Les travaux du pont Sadi-Carnot entraînent des changements de circulation


Le point complet  https://bit.ly/2LUua81

Le 28 juin s’est tenue à l’Espace Palace une réunion publique d’information concernant le projet de reconstruction du pont Sadi-Carnot.

 

Animée par la Région Occitanie, cette réunion s’est déroulée en présence des représentants du Département de l’Hérault, de l’Agglomération et des services techniques de la ville de Sète.

Le pont Sadi-Carnot de type « SCHERZER » (pont basculant, roulant) est situé à 50 m au sud du pont ferroviaire Maréchal-Foch et assure la continuité de la RD 2 entre le boulevard de Verdun sur la rive Ouest et la route de Balaruc-les-Bains sur la rive Est du canal. Il est interdit d’accès aux camions de plus de 19t depuis 2011. Ce qui oblige les poids-lourds de jauge supérieure à opérer un contournement par les quais du Pavois d’or, de Bosc, Merle et Dr Scheydt. Aujourd’hui, son état de dégradation est tel que la reconstruction complète de l’ouvrage s’impose.

Point fort du trafic routier, ce pont supporte dans les deux sens un trafic de plus de 20 000 véhicules / jour. Il est aussi un point de passage obligé pour les activités maritimes, principalement  conchylicoles, et la plaisance. C’est dire que les travaux qui dureront environ 10 mois vont avoir un fort impact sur l’ensemble des usagers. Pour faire face à la problématique de la gestion de la circulation routière en phase travaux, des déviations sont prévues avec la pose d’un pont provisoire  implanté en parallèle du pont de la Bordigue.

 

Deux périodes distinctes

1/ la mise en œuvre du pont provisoire

Et c’est la pose du pont provisoire qui va impacter le plus lourdement le trafic.  Du 3 août au 3 septembre, la circulation sur le Quai du Pavois d’Or se fera en sens unique dans le sens ville/gare et sur le Quai de Bosc, en sens unique vers le centre-ville, avec pour conséquence un changement de sens pour les rues des Vermoutheries (perpendiculaire au quai de Bosc)  et la rue Jules Vallès (perpendiculaire au quai Docteur Scheydt). Certaines lignes de bus seront également impactées. Les déviations seront présentées par la suite par les services de la ville, et pour les lignes de bus, par l’agglomération. L’installation du pont provisoire s’étalera sur les mois de juillet et août.

2/ la suppression du pont Sadi-Carnot

La 1ère phase de travaux  le démantèlement du pont en position verticale par découpe des tronçons

Commencera en septembre prochain. Les passages du soir qui concernent la circulation maritime seront autorisés.

Une 2ème phase plus lourde après installation du tablier sur ses appuis et avant la mise en service des organes de mobilité interdira la navigation maritime pendant 2 mois (Avril/Mai 2019).  

L’assemblage du tablier se fera quai Paul Riquet. La dépose du pont provisoire sera effectuée fin juin 2019.

Coût de l’opération : 9M€ financés à part égale entre la Région, le département et Sète Agglopôle Méditerranée.

 Les questions du public ont principalement porté sur les problèmes de circulation liés aux travaux. Vincent Sabatier, élu municipal à la circulation a expliqué la recrudescence des travaux dans le secteur de la gare par le fait que rien ne pourrait plus se faire pendant environ un an, compte tenu justement du remplacement du pont Sadi-Carnot. Il s’est montré très disponible au nom de la ville pour répondre ponctuellement aux inquiétudes des riverains et intervenir sur la voierie en cas de besoin. Sachant que les nuisances provoquées par la fermeture du pont Sadi-Carnot aux plus de 19t prendront fin avec la mise en service du nouveau pont. Un ouvrage au design plus moderne qui sera en outre mis en valeur par un éclairage sophistiqué.

 

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon