Thau Maritima, Une infrastructure unique et performante qui s’adaptera au territoire

Ce Mardi 13 mars 2018 avait lieu une présentation de la Station d’épuration des Eaux Blanches en lien avec l’épisode climatique des derniers jours.

En effet le territoire a subi des intempéries exceptionnelles il y a plus de 10 jours, avec des épisodes pluviaux décennaux et des ruissellements conséquents de rivières et ruisseaux qui rejoignent les réseaux.

Si il n’y a pas eu de dysfonctionnements constatés. Le réseau est actuellement en saturation compte tenu de cette pluviométrie intense mais également de la présence dans les réseaux de lingettes qui occasionnent des bouchons régulièrement.

stepP1020224

François Commeinhes, Président de Sète Agglopôle Méditerranée, a tenu à préciser que Cette situation montre la nécessité des investissements de Sète Agglôpole méditerranée avec Thau Maritima et la construction d’une nouvelle station qui, en 2022, traitera 5.3 millions de m3 d’eaux usées et 2 millions de m3 d’eaux pluviales lors de pluies d’intensité modérée.

Ce projet d’inscrit sur le périmètre des communes de Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Bouzigues, Frontignan, Gigean, Poussan et Sète.

Ce sera un projet majeur pour le territoire de Sète agglopôle méditerranée avec la réalisation projetée de la nouvelle  station d’épuration « Thau Maritima ».

 

marit48Capture

La présentation de la station actuelle des eaux blanches s’est déroulée en présence de François Commeinhes, de Jany Arnal, Directrice régionale Eau en Occitanie – SUEZ de Grégory Collet, Directeur d’agence Thau méditerranée, de Christophe Jalabert, Expert Eau et Assainissement, de Laurent Paquié, Responsable des travaux et de Jean-Pierre Hangouet, Directeur.

Grégory Collet, directeur d’agence Thau Méditerranée – SUEZ a animé la visite de la Step actuelle tout en présentant le futur plan d’implantation de la nouvelle structure : Il faut retenir qu’actuellement la STEP tourne au maximum pour traiter toutes les eaux qui par les réseaux parviennent jusqu’au site.

stepP1020217

Lors des travaux à venir, la STEP actuelle continuera à fonctionner car l’on ne peut envisager un arrêt même momentané.

Un film sur le projet de la future station Thau Maritima donnait un premier aperçu de la nouvelle structure car Thau Maritima a été retenue comme délégataire du service public de l’assainissement des communes de Sète, Frontignan, Balaruc-les-Bains, Balaruc-le-Vieux, Gigean, Bouzigues et Poussan, dont les contrats arrivaient à échéance le 31 décembre 2017.

Cette société a été créée par Suez pour se consacrer entièrement à ce nouveau contrat dont la durée est prévue pour 20 ans.

Cette nouvelle concession inclut l’exploitation du réseau de collecte et de l’actuelle station d’épuration des Eaux Blanches, ainsi que celle de Frontignan Plage-les Aresquiers.

Cela représente environ 36 km de réseau unitaire, 253km de réseau gravitaire, 42km de refoulement, 16 déversoirs d’orage, 83 postes de relèvement et près de 30 400 branchements. Pour un total de 5,3 millions de m³ d’eau traités chaque année. Cette nouvelle concession inclut également le renouvellement d’ici 4 ans de l’actuelle station d’épuration intercommunale, devenue vétuste et sous-dimensionnée hydrauliquement.

François Commeinhes, Président de Sète agglopôle méditerranée et  Maire de Sète revenait avec Jany Arnal, Directrice régionale Eau en Occitanie – SUEZ, sur cette future STEP qui aura une capacité de 165 000 Equivalents Habitants (extensible à 190 000 ultérieurement).

stepP1020244

« La performance de la station d’épuration est fondamentale pour l’environnement littoral et elle repose sur la volonté politique majeure, qui a été traduite dans le Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau (SAGE) local, de protéger les activités conchylicoles. Cela induit plus de contraintes pour pérenniser l’activité de la lagune, et forcément cela se traduit financièrement. Mais la sauvegarde des métiers de la lagune est capitale. »

La nouvelle station sera en mesure de traiter les temps de pluie grâce à un bassin tampon de 6 000 m³. Une fois l’orage passé, les eaux pourront y être stockées puis traitées par la suite.

19 M€ de travaux seront investis sur les réseaux autour de la lagune, afin de respecter les flux admissibles microbiologiques (FAM). En sachant que l’étang bénéficie d’une surveillance permanente de sa bactériologie.

Cette nouvelle station d’épuration demeure le plus gros équipement jamais réalisé par l’agglo. Le montant prévisionnel du contrat (chiffre d’affaires) est évalué à 252 M€ HT dont 64,3 M€ HT de travaux. L’Agence de l’Eau pourrait contribuer à hauteur de 6,76 M€ dans ce plan de financement. Une rencontre avec les responsables a d’ailleurs eu lieu sur site, le 8 mars 2018, pour présenter le projet de la future Step.

Jany Arnal apportait alors des précisions techniques sur le projet : « Il y a près de 15 jours, un épisode pluvieux s’est abattu sur notre territoire. Ces épisodes impactent notre quotidien de citoyen, de famille, de professionnel mais surtout, ils ont le pouvoir de bouleverser l’équilibre du Bassin de Thau et de fermer son exploitation. C’est pour palier à cette vulnérabilité que le projet ambitieux de Thau Maritima a été osé sur le territoire. »

 

marit45Capture

 

« Thau Maritima,va compléter le patrimoine de l’eau de Sète agglôpole méditerranée : nommée les eaux blanches aujourd’hui, avec une capacité de 135 000 équivalents habitants, au terme de 4 ans de travaux, soit en 2022, elle aura une capacité de 165 000 eq hts. 100% des eaux qu’elle traitera seront de qualité eau de baignade donc d’excellente qualité , grâce à une filtration membranaire.  5.3 millions de m3 d’eaux usées et 2 millions de m3 d’eaux pluviales lors de pluies d’intensité modérée… »

« Les eaux pluviales lors d’épisodes exceptionnels seront collectées dans un bassin d’orage de 6000 m3 à partir de 2022, qui permettra de les stocker pendant l’épisode et donc d’éviter qu’elles perturbent l’équilibre du milieu récepteur déjà sollicité. Ces eaux seront ensuite traitées avant d’être restituées au milieu naturel. »

Les canalisations sont enterrées et des capteurs connectés le long des 330 km de réseaux pour suivre leur activité, piloter à distance et pouvoir anticiper des fuites, des réparations… l’entretien du patrimoine. « Car mieux vaut prévenir que guérir sur ce territoire fragile. »

Pour conclure, François Commeinhes rajoutait : « Nous sommes dans une région balnéaire avec de fortes variations de populations en fonction des saisons. Ici, l’attractivité touristique repose aussi sur une économie singulière. Préserver la ressource et les milieux naturels est vital. Cette station est innovante (augmentation de la capacité de traitement, traitement membranaire de 100% des eaux, traitement des eaux pluviales régulières, collecte des eaux de temps de pluie dans un bassin d’orage de 6000m3, pré-traitement des eaux au-delà de la capacité nominale) mais elle est également unique car quasiment « Carbo-neutre». Cela signifie qu’elle produira 90% de l’énergie qu’elle consomme. Avec la méthanisation des boues, elle produira l’énergie équivalente annuelle de 30 bus. »

marit33Capture

C’est , rajoutait François Commeinhes, ce que l’on appelle l’économie circulaire. « Cela doit être notre nouveau mode de vie si nous voulons offrir un avenir à nos enfants. Nous devons passer d’un mode de vie linéaire (je prends des ressources, je les consomme, je les rejette), à un mode de vie circulaire : plutôt que de rejeter, mes déchets sont peut-être des ressources qui me permettront de laisser la planète tranquille. »

stepP1020245 (1)

A noter qu’une DSP (Délégation de Service Public, https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9l%C3%A9gation_de_service_public) a été confiée à Thau Maritima pour l’assainissement des habitants de 7 communes :

Ainsi Thau Maritima exploite depuis le 1er janvier 2018 le patrimoine de l’assainissement sur 7 communes (Balaruc les bains, Balaruc le vieux, Bouzigues, Frontignan, Gigean, Poussan, Sète), soit 29 000 abonnés avec 20 collaborateurs qui  exploitent deux stations de traitement des eaux usées, 330 km de réseaux et les postes de relèvement, et une direction clientèle régionale de 120 personnes qui s’occupe de la facturation « assainissement ».

La facture d’eau est envoyée par le délégataire d’eau potable. Cette facture comprend les services de production et distribution d’eau potable, de collecte et traitement des eaux usées et l’abonnement.

Le coût du m3 d’eau potable est différent du coût du m3 d’eau usée.

Il sera d’ailleurs harmonisé sur les 4 prochaines années pour toutes les communes de Sète agglopôle méditerranée.Ces 6 dernières années, l’ex Thau agglo avait harmonisé les tarifs de la redevance assainissement pour les 8 communes de son territoire, jusqu’ici très variés. Suite à la fusion avec la CCNBT, Sète agglopôle méditerranée va faire de même avec les communes «du Nord» du nouveau territoire. Ce lissage s’effectuera progressivement sur les 4 prochaines années afin d’aligner les 14 communes.

maritbnCapture

Pour information :

Partenaires Thau Maritima :

Financiers : MIROVA et Caisse d’Epargne

Techniques : SUEZ Traitement de l’Eau

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations