MADLAB : 3e CONCOURS 2018 "Thau... dans 50 ans"

Le MADLAB organise son 3ème concours artistique, au service de la protection, la valorisation et le développement durable du bassin de Thau. Ouvert à tous les artistes, à tous les Arts, sans frontières.

MADLAB laboratoire art et déchets Ancré au bord de l'étang de Thau et au cœur de l'activité conchylicole

Le MADLAB est un lieu de réflexion, de production et de réalisation de projets et d'évènements culturels. De l'art aux biotech, de la gastronomie à la construction, le MADLAB est ouvert à tous ceux qui veulent contribuer à la promotion, la valorisation et le rayonnement du patrimoine du bassin de Thau et de la conchyliculture.

Mécènes et Partenaires des Ets Tarbouriech œuvrent pour la défense et la valorisation de notre territoire, ils favorisent la découverte et la création artistique, ils croient au développement durable de la conchyliculture, ils nous enrichissent de leurs idées et diversités.

Les Ets Tarbouriech précisent : "Ils soutiennent nos projets, ils partagent les valeurs et les missions du Madlab, ils nous font confiance ! Et Vous ?"

pourquoi, pour qui ? "Thau... dans 50 ans"

Changement climatique, urbanisation, pression touristique, pollution des bassins versants, évolution des métiers traditionnels...
Le 3ème Concours MADLAB appelle les artistes à illustrer leur vision, optimiste ou pessimiste, de l'impact de ces enjeux socio-économiques et environnementaux sur la vulnérabilité du littoral, un demain pas si lointain.

 Le Concours MADLAB vise à stimuler la créativité des artistes désireux de contribuer, par leurs œuvres, à la démarche de responsabilisation de tout un chacun au regard du développement durable et de la protection de l'environnement, notamment littoral, ainsi que de l’activité conchylicole représentative du bassin de Thau.

Le règlement du concours : http://www.madlab.fr/Concours_MADLAB_2018_V2.pdf

 INSCRIPTION avant le
31 juillet

Tout savoir sur : http://www.madlab.fr/

 

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

Avec l'APAVH, la douce Molly est à l'adoption

CHIENimage5C’est une drôle d’histoire que celle de Molly… Sa maîtresse est décédée il y a quelques semaines et elle n’avait rien prévu pour ses animaux : 4 chiens et 2 chats. Sa voisine, qui a adopté un chien à l’association, nous a contactés pour la prise en charge de tous ces poilus ! Elle ne voulait pas que les 2 Yorks, l’autre femelle Labrador de couleur sable et Molly, partent en fourrière. A la veile de l’été, 4 chiens d’un coup c’était beaucoup, sans compter que nous étions déjà engagés pour d’autres chiens en détresse. Nous avons fait appel à Catherine du refuge des 4 pattes qui a accepté de prendre les York mais aussi à Valérie de JSMC qui a choisi la labrador sable. Restait Molly. Ces 4 chiens ont toujours vécu en compagnie de leur maîtresse, dans une maison avec un jardin dont ils ne sont jamais sortis, ne côtoyant que  très peu de monde… Si tous les 4 sont un peu craintifs, Molly est de loin la plus mal à l’aise avec les personnes qu’elle ne connaît pas. Nous avons eu du mal à la faire monter dans la voiture, puis à l’en faire descendre une fois arrivés!...

» associations