France diverse comme le peuple qui l’habite ». Cette phrase pourrait symboliser ImageSingulières comme nous l’aimerions, tolérant et ouvert sur le monde."

Pour connaître le programme : www.imagesingulieres.com/

La grande brocante, c'est ce dimanche

 Initialement prévue le dimanche 28 mai place Stalingrad, la 3éme édition de la grande brocante Sète 1900 aura lieu sur la place Aristide-Briand, le même jour de 10h à 18h. Une journée pour remonter le temps à la Belle époque avec des défilés en costumes, des danses folkloriques, des animations… et plus d'une cinquantaine de brocanteurs et antiquaires de tout le sud de la France. Avis aux amateurs !

brocante-sete1900-antiquite-

Stop aux déchets sur les départementales

Aujourd’hui, trop de déchets viennent entacher les 4685 km de routes départementales et les 121 km de voies cyclables.

Lundi 29 mai prochain, le Département de l’Hérault mobilise 300 agents aux quatre coins du territoire, de 7h30 à 11h30, pour une grande opération symbolique dont l’objectif sera de nettoyer les axes et les zones de repos les plus touchés.

Un constat : des sacs plastiques et des déchets innombrables au bord de routes
Il n’est pas rare de trouver au bord des routes, des sacs plastiques, paquets de cigarettes, bouteilles vides et autres détritus de tout genre. Des épars que les équipes routières du Département ramassent chaque année pour entretenir et sécuriser les voies, notamment avant la grande période de « fauchage » qui débute début juin. Même s’il est impossible à ce jour de les quantifier, les services départementaux relèvent une recrudescence des déchets aux bords des routes.

Plusieurs opérations locales de ramassage des déchets ont déjà été lancées par le Département pour résoudre ce problème. Notamment les deux printemps derniers, des opérations ciblées autour du bassin de Thau avaient mobilisé 30 agents des routes pour retirer 10 m3 de déchets sur une seule journée !

300 agents départementaux mobilisés le même jour aux quatre coins de l’Hérault
Les interventions seront multiples et diverses sur tout l’Hérault : la plaine du Minervois, les Hauts cantons, le Cœur d’Hérault, la plaine du Biterrois, le littoral, les environs de Montpellier, la Petite Camargue, le Pic Saint-Loup, le Lunellois, etc.

Avec une dimension sociale et solidaire, les services du Département ont aussi fait appel à des entreprises de travailleurs handicapés pour les accompagner dans cette démarche :

RD909 entre Faugères et Hérépian avec l’entreprise EAOS, à 10h, rendez-vous à l’aire des Arenasses
Contact : Paul-Claude Arnaud, directeur de l’agence routière - tél 06 02 07 47 86

RD612a à Bessan, avec l’entreprise AVH, à partir de 8 h 30 à l’échangeur autoroutier de la Capucière
Contact : Frédéric Jauch, directeur de l’agence routière tel 06 85 74 77 82

Des panneaux pour sensibiliser les automobilistes
Parce que le Département vise une mobilisation générale, allant au-delà de l’intervention de ses services, des panneaux de signalisation seront installés durant l’opération « nettoyage » pour encourager les usagers à maintenir propres les routes de l’Hérault : Pour de plus belles routes !

Les chiffres clés de l’opération :
26 centres d’exploitation routiers mobilisés
300 agents concernés
340 km de routes nettoyées en une journée
5 ha d’aires de repos nettoyées

HAPPY BOAT FESTIVAL sur le Louis Nocca

Ce samedi 21 mai, les jeunes demandeurs d’emploi de Sète et du Bassin de Thau se mobilisaient pour vous faire partager leurs talents à l’occasion de la première édition du HAPPY BOAT FESTIVAL.

Ce festival s’inscrit dans l’action Initiative pour l’Emploi des Jeunes, financé par le Fonds Social Européen et est une action d’insertion s’inscrivant dans le cadre de la convention de délégation du dispositif Fonds Départemental d’Aide aux Jeunes signée par le Département de l’Hérault et la commune de Sète.

Il est aussi financé en partie par le dispositif Cap Jeune individuel. C’est dans le cadre d’un dispositif Européen nommé « Initiative pour l’emploi des jeunes,(IEJ)," que NOUAS accompagne des demandeurs d’emploi de 16-25 ans vers l’insertion professionnelle.

Le point de départ de ce projet est l’identification, chez ces jeunes de talents et d’énergies créatrices. "Notre volonté est de mettre en lumière ces atouts qui sont pour la plupart du temps ignorés lors de leur recherche d’emploi. Nous souhaitons les accompagner à prendre conscience que, même sans compétences ou expériences professionnelles, ils sont capables de créer, de proposer des activités et de travailler ensemble pour la réussite d’un événement. La dimension artistique est un levier permettant de les faire travailler ensemble et les rendre acteurs, c’est un projet fait par et pour les jeunes et en partenariat avec les acteurs de la jeunesse." précisaient les organisateurs.

Ce projet était l’occasion de créer des espaces de partage, d’échange et d’entre-aide dans le but de développer la capacité d’agir de ces jeunes.

Happy boat festival-le talent Sétois était un événement durant lequel ils pouvaient exprimer leurs passions et se mettre en scène. Certains, détenteurs d’un art, animaient des ateliers (musique, danse, dessin, photo, graffs, etc.), d’autres participaient à l’organisation et l’encadrement de la manifestation. La dimension artistique est pour eux un levier permettant de les faire travailler ensemble et les rendre acteurs, c’était donc un projet fait par et pour les jeunes et en partenariat avec les acteurs de la jeunesse.

Avec la Diffusion de courts métrages réalisés par les jeunes, l'écriture de poèmes des activités musicales et théâtrales, avec le départ d'un circuit touristique et des Battle ainsi que des démonstrations de BMX, de Graffs et d'Open Mic, la journée a connu un grand succès sur un chalutier bien vivant, un happy boat ouvert aux visiteurs.

Et le partage s'est poursuivi par un petit apéritif qui permettait aux jeunes de remercier tous ceux qui les avaient aidés pour mettre au point cette journée.

La pêche au thon : c'est le grand jour

Les premiers thoniers senneurs ont quitté Sète pour une nouvelle campagne  alors que la saison de pêche palangrière du thon rouge a démarré le 21 mars sous les meilleurs auspices avec un poisson abondant au rendez-vous. Après un mois 1/2 de calme (reproduction des thons) la pêche palangrière devrait retrouver une situation satisfaisante.

François Commeinhes, sénateur-Maire de Sète, et Bertrand Werling , président de la SATHOAN, avaient le plaisir d’accueillir Didier Mandelli, sénateur de Vendée et rapporteur de la loi " Économie Bleue" promulguée le 20 juin 2016, ce lundi 22 mai 2017.

Ce fut l'occasion pour de nombreux acteurs et partenaires ou décideurs de partager une journée de découverte de la pêcherie de thon rouge méditerranéenne, à la veille de l’appareillage des thoniers senneurs, pour la campagne de pêche 2017. Cette loi précise vise à renforcer la compétitivité des exploitations maritimes et des ports de commerce.

Elle s'inscrit dans un mouvement, jugé par ses auteurs plus que jamais nécessaire, de refondation de la politique maritime de la France. Le texte prévoit notamment : la création d’un « permis d’armement » issu de la fusion du rôle d’équipage et du permis de circulation, la création dans chaque grand port maritime d’un conseil de développement assurant la coordination entre investissements publics et privés. pour en savoir plus : https://www.senat.fr/dossier-legislatif/ppl15-370.html


Après que François Commeinhes ait présenté Didier Mandelli tout en se félicitant  qu'une telle journée ait pu être organisée à propos dune pêche qui représente à Sète une activité majeure avec plus de 15 thoniers qui lui sont attachés et de nombreux palangriers, à la prud’homie de Sète, Bertrand Wendling Directeur Général de la SA.THO.AN, Société coopérative Maritime des pêcheurs de Sète-Môle présentait la situation du thon rouge en Méditerranée en 2017 et de sa pêcherie (senne et métiers de l’hameçon). François Commeinhes souhaiterait "qu'un plan National soit développé pour la pêche et le littoral", une nécessité pour permettre la création de très nombreux emplois.

"2017 fera date pour une nouvelle évaluation scientifique internationale de l’état du stock de Thon rouge qui devrait confirmer que les objectifs du Plan pluriannuel de reconstitution de cette espèce auront été atteints avec 7 ans d’avance. Ce succès, qui se traduit notamment par un poisson au rendez-vous en ce printemps 2017, est dû à la conjugaison des efforts des différentes pêcheries de Thon rouge et du renforcement de l’efficacité des contrôles, qui en font les pêcheries parmi les plus contrôlées au monde à tous les stades de la filière, de la capture à la commercialisation, en particulier pour la pêche à la senne. Après plusieurs années de surcapacité de la flotte thonière avec des risques élevés de surexploitation, le Comité scientifique de la Commission Internationale de Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT) a constaté en 2015 une biomasse en forte augmentation des thons rouges de l’Atlantique et de la Méditerranée : le stock a alors été estimé à près de 600 000 tonnes, soit quatre fois plus que ce qui était observé au milieu des années 2000."

"Cette évolution positive consécutive à une situation désormais contrôlée incite la SATHOAN, à poursuivre ses efforts.A savoir, L’Organisation de Producteurs SATHOAN représente l’ensemble des métiers ciblant le Thon rouge : canneurs, ligneurs, palangriers, palangriers hauturiers, et senneurs ; elle détient environ 55 % des Autorisations Européennes de Pêche en Méditerranée ainsi que plus de la moitié du quota de Thon Rouge français. Après être revenu sur l'histoire de la pêche au thon rouge en Méditerranée, et particulièrement sur son évolution depuis les années 90, il était fait le point sur les quotas et sur leurs évolutions au cours des ans, tandis que parallèlement, le filet maillant dérivant fut interdit à partir de 2002 mais disparut pleinement en 2007. En 2017, elle représente un quota de 4187 tonnes avec 10% en Atlantique, 89% en méditerranée (3326 T) et1% pour la plaisance. Deux types de pêche : une pêche à la Senne tournante coulissante (poissons vivant-marché japonais), une autre à l'hameçon (marché du frais local). A noter le développement d'une pêcherie artisanale sur la Méditerranée avec 107 licences, pour un quota de 392 t en 2017."

La pêche se fait dans des conditions fixées par les lois et bien qu'ayant été au coeur des débats pendant plusieurs années elle survit en apprenant à corriger les erreurs du passé et elle s'amélore au contact de partenaires scientifiques avec plusieurs objectifs : améliorer l'image du secteur avec un dispositif de suivi et d'encadrement, en créant une marque collective, en étant transparente et en prenant en compte toutes les contraintes techniques et environnementales... Il y a donc besoin de développer des études scientifiques avec un fort investissement du milieu professionnel qui compte déjà 4 programmes scientifiques sur les pêcheries artisanales.

L'on s'oriente donc vers une Eco-Certification avec des règles précises pour valoriser cette pêche, avec des relations raisonnées avec les organisations de défense de l'environnement, accompagnée de moyens pour que société civile et grand public assurent la promotion de cette démarche. Des sites sont déjà à leur disposition :

Pour accéder au dossier de presse complet: cliquez ici.

Observer : "La pêche au Thon rouge" : 5 vidéos

S'en suivait une présentation des actions en cours (dont démarche liée à la marque Thon Rouge de Ligne et programmes de collaboration avec les scientifiques) par un spécialiste de l'Ifremer, qui souhaitent avec les techniques modernes, avec le marquage des thons et à l'aide de balises en apprendre beaucoup plus sur le Thon et surtout sur ses déplacements au fil des mois et des saisons.

 

C'était le moment pour Bertrand Werling et pour certains décideurs ou partenaires comme pour Raphaël Scannapieco le prud’homme Major du port de Sète de préciser  les enjeux à venir et les attentes de la profession avec des échanges sur les quotas, la démarche qualité ou les partenariats scientifiques d'une pêche moderne et respectueuse, qui a retrouvé un équilibre socio-économique qui demeure néanmoins fragile.

Entre l'éolien en mer qui va se développer, entre le tourisme, les zones maritimes protégées, l'impossibilité actuelle de pratiquer l'élevage de thons en méditerranée et les quotas la situation est loin d'être simple pour les Les patron de thonier qui de plus ne peuvent pêcher que durant un temps limité, certains thoniers n'ayant pas la possibilité de sortir de l'année. La pêche au thon pour les Sétois n'est donc pas industrielle, comme le précisait certains patrons. Elle est sous contrôle, durant un mois.

Direction la criée pour la visite d’un senneur qui permettait des échanges avec l’équipage du Jean-Marie Christian, sur le départ. En général les patrons travaillent en famille et pilotent eux-mêmes leurs bateaux.

Une nouvelle occasion de faire le point sur le présent pas toujours rose avec par exemple pour trois thoniers, un autre qui assure le transfert des thons vers les ports. S'en suivait la visite d’un palangrier, le Panthère 3, celui de Renaud Fréjafont, qui en est propriétaire et qui arrive à vivre correctement de sa pêche avec celui qui l'accompagne.

Il pêche à environ 10 miles de la côte de 15 h au coucher du soleil, et quand il rentre au port, même s'il est très tard, il doit déclarer sa pêche au "CNSP" ou aux autorités compétentes.

Ce sont en général des thons de 70 kg qui sont pêchés sachant qu'il a un quota de 15 tonnes pour l'année. Et pour l'instant, les objectifs sont atteints proportionnellement.

Après avoir pris le chemin des bureaux du SATHOAN autour de mets à base de thon était servi un cocktail déjeunatoire.

Nouveau car-ferry

Tanger son deuxième car-ferry sur la ligne Tanger Med-Algésiras. Sète et Alméria sont annoncés d'ici 2019. Avec comme principaux actionnaires BMCE Bank of Africa (51%) et le groupe grecAttica (49%) très présent en Grèce et en Italie, AML renforce sa flotte sur le détroit de Gibraltar et confirme ses plans pour de nouvelles lignes entre Tanger et Sète, Nador-Sète et Nador-Alméria. D'un investissement de départ de 250 MDH (environ 25 M Euros), le montant doit atteindre 1,5 MMDH (150 M Euros) d'ici 2019.

Rencontre avec les thoniers

 Avec son collègue sénateur Didier Mandelli, rapporteur de la loi sur l'économie bleue, Francois Commeinhes a rencontre des professionnels et représentants de la filière de la pêche au thon, emblématique du port de Sète qui rassemble la grande majorité des senneurs de Méditerranée en partance cette semaine pour un mois de campagne. Échanges sur les quotas, la démarche qualité ou les partenariats scientifiques d'une pêche moderne et respectueuse, qui a retrouvé un équilibre socio-économique qui demeure néanmoins fragile.

Scène Nationale : Yvon Tranchant va passer le relais

A la fin de la saison théâtrale de la Scène Nationale de Sète et de la CABT, après avoir pris soin, en accord avec Sandrine Mini qui va lui succeder comme Directeur du Théâtre de Sète et de la Scène Nationale, de finaliser la programmation de la saison 2017/2018, Yvon Tranchant va quitter son poste et prendre du recul pour pouvoir lâcher prise après plus de 44 ans d'une vie prioritairement réservée au monde du théâtre.

"Ce sera un changement complet, avec une envie de lever le pied et de souffler un peu, après m'être investit pleinement dans un univers que le destin m'a permis de découvrir puis d'explorer. Ce sera le moment, comme pour tous, de dresser un bilan personnel, mais c'est aussi excitant d'avoir la possibilité de s'ouvrir vers d'autres "mondes"."

Et Celui du spectacle, il l'a découvert grâce à l’éducation populaire. Pour gagner sa vie, jusqu'à 20 ans il sera animateur de villages de vacances, de centres de loisirs. Il croisera alors le démon du théâtre. Un Conseiller d'éducation le lui fera connaître. Et découvrant ce milieu formidable, il ira de stages en ateliers jusqu'à obtenir un 1er poste d'animateur de théâtre avec près de 40 à 50 personnes régulièrement dans ses cours.

"Acteur, animateur, je pensais qu'il y avait un lien entre cet univers du spectacle et un certain art de vivre, en se représentant le monde autrement. Une approche idéologique et "politique" du "Spectacle" qui s'est perdu à peu dans une société qui s'est orientée vers la rentabilité".

L’ascenseur social, lui permettra de passer de la socio-culture à la culture. Mais jusqu'au dernier spectacle dont il aura la responsabilité Yvon prendra soin que ceux-ci aient du succès pour valoriser le travail de la troupe ou du groupe, pour que celui du personnel du théâtre Molière soit récompensé et surtout pour que les spectateurs éprouvent un grand plaisir.

C'est dans cette optique qu'il aura dirigé 7 théâtres, dont ' Scènes Nationales. Très jeune, le Maire de Poitiers lui proposera la direction du théâtre de la ville. Des succès, des échecs, puis parallèlement des responsabilités en tant qu'attaché culturel et il prendra la Direction du Théâtre de Conflent Saint Honorine puis de Cergy Pontoise ou il sera Directeur Adjoint de la Scène Nationale. En 40 ans, dans le domaine culturel, après avoir dirigé le centre dramatique de Caen il aura été directeur de trois Scènes Nationales (Cergy, Le Havre, Sète) . Un très beau parcours, une très belle réussite d'autant que comme il le précise, "j'ai tout appris sur le tas". "J'ai vu plus de 150 spectacles par an, mais surtout j'ai essayé d'être pluri-disciplinaire ce qui m'a permis de diversifier ma vigilance sur ceux-ci, en ayant certains indicateurs. Attentif à ce que le public reçoit, j'ai été exigeant pour proposer des programmes éclectiques, diversifiés,en alternant l'humour et le sérieux..."

A Sète depuis 14 ans, car le destin a voulu que la Direction de la Scène Nationale se libère au bon moment, il s'y est épanoui pleinement : dans notre belle région, il a apprécié l'Ile singulière et son côté portuaire mais aussi son caractère local, sa spécificité culturelle et savante et même son ouverture au tourisme. Ce fut pour lui un grand plaisir, avec Thau Agglo et la Marie de Sète qui l'ont aidé particulièrement à assurer le développement et le rayonnement de la Scène Nationale de Sète et maintenant d'une CABT plus étendue. Un développement considérable avec un effet centrifuge autour du théâtre Molière mais aussi centripète pour attirer un public venant nombreux de Montpellier.

"La décentralisation de certains spectacles enfants ou adultes, l'ouverture d'un pôle culturel sur Mireval avec un outil de production et de soutien aux artistes qui pourront créer, répéter, le soutien par des mécènes et celui du club d'entreprises, sont autant de bases qui assurent à la Scène un bel avenir pour poursuivre le travail en cours. Je suis certain que Sandrine Mini qui de plus connaît très bien les réseaux dans le Monde du spectacle et de la Culture saura la faire briller. Ce sera un renouveau, sachant qu'elle peut compter sur une équipe solide avec pour l'an prochain une programmation déjà prête qui devrait plaire au plus grand nombre."

Pour Yvon Tranchant qui aura eu l'occasion de rencontrer dans tous les domaines, et même parmi les spectateurs, des personnages extraordinaires, le démon du spectacle ne va pas s'éteindre tout à fait. Il va respirer, prendre le temps de vivre avec sa famille, profiter de plaisirs simples comme se balader ou apprécier la Nature. Toujours animateur, fidèle à ce qui l'a toujours guidé il restera disponible pour accompagner certains projets. Un passage de relais que tous ceux qui ont côtoyé la Scène Nationale vivront avec un pincement au cœur, mais le spectacle continuera. Chapeau bas Monsieur Tranchant.

L'Hérault rafle 22 labels "Pavillon bleu"

Illustration 1 Ce label, créé en 1985, récompense chaque année la bonne gestion de l'environnement, des déchets et de l'eau dans les communes et plages candidates. Aujourd'hui présent dans 47 pays sur tous les continents, le Pavillon Bleu est devenu une référence dans les domaines du tourisme, de l'environnement et du développement durable. L'Hérault rafle 22 labels sur les 53 labels remportées sur l'ensemble de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée. Il s'illustre pour la qualité de ses eaux et de son environnement.

Les plages labellisées:

  • Agde (Grau d'Agde, La Tamarissière, Le Môle, Les Battuts, plage naturiste, Richelieu, Rochelongue, Saint Vincent, La Roquille, La Plagette, Héliopolis),
  • Clermont-l'Hérault (plage de Clermont-l'Hérault, Lac du Salagou),
  • Frontignan la Peyrade (entrée, Port rives ouest et est, Plaisanciers, Les Aresquiers),
  • La Grande Motte (Grand Travers, Plage du Couchant Plage de la Rose des Sables, Point Zéro, Saint-Clair),
  • Marseillan (Plage d'honneur, Robinson), - Mauguio Carnon (Carnon Centre, Carnon Degrasse, L'Avranche, les Dunes),
  • Palavas-les-Flots (Rive Gauche - Le Grec, Rive droite - Saint-Pierre et L'Albatros, Rive Gauche- Saint Maurice-Saint Roch),
  • Portiragnes (La Redoute, Le Bosque), - Sérignan (Sérignan Plage),
  • Sète (Castellas, 3 Digues, Plages du Lido, de La Fontaine, Lazaret, La Baleine),
  • Valras-Plage (Les Mouettes, Casino, Poste de Secours central, De Gaulle),
  • Vias-Plage (Plage de la Farinette)
  • Villeneuve-lès-Maguelone (Maguelone Est et Ouest).
 

les ports labellisés

  • Port de plaisance de Frontignan,
  • Port de Bouzigues,
  • Port de Palavas-les-Flots,
  • Port de plaisance de Carnon,
  • Port de la Grande Motte,
  • Port de plaisance du Cap d'Agde,
  • Port de Marseillan plage,
  • Port de Marseillan ville,
  • Port départemental Vendres en domitienne.

 

 "Les ports de plaisance et les communes labellisés sont engagés dans une démarche d'excellence environnementale que nous soutenons et qui contribue à notre stratégie en faveur de la croissance bleue", a notamment déclaré Carole Delga, présidente de la Région. "Avec ses 215 kilomètres de littoral et 40 000 hectares de lagunes, ses trois ports de commerce, ses 66 ports de plaisance et la première flottille de pêche de Méditerranée, notre région offre aux touristes et plaisanciers une grande variété de sites, depuis les plages et ports de plaisance de Méditerranée jusqu'aux lacs de Lozère, de l'Aveyron, du Tarn et du Tarn-et-Garonne, sans oublier les ports fluviaux situés sur le Canal du Midi ». « Pour renforcer ces atouts, a ajouté la présidente de Région, nous pouvons compter sur nos outils puissants, le Parlement de la Mer et le Parc naturel marin, mais aussi notre Plan littoral 21 dont j'ai lancé les premières mesures concrètes en avril dernier. Doté de plus d'un milliard d'€, dont 218,5 M€ de l'État et 300 M€ de la Région, nous poursuivons un seul objectif : intervenir de manière positive et concrète, sur le moyen et le long terme, en faveur du littoral et de la croissance de l'économie bleue dans la Région. Le Plan Littoral 21 est le fer de lance d'une approche innovante. Nous allons notamment soutenir des expérimentations telles que la création d'une zone d'hébergement flottant en partenariat avec les ports de plaisance et l'industrie nautique régionale, ou l'installation de haltes éphémères TER pour accéder aux plages en période estivale".

 

L'Hopital de Sète s'agrandit

Depuis lundi 15 mai, la chirurgie orthopédique et traumatologique dispose de nouveaux espaces de consultations et de soins externes.

Situés dans le couloir à gauche du hall principal de l’hôpital St Clair, des bureaux et salles d’examens sont désormais entièrement dédiés à cette activité, en proximité immédiate des consultations de prise en charge de la douleur chronique, d’anesthésie, de chirurgie ophtalmologique, ORL, viscérale et urologique, des secrétariats différenciés permettant d’optimiser l’accueil des patients.

S’y ajoute une nouveauté, la création d’un salon d’accueil équipé de fauteuils relaxants. Il est destiné aux patients devant réaliser un bilan avant ou après intervention chirurgicale. Pour réaliser divers examens et/ou consultations spécialisées et éviter plusieurs déplacements, ceux-ci sont coordonnés par une infirmière et regroupés sur une seule demi-journée.

La finalité de ces aménagements est d’améliorer l’accueil, l’attente, le confort et la réalisation des examens des patients ainsi que les conditions de travail des professionnels. Les superficies d’attente et de consultations sont augmentées d’un tiers et les locaux sont entièrement climatisés.

Pour joindre la consultation de chirurgie et traumatologie par téléphone : 04 67 46 57 57

La République En Marche : Christophe Euzet

7ème circonscription

Ce jeudi soir 18 mai, Christophe Euzet, candidat de "La République En Marche" dans la 7ème circonscription de l'Hérault et son suppléant William Nicolas, lançaient leur campagne pour les législatives. Une cinquantaine de personnes était venue pour l'occasion à la Halle des sports Maurice Vié à Sète.

Euzet est un nom qui parle aux sétois. Honoré Euzet, républicain qui s’opposa dans sa jeunesse au régime impérial de Louis-Napoléon Bonaparte, fut élu maire de Sète en 1895. Réélu à trois reprises il marqua une époque. Une rue porte son nom à Sète depuis 1927.

Christophe Euzet, lui, n’est pas né à Sète mais il y conserve ses racines et de nombreuses attaches familiales et amicales.
Docteur en droit public, il est actuellement enseignant-chercheur à l’Université de Perpignan. On lui doit plusieurs textes de référence. Entre autres, il a dirigé l’ouvrage "Comment la France d'aujourd'hui est-elle gouvernée ?" une analyse pertinente de la réalité du pouvoir dans la société contemporaine. Il est aussi un spécialiste des "valeurs républicaines" et des questions de laïcité.

Christophe Euzet, ayant une pratique concrète du milieu associatif et de divers groupements au service des PME, a expliqué à son auditoire pourquoi la démarche d’Emmanuel Macron avec son mouvement En Marche a été pour lui un révélateur de la nécessité de "Faire avancer une France qui est au point mort" avec une classe politique qui a oublié en grande partie les idées fondatrices de 1789.

C’est bien une nouvelle dynamique qui est recherchée, une nouvelle forme de « révolution », démocratique et pragmatique, telle que la propose Emmanuel Macron. Pendant cette campagne, Christophe Euzet entend ainsi expliquer à la population de la 7ème circonscription le programme et les propositions du nouveau Président de la République.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon