Du 13 au 20 juillet festival Jazz à Sète

En 1985, Louis Martinez, un passionné de jazz, organise deux soirées au Théâtre de la Mer. A l’affiche : Jimmy Gourley trio, Frédéric Sylvestre et Jacques Vidal. Les concerts, de 1986 à 1987, ont eu lieu au jardin du Château d’Eau. On y applaudissait alors gratuitement Sixun, Michel Petrucciani, Steve Grossman, René Urtreger, Christian Escoudé, Charles Tyler et de nombreux groupes régionaux. À partir de 1988, et jusqu’en 1991, le festival se déroule sur une semaine.Slide d'accueil

Le public suit au Théâtre de la mer où Ray Charles, Stéphane Grappelli (l’année de ses 80 ans), Paco de Lucia, Mickael Brecker, Tania Maria, Martial Solal, Dee-Dee Bridgewater, entre autres, laissent une empreinte inoubliable. En 1996, après un break de 4 ans, la Municipalité demande à Louis de créer l’association « Jazz à Sète » et de relancer le festival. Louis s’entoure d’une équipe de passionnés dont le noyau dur est toujours présent aujourd’hui.

Le festival aujourd'hui C’est 7 jours de production et 15 groupes au théâtre de la Mer, 8 groupes en ville, 7 groupes à la Ola et des rencontres à la médiathèque entre 11h et 12h15 avec des artistes invités au festival. C’est aussi des projections de films et des écoutes à la médiathèque tout au long de l’année. Aux artistes cités, on peut rajouter : Georges Benson, Winton Marsalis, Boby Mc Ferrin, Chick Corea, Herbie Hancock, Mélody Gardot, Wayne Shorter, Jurassic 5, Christian Scott, Snarky Puppy, Diana Krall, Dr John, Avishai Cohen, Grégory Porter, Beth Hart, Cory Henry, Trombone Shorty, Kyle eastwood, Vintage Trouble, Stanley Clarke...

jazz2017Capture

"Au fil des années, l'aventure du festival se prolonge avec la même passion. Celle de fabriquer des moments de vie et de suspendre le temps en portant la musique que nous aimons et en accueillant des artistes qui font du jazz un art en perpétuelle mutation et une expression des idéaux comme la fraternité, l'anticonformisme, la liberté d'expression et toutes les contradictions du monde dans lequel nous vivons. En 2016, nous avons instauré avec l'aide de la Communauté d'agglomération du bassin de Thau, la Médiathèque Mitterrand et la MJC la Passerelle, les Rencontres du festival : échanges des artistes avec le public, concerts gratuits en ville et enfin un stage pour adolescents durant la période du festival. Sans cesse renouvelée, l'équipe de JAZZ A SETE est heureuse de vous accompagner pour sa 22ème édition au Théâtre de la Mer et au cœur même de notre cité singulière, incontournable lieu." Précise Louis Martinez.

Pour tout savoir sur le festival : http://www.jazzasete.com/programme-2017

La cocotte-minute va-t-elle bientôt siffler ?

Depuis des siècles, partout en Europe, les causes profondes des révoltes sont toujours les mêmes : un État avec des caisses vides, un endettement abyssal, une fiscalité écrasante, des inégalités et une insécurité croissantes. Dans un tel contexte c’est le plus souvent la jeunesse, sans perspective d’avenir, qui déclenche le processus insurrectionnel.
Selon l’INSEE, la France compte près de 9 millions de personnes vivant en deçà du seuil de pauvreté. La moitié d’entre elles sont des jeunes de moins de 30 ans, chômeurs, stagiaires, précaires allant de petits boulots en petits boulots. La situation dans le Midi est plus dégradée encore que dans le reste du pays et dans certaines villes de l’Hérault le chômage des jeunes dépasse même les 50%. .Dans ce contexte, un sondage indique que les deux tiers des 18-34 ans sont prêts à un mouvement de révolte de grande ampleur...

» suite de l'édito

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon