Du côté de Sète, du nouveau pour le projet Valdora

Une expérimentation intitulée : « Valorisation des daurades sauvages dans l’étang de Thau ».point 10 07 17DSC_0288 (17)

Invité par les 3 pêcheurs sétois associés dans cette expérience (Robert Rumeau, Kévin Henri et Denis Talano), un parterre de partenaires s’est retrouvé dans le quartier de la Pointe Courte pour une information sur l‘avancée du projet, chez André Lubrano.

Ce fut aussi l’occasion de rencontrer 3 pêcheurs venus tout droit d’Italie, de Toscane, précisément d’Orbetello, afin de réfléchir à un programme de jumelage. Après toute une série de remerciements adressés à leurs partenaires, sans qui le projet n’aurait jamais pu exister, Robert Rumeau a défini les avancées du projet Valdora.

8-Opration daurades 2 - octobre 2016 vido 57

"Après les captures de daurades d’octobre 2016 et leur transfert dans des bassins de la société Murex de Sète, il s’avère que les poissons ont bien supporté la transplantation. Il n’a été remarqué aucune mortalité depuis cette date. Dorénavant tous les efforts sont tournés vers la fabrication de cages de capture (et non de stockage). La prochaine étape à venir sera de renouveler les captures en octobre prochain, lors de la migration annuelle des daurades. Les poissons capturés seront aussitôt dirigés vers les bassins de la société Murex pour une meilleure efficacité."

Il a été prévu d’adopter une densité maximum de 15 kilos de poissons par mètre cube, aussi bien dans les cages de capture que dans les bassins.

D’ores et déjà il a été déterminé un nombre de 6 cages avec différents paramètres permettant ainsi de continuer à tester la faisabilité du projet.

Il ne reste plus qu’à attendre octobre 2017 pour renouveler l’expérience qui feront avancer « Valdora ».

« Thau-infos » sera naturellement présent pour couvrir la poursuite de cette expérience.

La visite que les 3 pêcheurs associés de Sète ont réalisé chez leurs homologues d’Orbetello leur a permis de mieux cerner ce qu’il serait possible de faire du côté de l’étang de Thau. (Relire « Les pêcheurs sétois en visite en Italie » sur http://thau-infos.fr/index.php/edito-du-mois/anciens-editos/23721-les-pecheurs-setois-en-visite-en-italie).

Car située en pleine Maremme, depuis 1971 la lagune est devenue une aire protégée gérée par le Fond mondial pour l’Environnement, qui en défend l’écosystème nécessaire à la survivance de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs. La Lagune d'Orbetello. Cette magnifique aire naturelle est en grande partie revêtue de maquis méditerranéen et est dominée par le mont Argentario de 635 mètres de haut. Trois fines bandes de sable entourent le refuge d’oiseaux d’Orbetello et relient la côte au promontoire de l’Argentario, un endroit enchanté offrant des cadres naturels exceptionnels.Schermata 2015-09-16 alle 21.40.11

Les pêcheurs sont plus de 58, associés dans une coopérative, ils ont un laboratoire pour la transformation, ils gèrent un magasin, un marché aux poissons, un couvoir de bars et dorades pour le repeuplement et ils produisent la boutargue, filets fumés de mulet lippu et d’anguille, et le soir ils ouvrent le petit restaurant au bord de la lagune où ils servent le poisson pêché pendant la journée et cuit façon Orbetello. Depuis quelques années, ils offrent un service de pêchetourisme : avec un navire ad hoc on peut explorer la lagune jusqu’aux bordigues, point d’intersection entre les eaux marines et les eaux lagunaires où l’on pêche les mulets lippus.a coopérative des pêcheurs d’Orbetello.point 10 07 17DSC_0297 (13)

La coopérative des pêcheurs d’Orbetello gère aussi le restaurant «I Pescatori » qui a été construit dans les écuries de la forteresse espagnole du 18ème siècle. Dans la cuisine et dans la salle, il y les membres de la coopérative: la carte, qui change selon les produits de la saison de pêche, prévoit des spécialités avec la boutargue de mulet lippu, anguille fumée, bonite commune. La Boutargue d’Orbetello a été inscrite parmi les Produits de l’Arche du Goût de la Fondation Slow Food pour la Biodiversité Onlus. Cette reconnaissance veut supporter la valorisation des produits et sauvegarder vivant et sain l’habitat de la lagune.

Le contexte italien est particulier avec un étang bien plus petit ainsi que des profondeurs d’eau moindre mais la vision de la valorisation des poissons a donné quelques idées à nos pêcheurs locaux.

Il découle de cette rencontre que les pêcheurs italiens et sétois envisagent un jumelage qui sera profitable aux deux groupes de pêcheurs.

 

Comme le dit si bien l’adage « L’Union fait la Force » et nos pêcheurs l’ont bien compris dans ces temps difficiles où la pêche traditionnelle est menacée.

Pour en savoir plus sur la pêcherie d'Orbotello en Toscane : https://www.gourmethica.com/collections/pescatori-di-orbetello et http://www.fisheat.it/toscane-lagune-dorbetello-peche-et-bien-plus-encorepoint 10 07 17DSC_0262 (41)

 

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

Avec l'APAVH, Doudou et Loulou sont à l'adoption

bagTrès fusionnels, nous adorons dormir l'un sur l'autre, nous chamailler, nous amuser... la vie à deux est belle et on ne compte pas se séparer, impossible! En d'autres termes, on regarde tous les deux dans la même direction... on ne peut pas prendre des chemins différents..Si l'un ne voit pas l'autre, c'est panique à bord! Donc il nous faut une famille pour nous deux!
"Nous sommes un peu craintifs, même si nous avons fait d'énormes progrès, surtout moi doudou.. j'ai de la réserve.... mais je m'améliore ... mon frère est beaucoup plus téméraire que moi... il n'hésite pas à aller ronronner dans le lit avec les humains! Je vais y venir, mais j'ai encore besoin de temps.
Nous sommes des bébés très très joueurs et trèèèèèès gourmands, tout y passe... jambon, thon, poisson, pâtée, miam miam!!! Une grande terrasse ou un jardin est nécessaire afin que l'on dépense toute l'énergie que l'on à revendre..."

» associations