Une alimentation ultra-transformée à notre insu ?

60 Millions de consommateurs dénonce les dérives d’une alimentation ultra-transformée à notre insu.

"Malgré les jolis discours des grandes marques sur le « manger sain », nous n’en avons pas fini avec la malbouffe. Les aliments « ultratransformés » sont partout dans les rayons. Pauvres en matières premières brutes (légumes, fruits, lait, viande…) mais riches en additifs, ils regorgent d’ingrédients à bas coût, dénaturés pour leurrer notre goût. Sel, sucre et graisses combinés stimulent les pics de glycémie, entraînant des réactions addictives."

https://www.60millions-mag.com/2018/04/12/ces-aliments-qui-nous-empoisonnent-11717

E100, E133, E300… vous ne savez pas exactement à quoi correspond cet ensemble de lettres et numéros qui se trouvent dans les ingrédients de vos produits ? Voici nos conseils pour tout comprendre.

Restaurant kitchen icons

 

Qu’est-ce qu’un additif alimentaire ?

Les additifs alimentaires sont des substances ajoutées aux aliments dans un but technologique tels que : améliorer la conservation des denrées, réduire les phénomènes d’oxydation, colorer les aliments, renforcer leur goût,  leur conférer une texture particulière, etc. Ils n'ont aucune valeur nutritive et peuvent être ajoutés au moment de la fabrication, de la transformation, de la préparation, du traitement, du conditionnement, du transport ou de l’entreposage.

Il existe cinq catégories principales d’additifs alimentaires :

  • les colorants : ils colorent les aliments ou renforcent une coloration déjà existante.
  • les édulcorants : ils donnent une saveur sucrée.
  • les conservateurs : ils aident à mieux conserver les produits en empêchant la présence ou le développement de bactéries, moisissures, etc.
  • les antioxydants : ils empêchent ou réduisent l’oxydation des aliments, c’est-à-dire par exemple, le rancissement des matières grasses ou le brunissement des fruits et légumes coupés.
  • les agents de texture (émulsifiants, stabilisants, épaississants, gélifiants) : ils améliorent la présentation et la tenue des aliments.

Lire aussi : Alimentation : comment lire les étiquettes nutritionnelles ?

Comment les reconnaître ?                      

Les additifs sont signalés dans la liste des ingrédients soit par leurs noms, soit grâce à un code européen commençant par un E et suivi de 3 ou 4 chiffres compris entre 100 et 1518.

Quelle réglementation pour les additifs alimentaires ?

Les additifs alimentaires sont évalués par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). En s’appuyant sur ses travaux, la Commission européenne autorise certains additifs et indiquent les doses maximales à respecter ainsi que les produits dans lesquels il est possible de les utiliser.

L’additif est autorisé si :

  • il ne fait courir aucun risque aux consommateurs dans les doses utilisées ;
  • l’effet technologique peut être démontré ;
  • l’emploi de l’additif n’est pas susceptible de tromper le consommateur.

D'autres critères peuvent être pris en compte tels que l'éthique, les traditions ou l'environnement.

À savoir : les additifs n’étant pas autorisés expressément par la Commission européenne sont interdits.

En savoir plus

En projet : Une loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable (https://fr.calameo.com/read/0031969797e39b71aef79)

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon