Les aventures de l'équipage de "Planète en commun"

En  septembre vers 15 h 30 avait lieu à Bouzigues, face à la Lagune de Thau, devant la maison des Gens de la mer, tout un symbole,  une Cérémonie de départ en l’honneur de la famille Tollemer (Jean-Luc, Sandrine et leur petit Gabriel, 6 ans), prêts à prendre la mer pour une longue navigation solidaire en voilier.

bluCapture

Il faut dire que Jean-Luc travaille souvent sur des voiliers, (il arrive de Grèce) et a donc de nombreuses compétences pour que cette aventure se passe, en famille, du mieux possible.

« Le voilier de 20 m environ était dans le port de Sète car sa quille est trop grande pour celui de Bouzigues. Le départ officiel avait lieu le 17 septembre si la météo le permet avec en ligne de mire, Les Baléares, Tanger, Les Canaries, le Sénégal, le Cap Vert, le Brésil, l’Argentine et Ushuïa, puis plus tard vers le Chili. »

Jean-Luc précisait que c’était le bon moment pour son fils, qui pourrait apprécier ce long périple et le faire partager. »ushP1130941

Et Sandrine rajoutait : « Soucieux de l’état de la planète, convaincus de l’intérêt d’agir, nous souhaitons que cette navigation solidaire contribue, par l’information, à l’éducation, la préservation de notre bien commun en témoignant de la vie de ses habitants.

Collective et partagée, cette aventure sera donc pour nous l’occasion d’aller à la rencontre des habitants de la terre et des océans dont le voilier ambitionne d’être modestement le messager auprès de ceux qu’ils laisseront à quai et notamment des jeunes générations au travers de « Chroniques de la Planète ».

Elles seront réalisées lors d’escales qui donneront la parole aux hommes, femmes et enfants de la terre, rapportant leurs rêves, difficultés mais aussi leurs initiatives pour préserver la Planète.

" Planète en commun atteindra ses objectifs si elle devient une aventure collective et partagée. "

Soyez nombreux pour les soutenir dans leur projet et leur voyage.

Et ces aventuriers viennent de passer une magnifique semaine à Tanger. Ils précisent : "Merci au Maroc de savoir réveiller nos sens, celui de l'accueil en particulier dont nous avons beaucoup à apprendre."

Rencontre dans la mer d'Alboran en octobre 2018 entre des dauphins et le voilier Luna Blu et son équipage

 Visionner Bonus / dauphins (1'18)

 

PLANÈTE EN COMMUN, l'itinéraire :

 Vous pouvez tous aider le voilier « Luna Blu » dans sa navigation de Sète à Ushuaïa  en adhérant à l’association Planète en commun, en suivant les chroniques…

La présentation du projet est disponible sur http://planetenco.blogspot.fr/

« Ushuaïa est une ville touristique argentine. Elle est située sur l’archipel de la Terre de Feu, la pointe la plus méridionale de l’Amérique du Sud, surnommée le « bout du monde ». »

Pour tous renseignements Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon