Le chantier d'insertion textile a besoin de vous

ZZZZIMG_20210222_113556Installée sur le quartier de l’Ile de Thau à Sète, au 79 Avenue Saint Exupéry la « recyclerie textile » ou plutôt, le chantier d'insertion textile  a besoin de vos apports en vêtements et chaussures pour bien fonctionner...

“La Tikbout du vêtement”, cet équipement co-financé par « Sète agglopôle méditerranée » dans le cadre d’un chantier d’insertion intercommunal et géré par la Ligue de l’Enseignement, récupère des vêtements qui sont remis en état puis revendus à un prix modeste via la boutique située sur place et ouverte à tous. Mais aussi toutes sortes de textiles...

A noter que le financement se fait aussi par l'Etat, la Région, le Département et que d'autres partenaires non-financeurs sont associés à ce chantier d'insertion comme le Pôle Emploi...

Autour de Jonathan Level et de Nathalie Veyre, deux encadrants de la Ligue de l'Enseignement, plus de 31 personnes actuellement en formation (en principe 20) avec 2 équipes qui se chevauchent, vu la conjoncture. ZZZZZZIMG_20210222_113255

Ces personnes sont en CDDI (Contrat Déterminé d'Insertion).

Entre ateliers et formations dispensées par des formateurs de la Ligue, les participants ont le choix entre deux options : celle d'assistant de vie aux familles et celle d'ECM (Employé Commercial en Magasin). Cela leur permet d'acquérir un diplôme, un titre professionnel du Ministère, en ayant une qualification de niveau 3 (CAP/ BEP), avec aussi une remise à niveau et un accompagnement socio-professionnel.

En faisant don de vos vêtements, vous contribuerez à la formation qualifiante de personnes en parcours d’insertion et à la solidarité territoriale.ZZZZIMG_20210222_113743

Le local est situé quartier de l’Ile de Thau, à Sète, 79 avenue Antoine de Saint-Exupéry (résidence le Globe à gauche après le porche).

Vous pouvez les contacter au 04 67 51 06 15.

Vous permettrez à ces personnes éloignées de l'emploi (sur tout le secteur du Bassin de Thau et même au-delà), de s'en rapprocher.  

Sur l’Île de Thau, toutes des petites mains donnent une nouvelle vie auxs vêtements. Une fois triés, lavés, recousus si nécessaire, et repassés, ils sont revendus à des prix modiques (1,5 € à 5 €) dans “la Tikbou du vêtement”.

C'est donc un commerce mais aussi un centre de formation bien opérationnel qui vous attend...

 Âgés de 18 ans à l'âge de la retraite, ces femmes et ces hommes sont entre-autres, bénéficiaires du RSA, chômeurs de longue durée, jeunes en situation précaire, femmes au foyer désirant reprendre une activité professionnelle après avoir élevé leurs enfants…

Depuis qu’elle existe en 2012, “La Tikbout” a permis à près de 220 personnes de retrouver le chemin de l’emploi (environ 70 % des participants) .

La Tikbout est ouverte les lundis et vendredis de 9 h à 17 h

 04 67 51 06 15. (Bientôt un site Internet).

Facebook :

La tikbou du vêtement

N'hésitez pas, ils ont besoin de vous et à l'occasion vous vous ferez plaisir en repartant avec une belle chemise, une paire de chaussures, un manteau.....

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon